Mosquée Bab al-Mardum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mosquée Bab al-Mardum
Image illustrative de l'article Mosquée Bab al-Mardum
Vue extérieure de la mosquée d'origine (à droite)
et de l'abside ajoutée (à gauche)
Présentation
Nom local Mezquita Cristo de la Luz
Type Ancienne mosquée
et ancienne église
Début de la construction Construction en 999
Fin des travaux Agrandissement en 1187
Style dominant Art califal
Architecture mudéjare
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-La Manche Castille-La Manche
Province Tolède
Commune Tolède
Coordonnées 39° 51′ 38″ N 4° 01′ 27″ O / 39.860556, -4.02425 ()39° 51′ 38″ Nord 4° 01′ 27″ Ouest / 39.860556, -4.02425 ()  

Géolocalisation sur la carte : Castille-La Manche

(Voir situation sur carte : Castille-La Manche)
Mosquée Bab al-Mardum

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Mosquée Bab al-Mardum

La mosquée Bab al-Mardum est une ancienne mosquée de la ville de Tolède, transformée en l'église Cristo de la Luz, aujourd'hui désacralisée et reconvertie en un musée, la mezquita Cristo de la Luz.

Présentation[modifier | modifier le code]

Située près d'une des portes de la ville, la mosquée est un des monuments les plus remarquables de l’art califal (mosquée d'origine) et mudéjar (ajout de l'abside) en Espagne. Elle reçoit dans un premier temps le nom de Bab al-Mardum, du nom de la porte voisine, jusqu'à la reconquête de Tolède par les chrétiens en 1085 sous le commandement du roi Alphonse VI. Un siècle plus tard, elle devient la propriété des chevaliers de l'Ordre de Saint Jean, qui la transforment en 1187 en une chapelle dédiée à la Sainte Croix mais communément appelée église Cristo de la Luz. La traditions orale rapporte différentes explications à ce surnom. Selon une légende, le cheval du Cid Campeador en serait à l'origine. Quand le roi Alphonse VI fit son entrée triomphale dans la ville après sa reconquête, le cheval du Cid se serait agenouillé devant la mosquée en refusant d'aller plus loin, dans un acte de dévotion à un Christ éclairé d'une lampe (Christo de la Luz signifie Christ de la lumière en espagnol) mais caché derrière une cloison pendant toute la durée de la domination arabe. Une petite pierre blanche insérée dans la chaussée marque l'emplacement du prodige[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Une inscription permet de dater la construction à 999 de l'ère chrétienne. À cette époque, le quartier était occupé par des notables musulmans vivant dans de somptueux palais. La mosquée était particulièrement remarquable de par le raffinement de son architecture et sa situation indépendante et bien en vue. Elle est liée à une importante famille d'oulémas, mais on ne sait si elle leur appartenait ou s'ils en firent don à la ville. La mosquée a peut être également servi d'école ou de mausolée[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le monument est un exemple du style architectural qui s'est épanoui pendant le Califat de Cordoue. Lors de sa transformation en chapelle chrétienne en 1187, une abside a été ajoutée tout en respectant le style d'origine, donnant lieu à un résultat en parfaite symbiose[1].

Le plan de la mosquée est assez original : un carré de 8 mètres de côtés, surmonté de neuf petites coupoles soutenues par des arcs outrepassés reposant sur quatre piliers centraux. La coupole du centre est élevée et percée de baies, ce qui permet un apport de lumière dans l'édifice. L'ouverture sur la rue se fait par trois arcatures outrepassées, et on note la présence d'un décor de motifs géométriques et d'inscriptions coufiques réalisé en jouant sur la disposition des briques[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Mezquita Cristo de la Luz, brochure de visite du musée, traduite de l'anglais et de l'espagnol

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]