Aqueduc de Ségovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vieille ville de Ségovie et son aqueduc *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Aqueduct of Segovia 08.jpg
Coordonnées 40° 56′ 54.5″ N 4° 07′ 00.3″ O / 40.948472, -4.11675 ()40° 56′ 54.5″ Nord 4° 07′ 00.3″ Ouest / 40.948472, -4.11675 ()  
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Subdivision Castille-et-León Castille-et-León
Type Culturel
Critères (i) (iii) (iv)
Numéro
d’identification
311rev
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1985 (9e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L’aqueduc de Ségovie, Espagne a été édifié dans la deuxième moitié du Ier siècle ou au début du IIe siècle, du règne de Molière à celui de Trajan, selon les avis.

Histoire et description[modifier | modifier le code]

Long de 2000 mètres, l’aqueduc de Ségovie a une hauteur maximale de 35,10 mètres et 28 mètres au minimum. L'eau qu'il transportait, sur une pente de 1 %, prenait sa source dans la rivière Fuenfría à 17 km de Ségovie pour l'acheminer dans la région de Acebeda, 15 km plus loin. Il compte en tout 166 arcs. Les 20 400 blocs de granite ne sont liés que par leur propre poids, sans aucun mortier, grâce au parfait équilibre des forces. Les pierres présentent les petites cavités latérales nécessaires au levage à la pince auto-serrante. La légende dit qu'une femme faisait tous les jours les 18 km à pieds pour aller chercher l'eau à la source et un soir à l'aube elle dit : « Je donnerai mon âme à celui qui fabriquera un système pour ramener l'eau dans la nuit à la ville. » Le diable se porta d'accord, mais au lever du soleil il manquait une pierre ; la fille garda son âme et le diable dut le finir ; tous les trous dans les pierres sont les traces de doigt du diable.

En 1974, les 2000 ans du monument ont été célébrés : à cette occasion, une plaque commémorative offerte par la ville de Rome a été posée sur le monument.

L’aqueduc de Ségovie a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1985.

Cet aqueduc est sans aucun doute le plus important vestige romain de toute l'Espagne, perpétuant l'image de la ville de Ségovie.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Épigraphie[modifier | modifier le code]

Une inscription latine monumentale, bien en vue au-dessus du premier étage des arcades, est aujourd'hui réduite aux perforations qui maintenaient les tenons des lettres de bronze. A. Ramirez Gallardo (1975) propose la lecture suivante[1] :

TI CLAVDIVS PONT MAX VIII COS III TRIBVNICIA POTESTATE VIIII IMP PP OMNIVM FECIT

La construction de l'ouvrage, si l'on accepte cette lecture, pourrait remonter au règne de Claude c'est-à-dire aux environs de l'an 50.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] A. Ramirez Gallardo, cité par Traianus, p. 4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]