Église Saint-Godard de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Godard.
Église Saint-Godard
Image illustrative de l'article Église Saint-Godard de Rouen
Présentation
Culte Catholique romain
Type église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Rouen
Style dominant gothique flamboyant et Renaissance
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)[1]
Géographie
Pays
Flag of France.svg
France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Rouen
Coordonnées 49° 26′ 42″ nord, 1° 05′ 44″ est

Géolocalisation sur la carte : Haute-Normandie

(Voir situation sur carte : Haute-Normandie)
Église Saint-Godard

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Godard

Géolocalisation sur la carte : Rouen

(Voir situation sur carte : Rouen)
Église Saint-Godard

L'église Saint-Godard est un lieu de culte catholique dans le centre-ville de Rouen, dans le quartier Vieux-Marché-cathédrale de Rouen, située auprès du musée Le Secq des Tournelles (ancienne église Saint-Laurent, désaffectée au culte) et du musée des Beaux-Arts.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église a servi de sépulture aux saints évêques Godard, inhumé dans l'église en 525[2] et Romain, inhumé en 644. Elle a peut-être été initialement dédicacée à Sainte-Marie-du-Faubourg dite Sainte-Marie-hors-les-murs et plus vraisemblablement à saint Romain. Son corps fut transféré vers 1090 à la cathédrale, ne laissant que le sarcophage, qui sera conservé jusqu'au début du XIXe siècle[3].

Sous saint Louis, l'église se trouve comprise dans l'enceinte de la ville de Rouen. Elle brûle en 1248, puis est reconstruite et agrandie[4]. Aux XVe et XVIe siècles elle était la paroisse des habitants du château de Rouen. C'est là que les capitaines et leur famille assistaient à la messe et faisaient baptiser leurs enfants et c'est à cette paroisse qu'allait leur générosité. La porte de l'église est décorée des armoiries de la famille de Brézé, trois de ses membres ayant été tour à tour capitaine du château de Rouen de 1449 à 1531[5]. Elle connut plusieurs phases de construction pour devenir ce que l'on peut voir aujourd'hui :

  • Dans la seconde moitié du XVe siècle, la nef est construite.
  • En 1527, le collatéral nord est achevé par Julien Chanevyere.
  • En 1534, le collatéral sud est construit.
  • En 1537, les deux escaliers de la crypte sont construits et la porte sur la rue Beffroi est achevée[1].
  • En 1562, elle subit les dégâts des calvinistes[1].
  • En 1612, la tour à l'angle nord-ouest est construite par François Lachausse.
  • En 1654, la sacristie est agrandie.
  • De 1755 à 1757, les combles et pignons des collatéraux sont abaissés pour les mettre en rapport avec ceux de la nef et du chœur par Jean-Pierre Defrance[1].
  • Sous la Révolution, elle est fermée et manque de disparaître.
  • En 1801, elle n'est plus comprise comme église de la ville de Rouen[6].
  • En 1806, grâce à l'insistance de l'abbé Chefdeville, elle est rendue au culte en 1806[1] comme succursale de la paroisse Saint-Patrice.
  • En 1829, elle redevient église paroissiale[4].
  • En 1852, pose de trois vitraux neufs dans l'abside réalisées par le peintre Pierre-Jules Jollivet et du peintre verrier Pierre-Charles Marquis. Puis la restauration des vitraux est confiée à l'atelier de Gaspard Gsell.
  • En 1862, l'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1].
  • En 1867, pose du dernier vitrail de Gaspard Gsell, Proclamation du dogme de l'Immaculée Conception.
  • En 1918, les vitraux de la Renaissance sont démontés.
  • En 1921-1922, remontage des vitraux après remise en état.
  • En 1939, nouveau démontage des vitraux de la Renaissance. Ils sont transportés à Niort où ils sont restaurés par Jean-Jacques Grüber. Les vitraux du XIXe siècle sont restés en place et ont souffert des bombardements.
  • En 1948, remontage des vitraux de la Renaissance. Les vitraux du XIXe siècle n'ont été restaurés qu'à la fin du XXe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église est composée de trois nefs, d'égale hauteur. La nef centrale, plus longue s'achève par une abside à trois pans. Les nefs sont couvertes d'un berceau en bois avec entraits, œuvres de Josias le Grand. La tour-clocher à l'angle nord-ouest est restée inachevée[7]. Une crypte du XVIe siècle s'étend sous le chœur et la chapelle Saint-Romain et dont l'accès se fait depuis un escalier dans la nef nord. C'est une salle voûtée sur croisée d'ogives et repose sur un pilier central[7].

Vitraux[modifier | modifier le code]

L'église est réputée pour ses vingt-quatre vitraux[8] allant du XVIe au XIXe siècle. Quatre datent du XVIe siècle : la vie de Marie, la vie de saint Romain, les Apparitions évangéliques et l'Arbre de Jessé. Ce dernier a été réalisé par Arnoult de Nimègue en 1506 pour la chapelle de la Vierge. Cette chapelle accueille également le cénotaphe en marbre blanc du XVIIe siècle comprenant les orants de Charles et Pierre de Becdelièvre, seigneurs d'Hocqueville et seigneurs puis marquis de Quevilly[7].

Orgues[modifier | modifier le code]

C'est la seule église de Rouen à posséder deux orgues[9] réalisés par Aristide Cavaillé-Coll : le grand orgue en 1884, l'orgue du chœur en 1885. On fit appel à Aristide Cavaillé-Coll pour construire ces arguments. L'orgue de tribune fut inauguré en 1884 par l'organiste et compositeur Charles-Marie Widor. Des concerts sont régulièrement donnés dans cette église à l'acoustique remarquable.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice no IA00021835, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Son corps a été transféré sous Guillaume le Conquérant à Soissons.
  3. Églises de Rouen
  4. a et b Lemoine et Tanguy 2004
  5. collectif, Le château de Rouen et son donjon, Conseil général de la Seine-Maritime, , 49 p. (ISBN 2-902093-47-0), p. 44
  6. Les cents clochers
  7. a, b et c Bottineau-Fuchs 2001
  8. Théodore Licquet, Rouen: son histoire, ses monuments et ses environs, Rouen, A. Le Brument, 1857.
  9. Les orgues de l’église Saint-Godard

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]