Citadelle de Namur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citadelle de Namur
Image illustrative de l'article Citadelle de Namur
Namur, la Meuse, le parlement wallon et la citadelle.
Nom local La citadelle
Type Citadelle
Architecte Vauban
Début construction au IIIe et IVe siècles par les Romains
Fin construction en 1692
Destination initiale Citadelle
Propriétaire actuel Ville de Namur
Destination actuelle Monument, Musée
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1991, no 92094-CLT-0105-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, no 92094-PEX-0011-02)
Site web www.citadelle.namur.be
Coordonnées 50° 27′ 29″ N 4° 51′ 31″ E / 50.4579514, 4.8587311 ()50° 27′ 29″ Nord 4° 51′ 31″ Est / 50.4579514, 4.8587311 ()  [1]
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Subdivision administrative Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Commune Namur

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

(Voir situation sur carte : Province de Namur)
Citadelle de Namur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Citadelle de Namur

La citadelle de Namur, en Belgique, a de tous temps occupé une position stratégique au cœur de l'Europe. D'abord centre de commandement d'un important comté au Moyen Âge, elle fut ensuite convoitée et assiégée par tous les Grands d'Europe entre le XVe siècle et le XIXe siècle. À partir de 1891, on la transforma en vaste parc, véritable poumon de verdure surplombant la capitale de la Wallonie[2]. Son sommet culmine à 190 m d'altitude.

Aujourd'hui, c'est le touriste qui monte à l'assaut de la citadelle, témoin privilégié de 2000 ans d'histoire. Découverte en plein air au travers de circuits pédestres jalonnés d'explications historiques ; découverte souterraine, en parcourant les kilomètres de galeries aménagées au cours des siècles (surtout au Moyen Âge) pour la défense d'une des plus grandes citadelles d'Europe, classée au Patrimoine immobilier exceptionnel de la Région wallonne. Elle est composée de nombreux quartiers résidentiels (arrière du château), d'un cœur historique (château du Moyen Âge) et d'une longue forêt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des origines à l’an 1000[modifier | modifier le code]

Les premières traces de campements humains sur le site du confluent remontent à environ 6000 avant Jésus-Christ. De nomade, l’habitat se fera progressivement permanent. Dès le Ier siècle, on note déjà, sur la rive gauche de la Sambre, une bourgade bien structurée, dotée d’un port à la pointe du Grognon. Les monnaies retrouvées attestent que Namur entretient des relations commerciales avec le reste de l’Empire romain. L’évolution du bourg s’accélère et l’importance du port s’intensifie du Ve siècle au IXe siècle. Les premières fortifications sur l’éperon rocheux qui deviendra la citadelle datent au moins de cette époque.

Période comtale : Xe siècle au XVe siècle[modifier | modifier le code]

Vingt-trois comtes vont se succéder du Xe siècle à 1429. Ils proviennent de l’Entre-Sambre-et-Meuse, puis du Hainaut, de France et de Flandre. Au château, s’ajoutent progressivement la collégiale Saint-Pierre et des habitations de chanoines. Dès la seconde moitié du Xe siècle, Namur est la capitale du comté. Mais le rayonnement de ce comté dépasse les frontières : le comte Baudouin II de Courtenay sera ainsi empereur de Constantinople, Yolande de Namur deviendra reine de Hongrie et Blanche de Namur, reine de Suède. La ville s’agrandit et se fortifie. Elle compte 8 000 habitants au XVe siècle. Jean III, dernier comte de Namur, ruiné et sans héritier légitime, vend le comté à Philippe le Bon, duc de Bourgogne, qui en prend possession en 1429.

Turbulences : XVe siècle au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Jusqu’à l’indépendance de la Belgique, Namur ne cessera de changer de mains. Convoitée par tous pour sa situation stratégique, prise et reprise, la ville sera successivement espagnole, autrichienne, française ou hollandaise. Sa citadelle, marquée des sceaux de Vauban et Coehoorn, devient une des plus vastes d’Europe. Elle se doublera d’une ceinture de neuf forts autour de la ville, qui compte environ 20 000 habitants au début du XIXe siècle.

XIXe siècle et XXe siècle[modifier | modifier le code]

Après l’indépendance de la Belgique, les forces armées vont rester sur ce site, qui ne sera partiellement démilitarisé qu’à partir de 1891 par Léopold II. De grands travaux d’aménagement de la citadelle sont alors entamés. En 1975, le Ministre de la Défense rend à la ville les clés de la citadelle et en 1977, les paracommandos quittent les derniers bastions.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. Décret instituant Namur comme capitale de la Wallonie du 21 octobre 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]