Collégiale Notre-Dame de Vernon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collégiale Notre-Dame et Notre-Dame.
Collégiale Notre-Dame de Vernon
Image illustrative de l'article Collégiale Notre-Dame de Vernon
La collégiale Notre-Dame
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Diocèse d'Évreux
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)[1]
Site web vernon-visite.org/colleg/FR/histoire.htmVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays France
Région Normandie
Département Eure
Ville Vernon
Coordonnées 49° 05′ 46″ nord, 1° 28′ 36″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Collégiale Notre-Dame de Vernon

La Collégiale Notre-Dame est un monument de la ville de Vernon dans l'Eure. Elle se situe face à l'hôtel de ville et à l'office du tourisme. L'édifice fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1].

Histoire de l'édifice[modifier | modifier le code]

Les travaux de l'édifice ont commencé vers la fin XIe siècle. C'est vers 1072 qu'eut lieu la dédicace par Gilbert Fitz Osbern, évêque d'Évreux, de la collégiale[2] à La Sainte Mère de Dieu de cette église construite dans l'environnement d'un temple païen. Sa façade date du XVe siècle. La collégiale de Vernon possède deux flèches hautes de 70 m. D'importants travaux effectués entre 1360 et 1610 ont concerné la nef et la façade de la collégiale pour créer une magnifique construction gothique de six travées et treize chapelles latérale. Elle fut achevée au XVIIe siècle.

En 1160, Guillaume de Vernon, fonde le collège de 16 chanoines. Cette construction est l'une des plus anciennes de Normandie, en pierre calcaire de Vernon, plan en croix latine à transept non saillant ; étages, 1 vaisseau, voûtes d'ogives, couverture en ardoise.

  • Longueur totale est : 61 m
  • Longueur de la nef : 34,25 m, derrière le mur de celle-ci se dressait la Tour au XIIIe siècle
  • Hauteur de la nef : 22 m surplombant les parties les plus anciennes
  • Largeur de la nef : 8,25 m
  • Carré du transept : 7,15 m
  • Longueur du chœur et de l'abside : 10,49 m. Le chœur du XIIe siècle entouré d'un déambulatoire voûté d'ogives. Sacristie et salle du Trésor du XVIe siècle

Par suite des crues, le carrelage du sol fut rehaussé de 50 cm.

Pendant la période révolutionnaire, la "ci-devant collégiale" devint le "temple de la Raison".

Le vicomte Félix Leclerc de Pulligny, archéologue, restaure la collégiale de Vernon en 1871 et de nombreuses églises et calvaire du Vexin Normand.

Au cours de la seconde guerre mondiale, la collégiale eut à souffrir des bombardements de 1940 et 1944, durant lesquels elle perdit notamment tous ses vitraux.

Toutefois,grâce aux travaux entrepris, la collégiale reste un des témoins du patrimoine artistique de la ville de Vernon.

Description de la collégiale[modifier | modifier le code]

L'extérieur de la collégiale[modifier | modifier le code]

La façade occidentale date des XIVe et XVe siècles.

La décoration du portail principal est dédiée à la Vierge, à laquelle la collégiale lui est consacrée. Une statue de la Vierge à l'Enfant du XIXe siècle se dresse entre les deux portes. Le linteau a été réalisé par Ferdinand Taluet en 1866[3]. Il évoque quelques scènes de la vie de Marie : l'Annonciation, la Visitation, L'Adoration des Mages et la Présentation de Jésus au temple. Les statues du tympan ont malheureusement été martelées pendant la Révolution.

Au-dessus du portail, la magnifique rose présente un tracé original. Quatre grands cercles tangents parcourus de courbes et de contrecourbes sont inscrits dans un cercle, lui-même inscrit dans un carré. La carré peut, selon une interprétation traditionnelle, symboliser la Terre (le monde matériel), le cercle, le ciel (le monde spirituel) et les quatre petits cercles, les quatre fleuves du Paradis (d'où les courbes qui représenteraient l'ondoiement de l'eau), les quatre points cardinaux et/ou les quatre Évangélistes répandant la parole de Dieu à travers tout l'univers[réf. nécessaire].

Chaque niveau de la façade est souligné par une petite galerie reliant les deux tourelles octogonales qui enserrent la partie centrale.

Sur la croisée du transept, beaucoup moins élevée que le vaisseau central, la tour centrale du XIIIe siècle est restée inachevée. L'abside est surmontée d'un épi de plomb du XVe siècle.

Le portail nord se caractérise par sa voussure ornée d'anges et par une frise composée de feuilles de vigne, de grappes de raisins et de pommes de pin.

Sur un pilier extérieur de l'édifice, une inscription indique le niveau atteint par la crue de la Seine en 1658[4] :

« L'an Mil six centz Cinquante huict, huict degredz des poissons (28 février), la Seine brisant le pont, O triste bruit, estendit ici son domaine. »

À l'extrémité de l'église, des pierres d'attente font penser que les travaux prévus n'ont jamais été réalisés, sans doute faute de budget[réf. nécessaire].

De puissant arcs-boutants soutiennent les piliers de la nef et des gargouilles représentent des monstres et des démons.

L'intérieur de la collégiale[modifier | modifier le code]

La nef[modifier | modifier le code]

Le visiteur de la collégiale sera frappé par la différence d'éclairage et de hauteur entre le chœur ancien, sombre, et la nef plus récente et plus illuminée.

La galerie intérieure et les grandes verrières participent à cette impression de gracieuse élévation de la nef.

Au-dessus du chœur, un Christ en Croix, entouré de la Vierge et de Saint Jean a été réalisé vers 1644 par le sculpteur de Vernon Jean Drouilly.

Adossées aux piliers de l'entrée, les statues des douze Apôtres sont dues à un autre artiste régional, Joseph Décorchemont; elles datent du XIXe siècle.

Derrière les orgues, la rosace a été restaurée en 1975 par Jacques Bony.

Le chœur[modifier | modifier le code]

C'est la partie la plus ancienne de l'église. Le chœur est, en effet, roman. Il est fermé par neuf arcades en plein cintre à colonnes faites d'un seul bloc de pierre. Les colonnes sont surmontées de chapiteaux évasés. Certains sont garnis de décors de feuillage ou montrent des animaux. Les arcades sont surélevés, technique assez rare dans l'architecture romane.

Le déambulatoire serait le premier de style gothique en Normandie. Au-dessus de la porte menant à l'extérieur, à droite de la chapelle de la Vierge, un vitrail évoque un verset de l'Évangile selon Saint Jean : « Je suis la lumière du monde ». À noter, l'éclat rayonnant des rouges et des jaunes lors de l'éclairage de ce vitrail par un soleil levant. Juste à côté, la sacristie, avec une porte de style Renaissance à panneaux serviette encadrée d'un décor de la même époque.

Le remarquable maître-autel[5] de style Louis XVI provient de la chartreuse de Gaillon. Il a été installé à cet endroit en 1791.

La chapelle des fonts baptismaux[modifier | modifier le code]

Beau bénitier du XVe siècle.

L'ancienne chapelle baptismale[modifier | modifier le code]

Saint Adjutor

À gauche de la chapelle, une statue moderne représente Saint Adjutor en moine chevalier, portant une robe de bure, écu au côté, des chaînes dans la main gauche.

La partie haute du vitrail, reste des verrières du XVIe siècle, montre la Crucifixion de Jésus entre les deux larrons. La partie basse, moderne et non figurative, dans les tons gris et rouge, sert à mettre la scène en évidence.

Chapelle Saint Vincent de Paul[modifier | modifier le code]

Cette chapelle abrite le mausolée de Marie Mignard. Donatrice des orgues, elle décéda à l'âge de 23 ans. Ce monument montre la mode vestimentaire au temps du roi de France, Henri IV. Celle-ci peut aussi s'observer sur la plaque, datée de 1596, apposée sur le troisième pilier de la nef.

Comme pour le vitrail de l'ancienne chapelle baptismale, le vitrail reprend des éléments du XVIe siècle avec une composition moderne de 1994 de l'atelier Hermet-Juteau.

À droite de la chapelle, une statue de Sainte Catherine, récemment restaurée. Elle était autrefois sous le porche nord, à l'extérieur.

Chapelle des Frères de Charité[modifier | modifier le code]

Armes d'un bienfaiteur de la Charité

La chapelle correspond à deux travées de la nef. Les voûtes sont remarquables avec leurs nervures de style gothique flamboyant de la fin du XVe siècle.

La Confrérie de Charité du Saint Sacrement fut fondée au XIVe siècle par les tailleurs de draps et autres bourgeois de la ville de Vernon. Elle se chargeait de l'inhumation des morts.

Le tableau représentant la Flagellation du Christ est probablement d'une école française du XVIIe siècle.

Le panneau cintré en bois portant un décor sculpté en haut-relief, situé à l'entrée de la Collégiale et représentant les armes de M. de Tilly, marquis de Blaru, bienfaiteur de la Charité, devait figurer au-dessus de la porte de la chambre de charité, détruite au début du XXe siècle.

Chapelle des baptêmes[modifier | modifier le code]

Un triptyque sur bois du XVe siècle représente la Passion, la Mort et la Résurrection du Christ.

Un panneau de bois sculpté représente un ange portant la communion à Sainte Avoye, prisonnière. Il date du XVIIe siècle.

La baie est éclairée par un vitrail aux dominantes rouges et blanches pour évoquer la gloire du Christ lors de la Résurrection.

Chapelle Sainte Geneviève[modifier | modifier le code]

Un tableau représente une splendide Résurrection attribuée à Annibal Carrache (1560-1609).

Le mouvement ascendant des lignes et des couleurs du vitrail évoque le Cosmos.

En quittant la chapelle, et en allant vers la chapelle de la Vierge, il faut remarquer, à droite, la base d'un pilier qui a été dégagée, laissant ainsi apparaître le niveau originel du sol. En effet, celui-ci a été rehaussé au XVIIe siècle, à la suite des crues récurrentes de la Seine.

Chapelle de la Vierge[modifier | modifier le code]

Elle est située dans l'axe de la collégiale et présente une architecture du XIVe siècle. On y voit une statue de la Vierge à l'Enfant du XIVe siècle en bois polychrome.

Les vitraux évoquent les litanies de la Vierge.

Chapelle du Rosaire[modifier | modifier le code]

Chapelle du Rosaire

La chapelle est nommée ainsi à cause du tableau placé dans le retable. Il représente saint Dominique recevant le chapelet.

Une belle statue de pierre du XVIIe siècle représente la Vierge de Claude Vignon et un tableau de la même époque représente la Scène.

Le vitrail de l'atelier Hermet-Juteau représente symboliquement les trois chapelets composés chacun de cinq dizaines d'Avé Maria qui correspondent aux mystères de la vie du Christ. On peut noter de bas en haut, les cinq mystères joyeux, les cinq mystères douloureux, les cinq mystères glorieux. Dans le haut de la verrière, les pétales de rose font allusion aux prières dédiées à la Vierge.

Chapelle Saint Vincent[modifier | modifier le code]

Saint Vincent, patron des vignerons est représenté en camaïeu sur le retable.

La verrière de l'atelier Hermet-Juteau évoque la vigne par ses formes et ses couleurs.

Chapelle Sainte Madeleine[modifier | modifier le code]

Une peinture moderne représente Sainte Madeleine, pécheresse repentante.

C'est le thème de la repentance qu'évoque le vitrail moderne et abstrait de l'atelier Hermet-Juteau. Les formes peuvent suggérer une femme ou une foule en prière ou la chevelure de Madeleine.

Chapelle Saint Mauxe[modifier | modifier le code]

Saint Mauxe

Le culte de Saint Mauxe fut introduit dans la paroisse au XIIe siècle. La chapelle abrite la statue polychrome de cet évêque martyr ainsi qu'un tableau représentant une Descente de Croix d'après Jouvenet et datant du XVIIe siècle.

Belle statue de Sainte Anne du XVIe siècle.

Les couleurs de la verrière moderne de l'atelier Hermet-Juteau s'inspire de la souffrance et du martyr: rouge sang et gris des cendres.

Chapelle Notre Dame de Lourdes[modifier | modifier le code]

La chapelle abrite le seul vitrail du XVIe siècle qui subsiste dans l'église. Il a été restauré au XIXe siècle. Il montre des scènes de la vie du Christ et de Saint Jean Baptiste. En bas et de gauche à droite:

  • Saint Jean Baptiste propose le baptême à la foule
  • Saint Jean Baptiste baptise Jésus
  • Saint Jean Baptiste est décapité
  • Naissance de Saint Jean Baptiste

Chapelle Saint joseph et Notre Dame de Fatima[modifier | modifier le code]

La chapelle présente un vitrail moderne de Jacques Bony. Il date de 1975. Il est dans le style ancien. Il évoque deux églises anciennes de Vernon détruites à la Révolution. Dans sa moitié gauche, le vitrail représente Sainte Geneviève visitant les Parisiens durant le siège des Huns en 451. Il est possible de reconnaître le Pont Neuf et, tout à gauche, Notre Dame. La moitié droite présente Saint Jacques, vénéré à Saint Jacques de Compostelle, dont la cathédrale est représentée tout à droite.

