Le Lamentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamentin.
Le Lamentin
L'aéroport Aimé-Césaire au Lamentin.
L'aéroport Aimé-Césaire au Lamentin.
Blason de Le Lamentin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Fort-de-France
Canton Le Lamentin-1-Sud-Bourg - Le Lamentin-2-Nord - Le Lamentin-3-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Centre de la Martinique
Maire
Mandat
Pierre Samot
2014-2020
Code postal 97232
Code commune 97213
Démographie
Population
municipale
39 458 hab. (2011)
Densité 633 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 36′ 00″ N 61° 00′ 00″ O / 14.6, -6114° 36′ 00″ Nord 61° 00′ 00″ Ouest / 14.6, -61  
Altitude Min. -10 m – Max. 363 m
Superficie 62,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Lamentin

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Lamentin
Liens
Site web Mairie-lelamentin.com

Le Lamentin est une commune française, située dans la région monodépartementale d'outre-mer de la Martinique. Avec ses 62,32 km2, elle est la plus grande commune en superficie de la Martinique. Le Lamentin, avec près de 40 000 habitants est la deuxième ville la plus peuplée de Martinique après Fort-de-France. C'est aussi la première ville industrielle et le poumon économique de l'île. En effet, elle abrite sur son territoire 5 zones industrielles et 2 ZAC (ZI la Lézarde, ZI de la Jambette, ZI Les Mangles Acajou, ZI les Hauts de Californie, ZI de Places d'Armes, ZAC du Lareinty, ZAC de Manhity), la raffinerie de pétrole ( La Sara) et les deux plus grands centres commerciaux de l'île (La Galleria et Place d'Armes). Sur le plan administratif, on trouve dans la commune du Lamentin, de grandes administrations telles que la CGSS (Caisse Générale de Sécurité Sociale), la CAF (Caisse d'Allocations Familiales) et la Chambre d'Agriculture. La commune du Lamentin accueille aussi sur son territoire l'aéroport international Martinique Aimé Césaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune, intégrée à l'agglomération de Fort-de-France, et se situe à peu près au centre de l'île de la Martinique.

Cette commune accueille l'aéroport international Martinique Aimé Césaire, l'hippodrome de Carrère et les principales zones industrielles de la Martinique. Elle est traversée par la rivière la Lézarde, la plus longue de l'île (33 km).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne 420 Mozaïk dessert la ville du Lamentin.
La Route Nationale 1 dessert la commune du Lamentin.

La commune bénéficie de la présence de l'aéroport international Martinique Aimé Césaire[1].

La ville du Lamentin est également desservie par le réseau de transports urbains Mozaïk.

Un projet de TCSP avec un Bus à haut niveau de service est actuellement en cours de réalisation à la Martinique. Il doit relier le centre-ville de Fort-de-France (Pointe Simon) au Lamentin, à la Place Mahault d'une part et à l'échangeur de Carrère d'autre part[2].

Article détaillé : BHNS de Martinique.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune se nomme ainsi car les berges de la rivière la Lézarde étaient fréquemment visitées par les lamantins, aujourd'hui disparus des Petites Antilles. Un jour, un lamantin a été retrouvé échoué sur les berges de la rivière et depuis la commune porte ce nom. On peut d'ailleurs aujourd'hui en voir une tres belle représentation sous la forme d'une statue devant la mairie de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette basse région de la Martinique, avec sa mangrove et ses pays noyés par les fortes pluies, conserve dans son nom, le souvenir de ces pacifiques animaux, chassés pour leur viande par les premiers habitants amérindiens et européens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le Lamentin a été pendant 53 ans (1945-1998) le bastion du Parti communiste martiniquais. En effet, le Lamentin a depuis la fin de la seconde guerre mondiale connu 3 maires communistes, Fernand Guillon, Georges Gratiant et Pierre Samot.

Aujourd'hui, le Lamentin est le fief de Bâtir le pays Martinique, un parti fondé par Pierre Samot après sa démission du Parti communiste martiniquais en 1998. Ce parti détient la mairie et les 3 cantons du Lamentin.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1863 1883 Ernest Maugée    
1883 1888 Émile Berlan    
1888 1896 Ernest André    
1896 1901 Arthur Cayol    
1901 1912 Amédée Despointes    
1912 1936 André Debuc    
1936 1941 Lucien Cognet SFIO Conseiller général
1941 1943 Administration de l'Amiral Robert Régime de Vichy  
1943 1945 Lucien Cognet SFIO Conseiller général
1945 1959 Fernand Guillon PCM  
1959 1989 Georges Gratiant PCM Conseiller général
1989 en cours Pierre-Jean Samot PCM puis BPM Conseiller régional

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 39 458 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011
16 211 18 553 23 145 26 367 30 028 35 460 39 847 39 458
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[4] puis population municipale à partir de 2006[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision : RFO

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le Lamentin est une des communes les plus dynamiques de Martinique et accueille plus de 3000 entreprises sur son territoire. Elle bénéficie de sa proximité avec Fort-de-France, de sa position centrale dans l'île et de la présence de l'aéroport. Elle constitue également le 2e bassin d'emploi de l'outremer français après Fort-de-France. Elle accueille la raffinerie de la Société Anonyme de la Raffinerie des Antilles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint Laurent du Lamentin[modifier | modifier le code]

Érigée à la fin du XVIIe siècle, l'église Saint Laurent (rue Schœlcher) a pris son allure actuelle au XIXe siècle et au XXe siècle. L'église Saint Laurent renferme des vitraux protégés sur l'inventaire national portant la signature des artisans d'art Dagran (Bordeaux) et Maumejean (Hendaye et Paris), ces derniers ornant à droite et à gauche les autels de Saint Joseph et de la Vierge. De part et d'autre du porche, deux toiles monumentales du Père Arostéguy (1887-1956), auteur de nombreux portraits et scènes religieuses en Martinique comme en Guadeloupe, qui évoquent ici la mise au tombeau et la résurrection du christ (1955).

À l'extérieur, les charmantes fontaines de la place de l'église (en dessous du quartier Calebassier) furent inscrites en 1995 sur l'inventaire supplémentaires des monuments historiques.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Stade Georges Gratiant, 10 000 places (quartier Place d'Armes)
  • Stade Yves Adèle (Bourg du Lamentin)
  • Palais des Sports (quartier Petit-Manoir)
  • Piscine municipale de Petit-Manoir
  • Complexe sportif de Basse-Gondeau
  • Hippodrome de Carrère

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :