Église Saint-Nicaise de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Saint-Nicaise
Image illustrative de l’article Église Saint-Nicaise de Rouen
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Archidiocèse de Rouen
Architecte Pierre Chirol et Émile Gaillard
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1981)
Géographie
Pays
France
France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Coordonnées 49° 26′ 39″ nord, 1° 06′ 12″ est
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Église Saint-Nicaise
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Nicaise
Géolocalisation sur la carte : Rouen
(Voir situation sur carte : Rouen)
Église Saint-Nicaise

L'église Saint-Nicaise est une église située dans les quartiers Saint-Marc - Croix de Pierre - Saint-Nicaise de Rouen. Elle est aujourd'hui fermée au culte et désaffectée depuis 2017[1].

L'église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée par saint Ouen, archevêque de Rouen, en 640, elle est alors une chapelle hors de la ville de Rouen, et abrite les reliques de saint Nicaise, rapportées de Gasny.

Sous Saint Louis, elle est comprise dans la ville. En 1388, elle devient une église paroissiale. Le curé de Saint-Nicaise est nommé par l'abbé de Saint-Ouen. Un nouveau chœur est construit de 1538 à 1561.

En 1560, les calvinistes pillent l'église.

L’église est reconnue pour son orgue dû à Crépin Carlier, construit en 1634. Restauré en 1927-1928, il est inauguré le par Joseph Bonnet.

Auprès de l'église se trouve le séminaire Saint-Nicaise.

Le , un incendie détruit en partie l'église. La ville de Rouen lance un concours de reconstruction pour la nef et le clocher. Le projet retenu en 1935 est celui des architectes Pierre Chirol et Émile Gaillard; il est réalisé en béton armé. Les travaux durent de 1934 à 1937. L'église est rendue au culte en 1940. Les vitraux modernes sont de Max Ingrand.

Le béton utilisé pour la reconstruction s'est beaucoup dégradé et l'église se trouve fermée au public au début du XXIe siècle.

Orgue

L'ancien orgue de tribune, classé objet monument historique en 1908[3], a été détruit par l'incendie de 1934. Un nouvel instrument a été construit en 1940 par le facteur d'orgues Louis Eugène-Rochesson, achevé en 1957 par la maison Beuchet-Debierre. L'église comporte également un orgue de chœur du même facteur[4].

Nuit debout

À partir du , les manifestants de Nuit debout occupent l'église désacralisée[5]. Jusqu'en 2014, le Secours Catholique distribue des repas dans ce lieu historiquement destiné à la charité envers les pauvres[6]. L'église a été fermée pour des raisons de sécurité à cause du délabrement, et la mairie de Rouen veut la vendre[6]. Les participants de Nuit debout s'y installent pour nettoyer le sol[6] et consolider les parties fragiles[6] ainsi que les œuvres d'art[5]. Leur revendication est que les habitants du quartier soient consultés sur l'avenir de l'édifice[6]'[7] (vente ou rénovation). Ils demandent également l'expertise d'un conservateur de patrimoine pour savoir s'il serait encore possible de continuer à l'utiliser pour distribuer des œuvres de charité[6]. Ils en sont expulsés le [8].

À la suite de ce mouvement, une association La Boise de Saint-Nicaise est créée afin de promouvoir l'édifice et réfléchir aux possibilités de reconversion.

Reconversion[modifier | modifier le code]

La ville de Rouen a dévoilé le le lauréat de l'appel à projet lancé en . C'est le projet Brasserie Ragnar qui est retenu, le projet de trois brasseurs de Normandie. On y produira et consommera de la bière. Un espace musée et un restaurant de 40 couverts seront également créés. Les vitraux et pierres qui le nécessitent seront restaurés afin que le lieu soit rendu en bon état en cas de changement d'activité. La structure ne sera pas modifiée. « L'idée est de faire une sorte de Palais Bénédictine à la rouennaise », explique un des initiateurs du projet[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. 76-2017-11-20-010 - Arrêté du 20 novembre 2017 portant désaffectation de l'église Saint-Niçaise de Rouen, p.125
  2. Notice no PA00100822, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Notice no PM76003118.
  4. carillon3, « Le Grand-Orgue Rochesson/Beuchet-Debierre de l’église Saint-Nicaise de Rouen », sur Chroniques de tribunes, (consulté le 5 juin 2019)
  5. a et b « A Rouen, une église abandonnée occupée par Nuit Debout : les militants dans l'attente d'une expulsion », sur tendanceouest.com, (consulté le 23 mai 2016)
  6. a b c d e et f « À Rouen, les militants de Nuit Debout accueillent les habitants du quartier Saint-Nicaise dans l’église qu’ils occupent », sur paris-normandie.fr, (consulté le 23 mai 2016)
  7. « Nuit debout crée la «Commune Saint-Nicaise» à Rouen », sur mediapart.fr, (consulté le 23 mai 2016)
  8. « Nuit debout à Rouen. Des militants expulsés d'une église », sur ouest-france.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  9. « Nous sommes Rouen - L'époque de la renaissance », ROUEN Votre ville, votre magazine,‎ 8 janvier au 5 février 2020, p. 10,11

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]