Église Saint-Gervais de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Gervais.

Église Saint-Gervais de Rouen
Image illustrative de l’article Église Saint-Gervais de Rouen
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Archidiocèse de Rouen
Début de la construction 1868
Fin des travaux 1874
Style dominant Néoroman
Protection Monument historique (1840)
Géographie
Pays
Flag of France.svg
France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Coordonnées 49° 26′ 59″ nord, 1° 04′ 58″ est

Géolocalisation sur la carte : Haute-Normandie

(Voir situation sur carte : Haute-Normandie)
Église Saint-Gervais de Rouen

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Gervais de Rouen

Géolocalisation sur la carte : Rouen

(Voir situation sur carte : Rouen)
Église Saint-Gervais de Rouen

L'église Saint-Gervais située place Saint-Gervais et rue Claude-Groulard à Rouen, a été construite entre 1868 et 1874, l'architecte en était Martin Pierre.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'église actuelle, de style néoroman, voutée d'ogives, succède à un prieuré dépendant de l'abbaye de Fécamp, édifié extra muros, où meurt Guillaume le Conquérant le 9 septembre 1087[1]. Sous le chœur existe une crypte rectangulaire antérieure à l'an mil. La tradition y place la sépulture des premiers évêques. En effet, un grand cimetière antique et paléochrétien s'étend jusqu'à la rue du Renard, ancienne voie romaine. De nombreux sarcophages y ont été retrouvés dont deux sont exposés dans l'église.

Le prieuré a été illustré par le séjour qu'y fit, durant une maladie, saint Thomas de Cantorbéry. Il reçut également la visite du roi Henri II d'Angleterre et du roi Louis VII de France.

Ce prieuré dura jusqu'au XVe siècle. L'église fut démolie en 1418 avant le siège mené par les Anglais pour qu'ils ne puissent pas y trouver refuge et elle fut rebâtie en 1434[2]. Elle fut mutilée pendant les troubles civils et religieux de 1560 et 1562 et le siège de Rouen par Henri IV en 1591.

Charles-Marie Bouton a réalisé un dessin de la Crypte de Saint-Gervais en 1823[3].

La fresque du chœur est due au peintre Savinien Petit. Le panneau central décoré d'une croix est entouré par six panneaux peints représentant saint Thomas Becket, saint Mellon, saint Gervais, saint Protais, saint Victrice et saint André.

L'église est répertoriée dans la première liste des monuments historiques français en 1840. Une partie de l'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[4].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jules Thieury, Saint-Gervais de Rouen : église et paroisse, Paris et Rouen, [5]
  • Yvon Pailhès, Rouen : un passé toujours présent… : rues, monuments, jardins, personnages, Luneray, Bertout, , 285 p. (ISBN 2-86743-219-7, OCLC 466680895), p. 38-39
  • François Lemoine et Jacques Tanguy, Rouen aux 100 clochers : Dictionnaire des églises et chapelles de Rouen (avant 1789), Rouen, PTC, (ISBN 2-906258-84-9, OCLC 496646300)
  • « Rouen », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)
  • Armand Loisel, « Étude sur la crypte de l'église St-Gervais », Bulletin des Amis des monuments rouennais,‎
  • A. Leprevost, « Histoire de l'église Saint-Gervais », Procès-verbaux de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le prieuré Saint-Gervais était alors aménagé en résidence ducale.
  2. Michel Mollat, Histoire de Rouen, Privat, , p. 136
  3. Voyages pittoresques : Normandie 1820-1909, Milan, Silvana editoriale, , 543 p. (ISBN 9788836613687, OCLC 690603127), p. 160
  4. Notice no IA00021838, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Saint-Gervais de Rouen: Église et paroisse

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :