Arthur Vichot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vichot.
Arthur Vichot
Image illustrative de l'article Arthur Vichot
Arthur Vichot lors du Critérium du Dauphiné 2012
Informations
Nom Arthur Vichot
Date de naissance (26 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe actuelle FDJ
Spécialité Puncheur[1]
Équipes amateurs
2007-2009 CR4C Roanne
Équipes professionnelles
01.2010-06.2010[n 1]
07.2010-12.2011[n 2]
2012
01.2013-06.2013[n 3]
06.2013-12.2014[n 4]
2015-
La Française des jeux
FDJ
FDJ-BigMat
FDJ
FDJ.fr
FDJ
Principales victoires
1 championnat
MaillotFra.PNG Champion de France sur route 2013

Arthur Vichot (né le à Colombier-Fontaine) est un coureur cycliste français, membre de l'équipe FDJ.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Arthur Vichot est le petit-cousin de Frédéric Vichot, champion de France de demi-fond en 1985 et vainqueur de deux étapes sur le Tour de France. Son père Max Vichot a créé la marque de jantes Max-Wheel dont Arthur Vichot est l'ambassadeur.

Carrière cycliste[modifier | modifier le code]

En amateur (2008-2009)[modifier | modifier le code]

En septembre 2008 à Mende (Tour du Gévaudan).

Arthur Vichot est membre du CR4C Roanne à partir de 2007. Il remporte tout d'abord en avril le Tour du Charolais. Vichot se met ensuite en évidence à plusieurs reprises lors du mois d'août. Tout d'abord lauréat du Circuit des 2 Provinces au niveau national, il intègre la semaine suivante l'équipe de France espoirs appelée à disputer le Grand Prix Guillaume Tell[2]. Il s'impose lors de la deuxième étape de cette course de niveau Continental[3] et termine quinzième au classement final de la course[4]. Il termine ce mois par une deuxième place lors du championnat de France sur route espoirs[5]. Le mois suivant, il est quatrième du Tour du Gévaudan puis il se casse une clavicule[6].

L'année suivante, toujours dans la même équipe, Vichot ajoute deux victoires à son palmarès en gagnant la 4e étape du Circuit de Saône-et-Loire et le Tour du Haut-Berry. Il se classe également troisième du Circuit des Ardennes, deuxième du championnat de France sur route amateur et il aide Romain Sicard à remporter le Tour de l'Avenir[7]. Il fait partie de l'équipe de France lors des championnats du monde espoirs de Mendrisio. Participant à la course en ligne, il termine 36e d'une course remportée à nouveau par Sicard[8]. Ces performances lui permettent d'intégrer La Française des jeux pour la saison 2010.

En professionnel à la FDJ[modifier | modifier le code]

Premières victoires (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Pour sa première course professionnelle en janvier 2010, le Tour Down Under, Arthur Vichot est choisi par un groupe de fans australiens de cyclisme[9] pour une campagne de buzz[10]. Il atteint à plusieurs reprises le top 10 des courses auxquelles il participe[11]. Lors de Paris-Corrèze, il obtient sa première victoire professionnelle en remportant la deuxième étape[11]. Il participe ensuite à son premier grand tour en Espagne qui se solde par un abandon lors de la quinzième étape.

Il commence la saison 2011 en se classant fin janvier cinquième de la première manche de la Coupe de France, le Grand Prix d'ouverture La Marseillaise. Le mois suivant, il remporte les Boucles du Sud Ardèche ce qui lui permet d'être sélectionné pour Paris-Nice[12]. Une chute lors de Paris-Nice lui entraîne une fissure de la clavicule[6] ce qui l'empêche de participer aux classiques ardennaises. Il est sélectionné sur le Tour de France[13] 20 ans après la dernière participation de son cousin Frédéric Vichot dans l'épreuve. Il se classe 104e de la Grande Boucle. Début septembre, Vichot s'impose dans sa région en solitaire lors du Tour du Doubs[14].

Première victoire sur le World Tour (2012)[modifier | modifier le code]

Pour 2012, Vichot a comme objectifs de bien figurer sur Tirreno-Adriatico ainsi que sur les classiques ardennaises et les courses à étapes du mois d'avril[15]. Comme en 2011, Vichot obtient une place d'honneur lors de sa course de rentrée 2012 en se classant troisième du Grand Prix d'ouverture La Marseillaise[16]. Victime d'une chute lors de l'Étoile de Bessèges, Vichot est écarté des compétitions durant trois semaines en raison d'une fracture à une clavicule[15]. Faisant son retour à l'occasion des Boucles du Sud Ardèche où il est tenant du titre[15], Vichot s'y classe deuxième à 31 secondes de son équipier Rémi Pauriol[17]. Lors du Critérium du Dauphiné, il obtient sa première victoire dans le calendrier World Tour, en s'imposant en solitaire lors de la cinquième étape[18]. Il dispute ensuite en juillet le Tour de France.

Initialement présélectionné par Laurent Jalabert pour la course en ligne des Jeux olympiques de 2012, Vichot ne fait pas partie des quatre Français retenus pour disputer la course mais il est néanmoins retenu comme remplaçant[19]. En septembre, il fait partie de la sélection des neuf coureurs français participant à la course en ligne des championnats du monde, avec pour leader Thomas Voeckler[20]. Vichot ne finit pas cette course où Voeckler est septième.

Champion de France sur route (2013)[modifier | modifier le code]

Photo d'Arthur Vichot.
Arthur Vichot durant le Tour de Romandie 2013.

Arthur Vichot commence l'année 2013 en obtenant la douzième place du Grand Prix d'ouverture La Marseillaise. Neuvième de l'Étoile de Bessèges[21] puis dixième du Tour méditerranéen[22], Vichot obtient sa première victoire en remportant le classement général du Tour du Haut-Var. Alors à égalité de temps avec les Néerlandais Lars Boom et Laurens ten Dam à l'issue des deux étapes, Vichot s'impose en raison d'une meilleure addition des places obtenues sur chaque arrivée[23]. En avril, il est malade sur le Tour du Pays basque qu'il ne termine pas. Dix-huitième ensuite de la Flèche wallonne, il est une nouvelle fois diminué lors de Liège-Bastogne-Liège où il se classe quarantième. Après le Tour de Romandie, Vichot stoppe sa première partie de saison. Pour sa reprise, à la fin du mois de mai, il obtient la quatrième place du Grand Prix de Plumelec-Morbihan[24].

Lors du championnat de France à Lannilis, il s'échappe après cinq kilomètres en compagnie de 10 autres coureurs, dans l'avant dernier tour, il s'isole seul en tête de la course. A l'amorce du dernier tour il se fait rejoindre par Sylvain Chavanel et Tony Gallopin, puis accélère à moins de deux kilomètres de l'arrivée et parvient à résister au retour de Sylvain Chavanel pour s'imposer en réalisant l'exploit d'avoir été en tête de course pendant 240 kilomètres. Au palmarès il succède ainsi à son coéquipier Nacer Bouhanni[25]. Présent ensuite sur le Tour de France comme coéquipier de Thibaut Pinot,ce dernier perd toute chance au classement général lors des étapes pyrénéennes permet à Vichot de se concentrer sur certaines étapes. Échappé durant la quatorzième étape, huitième à l'arrivée. Il chute dans la descente du col de la Madeleine en dernière semaine mais conclut ce Tour de France en 66e position[26]. Après ce Tour, il ne peut participer à la Classique de Saint-Sébastien à cause des séquelles de sa chute en montagne et revient en compétition lors du Tour du Limousin. Il vise ensuite les courses d'un jour du mois de septembre[27]. Deuxième de la cinquième étape du Tour du Poitou-Charentes en août derrière le champion d'Espagne sur route Jesús Herrada[28], Vichot obtient en septembre la deuxième place du Grand Prix cycliste de Québec derrière Robert Gesink[29] puis la onzième du Grand Prix cycliste de Montréal. Sélectionné ensuite pour la course en ligne des championnats du monde de Florence[30], Vichot termine dix-huitième et premier français[31]. Il termine sa saison par un abandon une semaine plus tard lors du Tour de Lombardie[32].

Podiums à Paris-Nice et à Plouay (2014)[modifier | modifier le code]

Au Critérium du Dauphiné.

Arthur Vichot aborde 2014 avec plus d'ambition et des objectifs portant sur Milan-San Remo et les classiques ardennaises au sein d'une équipe FDJ.fr ayant une volonté de s'impliquer davantage sur ces épreuves d'avril[33],[34]. Vichot souhaite également gagner une course tant qu'il a le maillot de champion de France[33]. Il commence sa saison par le Grand Prix d'ouverture La Marseillaise qu'il termine en cinquième position[35]. Également cinquième de l'Étoile de Bessèges[35], Vichot est le chef de file de son équipe sur un Paris-Nice moins pentu qu'habituellement[36]. Après plusieurs places d'honneur d'étapes et une place dans les dix premiers, Vichot remporte la dernière étape à Nice et prend la troisième place du classement final grâce aux bonifications acquises par sa victoire d'étape[37]. Il ne termine pas Milan-San Remo la semaine suivante[35]. Après un Milan-San Remo non terminé, Vichot doit abandonner durant le Tour du Pays basque à cause de douleurs au genou droit. Ces douleurs persistent ensuite, et obligent le Français à renoncer aux classiques ardennaises[38]. Après un stage dans les Pyrénées dans l'optique du Tour de France, il reprend la compétition au Tour de Bavière[39]. Il poursuit sa saison avec difficulté, contraint à l'abandon lors de la treizième étape du tour de France du fait d'une angine ou d'une trachéite, alors qu'il pointait à la 62e place du classement général[40],[41].

Vichot se fixe comme objectif suivant la course en ligne des championnats du monde[42]. De retour au Tour du Limousin en août, il y obtient trois places dans les dix premiers d'étapes et la huitième place au classement général[35]. Vichot conclut ce mois par le Grand Prix de Plouay, épreuve du World Tour. Figurant dans le groupe de sept coureurs qui se disputent la victoire, Vichot est dominé au sprint par Sylvain Chavanel et Andrea Fedi[43]. Il est ensuite chef de file de son équipe pour les Grands Prix de Québec et de Montréal[44]. À Québec, la course se termine par un sprint et il chute à cette occasion. Atteint d'une quadruple fracture de la clavicule droite, sa blessure nécessite une intervention chirurgicale. Il ne peut donc participer aux championnats du monde et est contraint de mettre un terme à sa saison[41],[45].

2015[modifier | modifier le code]

Arthur Vichot vise principalement les classiques ardennaises pour cette saison qu'il commence lors du Grand Prix d'ouverture La Marseillaise le 1er février[46]. Après des courses en Espagne en février, Vichot dispute Paris-Nice en mars. À la suite de son podium en 2014, il vise une place dans les dix premiers de la course sur un tracé moins favorable à son profil[46],[47]. Il n'atteint pas cet objectif, se classant douzième du classement général[48]. En avril, avant les classiques ardennaises, il est huitième du Circuit de la Sarthe[49]. Sur ces classiques ardennaises, il est 42e de l'Amstel Gold Race, 88e de la Flèche wallonne et ne termine pas Liège-Bastogne-Liège[49]. En mauvaise condition physique, il ne termine pas la semaine suivante le Tour de Romandie[50].

Style[modifier | modifier le code]

Arthur Vichot a selon lui-même un profil de puncheur[7] capable selon l'entraîneur de la FDJ Frédéric Grappe de « passer les bosses de 2e, 3e et 4e catégorie. »[11]. Il déclare avoir comme rêve les classiques ardennaises, particulièrement Liège-Bastogne-Liège, et le championnat du monde sur route[12],[24]. Marc Madiot, son directeur sportif à la FDJ, le voit également potentiellement à l'aise lors des classiques ardennaises[1]. Adepte des courses en circuit, il apprécie des courses comme le Grand Prix de Plouay ou les Grands Prix de Québec et Montréal[26],[27] ainsi que des courses vallonnées en ligne[32]. Il considère en revanche qu'une course comme le Tour de Lombardie est trop difficile pour lui[32].

Vichot préfère les courses disputées par beau temps[32].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Arthur Vichot (au centre) champion de France 2013.

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

4 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. En 2009, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 26 courses en 2010. L'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et comprend 27 courses en 2011 et son classement ne concerne que les coureurs membres des 18 équipes ProTeam, dont FDJ ne fait plus partie. L'année suivante, FDJ-BigMat retrouve un statut de ProTeam, ce qui fait que Vichot peut être classé au World Tour.

Année 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement mondial UCI nc[51] nc[52]
UCI World Tour 173e[53] 76e[54] 40e[55]
UCI Europe Tour 974e[56] 512e[57] 42e[58]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2010 au 30 juin 2010
  2. Du 1er juillet 2010 au 31 décembre 2011
  3. Du 1er janvier 2013 au 28 juin 2013
  4. Du 29 juin 2013 au 31 décembre 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Xavier Colombani, « La FDJ relancée », sur lequipe.fr,‎
  2. « Interview d'Arthur Vichot (CR4C Ronne) », sur velo101.com,‎ (consulté le 28 avril 2011)
  3. (en) « Stage 2 - August 22: Luthern - Luthern, 139.2km », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 28 avril 2011)
  4. (en) « Stage 4 - August 24: Campus Sursee - Campus Sursee, 147.0km », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 28 avril 2011)
  5. « Trophée du Panache : Vichot avec brio », sur cyclismag.com,‎ (consulté le 28 avril 2011)
  6. a et b « INTERVIEW : ARTHUR VICHOT », sur equipecyclistefdj.fr,‎ (consulté le 28 avril 2011)
  7. a et b « Vichot, en toute discrétion », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 28 avril 2011)
  8. (en) « Sicard wins world Under 23 road title », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 28 avril 2011)
  9. Facebook starts Vichot mania at Tour Down Under Cyclingnews 2010, January 22
  10. « Cyclisme - T. Down Under Le buzz Vichot », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 23 janvier 2010)
  11. a, b et c « Arthur Vichot, Thibaut Pinot, graines de champions », sur cyclismactu.net (consulté le 28 avril 2011)
  12. a et b « Vichot : « La physionomie parfaite pour moi » », sur velochrono.fr (consulté le 28 avril 2011)
  13. « La FDJ sans Pierrick Fédrigo », sur cyclismactu.net (consulté le 26 juin 2011)
  14. « Vichot à domicile », sur lequipe.fr (consulté le 4 septembre 2011)
  15. a, b et c « Vichot : « Je me sens bien guéri » », sur velochrono.fr,‎
  16. Renaud Breban, « Samuel Dumoulin d'entrée de jeu », sur cyclismactu.net,‎
  17. Renaud Breban, « Pauriol s'impose en solitaire », sur cyclismactu.net,‎
  18. Alexandre Mignot, « Cocorico pour Arthur Vichot ! », sur cyclismactu.net,‎
  19. « Jalabert a choisi... Bourgain ! », sur sports.nouvelobs.com,‎
  20. « Jalabert a choisi », sur velochrono.fr,‎ (consulté le 23 septembre 2012)
  21. Bertrand Latour, « J. Hivert l'emporte au final », sur cyclismactu.net,‎
  22. Bertrand Latour, « Thomas Lövkvist s'adjuge le général », sur cyclismactu.net,‎
  23. « Tour du Haut-Var-matin: Lars Boom gagne à Draguignan, le général pour Arthur Vichot », sur varmatin.com, Var-Matin,‎
  24. a et b Thierry Sandoz, « Vichot veut récidiver », sur estrepublicain.fr, L'Est républicain,‎
  25. Benoît Vittek, « Arthur Vichot (FDJ) sacré champion de France sur route, devant Sylvain Chavanel », sur eurosport.fr,‎
  26. a et b « Plein d’émotions pour Arthur Vichot », sur lalsace.fr, L'Alsace,‎
  27. a et b Benoît Vittek, « Reprise au Limousin pour Arthur Vichot, forfait sur la Clasica San Sebastian », sur eurosport.fr,‎
  28. Josselin Giret, « Herrada, le coup presque parfait », sur lanouvellerepublique.fr, La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎
  29. Baptiste Bouthier, « Québec : Vichot bute sur Gesink », sur velochrono.fr,‎
  30. « Avec Barguil, sans Gallopin », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  31. (en) Barry Ryan, « Rui Costa wins men's road race world championship », sur cyclingnews.com,‎
  32. a, b, c et d Camille Fischbach, « Vichot : « Ma fin de saison me réconforte » », sur velochrono.fr,‎
  33. a et b Julie Dremière, « Arthur Vichot : "Objectifs à la hausse" », sur cyclismactu.net,‎
  34. « Et les Ardennaises alors ? », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  35. a, b, c et d « Arthur Vichot - 2014 », sur cqranking.com (consulté le 2 février 2014)
  36. « L'équipe FDJ.fr mise sur Nacer Bouhanni et Arthur Vichot », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  37. Anthony Thomas-Commin, « La promenade de Vichot et Betancur », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  38. « Pas d'Ardennaises pour Vichot », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  39. Alexandre Mignot, « Interview - Vichot : "Il ne faut plus regarder derrière" », sur cyclismactu.net,‎
  40. « Tour de France : Arthur Vichot abandonne », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 29 juillet 2014)
  41. a et b Jean-Luc Gatellier, « Fracture de la clavicule pour Vichot », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  42. Kévin Jallet, « TDF - A. Vichot : "Il n'y a pas de place pour les faibles" », sur cyclismactu.net,‎
  43. « GP Ouest-France — La semaine de Chavanel ! », sur velo101.com,‎
  44. « La FDJ autour de Vichot », sur sport24.lefigaro.fr, Le Figaro,‎
  45. Jean-Luc Gatellier, « Vichot opéré lundi », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  46. a et b Gilles Simon, « Vichot : «Briller aux ardennaises» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  47. Thierry Sandoz, « Paris-Nice : le défi d'Arthur Vichot », sur estrepublicain.fr, L'Est républicain,‎
  48. Marie Greneche, « Arthur Vichot : "Je suis heureux" », sur 100pour100-velo.com,‎
  49. a et b « Arthur Vichot - 2015 », sur cqranking.com (consulté le 28 avril 2015)
  50. « Arthur Vichot a abandonné », sur estrepublicain.fr, L'Est républicain,‎
  51. « Classement Mondial UCI 2009 », sur uci.ch, UCI,‎ (consulté le 24 mars 2012)
  52. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  53. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  54. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1 novembre 2014)
  55. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  56. « Classements Route UCI 2007 - 2008 - 10/17/2008 - Classements finaux des Circuits Continentaux UCI - Classement Individuel - Hommes Elite et Moins de 23 ans - Europe Tour », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 17 février 2015)
  57. (en) « Europe Tour Points Detail », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 11 janvier 2015)
  58. (en) « Europe Tour Points Detail », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 31 décembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :