Blues rock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blues rock
Origines stylistiques Blues électrique, rock 'n' roll
Origines culturelles Années 1960 ; Royaume-Uni et États-Unis
Instruments typiques Guitare, basse, batterie, clavier, harmonica, cuivres
Popularité Élevée dans les années 1960 et 1970
Voir aussi British Blues Boom

Genres dérivés

Heavy metal[1],[2], hard rock, boogie rock (en), rock psychédélique, garage rock, stoner rock, rock sudiste

Le blues rock est un genre musical mêlant blues et rock 'n' roll. Ce genre émerge au milieu des années 1960 lorsque les Rolling Stones adaptent d'anciennes chansons blues d'Elmore James, Slim Harpo, Howlin' Wolf, Muddy Waters et Champion Jack Dupree.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'artiste emblématique du blues rock est le guitariste-chanteur Eric Clapton. C'est lui qui popularise le genre à travers ses prestations avec les Yardbirds, après avoir été formé chez John Mayall[3] le « croisé » du British Blues Boom (cf. Crusade), puis opérant dans le trio Cream, avant Derek and the Dominos, et finalement en carrière solo (quand il popularisera aussi le reggae). Autre ancien membre des Yardbirds, le guitariste Jeff Beck transpose le blues rock en version plus dure avec son Jeff Beck Group. Jimmy Page, et son groupe Led Zeppelin, seront très influencés, surtout à ses débuts, par ce courant. Dont Jimi Hendrix en est intrinsèquement la figure de proue.

Le blues rock était un genre de rhythm and blues joué par des musiciens surtout britanniques[4]. Un courant blues rock parallèle, britannique aussi mais plus "roots" (davantage puriste) se développe dès le début des années 1960 autour d'artistes comme Alexis Korner[5], esthète et véritable initiateur en Grande Bretagne de la renaissance du blues, un peu oublié aux USA [6], (il catalysera la création des Rolling Stones dont certains musiciens travaillèrent avec lui auparavant), John Mayall[5] et les Bluesbreakers, Eric Burdon et The Animals, le Fleetwood Mac de Peter Green[7],[8] et, plus tard, des groupes tels Taste (le premier groupe de Rory Gallagher), Keef Hartley Band, Sensational Alex Harvey band, Duster Bennett, Jethro Tull, Chicken Shack, Savoy Brown, Humble Pie, Paul Rogers & Free, Ten Years After, Climax Blues Band, Gary Moore, Robin Trower, Jo Ann Kelly, Aynsley Dunbar Retaliation, John Dummer (Blues) Band, et The Groundhogs.

Du côté américain, The Blues Project, Canned Heat (qui a enregistré avec John Lee Hooker), The Paul Butterfield Blues Band, Mike Bloomfield (qui a initié le virage électrique de Bob Dylan), Elvin Bishop, Amos Garett, Roy Buchanan (qui fut pressenti pour remplacer Brian Jones), Charlie Musselwhite, John Hammond ont précédé ou suivi ce mouvement. Janis Joplin y est l'une des rares femmes dans l’œil du cyclone blues rock (notamment avec la Big Brother and the Holding Company) adulée par la « génération Woodstock », en digne héritière de Big Mama Thornton (première interprète dans les années 50 de Hound Dog ou de Ball and Chain, et jouant déjà sur une guitare électrique). Au début des années 1970 et 1980, certains groupes américains teintent, plus ou moins fortement, leur rock sudiste d'accents blues. En exemple, d'une part The Allman Brothers Band, Lynyrd Skynyrd, et d'autre part, Johnny Winter, Stevie Ray Vaughan, Jimmie Vaughan, Calvin Russell et ZZ Top. Beaucoup de musiciens en solo ou en groupes, entretiennent la flamme du blues rock, hard rock, comme George Thorogood, Robben Ford et Marc Ford, Mahogany Rush, Pat Travers, AC/DC et Aerosmith, garderont des racines profondément blues.

Buddy Guy représente l'un des traits d'union majeurs avec la nouvelle génération, intégrant un public métissé, avec des idées d'émancipation. Notamment grâce à la fameuse tournée effectuée en 1970 avec un train spécial affrété spécialement pour cette "cause" que constitue la mouvance Pop (le Festival_Express) l'embarquant avec The Grateful Dead, Janis Joplin, The Band (comparses de Dylan), Delaney & Bonnie & Friends etc.

Dans les années 1980, Nine Below Zero en Angleterre, et Willy DeVille de l'autre côté de l'Atlantique, sont remarqués pour leur fidélité à l'idiome de ce blues illustré par Buddy Guy, et ceux qui comme lui avait démarré avec les pionniers (comme B.B. King, Muddy Waters, ou Howlin' Wolf qui reprirent du service sur scène en compagnie de ces anglais convertis).
D'ailleurs Howlin' Wolf a enregistré à Londres en 1971 un disque légendaire en compagnie de la section rythmique des Rolling Stones, Eric Clapton, et Steve Winwood (London Session) entre autres témoignages de cette renaissance ; comme l'album Lost Session d'Albert King, produit (dans tous les sens du terme, comme en usage dans ce milieu : artistiquement et logistiquement, économiquement) par John Mayall.
Keith Richards a tenté de canaliser un moment (1987) l'effervescence créatrice du Chuck Berry (le seul musicien sans doute à pouvoir se produire n'importe où dans le monde sans répéter, avec des musiciens locaux recrutés à la dernière minute ...) pour le 60ème anniversaire de l'auteur de Confessing the Blues. Des enregistrements de cet événement existent (Hail! Hail! Rock and Roll).

Le blues rock connait un renouveau, depuis le début des années 1990 et 2000 avec Dereck Trucks, Sonny Landreth, Kenny Wayne Shepherd, Jonny Lang, Erick Sardinas, Gov't Mule, Popa Chubby, Otis Taylor, Anthony Gomes, The Black Crowes, Chris Duarte Group, The Black Keys, Jeff Healy Band, Joe Bonamassa, Ronnie Earl et The White Stripes (punk blues)[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Weinstein, Deena. Heavy Metal: The Music and its Culture. DaCapo, 2000. (ISBN 0-306-80970-2), page 14.
  2. (en) Ian Christe, Sound of the Beast, Allison & Busby (ISBN 0-7490-8351-4), p. 1.
  3. (en) Moskowitz, David, The Words and Music of Jimi Hendrix, (Praeger Books, octobre 2010), (ISBN 0313375925), p. 186.
  4. (en) Guralnick, Peter, Feel Like Going Home: Portraits in Blues and Rock 'n' Roll (Back Bay Books, juillet 1999), (ISBN 0316332720), p. 27.
  5. a et b (en) V. Bogdanov, C. Woodstra, S. T. Erlewine, eds, All Music Guide to the Blues: The Definitive Guide to the Blues (Backbeat, 3rd edn., 2003), pages 700-702.
  6. "Nous avions mis le Blues à la poubelle, et ces petits malins d'anglais l'ont ressorti de plus belle" - interview de Iggy Pop sur France-Inter (entre autres)
  7. (en) Fleetwood Mac Biography. AllMusic, consulté le 28 janvier 2014.
  8. (en) D. Brackett, Fleetwood Mac: 40 Years of Creative Chaos, (Praeger, (ISBN 0275993388)), page 25.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Bane. White boy singin' the blues. Penguin, 1982. 270 p. A5, index. (ISBN 0-14-006045-6)
  • (en) Bob Brunning. Blues : The British connection. Avant-propos de Paul Jones. Blandford Press, 1986. 256 p., index. (ISBN 0-7137-1836-6). Édition révisée et mise à jour en 1995 Blues in Britain : The history, 1950s-90s (autre sous-titre : 1950s to the Present), 288 p. (ISBN 0-7137-2457-9). Réédité avec le titre original chez Helter Skelter, 2002, 288 p. (ISBN 1-900924-41-2)
  • (en) Leslie Fancourt. British blues on record (1957-1970). Retrack Books, 1989. 62 p. A5.
  • (en) Dick Heckstall-Smith. The safest place in the world : A personal history of British Rhythm and blues. Préface de Jack Bruce. Quartet, 1989, relié, 178 p. (ISBN 0-7043-2696-5). Réédité par Clear Books en 2004, avec une 2e partie écrite par Pete Grant, son manager depuis 2000. Blowing the blues : Fifty years playing the British blues, avec un CD de 7 morceaux dont 5 inédits. 256 p. (ISBN 1-904555-04-7). Les deux éditions contiennent une discographie très détaillée, mais seule la première présente un index
  • Christopher Hjort. Strange brew : Eric Clapton and the British blues boom, 1965-1970. Avant-propos de John Mayall. Jawbone, 2007. 352 p. (ISBN 1-906002-00-2).
  • (en) Summer McStravick and John Roos (sous la dir. de). Blues-rock explosion. Avant-propos de Bob Brunning. Old Goat Publishing, 2001. 286 p A4 + xxxi, index. (ISBN 0-9701332-7-8). (concerne à la fois les États-Unis et la Grande-Bretagne, mais il manque plusieurs artistes dont Ian A. Anderson, Long John Baldry, Duster Bennett, Roy Buchanan, Davy Graham, The Groundhogs et Gerry Lockran. Sur les 42 artistes/groupes étudiés, 41 sont Blancs et il y a un seul Noir, Taj Mahal)
  • (en) Roberta Freund Schwartz. How Britain got the blues : The transmission and reception of American blues style in the United Kingdom. Ashgate (Ashgate Popular and Folk music series), 2007. 282 p., relié. (ISBN 0-7546-5580-6).