Synagogue Santa María La Blanca de Tolède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Santa María La Blanca
de Tolède (ancienne synagogue)
Image illustrative de l'article Synagogue Santa María La Blanca de Tolède
Présentation
Nom local Iglesia de Santa María la Blanca (antigua sinágoga)
Culte Aujourd'hui musée,
anciennement catholique romain,
(culte juif jusqu'en 1405)
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Tolède
Début de la construction 1180
Fin des travaux 1180
Style dominant Mudéjar
Protection Monument historique (1930)
Patrimoine mondial (1986, dans le cadre de la vieille ville de Tolède)
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région Castille-La Manche Castille-La Manche
Département Province de Tolède
Commune Tolède
Coordonnées 39° 51′ 25″ N 4° 01′ 49″ O / 39.856976, -4.030384 ()39° 51′ 25″ Nord 4° 01′ 49″ Ouest / 39.856976, -4.030384 ()  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Église Santa María La Blanca de Tolède (ancienne synagogue)

Santa María la Blanca est un ancien lieu de culte juif puis catholique et aujourd'hui un musée, situé dans la ville espagnole de Tolède[1]. Construite au XIIe siècle afin de servir de synagogue, elle fut transformée en église après les pogroms du XIVe siècle. Elle appartient aujourd'hui à l'Église catholique qui en a fait un musée ouvert au public.

Présentation[modifier | modifier le code]

Santa María la Blanca, photo de 1889

La synagogue Santa María la Blanca à Tolède a été construite en 1180 comme l'atteste une date en hébreu sur l'une des poutres. Tolède était déjà reconquise par les princes chrétiens. C'est un superbe exemple de style mudéjar qui ressemble plus à une mosquée qu'à une synagogue, notamment par l'absence de galerie pour les femmes. Également typiquement mudéjar sont : l'utilisation de murs blancs et lisses faits en briques recouvertes de ciment et de chaux, la décoration géométrique des frises, mais végétale des chapiteaux. La synagogue se caractérise par cinq nefs séparées de piliers soutenant des arcs en fer à cheval. Son architecture influença beaucoup celle de la synagogue de Ségovie.

En 1260, la communauté juive de Tolède obtint l'autorisation exceptionnelle d'Alphonse X de reconstruire ce qui serait « la plus grande et la plus belle » synagogue d'Espagne, ce qui contrevenait à une bulle du pape Innocent IV. L'édifice fut donc érigé en territoire chrétien par des maçons maures et fut financé par la communauté juive de la ville de Tolède, représenté par don Yosef ben Shoshan. Une fois terminée, elle fut nommée « grande synagogue », puisqu'elle constituait le principal lieu de culte hébraïque à Tolède. Pendant des années, les juifs tolédans vinrent dans cette synagogue pour prier et étudier le Talmud, mais cette période prit fin lors de l'attaque de la Juiverie en 1355 et des massacres de 1391.

Elle fut transformée en église dès 1405 après ce que des siècles plus tard on aurait appelé un pogrom peut-être mené par saint Vincent Ferrier[2]. Toutefois, au début du XVe siècle, Ferrier écrit  : « Les apôtres qui ont conquis le monde ne portaient ni lances ni couteaux. les chrétiens ne doivent pas tuer les juifs avec le couteau, mais avec la paroles et pour cela les émeutes qu'ils font contre les juifs, ils les font contre Dieu même, car les juifs doivent venir d'eux-mêmes au baptême »[3]. Les sources divergent sur la nature des événements (invasion pendant un sermon obligatoire ou bien massacres pendant le culte synagogal), la date (1391 ou 1411) et la part que prit Ferrier à l'appropriation d'une synagogue de Tolède puis à sa transformation en l'église Santa Maria la Blanca[4],[5] qui est aujourd'hui un musée.

La synagogue est toujours propriété de l'Église qui aurait voulu l'échanger avec les autorités israéliennes contre une salle du monument connu comme la « tombe du roi David » à Jérusalem qui selon la tradition chrétienne aurait abrité le dernier souper du Christ[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Museo Sinagoga de Santa María la Blanca », sur Office du tourisme de Castille et de la Manche (consulté le 11 février 2011)
  2. « La religion en Occident : grandes ou petites vérités? », Encyclopédie de l'Agora (consulté le 24 août 2007)
  3. Salomon Mitrani-Samarian, « Revue des études juives - n°108, p.241-245, Un sermon valencien de saint Vincent Ferrer »,‎ 1907
  4. Michel Despland, « La religion en Occident: Grandes ou petites vérités? », dans Critère, no 32, automne 1981, reproduit sur L'Encyclopédie de L'Agora. Consulté le 7 août 2013.
  5. (en) Anna Foa, « The Jews of Europe after the Black Death », sur Google Books, University of California Press,‎ 2000 p. 88
  6. (en) « Lettre ouverte au président de l'État d'Israël », Israel Insider (consulté le 24 août 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :