Abbaye de Silly-en-Gouffern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Silly-en-Gouffern
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Ville Silly-en-Gouffern
Coordonnées 48° 45′ 12″ nord, 0° 04′ 16″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Silly-en-Gouffern

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Abbaye de Silly-en-Gouffern

L’abbaye de Silly-en-Gouffern, ou abbaye Notre-Dame de Silly, était une abbaye qui fut fondée par les prémontrés avant 1151, en Normandie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située entre les deux parties actuelles de la forêt de Gouffern, l'abbaye de Silly-en-Gouffern fut fondée avant 1151[N 1],[2] par un gentilhomme angevin au service de l'impératrice Mathilde, le chevalier Drogon[3],[4],[5],[6], « qui s'y fit chanoine et y mourut »[7].

L'abbaye de Silly est mentionnée dans de nombreuses chartes des XIIe et XIIIe siècles, dans lesquelles elle est appelée abbaye de Sainte-Marie de Gouffer (ou Gouffern)[6],[7],[8],[9]. Elle fut très richement dotée dès l'origine, par l'impératice Mathilde, puis par son fils Henri II et son petit-fils Richard Cœur de Lion, ducs de Normandie et rois d'Angleterre, et ensuite par Philippe le Bel, roi de France[5],[8].

En 1187, une colonie de chanoines de l'abbaye de Silly allèrent fonder l'abbaye de l'Isle-Dieu près de Rouen[10],[11].

L'abbaye de Silly dépendait de l'évêché de Séez, et c'est d'ailleurs là que se fit enterrer, en 1228, l'évêque de Séez Gervais Ier de Chichester, également abbé-général des Prémontrés[12],[13],[14].

Au cours de la guerre de Cent Ans, l'abbaye fut détruite par les anglais. Elle fut reconstruite à partir de 1386[7].

En 1630, les religieux embrassèrent la réforme de l'ordre des Prémontrés, dite aussi « Réforme de Lorraine » ou de « l'antique rigueur », consistant à ramener les Prémontrés à l'observance (de la règle) primitive du XIIe siècle, équivalent chez les Prémontrés du mouvement de « l'Étroite observance » dans l'Ordre cistercien[2],[15].

En 1759, M. Drouet indique à l'article « Silly » de sa version du Grand dictionnaire historique[16], réédition augmentée de l'ouvrage de Louis Moréri (1643-1680) dans lequel cet article n'existait pas[N 2] : « Les religieux, qui y sont toujours au nombre de douze à quatorze, se proposent de renouveler entièrement leurs bâtiments, en très mauvais état, et ils ont déjà commencé. »

L'abbaye fut en grande partie détruite à la Révolution. L'église abbatiale Notre-Dame, avec nef servant d'église paroissiale Saint-Laurent, avait été décrite en 1701 : construite en carreau de Fel, avec chœur vouté, longue de 135 pieds, large de 53, avec clocher à 4 cloches. Elle fut détruite à la Révolution et reconstruite sur un plan réduit après 1806. Les bâtiments conventuels furent détruits. Il reste toutefois un logis abbatial remanié portant la date 1731[2].

Plusieurs évêques de Séez[N 3],[7] et plusieurs princes de sang furent enterrés à l'abbaye de Silly[7],[N 4],[17].

Abbés de Silly[modifier | modifier le code]

Au cours des siècles, on sait qu'au moins 45 abbés se sont succédé à l'abbaye de Silly[7].

On compte parmi eux, successivement :

Abbés réguliers

  • Alain (vers 1150), premier abbé qui sortait du chef de l'ordre des Prémontrés.
  • Raoul
  • Guillaume (1203)
  • Geoffroy
  • Michel
  • Philippe (1250)
  • Richard Fournier (1309)
  • Richard de Pelvel, visiteur de la province de Normandie (en 1320).
  • Réginald (1354)
  • Nicolas de Pommainville (-1365)
  • Mathieu (1365-)
  • Jean Ier (en 1386), qui commença la reconstruction de l'abbaye.
  • Nicolas Nicolet (-1400)
  • Jean III Le Cordier (1420-1425), originaire d'Exmes.
  • Guillaume Le Cordier (1425-1444), qui fut nommé abbé à Saint-Martin-de-Séez.
  • Jean IV Le Cordier de Magny, frère du précédent, qui passa ensuite à l'abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives.
  • Maurice de Magny (1454-1499)
  • Jean Le Fort (1499-1518)
  • Guillaume VI Paris (1518-1545), dernier abbé du monastère composé de chanoines réguliers, décédé en 1545.

Abbés commendataires

  • Louis de Bailleul (1546-1583), doyen de Lisieux et abbé de Lonlay, qui assiste en 1576 à l'échiquier d'Alençon. Il est inhumé dans l’abbatiale, sous la lampe du chœur. (33e abbé)
  • Nicolas Le Forestier (1583-1584), dominicain du couvent d’Evreux, confesseur du duc d'Alençon. (34e abbé)
  • Thomas Loisel (1586-1598), chanoine de Carrouges. (35e)
  • Jacques le Veneur (1604-1613)
  • Jean le Veneur (1614-1625), fils de Jacques le Veneur, comte de Tillières, qui était aussi abbé de Fontaine-Daniel, et qui réforma Silly en 1614[N 5]. (36e)
  • Jacques le Veneur (1625-1637), frère du précédent, qui fut nommé abbé commendataire de Silly, et se retira en 1637 au profit de son neveu. Il était aussi abbé des abbayes de Fontaine-Daniel, de Fontaine-le-Comte et de Ferrières, conseiller et aumônier du roi, comte de Carrouges et baron de Beauvais et de Bécon[18]. (37e)
  • François le Veneur (1637-1667), fils de Tanneguy II, comte de Tillières, également abbé commendataire de Fontaine-Daniel et de Fontaine-le-comte, mort en 1667. (38e)
  • Henry Du Mont (1667-1684), maître de la musique de la Chapelle royale. (39e)
  • Bertrand de Bortaris de Tournefort (1685-1727), chanoine de Saint-Quentin de Vermandois et vicaire général de Paris. (40e)
  • Dominique-Barnabé Turgot, évêque de Séez, en 1727, décédé la même année. (41e)
  • Louis-François Néel de Christot (1728-1775), date à laquelle il était conseiller-clerc au parlement de Normandie et vicaire-général de Rouen[19]. Il devient ensuite évêque de Séez. (42e)
  • Jean-Baptiste Du Plessis d’Argentré (1776-1783), évêque de Séez.
  • Jacques-François Hennebert (1783-1790), chapelain ordinaire de Madame[20].

L'abbaye aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les vestiges de l'abbaye figurent à l'inventaire général du patrimoine culturel français[2]. Ils sont constitués d'une église (reconstruite en 1806 sur un plan réduit), d'une grange, d'un logement abbatial remanié portant la date 1731, d'une croix monumentale du XVIIIe siècle de 6,45 m de haut[21], d'une fontaine datant de l'antiquité, restaurée en 1897[22], et d'une cour.

Divers objets figurent aussi à cet inventaire, dont :

L'église sert toujours aujourd'hui en tant qu'église paroissiale de Silly-en-Gouffern.

Autre abbaye de Gouffern[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Silly, ou abbaye de Silly-en-Gouffern, ne doit pas être confondue, ainsi qu'elle l'est parfois[17], avec l'abbaye de Saint-André-en-Gouffern, parfois appelée « abbaye de Saint-André-de-Gouffern », qui se situe sur la commune de La Hoguette, dans le Calvados près de Falaise, jusqu'où s'étendait jadis la forêt de Gouffern. L'abbaye de Saint-André-en-Gouffern fut fondée en 1130 ou 1143[5] par Guillaume de Ponthieu, qui s'y fit enterrer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La date de fondation de l'abbaye varie selon les sources mais est toujours donnée avant 1151.
  2. Voir la seconde édition, de 1683, volume 3, p. 1136 où l'on constate l'absence de l'article Silly dans cette édition, lequel est donc postérieur.
  3. Au moins l'évêque de Séez Gervais Ier de Chichester, en 1228, et l'évêque de Séez Gervais II de Belleau, en 1363 ou 1364.
  4. Marie, fille de Jean Ier de Valois, comte puis duc d'Alençon, décédée en 1412, y fut également enterrée.
  5. M. de Maurey d'Orville cite deux fois Jean le Veneur dans sa liste (Recherches historiques sur la ville de Séez, 1829), pourtant il n'y en avait manifestement qu'un seul, que l'on retrouve dans la généalogie de la famille Le Veneur au tome VIII de l’Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne, de la Maison du Roy et des anciens barons du royaume... par le Père Anselme, 1733, p. 259.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail
  2. a, b, c et d Voir « Abbaye de Prémontrés Notre-Dame à Silly-en-Gouffern », notice no IA00001686, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Charles Trigan, Histoire ecclésiastique de la province de Normandie, avec des observations critiques et historiques par un docteur de Sorbonne, 1761, p. 260
  4. Louis Le Vavasseur de Masseville, Histoire sommaire de Normandie, 3e édition, volume 2, chez J.-B. Besongne, Rouen, 1708, p. 199
  5. a, b et c André Jean Marie Hamon, Notre-Dame de France, ou, Histoire du culte de la Sainte Vierge en France, depuis l'origine du christianisme jusqu'à nos jours, chez H. Plon, 1865, p. 114
  6. a et b Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, volume 8, 1834, p. 169.
  7. a, b, c, d, e et f M. de Maurey d'Orville, Recherches historiques sur la ville de Séez, 1829, p. 131, p. 144, p. 317-320.
  8. a et b Société de l'école des chartes, Bibliothèque de l'École des chartes, volume 1, 1839-1840, p. 548.
  9. Société de l'école des chartes, Bibliothèque de l'École des chartes, volume 127, parties 1-2, p. 87.
  10. Jacques-Paul Migne, Troisième et dernière Encyclopédie théologique, volume 16, 1856, p. 390
  11. Charles Louis Richard, Bibliothèque sacrée, ou Dictionnaire universel historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, volumes 13-14, chez Boiste fils ainé, 1824, p. 476.
  12. Charles Nodier, Edward Harwood, Mauro Boni, Bartolommeo Gamba, Bibliothèque sacrée grecque-latine: comprenant le tableau chronologique, biographique et bibliographique des auteurs inspirés et des auteurs ecclésiastiques, depuis Moïse jusqu'à Saint Thomas-d'Aquin, chez A. Thoisnier-Desplaces, 1826, p. 379
  13. Édouard Frère, Manuel du bibliographe normand, Tome second, 1860, p. 17
  14. Collectif, Biographie universelle ancienne et moderne ou Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer..., volume 17, biographie de Gervais (par M. Lécuy), p. 236.
  15. Jean-Martial Besse, Abbayes et prieurés de l'ancienne France, Tome VII : Province ecclésiastique de Rouen p. 221 (comporte une grande bibliographie).
  16. Étienne-François Drouet, Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane... par Mre Louis Moréri..., Nouvelle édition, dans laquelle on a refondu les Supplémens de M. l'abbé Goujet, le tout revu, corrigé et augmenté par M. Drouet, tome 9, 1759, article « Silly », p. 663-664
  17. a et b Louis Joseph Fret, Antiquités et chroniques percheronnes: ou recherches sur l'histoire civile, religieuse, monumentale, politique et littéraire de l'ancienne province du Perche et pays limitrophes, volume 2, 1838, p. 47 et p. 485.
  18. Mme G. Despierres, « Le Château de Carrouges, sa chapelle, ses sculptures au 17e siècle », dans Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne, 17e session, Paris, 1893 p. 237-262.
  19. Voir une notice biographique de lui ici
  20. Voir sa nomination dans le Mercure de France, Journal politique, de Bruxelles, Paris, 1783, p. 71
  21. Voir « Croix Monumentale à Silly-en-Gouffern », notice no IA00001687, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Voir « Fontaine de Dévotion Saint-Laurent », notice no IA00001689, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Voir « Ensemble (autel, tabernacle, retable) : du maître-autel, abbaye de prémontrés Notre-Dame », notice no IM61000564, base Palissy, ministère français de la Culture.
  24. Voir « Verrière (4) : la fondation de l'abbaye de Silly, la leçon de musique, le Christ enseignant », notice no IM61000580, base Palissy, ministère français de la Culture.

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Livres et documents consacrés à l'abbaye de Silly[modifier | modifier le code]

  • Plan des terres appartenant à l'abbaye de Silly (Orne) dans la forêt de Gouffert, document cartographique manuscrit. Notice BnF.
  • M. Gravelle-Desulis, Notice sur l'abbaye de Silly, Alençon, 1852, 12 pages. Notice BnF.
  • Louis Duval, Travaux d'art exécutés à l'abbaye de Notre-Damede Silly-en-Gouffern aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1901, 16 pages. Notice BnF.
  • Jean Fournée, Abbaye Notre-Dame de Silly, Rouen, 1979, 40 pages. Notice BnF.

Livres comportant un article consacré à l'abbaye de Silly[modifier | modifier le code]

  • Étienne-François Drouet, Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane... par Mre Louis Moréri..., Nouvelle édition, dans laquelle on a refondu les Supplémens de M. l'abbé Goujet, le tout revu, corrigé et augmenté par M. Drouet, tome 9, 1759, article « Silly », p. 663-664. Notice BnF.
  • M. de Maurey d'Orville, Recherches historiques sur la ville de Séez, 1829, article « Abbaye de Silly », p. 317-320. Notice BnF.
  • Honoré Fisquet, La France pontificale (Gallia christiana), histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l'établissement du christianisme jusqu'à nos jours, divisée en 17 provinces ecclésiastique, 1864-1873, volume Métropole de Rouen - Diocèse de Séez, article « Silly-en-Gouffern », p. 166 et suivantes. Notice BnF
  • Pierre Flament, « Les prémontrés de Silly face à la Révolution », dans Recueil d'études normandes en hommage au docteur Jean Fournée, Société parisienne d'histoire et d'archéologie normandes, Paris, 1978, p. 103-111. Notice BnF, Notice Normannia, Notice OPAC.

Liens externes[modifier | modifier le code]