Église Saint-Louis de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Louis.

Église Saint-Louis
La nef de l'église Saint-Louis en 2010.
La nef de l'église Saint-Louis en 2010.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction 1615
Fin des travaux 1704
Style dominant Gothique flamboyant et classique
Protection Logo monument historique Classé MH (1910)
Géographie
Pays
Flag of France.svg
France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Coordonnées 49° 26′ 41″ nord, 1° 06′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Église Saint-Louis

Géolocalisation sur la carte : Rouen

(Voir situation sur carte : Rouen)
Église Saint-Louis

La chapelle du lycée Corneille est une ancienne église, qui se trouve rue du Bourg-l'Abbé, au sud du lycée Corneille, à Rouen. L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Historique[modifier | modifier le code]

La première pierre de l'église Saint-Louis a été posée en 1615 par la reine Marie de Médicis. Une première messe est célébrée en 1631. L'église est consacrée en 1704. Le chœur et le transept sont achevés en 1725[2].

L'expulsion des Jésuites qui tiennent le collège attenant marque sa désaffection et son dépouillement progressif. En 1765, l'orgue est démonté pour être installé dans l'église Saint-Michel de Pont-l'Évêque. Les autels sont quant à eux vendus et ornent aujourd'hui l'église de la Sainte-Trinité de Pinterville[2].

En 1793, elle devient un dépôt de fourrage. En 1799, l'église sert de dépôt des peintures de la ville, en faisant le premier musée des Beaux-Arts de Rouen. Mal entretenue, le Conseil municipal envisage de la détruire en 1895 pour agrandir le lycée. Elle deviendra finalement monument classé en 1910[2]. Depuis 1959, des campagnes de restauration se succèdent et permettent de la rendre au culte et de l’ouvrir à un large public pour des activités culturelles prestigieuses comme le Festival d'octobre de Rouen.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'extérieur[modifier | modifier le code]

Façade de l'église Saint-Louis, vue de nuit, en février 2016.

Cette église est une synthèse entre le style gothique finissant et l’architecture classique. Sa façade sur la rue donne l'impression qu'elle est inachevée. Cette situation est due à l’exiguïté du terrain sur laquelle elle est construite. Les constructions qui l'entouraient ont aujourd'hui disparu. De par son volume, elle est la troisième église de Rouen, après la cathédrale et l'abbatiale Saint-Ouen et la troisième église jésuite de France, après celle de la maison professe à Paris et de Rennes[2].

On accède à la façade, de style classique, par un emmarchement. La porte est encadrée de deux colonnes doriques, surmontées d'un entablement. Au niveau supérieur s'ouvre une baie en plein cintre. La façade est couronné par un fronton. Quatre statues, placées dans des niches, représentent saint Louis, Charlemagne, saint Ignace de Loyola, fondateur des jésuites, et saint François d'Assise.

L'intérieur[modifier | modifier le code]

Le chœur de l'église Saint-Louis en septembre 2011.

Son plan a la particularité d'être orienté nord-sud. Elle se développe en forme de croix avec une nef unique et s'étire sur 52 m de long. Les deux premières chapelles au sud sont atrophiées. Ensuite se développent deux chapelles, celle au nord accueille en 1826 le tombeau du cardinal de Joyeuse, du marbrier rouennais Parfait. Celle au sud, la chapelle de la Passion, possède un retable identique à celui de l'abbatiale Saint-Ouen. Il représente Notre-Dame de Liesse, et pourrait être une réalisation de Guillaume de La Tremblaye, qui l'a réalisé en 1684 pour Saint-Ouen. Posé dessus se trouve un Christ en plâtre. L'original de Girardin a été vendu en 1765[2].

Le croisillon est recouvert de marqueteries de marbre. Son retable, daté de 1661 environ ressemble au retable de l'église Saint-Paul-Saint-Louis de Paris. En partie basse se trouvait un tableau, une Crucifixion de Jouvenet. La partie supérieure devait accueillir une sculpture. Le croisillon ouest suivait la même disposition. Le tableau, que présentait le retable, avant sa vente en 1765 était une Présentation de Jésus au temple de Jouvenet, tableau jamais retrouvé[2].

Les chapelles au niveau de la croisée sont surmontées de loges ou jubés. Ce sont des galeries ou tribunes hautes[2].

La chapelle latérale ouest du chœur a été en grande partie influencé par le projet de Robert de Cote dessiné en 1704. Le dessus des portes qui encadrent le retable représente la vie d'Ignace de Loyola. Celle de gauche représente sa vision du Christ tandis que celle de droite est celle où Ignace reçoit les saints sacrements[2].

Le chœur abrite un retable de la seconde moitié du XVIIe siècle en bois, qui possède des colonnes torses et à balustres creuses. Malheureusement, l'autel a été comme pour le reste de l'église arraché[2].

Le dallage, refait à l'identique, est en ardoise et travertin. Les vitraux, en grisaille, sont dus au mécénat de Gaz de France[2].

Transformation en salle de concert[modifier | modifier le code]

Depuis 2016, la chapelle accueille des concerts grâce à un aménagement architectural de l'atelier d'architecture bordelais King Kong [3] aidé des scénographes de Ducks scéno et du cabinet acoustique Kahle Acoustics. Une sphère de 7 mètres de diamètre permet de diffracter le son dans l'ensemble de l'auditorium de 600 places tout en éclairant la scène[4].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Projet de démolition de la chapelle du lycée Corneille à Rouen. Vœu de conservation par la Société des architectes de la Seine-Inférieure, Rouen, imprimerie Julien Lecerf,
  • Olivier Chaline (préf. Étienne Wolff), La Chapelle du lycée Corneille à Rouen, , 64 p.
  • DUTHION Bénédicte, Du collège des Jésuites au lycée Corneille, Rouen, Région Normandie, Collection "Patrimoine & Territoire", 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]