Luis de Morales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morales.

Luis de Morales, né et mort à Badajoz (v. 1510 - v. 1586), est un peintre espagnol de sujets religieux.

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

On connaît peu de choses de sa vie. Sa manière semble avoir été marquée par l'école italienne de Michel-Ange, de Raphaël et de Léonard de Vinci et, plus particulièrement dans sa seconde période, par l'école flamande. Il a pu avoir pour maître un peintre flamand, Hernando Sturmio à Badajoz, ou Pedro de Campaña à Séville. Le roi Philippe II, qui affectionnait le genre italien, ne lui fit qu'une seule commande, mais lui octroya une pension lorsque, vers la fin de sa vie, le peintre se trouva démuni.

Toute son œuvre a été peinte sur bois. Ses sujets de prédilection sont les Pietà, les Ecce Homo et les Vierges à l'Enfant. Son réalisme minutieux, joint à l'émotion nue qui se dégage de ses personnages alors même qu'ils se trouvent en proie à une douleur extrême, ont beaucoup touché ses contemporains, qui l'ont surnommé « El Divino », le « divin Morales ».

Luis de Morales eut un fils, Cristobal, également peintre, ainsi que plusieurs élèves, parmi lesquels Juan Fernández, dit El Labrador. Il eut aussi nombre d'imitateurs, pour la plupart adeptes du genre maniériste.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Œuvres sélectionnées[modifier | modifier le code]

  • La Virgen del Pajarito (La Vierge à l'oiseau, 1546), Église San Agustín, Madrid.
  • La Piedad (La Pietà, 1560), Cathédrale de Badajoz.
  • San Juan de Ribera (1564), Musée du Prado, Madrid.
  • Ecce Homo, Hispanic Society of America.
  • La Piedad (La Pietà), Musée du Prado, Madrid.
  • Virgen de la leche (La Vierge allaitant), Musée du Prado, Madrid.
  • Pietà, Musée du Louvre, Paris.

Saint Jean Baptiste et saint Paul, Musée d'Art et d'Archéologie du Périgord, Périgueux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juan Antonio Gaya Nuñio, Luis de Morales, Instituto Diego Velázquez, Madrid, 1961.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :