Abbaye Notre-Dame d'Ivry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abbaye Notre-Dame d'Ivry
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Fondation
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Ordre religieux
Patrimonialité
Localisation
Adresse
Rue de l'AbbayeVoir et modifier les données sur Wikidata
Ivry-la-Bataille, Eure
Flag of France.svg France
Coordonnées

L'abbaye Notre-Dame d'Ivry (sancta Maria de Ibreio) est une ancienne abbaye bénédictine, fondée au XIe siècle, dont les vestiges se dressent sur la commune française d'Ivry-la-Bataille, dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Ces vestiges font l'objet d'un classement partiel au titre des monuments historiques par arrêté du [1]. Seuls, le portail avec sa statue et l'arcade romane contiguë sont classés.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'abbaye est située au nord, à l'écart, en dehors de la ville-enclose.

Historique[modifier | modifier le code]

L'abbaye Notre-Dame d'Ivry est fondée vers 1071 par Roger d'Ivry, comte anglo-normand du XIe siècle, originaire d'Ivry. Issu de la famille éponyme, échanson de Guillaume le Conquérant[2], qu'il accompagna en 1066 lors de la conquête normande de l'Angleterre[3].

L'abbaye, incendiée en 1087, est pillée en 1563[4], lors de la première guerre de Religion, par les Calvinistes, causant la perte de l'église abbatiale, sous l'abbatiat de Philibert Delorme (1548-1560)[Note 1] et qui sera relevée sous l'abbatiat de Jacques de Poitiers.

L'abbaye porte les armes des seigneurs d'Ivry : « d'or à trois chevrons de gueules ».

Réforme de Saint-Maur[modifier | modifier le code]

d'or à trois chevrons de gueules

La congrégation bénédictine de Saint-Maur entreprend de réformer la plupart des monastères français par la restauration de la discipline, du travail intellectuel et des travaux d'érudition. Elle engage également de vastes reconstructions, dont bénéficie largement l'abbaye Notre-Dame du Bec — une des premières abbayes à être réformées. À cet instar, l'abbaye d'Ivry est relevée à partir de 1668 sous l'abbé commendataire Philippe de Vendôme.

L'abbaye à la Révolution[modifier | modifier le code]

L'abbaye est supprimée, puis vendue comme bien national à la Révolution (1791).

Après la Révolution[modifier | modifier le code]

Une filature de coton Ritouret Castel[5] comportant l'installation de mull jennies investit le domaine de l'ancienne abbaye en 1805. Un incendie y a lieu en .

Il ne reste de visible du domaine public[6] que le portail d'entrée qui a conservé une partie de son décor du troisième quart du XIIe siècle, une statue-colonne sur les six qui ornaient les piédroits du portail, comme à l'un des portails de la cathédrale de Chartres et une arcade romane. Dans les propriétés voisines, il subsiste des substructions, et un mur renforcé de puissants contreforts.

Architecture et mobilier[modifier | modifier le code]

François-Joseph Mauduit () rapporte que « l'église était richement décorée de superbes tableaux, de statues en bois de hauteur humaine sculptées par les meilleurs ouvriers de Paris représentant Jésus Christ tenant sa croix, la Sainte Vierge, saint Benoît et un ange adorateur de chaque côté de l'autel, etc. »[7].

L'acquéreur (et/ou dépositaire) Levaigneur, paroissien de Saint-Martin, fit don de tout cela pour la décoration de l'église locale.

Les deux cloches de l'église abbatiale partent vers Breuilpont où elles sont échangées avec celles de l'église Saint-Martin (une refonte aura lieu en 1834).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le Monasticon Gallicanum consacre la planche XXII à la représentation de l'abbaye en 1687.

La mairie de la commune indique que le collectionneur Gustave de Reiset (1821-1905) lui a offert une gravure du plan d'origine du domaine.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Couvre la période de 1071 à 1790[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Architecte du roi, qui supervisa, près d'Ivry, la construction du château d'Anet, pour le compte de Diane de Poitiers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ancienne abbaye », notice no PA00099459, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Bauduin 2004, p. 212.
  3. Bauduin 2004, p. 213.
  4. Erik Follain et Dominique Pitte, « À la découverte du passé d'Ivry-la-Bataille », Patrimoine normand, no 94,‎ juillet-août-septembre 2015, p. 49 (ISSN 1271-6006).
  5. Almanach du commerce de Paris… sur Google Livres.
  6. Quelques vestiges probables sur des propriétés privées.
  7. Mauduit 1899, p. 440.
  8. Mauduit 1899, p. 461 et s..
  9. Une affaire de malversation a été instruite à charge contre lui.
  10. Opuscules et mélanges historiques sur la ville d’Évreux… sur Google Livres.
  11. Dispute avec Artus d'Agar nommé abbé par le duc de Mayenne.
  12. Louis Anisson, docteur en Sorbonne, prieur de Fleurs, ordre de Cîteaux, à Douai, vicaire de l'archevêque de Lyon.
  13. a et b Archives départementales de l'Eure. Les bornes temporelles sont corrigées de la version de Charpillon et Caresme selon les révélations des archives de l'Eure.
  14. Nomination à l'abbaye d'Ivry (Eure) (bulles), Cote 2 E 1841 (1-91). Fonds du Lau, pièce 36, archives de Dordogne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis-Étienne Charpillon et abbé Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure - histoire, géographie, statistique, Delcroix, (OCLC 491377712, lire en ligne), p. 411 & s. papier / 429 & s. vers. électronique.
  • François-Joseph Mauduit, Histoire d'Ivry-la-Bataille et de l'abbaye de Notre-Dame d'Ivry, d'après les notes et pièces inédites recueillies par feu M. F.-J. Mauduit, rédigées et classées par un membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure, Évreux, Imprimerie de Charles Hérissey, , 609 p. (lire en ligne), p. 415 et suivant.
  • Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe – XIe siècle) : sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d'une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, , 488 p. (ISBN 978-2-84133-299-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]