Séminaire de Saint-Vivien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Séminaire Saint-Vivien de Rouen
Image illustrative de l’article Séminaire de Saint-Vivien
La caserne Philippon
Présentation
Type séminaire
Début de la construction 1691
Protection IGPC Notice no IA00022514
Géographie
Pays France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Coordonnées 49° 26′ 33″ nord, 1° 06′ 17″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Séminaire Saint-Vivien de Rouen

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Séminaire Saint-Vivien de Rouen

Le Séminaire de Saint-Vivien[1] est un ancien séminaire situé rue Saint-Vivien, dans le quartier de la Croix-de-Pierre, à Rouen.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondé en 1659 par François II de Harlay, archevêque de Rouen, il était dirigé par les prêtres de la Congrégation des Eudistes. Ce grand séminaire ou séminaire archiépiscopal s'adressait aux « grands clercs ».

Le terrain est acquis, au nom des eudistes, le 29 mai 1658 par Pierre-Maris de La Motte, évêque de Béryte, à l'emplacement d'un ancien couvent d'Annonciades. Il ouvre le 15 février 1659.

La chapelle Saint-Marc ou du Clos Saint-Marc est réunie au séminaire vers 1693. La chapelle du Séminaire, dédiée à la Vierge, est construite à partir de 1765[2].

En 1789, le cardinal de la Rochefoucauld réunit le prieuré Saint-Jacques du Val-aux-Grès (Bolbec)[3]. Supprimé en 1792, les locaux sont désaffectés. Après le Concordat, il est réuni au Séminaire Saint-Nicaise.

Les bâtiments ont servi de prison pour les prêtres insermentés[4]. Vendus, ils ont servi d'établissements industriels. Acquis en 1871 par la ville de Rouen pour devenir une école de commerce, l'ancien séminaire devient à la fin du XIXe siècle la caserne Philippon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no IA00022514.
  2. Elle sera détruite à la Révolution.
  3. Château du Val aux Grès
  4. J. B. Lecomte, Messire de Clieu, les églises et le clergé de la ville du Havre-de-Grace (1516-1851), Le Havre, Paris et Rouen, 1851.

Liens externes[modifier | modifier le code]