Patrimoine du mercure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patrimoine du mercure.
Almadén et Idrija *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Chevalement de mine à Almadén
Chevalement de mine à Almadén
Coordonnées 38° 46′ 31″ N 4° 50′ 20″ O / 38.77528, -4.8389 ()38° 46′ 31″ Nord 4° 50′ 20″ Ouest / 38.77528, -4.8389 ()  
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de la Slovénie Slovénie
Subdivision Almadén
Idrija
Type Culturel
Critères (ii) (iv)
Superficie 104 ha
Numéro
d’identification
1313
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2012 (36e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO
Minerai de cinabre des mines d'Almadén
Four de Bustamante des mines d'Almadén
Pompe Kamšt à Idrija

Patrimoine du mercure correspond à un bien culturel du patrimoine mondial inscrit en 2012. Il inclut les sites miniers d'Almadén en Castille-La Manche en Espagne où le mercure a été extrait depuis l'Antiquité, et d’Idrija en Slovénie, où du mercure a été trouvé pour la première fois en 1490 après J.-C.[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le mercure est un métal relativement rare, aux usages longtemps irremplaçables dans divers procédés techniques, chimiques ou industriels. Il n’a été produit en quantité notable et durablement que par quelques rares mines dans le monde, dont les deux plus importantes furent, jusqu’à une période récente, Almadén et Idrija. Ces deux cités minières, aux origines antique pour Almadén ou médiévale pour Idrija, montrent la longue durée d’un système sociotechnique d’exploitation particulier à ce métal, ainsi que ses évolutions. Son contrôle permettait celui de son marché, qui fut très tôt d’échelle intercontinentale par son rôle décisif dans l’exploitation des gisements argentifères du Nouveau Monde[1].

Le mercure se trouve généralement sous forme de cinabre (sulfure de mercure rouge). Ces filons ont la particularité d’être très peu nombreux à la surface du globe. Seulement quatre ou cinq localisations principales ont été historiquement exploitées :

  • le plus important des gisements est Almadén connu depuis l’Antiquité ;
  • le second en importance est Idrija découvert en 1490 ;
  • les mines de Mont Amiata en Italie également connues depuis l’Antiquité ;
  • les mines de Huancavelica, au Pérou, découvertes en 1564 ;
  • les mines de Chine, dont l’existence est connue des Européens à l’époque moderne ;
  • les mines de Californie qui permirent la ruée vers l’or de la seconde moitié du XIXe siècle[1].

Les activités mercurielles des deux sites ont pris fin pour Idrija en 1993-1994 et pour Almadén en 2002-2004. On estime que ce dernier site, sur environ 2000 ans d’exploitation, a fourni environ 1/3 du mercure mondial, et le premier environ 1/8 en 500 ans[1].

Listes des monuments inscrits[modifier | modifier le code]

Le bien culturel correspondant à la dénomination « Patrimoine du mercure » comprend les éléments suivants[2] :

Almadén[modifier | modifier le code]

Code Nom Commune Zone de protection Coordonnées
1313rev-001 Almadén - Vieille ville Almadén 48,98 ha 38° 46′ 31″ N 4° 50′ 37″ O / 38.775278, -4.843611 (Almadén - Vieille ville)
1313rev-002 Bâtiments de la Mine del Castillo Almadén 0,22 ha 38° 46′ 21″ N 4° 50′ 23″ O / 38.7725, -4.839722 (Bâtiments de la Mine del Castillo)
1313rev-003 Prison royale de travail forcé Almadén 0,11 ha 38° 46′ 19″ N 4° 50′ 03″ O / 38.771806, -4.834167 (Royal Forced Labour Gaol)
1313rev-004 Hôpital royal San Rafael des mineurs Almadén 0,10 ha 38° 46′ 22″ N 4° 49′ 53″ O / 38.772778, -4.831389 (Hôpital royal San Rafael pour mineurs)
1313rev-005 Arène de corrida Almadén 0,25 ha 38° 46′ 30″ N 4° 49′ 47″ O / 38.775091, -4.829682 (Bullring)

Idrija[modifier | modifier le code]

Code Nom Commune Zone de protection Coordonnées
1313rev-006 Vieille ville d'Idrija Idrija 47,33 ha 46° 00′ 14″ N 14° 01′ 36″ E / 46.003889, 14.026667 (Vieille ville d'Idrija)
1313rev-007 Fonderie Idrija 0,60 ha 46° 00′ 25″ N 14° 01′ 52″ E / 46.006944, 14.031111 (Idrija – Smelting Plant)
1313rev-008 Pompe Kamšt avec un canal d'eau en râteau (Rake) et retenue d’eau de Kobila Idrija 1,61 ha 45° 59′ 56″ N 14° 01′ 51″ E / 45.998889, 14.030833 (Idrija – Kamšt water pump with the Rake water channel and Kobila dam)
1313rev-009 Gorenja Kanomlja – Retenue d’eau Kanomilja ou Ovcjak Idrija 0,71 ha 46° 01′ 04″ N 13° 56′ 22″ E / 46.017778, 13.939444 (Gorenja Kanomlja – Kanomilja or Ovcjak Water Barrier)
1313rev-010 Vojsko – Retenue d’eau d'Idrijca Idrija 1,21 ha 46° 00′ 10″ N 13° 55′ 12″ E / 46.002778, 13.92 (Vojsko – Idrijca Water Barrier)
1313rev-011 Idrijska Bela – Retenue d’eau Putrih sur la rivière Belca Idrija 0,49 ha 45° 58′ 34″ N 13° 56′ 01″ E / 45.976111, 13.933611 (Idrijska Bela – Putrih’s Water Barrier on the Belca creek)
1313rev-012 Idrijska Bela – Retenue d’eau de la rivière Belca (ou retenue d’eau de Brus) Idrija 2,49 ha 45° 58′ 13″ N 13° 57′ 08″ E / 45.970278, 13.952222 (Idrijska Bela – Belca Water Barrier on the Belca creek (or Brus`s Water Barrier))

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr+en) ICOMOS, Évaluation des Organisations consultatives : Patrimoine du mercure. Almadén et Idrija (Slovénie, Espagne). N° 1313 rev,‎ mars 2012, 34 p. (lire en ligne) [PDF]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]