Abbaye Notre-Dame de Bellozanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Notre-Dame de Bellozanne
Image illustrative de l'article Abbaye Notre-Dame de Bellozanne
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Rattachement Ordre des Prémontrés
Début de la construction 1198
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Brémontier-Merval
Coordonnées 49° 30′ 20″ N 1° 36′ 40″ E / 49.5055555556, 1.6111111111149° 30′ 20″ Nord 1° 36′ 40″ Est / 49.5055555556, 1.61111111111  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Bellozanne

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Abbaye Notre-Dame de Bellozanne

L'abbaye Notre-Dame de Bellozanne est un établissement prémontré, situé sur la commune de Brémontier-Merval, en Seine-Maritime.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette abbaye est fondée en 1198 par Hugues V de Gournay, et confiée à l'ordre des Prémontrés. Elle est la fille aînée de l'abbaye de l'Isle-Dieu. En 1198, l'église est consacrée et les religieux investissent l'abbaye. La charte de fondation fait mention de la présence de Robert, abbé de Beaubec, Geoffroy, abbé de l'Isle-Dieu et Robert, abbé d'Ardenne. Elle était située entre deux étangs, depuis asséchés : l'étang du Mont-Louvet et l'étang de Bray. Le 13 juillet 1198, Richard Cœur de Lion confirme les donations faites à l'abbaye. Elles sont à nouveau confirmées par Jean sans Terre le 1er janvier 1200, et par Philippe le Bel le 10 août 1304, de Bellozanne même[1]. Le premier abbé est Raoul, venu de l'Isle-Dieu.

L'abbaye avait le patronage de 7 paroisses, toutes données sauf une en 1198 : Bellozanne, Brémontier et sa succursale Merval, Elbeuf-en-Bray[2], Saint-Lucien[3], Le Thil et sa succursale Riberpré. De plus, l'abbaye est la mère du prieuré du Val-Guyon, à Bonnières, aumôné à l'abbaye par Guy Mauvoisin, seigneur de Rosny, en mai 1234.

En août 1314, l'abbaye accueille le roi Philippe le Bel. En juin 1327, c'est au tour du roi Charles IV d'y venir.

L'établissement subit la commende dès 1521. L'un de ses abbés commendataires est le poète Pierre de Ronsard. Au XVIIe siècle, l'abbaye est ravagée par les guerres de la Ligue. Parmi les membres de la communauté, on peut citer François Placet, prieur en 1666, qui est un précurseur de la théorie de la dérive des continents[4]. L'abbaye est l'une des rares en Normandie avec celle de Blanchelande à ne pas adopter la réforme de l'Ordre des Prémontrés, et à conserver la Commune Observance.

À la Révolution, il reste sept religieux. L'abbaye se trouve pillée. L'église est vendue comme bien de la nation à Cartier, boucher de Pont-de-l’Arche, qui achète pour 16 500 livres l’enclos abbatial de Bellozanne, le dépèce et en revend les restes[5] le à Charles Certain pour 2 000 francs seulement[6], qui ordonna sa démolition. Toutes les pierres ont été réutilisées. En 1827, un château a été construit à l'emplacement de l'abbaye.

Il ne reste aujourd'hui que des vestiges de l'abbaye : la porterie du XVIIIe siècle, plusieurs bâtiments de la ferme des religieux et les caves sous le château.

Abbés (35 abbés dans l'histoire de l'abbaye)[modifier | modifier le code]

Abbés réguliers:

  • Raoul (1198 -), venu de l'Isle-Dieu.
  • Hugues (2 février 1259 -)[7]
  • Nicolas (1350)
  • André Hestrel (1399)
  • Mathieu Lejeune (1423)
  • Jean Leclerc (1480 -), prieur-curé du Thil.
  • Jean Boudet (1499 - 1518), prieur-curé de Saint-Lucien.
  • Antoine d'Outreleau (1518 - 1521), prieur-curé de Brémontier.
  • Robert Coppin, prieur claustral[8].
  • Michel Lelong (1522 - 1539)[9], bénédictin de Fécamp, prieur d'Évecquemont.

Abbés commendataires:

  • Louis Héraut de Servise (1539 - 1543), maître de la chapelle de la reine.
  • François Vatable (1543 - 1547), professeur d'hébreu à l'Université de Paris.
  • Jacques Amyot (1547 - 1564)[10], élève de Vatable, traducteur de Plutarque, grand aumônier de France, évêque d'Auxerre.
  • Pierre de Ronsard (15 mars 1564 - 10 août 1564)[11], poète.
  • Jean de Maumont (10 août 1564 - 1576)[12], helléniste, principal du collège de Pompadour à Paris.
  • Jean Touchard (1583 - 1597)[13], chanoine de Notre-Dame de Paris, ancien précepteur du cardinal de Vendôme. Il reprend la commende à la mort de Brossin.
  • Charles Brossin (1588 - 1591)[14], docteur en théologie, prédicateur ordinaire du duc de Mayenne.
  • Antoine Regnard (1599 - 1626), neveu de Touchard, curé de Montjavoult.
  • Jean Coignard (1626 - 1668)
  • Jacques de Fieux (1668 - 1675)[15]
  • Étienne de Fieux (1676 - 1694), frère du précédent, vicaire général et grand archidiacre de Rouen.
  • Pierre de Hangest d'Argenlieu (1694 - 1701), prévôt de Saint-Gervais de Soissons.
  • Denis Léger (1701 - 1729), docteur de la Sorbonne, grand archidiacre d'Angers, chanoine de la Sainte-Chapelle de Paris.
  • Urbain Robinet (1729 - 1758)[16], chanoine de Paris, vicaire général de Rouen.
  • Thomas Le Rat (1759 - 1790), chanoine de Rouen.

Armes de l'abbaye[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Ouveillan (Aude).svg d'azur à trois fleurs de lys d'or, 2 et 1[17].

Propriétaires et occupants du château de Bellozane[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Certain de Bellozane, petit-fille de Charles-Jean Certain et dernière du nom[18]. Elle épousa le général Louis Eugène Léonce Pajol (1817-1885).
  • Le couple a une fille, Marie-Malvina-Françoise-Amnadine Pajol qui épousa Henri Étignard de La Faulotte.
  • Louis Davout (1877-1958), 4e duc d’Auerstaedtet et gendre des précédents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. N R. Potin de la Mairie, Recherches historiques sur la ville de Gournay, Éditions veuve Folloppe, Gournay, 1844, [lire en ligne]
  2. Le patronage avait été donné à l'abbaye du Bec par la famille de Gournay. Repris et échangé, il est donné à l'abbaye de Bellozanne.
  3. Ce patronage a été donné par Enguerrand de Saint-Lucien, et confirmé le 17 janvier 1200 par l'archevêque de Rouen.
  4. Bernard Ardura, Prémontrés, histoire et spiritualité, Publications de l'Université, Saint-Étienne, 1995, [lire en ligne]
  5. Bernard Bodinier, De la Révolution à la séparation de l’Église et de l’État : le sort des abbayes normandes, lire le pdf
  6. comte de Bellozanne, ancien conseiller de la Cour des Aides.
  7. Il reçoit la bénédiction abbatiale d'Eudes Rigaud, archevêque de Rouen.
  8. Il meurt l'année de son élection.
  9. Il est nommé par le roi pour la commende de l'abbaye, mais se comporte comme un abbé régulier.
  10. François-René de Chateaubriand, Génie du Christianisme, Volumes 3 à 4, Ledentu, Paris, 1830, [lire en ligne]
  11. Il renonce la même année à l'abbaye et reçoit en échange le prieuré de Saint-Cosme en l'Isle en mars 1565 et celui de Croixval en mars 1566. Paul Laumonier, Ronsard, poète lyrique: étude historique et littéraire, Genève et Paris, 1997, [lire en ligne]
  12. (en) Isidore Silver, Ronsard and the Hellenic Renaissance in France, vol. 1, Washington University, Saint Louis, 1961, [lire en ligne]
  13. Claude Fleury, Histoire Ecclesiastique, vol. 24, Libraires associés, Paris, 1781, [lire en ligne]
  14. Il est nommé par le duc de Mayenne. Il meurt lors du siège de Gournay et meurt sans avoir reçu son investiture canonique.
  15. Il devient en 1675 évêque de Tulle.
  16. Michel Pierre Joseph Picot, Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique pendant le dix-huitième siècle, tome 4, Imprimerie d'Adrien Le Clère, Paris, 1816, [lire en ligne]
  17. Alfred Canel, Armorial de la province des villes de Normandie, Rouen, A. Péron, 1849, [lire en ligne]
  18. Vicomte d’Avout (Jacques d’Avout), Les d’Avout : étude généalogique d’une famille d’ancienne chevalerie du duché de Bourgogne, Dijon, imprimerie Darantière, M CM LII (1952), 86 pages, 31 cm, page 71.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Benoît Désiré Cochet, « Notice historique sur l'ancienne abbaye de Bellosane », dans Précis analytique des travaux de l'Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Rouen, Rouen: Alfred Péron, 1847, p. 327-336
  • Jean Benoît Désiré Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-inférieure, Paris, Imprimerie nationale,‎ (lire en ligne)
  • J. Fournée, O. Le Bertre-Turban, L'abbaye de Bellozanne, Association de l'Année des abbayes normandes, Rouen, 1979.
  • Achille de Rochambeau, La famille de Ronsart: recherches généalogiques historiques et littéraires sur P. de Ronsard et sa famille], Paris, A. Franck, 1868, [lire en ligne]
  • Dieudonné Dergny, Les cloches du Pays de Bray, Paris, Derache, 1863, [lire en ligne]
  • Simon Barthélemy Joseph Noël, Premier essai sur le département de la Seine-Inférieure, Rouen: Imprimerie des arts, 1795, [lire en ligne]
  • Abbaye de Bellozanne, archives départementales de la Seine-Maritime, 4H.