Pont Pierre-Corneille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont Pierre-Corneille
Image illustrative de l’article Pont Pierre-Corneille
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Rouen
Coordonnées géographiques 49° 26′ 09″ N, 1° 05′ 44″ E
Fonction
Franchit Seine
Fonction Pont routier
Caractéristiques techniques
Longueur 288 m
Largeur 28 m
Matériau(x) Acier soudé
Construction
Inauguration 19 juillet 1952
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Pont Pierre-Corneille
Géolocalisation sur la carte : Rouen
(Voir situation sur carte : Rouen)
Pont Pierre-Corneille

Le pont Pierre-Corneille est un pont routier sur la Seine à Rouen (Normandie).

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Il se situe en aval du pont Mathilde et en amont du pont Boieldieu.

Il relie la rive droite à la rive gauche en prenant appui sur l'île Lacroix. L'accès routier est ouvert au niveau de l'avenue Jacques-Chastellain.

Il permet le passage à deux voies de circulation pour automobiles ainsi que de deux trottoirs. La vitesse est limitée à 50 km/h. Sa présence permet la continuité de la route départementale 840 de l'axe Rouen - Verneuil-sur-Avre.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Il porte le nom de l'écrivain Pierre Corneille natif de Rouen.

Historique[modifier | modifier le code]

Le pont au tout début du XXe siècle
Autre vue du pont, à la même époque
Le pont relie l'île Lacroix aux deux rives.

En 1789, un nouveau pont est projeté par l'ingénieur Lamandé et Drapier[Qui ?]. Lors de sa visite en 1810, Napoléon Ier promet la création du Pont de Pierre. Le chantier qui s'étant de 1813 à 1829 reçoit dès la première année la visite de l'impératrice Marie-Louise[1]. Le quartier de L'Ile Lacroix doit son origine à établissement de ce pont[1].

Le pont est composé de deux volées de trois arcades qui permettent d'enjamber le fleuve. À la pointe de l'Ile Lacroix, au milieu du pont, un terre-plein a été aménagé. Un phare de 15 mètres de haut y est dans un premier temps envisagé, puis l'obélisque de Louqsor, et enfin une colonne commémorant la prise du Trocadéro. Finalement, en 1834, c'est une statue en bronze de Corneille par Pierre-Jean David d'Angers, qui est installée.

Appelé « Pont de Pierre » lors de sa construction, il prit plusieurs noms au fil du temps : le « pont Circonflexe » (du fait de sa forme), le « pont d'Angoulême », le « pont d'Orléans » en 1830 avant de devenir le « pont Corneille » en 1848.

Le , le Génie français le détruit lors de l'entrée de l'armée allemande dans la ville.

La statue de Corneille est déplacée devant le Théâtre des Arts.

Reconstruit en tant que « pont Pierre-Corneille », l'ouvrage d'art est inauguré le par André Morice, ministre, Jean Mairey, préfet de la Seine-Inférieure, et Jacques Chastellain, maire de Rouen. Le garde-corps a été conçu par Raymond Subes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Achille Lefort, Histoire de Rouen, Rouen, Éditions du Bastion, (1re éd. 1884), 198 pages p., « Principaux faits de l'Histoire de Rouen au XIXème siècle », p. 192.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]