Belle statue de Sainte Anne.

Les orgues[modifier | modifier le code]

Cet instrument fut édifié en 1610 par Jean Ourry. Transformées et embellies durant les siècles, les orgues ont été restaurées pour la dernière fois en 1979 par Alfred & Daniel Kern. Les 2200 tuyaux répartis sur 31 jeux sont à l'origine de leur remarquable qualité sonore.

Le buffet en bois et la tribune ont été classés. Les treize panneaux sculptés du début du XVIIe siècle qui ornent le devant, représentent David, les Vertus et des anges musiciens. Ils ont été restaurés par le sculpteur Fancelli en 1979.

Une association, Les Amis de l'Orgue de la Collégiale de Vernon, œuvre pour faire connaitre l'instrument et organiser régulièrement des concerts.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Tableaux
  • Claude Vignon (1593-1671) : Saint-Dominique recevant le Rosaire de la main de Saint-Anne HST vers 1630-35; Dim; H: X L (chapelle du Rosaire, transept sud, tableau enchâssé dans un retable en bois sculpté d'époque Louis XIII)
  • Annibale Carracci, Carrache (1560-1609) : La Résurrection HST; Snd vers 1600.
  • François Sablet (1745-1819 (attribution) : La Multiplication des pains HST; nSnD; Dim; H: X L: Ce peintre séjourna au château des Pénitents de Vernonnet.
  • Johan Franc. Fecit A°1620 : La Cène HST; SD; Dim; H: X L: inspiré de Léonard de Vinci
  • Anonyme d'après Coypel : Jésus guérissant les malades HST; nSnD; Dim; H: X L:
  • Anonyme : portrait de l'Abbé Grieu, ancien prêtre de la Collégiale, en 1874, œuvre non protégée propriété de la ville conservation à la collégiale. Service de l'inventaire
Sculptures
  • Saint Adjutor, Patron des mariniers et de Vernon, sculpture en pierre
  • Calvaire daté de 1664 réalisé par Jean Drouilly, un sculpteur régional
  • Mausolée de Marie Maignart
  • Statue de la Vierge en bois, au-dessus du retable de la Chapelle du Rosaire (transept sud)
  • Panneau de bois sculpté du XVIIIè, devant l'autel dans le chœur

Meubles

  • Devant d'autel représentant sainte Avoye recevant la communion par un ange, dans sa cellule, chapelle du transept Nord.
  • Maître-autel de style Louis XVI, en provenance de la chartreuse de Gaillon [5], l'ancien ayant été détruit à la Révolution.

Dans la nuit du 12 au 13 décembre 1971, six tapisseries des Flandres datant de 1620-1640, qui ornaient la collégiale, ont été volées.

Représentation artistiques[modifier | modifier le code]

  • Eglise de Vernon
    Collégiale de Vernon
    Claude Monet a peint de nombreux tableaux représentant la collégiale de Vernon de 1883 à 1894, en suivant les variations climatiques locales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Collégiale Notre-Dame », notice no PA00099620, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Pierre Bauduin (préf. Régine Le Jan), La première Normandie (Xe-XIe siècle) : Sur les frontières de la haute Normandie: identité et construction d'une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Bibliothèque du pôle universitaire normand » (réimpr. 2006) (1re éd. 2004), 481 p. (ISBN 978-2-84133-299-1), p. 236
  3. « Les statues du Louvre - Aile Colbert - L'Art Romain », sur paristoric.com (consulté le 11 mars 2017)
  4. « Visite de l'extérieur de la collégiale Notre-Dame de Vernon », sur vernon-visite.org (consulté le 11 mars 2017)
  5. a et b « maître-autel », notice no PM27001855, base Palissy, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Bocard, La Collégiale Notre-Dame de Vernon, Itinéraire du patrimoine photos de : Yvon Miossec, Christophe Kolimann
  • Nicolas Trotin, "Goltzius et l'art religieux du XVIIe siècle dans le département de l'Eure : quelques notes", Monuments et Sites de l'Eure, n° 150, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :