The Village Voice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

The Village Voice
'The Voice'
Image illustrative de l’article The Village Voice

Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue Anglais
Périodicité Hebdomadaire
Format Tabloïd
Prix au numéro Gratuit
Diffusion 247 417 ex. (2007)
Date de fondation
Date du dernier numéro
Ville d’édition New York

Propriétaire Peter Barbey
Directeur de publication Michael Cohen
Rédacteur en chef Tony Ortega
Site web www.villagevoice.com

The Village Voice est un journal hebdomadaire de New York, qui comporte des articles d'enquête, des analyses de sujets d'actualité et culturels, ainsi qu'une rubrique sur les arts et les évènements qui ont lieu à New York. Le Village Voice a été fondé le , et affiche une tendance plutôt libérale au sens américain du terme (de gauche). Son principal concurrent est le New York Press, qui l'a contraint à devenir gratuit en 1996. Il cesse de paraître définitivement le .

Présentation[modifier | modifier le code]

Les anciens bureaux du Voice à Cooper Square

Le Village Voice a été lancé par Dan Wolf, Ed Fancher et Norman Mailer depuis leur T2 de Greenwich Village, son quartier de diffusion d'origine, avant de gagner d'autres secteurs de la ville dans les années 1960. Les bureaux ont déménagé à cette époque au Sheridan Square, puis au Cooper Square sur Bowery dans l'East Village de 1991 à 2013, avant sa dernière adresse dans le Financial District.

En 1967, suivant le foisonnement culturel de l'époque, le Village Voice devient l'hebdomadaire le plus vendu aux États-Unis avec un tirage allant jusqu'à 250 000 exemplaires. Ses 80 pages sont alors constituées de deux-tiers de publicités, et le journal devient bénéficiaire[1].

Les journalistes du Voice obtiennent trois prix Pulitzer : Teresa Carpenter en 1981[2], Jules Feiffer en 1986[3] et Mark Schoofs en 2000[4].

Pour affronter la concurrence le journal devient gratuit à partir de 1996. En 2005, il devient la propriété du groupe New Times Media.

En 2015, le Voice est en déclin et affronte de graves difficultés économiques. Il est racheté par le groupe familial Reading Eagle. En septembre 2017, son directeur, Peter Barbey, décide d'arrêter l'édition papier pour passer au tout-numérique[1].

Le , il annonce la fin de la parution du Village Voice, et déclare lancer la numérisation de toutes les archives du journal[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « « The Village Voice », institution new-yorkaise, tire le rideau », sur Le Monde, (consulté le 3 septembre 2018)
  2. Pour l'article Murder on a Day Pass, lire en ligne sur www.pulitzer.org
  3. Pour ses dessins de presse, lire en ligne
  4. Pour son reportage AIDS: The Agony of Africa, lire en ligne

Lien externe[modifier | modifier le code]