Mashup (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mashup.
Mashup
Origines stylistiques Pop, rock, musique électronique
Origines culturelles Fin des années 1990 et 2000 ; Europe, Amérique du Nord
Instruments typiques Éditeur audio, échantillonneur, séquenceur, platine tourne-disques, mixeur audio
Popularité Élevée et underground
Scènes régionales Allemagne, Australie, Belgique, Brésil, Canada, États-Unis, France, Inde, Italie, Japon, Norvège, Pays-Bas, Suisse, Suède

Sous-genres

Glitch pop

Le mashup, aussi écrit ou appelé mash-up, mash up, mesh, blend, bastard pop/rock ou collage, est un genre musical hybride. Le nom de bootleg est également utilisé en raison du mode de diffusion souvent non autorisé des œuvres issues du mashup. Le mashup est une chanson créée à partir d'une ou deux autres chansons pré-enregistrées, habituellement en superposant la partie vocale d'une chanson sur la partie instrumentale d'une autre[1]. Aux États-Unis, cette pratique de « transformation » d'un contenu original peut aller à l'encontre de la doctrine régie par le fair use[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le mashup consiste en la création d'une chanson, ou composition musicale, à partir de deux ou plusieurs autres chansons déjà existantes. Généralement, les chansons mashup sont générées par le mélange des parties vocales d'un première chanson avec la partie musicale d'une seconde[1]. Le mashup se distingue du pot-pourri (medley en anglais), ce dernier consistant à enchaîner de façon continue deux ou davantage de morceaux différents. Un titre mashup peut être conçu par un compositeur ou par un disc jockey (DJ) qui va mixer les parties a cappella ou instrumentale d'un titre original à un autre en calant le tempo. Avant publication, certains artistes et groupes, par exemple Jay-Z ou The Beatles respectivement[3], autorisent la commercialisation de leurs morceaux en version a cappella, le plus souvent sur les maxis ou les CD singles promo dont la diffusion, d'abord réservée aux DJs des radios FM, s'est considérablement élargie grâce à Internet[réf. nécessaire]. Les versions instrumentales sont plus courantes, surtout sur les singles et parfois les albums. Du côté domestique ou DIY, une technique d'extraction d'a cappella consiste, au moyen d'un logiciel de musique assistée par ordinateur comme Audacity ou Cool Edit Pro, et nécessitant la version instrumentale du morceau, à superposer celle-ci à la version vocale avec une grande précision, tout en lui appliquant une inversion de phase[4],[5].

Les mashups sont également effectués d'une manière humoristique, comme ceux des Robins des Bois avec un mélange du titre La bombe humaine de Téléphone sur l'air du titre Il jouait du piano debout de France Gall. Très souvent[réf. nécessaire], le titre des mashups (remixes) combine le nom des différents artistes impliqués, séparés par l'abréviation vs. (versus, employé en anglais dans les confrontations sportives entre autres), ou bien un mélange des différents noms (par exemple prénom de l'un et nom de famille de l'autre), suivi d'un mélange des deux titres originaux qui tient parfois du jeu de mots. Cependant, les mashups et remixes sont rarement diffusés officiellement, et il s'agit pour ceux-là de bootlegs du fait qu'ils soient diffusés hors du circuit commercial, principalement par Internet ou par des white labels. L'expression bootleg qui possède d'autres sens, en désignant par exemple les enregistrements pirates de lives. Le terme de bootleg est plus utilisé que mashup, qui est une définition d'ordre musical alors que bootleg peut aussi désigner un remix non officiel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mashup trouve son origine dans la capacité et le penchant de certains musiciens à recycler toute forme de musique, notamment à travers l'échantillonnage sonore (sampling) dans le hip-hop, ou simplement la reprise chez certains groupes. Il existe aussi des pratiques telles que le pot-pourri (medley), surtout pratiqué durant les années 80 par les disc jockeys de radios, qui consiste à compiler plusieurs morceaux d'un même artiste (ou pas), un exemple étant Jive Bunny qui s'était attaqué aux débuts du rock n' roll.

La plupart des noms de groupes ou d'artistes proviennent de l'idée du mashup. Le nom du groupe Pop Will Eat Itself (en) est repris d'un article du New Musical Express sur le groupe Jamie Wednesday, écrit par David Quantick, proposant une théorie selon laquelle la musique pop recycle en elle les mêmes idées en continu, la chanson pop parfaite pouvant être composée en mélangeant chacune des meilleures idées du genre, d'où le nom de Pop Will Eat Itself[6].

Le mouvement regagne en popularité en 2001 avec la publication de l'album 2 Many DJs, As Heard on Radio Soulwax part. 2, des frères Dewaele de Soulwax, qui mêle 45 différentes chansons ; la même année, un remix du titre Genie in a Bottle de Christina Aguilera est publié par Freelance Hellraiser, mêlant le titre original de la chanteuse avec des morceaux de guitares issus du titre Hard to Explain du groupe The Strokes et intitulé A Stroke of Genie-us[7]. Aux alentours de 2001 et 2002, le blog Boomselection[8] est lancé et publiera des centaines, voire des milliers, de bootlegs à travers le monde. Quelques années plus tard, le blog est mis hors-service mais vite remplacé par un site nommé Mashuptown en début 2005, et actuellement la plus grande source connue de mashups sur Internet.

Mashups notables[modifier | modifier le code]

Dans les quelques faits d'armes du mashup ou apparentés au mashup :

Du côté des DJs, certains remixes sont publiés en single (souvent sous forme de white labels) :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Michael Geoghegan et Dan Klass, Podcast Solutions: The Complete Guide to Podcasting,‎ (ISBN 1-59059-554-8), p. 45.
  2. (en) « Code of Best Practices in Fair Use for Online Video », sur American University, Center for Social Media (consulté le 11 juin 2015).
  3. (en) « 7. Create Your Own Mashups », sur Beyong Beatmatching (consulté le 11 juin 2015).
  4. (en) Los Teignos, « How to extract or isolate vocals from a song? », sur Audiofanzine,‎ (consulté le 12 juin 2015).
  5. (en) « How To Isolate and Save Vocals From Music Tracks Using Audacity », sur How-to-Geek (consulté le 12 juin 2015).
  6. (en) « Who the hell is Clint Mansell? », sur sickamongthepure.com,‎ (consulté le 10 décembre 2014).
  7. (en) « DYMTEST », Boomselection.info (consulté le 18 décembre 2014).