Post-grunge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Post-grunge
Origines stylistiques Rock alternatif[1], grunge, hard rock, pop rock, metal alternatif[1], post-punk
Origines culturelles Milieu des années 1990 ; États-Unis, Canada, Royaume-Uni
Instruments typiques Guitare électrique, guitare acoustique, guitare basse, batterie
Popularité Milieu des années 1990 jusqu'au début des années 2010[2]
Scènes régionales Centre de la Floride, Chicago, Californie, Colombie-Britannique, Nord-Ouest du Pacifique, sud du Texas, sud de l'Ontario

Genres dérivés

Post-Britpop

Le post-grunge est un sous-genre musical du rock alternatif ayant émergé au milieu des années 1990, utilisant les sons et l'esthétique du grunge, mais avec un ton plutôt destiné à la diffusion radiophonique. Les groupes de post-grunge comme Foo Fighters, Nickelback, Creed ou Matchbox Twenty comptent parmi les groupes de rock qui ont connu un grand succès commercial de la fin des années 1990 et début des années 2000.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les groupes de post-grunge imitaient les attitudes et la musique grunge, en particulier les sons épais et les guitares distordues, mais avec un son plus « radio-friendly » pour son orientation commerciale[1]. Contrairement aux premiers groupes qui ont travaillé avec de grandes maisons de disque et avec plusieurs influences comme jangle pop, pop punk, ska revival, metal alternatif et hard rock[1]. Le terme post-grunge était censé être péjoratif, ce qui suggère qu'ils étaient tout simplement musicalement dérivé, ou une réponse cynique à une « authentique » du mouvement rock[2].

Les premiers groupes de post-grunge reprennent les sonorités développées par le grunge, la puissance rageuse des refrains et l'alternance des tempos rapides et des tempos lents tout en lissant le son sale et en formatant au possible les morceaux. À partir de 1999, la vague neo metal révèle une nouvelle génération de groupes au son « post-grunge » en marge des formations qui pratiquent la fusion rap/metal. Citons parmi les plus connus Staind, Nickelback, Puddle of Mudd, 3 Doors Down, et Seether[réf. nécessaire]. Ces groupes s’éloignent de la révolte punk qui anime le grunge originel et incorporent à la fois dans leur musique des riffs très lourds issus du métal, des sonorités plus pop et un certain romantisme, rarement présent chez les formations grunges originelles. Certains singles sortis par ces groupes sont formatés pour passer à la radio. D'autres morceaux en revanche, comme ceux qui figurent sur le Break the Cycle de Staind, expriment un désespoir tantôt hurlé tantôt chanté avec à l'arrière une ambiance étouffante tissée par des riffs extrêmement chargés[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec la mort de Kurt Cobain qui survient en avril 1994, c'est toute la scène grunge qui s’essouffle. Le succès de groupes contemporains de Nirvana tels que Pearl Jam, Alice in Chains et Soundgarden commence à décliner. Apparaissent alors de nouvelles formations comme Bush, Stiltskin ou encore Creed et Brainwreck[réf. nécessaire].

Critique[modifier | modifier le code]

Les avis sont très mitigés concernant le post-grunge. Les puristes du grunge traditionnel rejettent ces groupes qu'ils considèrent comme opportunistes et commerciaux, allant même jusqu'à les désigner comme les « tueurs du rock[réf. nécessaire]. » D'autres voient au contraire cette scène hétéroclite comme le témoignage d'un revival rock permettant aux plus jeunes de découvrir de nombreux groupes de rock de la génération précédente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Post-grunge: artists & about post-grunge », AllMusic (consulté le 12 août 2012).
  2. a et b (en) Grierson, Tim, « Post-Grunge. A History of Post-Grunge Rock », About.com (consulté le 12 mars 2012).