Temple of the Dog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Temple of the Dog
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Grunge, rock alternatif
Années actives 19901991, 2016 (réunions : 2003, 2009, 2011, 2014, 2015, 2016)
Labels A&M Records
Composition du groupe
Anciens membres Chris Cornell (†)
Eddie Vedder
Stone Gossard
Jeff Ament
Mike McCready
Matt Cameron
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Temple of the Dog.

Temple of the Dog est un groupe de grunge américain, originaire de Seattle, dans l'État de Washington. Il est formé en 1990 par Chris Cornell (chanteur de Soundgarden) pour rendre hommage à son colocataire et ami Andrew Wood (chanteur du groupe Mother Love Bone) mort d'une overdose au cours de l'année. Il fut rejoint par Stone Gossard et Jeff Ament (tous deux membres de Mother Love Bone puis de Pearl Jam), Matt Cameron (batteur de Soundgarden), Eddie Vedder et Mike McCready (futurs chanteur et guitariste de Pearl Jam).

La formation ne compte qu'un seul album, Temple of the Dog, le 16 avril 1991. Le single de cet album fut Hunger Strike, chanson sur laquelle Eddie Vedder chante en duo avec Chris Cornell. Cette chanson fera aussi l'objet d'un clip vidéo et devint l'un des premiers tubes du mouvement grunge. Le nom du groupe provient des paroles d'une chanson de Mother Love Bone, Man of Golden Words.

Biographie[modifier | modifier le code]

La mort d'Andrew Wood, à cause d'une overdose d'héroïne, le affecte profondément son ami Chris Cornell, qui écrit deux chansons, Reach Down et Say Hello 2 Heaven en hommage au défunt[1], [2]. Pour les enregistrer, il pense naturellement à Jeff Ament et Stone Gossard, deux amis et ex-membres de Mother Love Bone. Ceux-ci étaient en train de fonder un nouveau groupe appelé provisoirement Mookie Blaylock avec notamment Eddie Vedder et Mike McCready. À cette époque, Pearl Jam n'existait pas encore et Soundgarden n'avait pas encore le succès qu'il connaitra plus tard. Il devient rapidement évident lors des répétitions, qu'un single ne suffirait pas et les musiciens décident d'enregistrer un album studio. Il ne faut qu'une quinzaine de jours pour l'enregistrer aux London Bridge Studios à Seattle, le groupe le produisit avec Rick Parashar, propriétaire des lieux. Le 30 novembre 1990, le groupe (sans Vedder) donne son unique concert complet au Off Ramp Cafe de Seattle[3].

L'album, l'éponyme Temple of the Dog, est publié le au label A&M Records, et se vend à l'origine à 70 000 exemplaires aux États-Unis[4]. Ament se souvient qu'A&M souhaitait y apposer un autocollant Pearl Jam sur la couverture, mais le groupe refusera[4]. L'album est bien accueilli par la presse spécialisée[5], mais n'atteint pas les classements. Le critique Steve Huey d'AllMusic attribue à l'album une note de quatre étoiles sur cinq expliquant qu'« on dirait un pont entre le rock des années '70 de Mother Love Bone et le sérieux hard rock de Pearl Jam »[6]. David Fricke de Rolling Stone écrit, avec du recul, que l'album « mérite l'immortalité »[7]. Chris Cornell et Matt Cameron retrouvent Soundgarden pour l'enregistrement de l'album Badmotorfinger et Stone Gossard, Jeff Ament, Mike McCready et Eddie Vedder avec le batteur Dave Krusen entrent en studio sous le nom de Pearl Jam pour enregistrer leur premier album, Ten.

En été 1992, l'album attire un nouvel intérêt. Bien qu'il soit sorti un an plus tôt, A&M Records réalise que ce qu'ils avaient dans leur catalogue était essentiellement une collaboration entre Soundgarden et Pearl Jam, qui se populariseront quelque temps après la sortie de leurs albums respectifs, Badmotorfinger et Ten. A&M décide de rééditer l'album et de faire la promotion de Hunger Strike en single accompagné d'un clip qui a déjà été tourné. Cet intérêt permet à l'album et au single de se classer au Billboard et de se vendre bien mieux. L'album devient parmi les 100 mieux vendus en 1992[8]. Temple of the Dog finira par se vendre à un million d'exemplaires, étant ainsi certifié disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA)[9].

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Turman, Katherine. Life Rules. magazine RIP, octobre 1991.
  2. (en) Nicholls, Justin, « KISW 99.9 FM: Seattle, Radio Interview by Damon Stewart in The New Music Hour with Chris Cornell, Jeff Ament and Stone Gossard », Fivehorizons.com, (consulté le 3 octobre 2007).
  3. (en) Temple of the Dog.org/History page 3
  4. a et b (en) Alden, Grant. Requiem for a Heavyweight. Guitar World, juillet 1997
  5. (en) Erlewine, Stephen Thomas, « Temple of the Dog Biography », AllMusic (consulté le 3 octobre 2007)
  6. (en) Huey, Steve, « Temple of the Dog - Review », AllMusic (consulté le 3 octobre 2007)
  7. (en) Fricke, David, « Temple of the Dog: Temple of the Dog », Rolling Stone, (consulté le 3 octobre 2007).
  8. (en) Lyons, James. Selling Seattle: Representing Contemporary Urban America. Wallflower, 2004. (ISBN 1-903364-96-5), page 136.
  9. (en) « Gold & Platinum Searchable Database – Search Results – Temple of the Dog »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Recording Industry Association of America (consulté le 3 octobre 2007).