Marc Madiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marc Madiot
Image illustrative de l'article Marc Madiot
Marc Madiot sur le Tour de France 2011
Informations
Nom Madiot
Prénom Marc
Date de naissance 16 avril 1959 (55 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe actuelle FDJ.fr (manager)
Équipe professionnelle
1980-1985
1986-1987
1988-1990
1991
1992
1993
1994
Renault
Système U
Toshiba
RMO
Telekom
Subaru-Montgomery
Catavana-AS Corbeil-Ess.
Équipe dirigée
1997-06.2002
07.2002-2004
2005-06.2010
07.2010-2011
2012
01.2013-06.2013
06.2013-
La Française des Jeux
FDJeux.com
La Française des Jeux
FDJ
FDJ-BigMat
FDJ
FDJ.fr
Principales victoires
1 championnat

MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1987
2 classiques
Paris-Roubaix 1985 et 1991
1 étape de grand tour

Tour de France (1 étape)

Marc Madiot, né le 16 avril 1959 à Renazé (Mayenne), est un coureur cycliste et dirigeant d'équipe cycliste français. Coureur professionnel de 1980 à 1994, il a notamment remporté deux fois Paris-Roubaix, en 1985 et 1991. En 1997, il a créé l'équipe La Française des Jeux devenue par la suite FDJ.fr, qu'il dirige. Son frère cadet, Yvon Madiot, a également été coureur cycliste professionnel et est directeur sportif au sein de l'équipe FDJ.fr.

Depuis 2008, il est aussi président de la Ligue nationale de cyclisme (LNC).

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de coureur[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière de cycliste amateur, Marc Madiot remporte notamment le Paris-Roubaix amateurs en 1979. En 1980, il participe à la course en ligne des Jeux olympiques, à Moscou, et en prend la neuvième place.

Il devient coureur professionnel peu après ces Jeux olympiques, à la fin du mois d'août 1980, au sein de l'équipe Renault. Cette dernière est dirigée par Cyrille Guimard et a pour leader Bernard Hinault. Il obtient ses premières victoires professionnelles l'année suivante, en remportant une étape et le classement général du Tour du Limousin. En 1982, il est champion de France de cyclo-cross et est équipier de Bernard Hinault lors de son doublé Tour d'Italie-Tour de France. Il se classe 34e et 30e de ces deux courses. En 1983, Hinault déclare forfait pour le Tour de France à cause d'une tendinite au genou droit. En son absence, Laurent Fignon est désigné leader de l'équipe Renault. Il remporte la course et Marc Madiot termine huitième, son meilleur classement sur un Tour de France. En 1984, il est équipier de Fignon lors de sa deuxième victoire sur le Tour de France. Bernard Hinault, qui a quitté Renault pour l'équipe La Vie claire, est deuxième. Madiot remporte la deuxième étape à Louvroil. En avril 1985, Marc Madiot remporte son premier Paris-Roubaix. Il arrive seul au vélodrome de Roubaix, avec près de deux minutes d'avance sur son coéquipier Bruno Wojtinek, deuxième.

À la fin de l'année 1985, la régie Renault met fin à son engagement dans le cyclisme. Cyrille Guimard et Laurent Fignon créent leur propre société qui salarie les coureurs et financée par Système U, qui donne son nom à l'équipe en 1986. Marc Madiot en est membre. Il se fracture le col du fémur cette année-là[1]. En 1987, il remporte le championnat de France sur route et le Tour de la Communauté européenne.

En 1988, Marc et Yvon Madiot sont recrutés par l'équipe Toshiba. Il ne remporte par de course durant cette saison et se classe deuxième du championnat de France. En 1989, la Fédération internationale de cyclisme professionnel crée la Coupe du monde de cyclisme sur route, calendrier de douze classiques donnant lieu à un classement aux points. Marc Madiot se classe dixième de cette première édition en se classant parmi les dix premiers de quatre course : sixième de Paris-Roubaix, septième de l'Amstel Gold Race, huitième du Grand Prix des Amériques et du Championnat de Zurich. Il connaît une année 1990 difficile, marquée par une tendinite, un deuil familial[2]. Souffrant d'un virus, il doit renoncer au Tour de France[3].

En 1991, Marc Madiot rejoint avec son frère l'équipe RMO. Il remporte cette année-là son deuxième Paris-Roubaix. Alors qu'il se trouve dans un groupe en tête de course avec quatre autres coureurs, il attaque seul au carrefour de l'Arbre à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée. Il arrive seul au vélodrome de Roubaix avec plus d'une minute d'avance sur ses poursuivants[2]. En juillet, il dispute le Tour de France avec pour leader Charly Mottet, qui termine quatrième du classement général.

En 1992, il rejoint pour un an l'équipe allemande Telekom. Il participe avec elle à son dernier Tour de France et obtient ses dernières victoires : le Trophée des grimpeurs et une étape des Quatre jours de Dunkerque.

Marc Madiot en 1994

En 1993, Marc et Yvon Madiot rejoignent pour un an l'équipe américaine Subaru-Montgomery[4]. Il se fracture le coccyx en avril lors des Trois jours de La Panne et manque les classiques Gand-Wevelgem et Paris-Roubaix[5]. En juillet, l'équipe Subaru ne participe pas au Tour de France, après avoir décliné la proposition de l'organisation de convier une équipe mixte, formée de cinq coureurs de l'équipe française Chazal et de quatre coureurs de Subaru[6].

En 1994, les frères Madiot rejoignent l'« équipe promotionnelle » Catavana-AS Corbeil-Essonnes. Ils apportent à l'AS Corbeil-Essonnes son principal sponsor, Catavana, qui lui permet de devenir une équipe professionnelle[7],[8]. L'Irlandais Seán Kelly les rejoint en mars[9]. L'équipe obtient cependant de maigres résultats : au moment des sélections pour le Tour de France, elle ne compte que trois victoires dans des courses open, et est à la 31e place du classement des équipes professionnelles[10]. Elle n'est par conséquent pas retenue par la Société du Tour de France pour participer à sa course[11]. À la suite de cette annonce, le sponsor Catavana décide de mettre fin à son financement dès la fin du mois de juin, avant de se raviser[12]. Les frères Madiot mettent fin à leur carrière cycliste à la fin de cette saison, comme Seán Kelly.

Carrière de dirigeant d'équipe[modifier | modifier le code]

Marc Madiot et Jean-Luc Vandenbroucke

En 1997, il a créé l'équipe La Française des Jeux, qu'il dirige. Il est aussi président de la Ligue Nationale de Cyclisme (LNC). Son frère cadet, Yvon Madiot, a également été coureur cycliste professionnel et est directeur sportif au sein de l'équipe La Française de Jeux.

Dopage[modifier | modifier le code]

Comme nombre de coureurs, il a reconnu avoir fait usage d'amphétamines lors des critériums. Il n'a cependant jamais été contrôlé positif[13].

Distinction[modifier | modifier le code]

En avril 2007, il est nommé Chevalier de la Légion d'honneur.

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès par année[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

  • 1980
    • MaillotFra.PNG Champion de France interclubs
    • 1re et 2e étapes de la Sealink Race
    • Troyes-Dijon
    • 9e de la course en ligne des Jeux olympiques

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Marc Madiot a participé à neuf Tours de France. Il en a remporté une étape en 1984 et a été huitième du classement général en Tour de France 1983

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1982 : 34e, vainqueur de la 1re étape (contre-la-montre par équipes)
  • 1988 : 12e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paris-Roubaix : Sean Kelly super-favori », sur Gazette de Lausanne,‎ 12 avril 1986 (consulté le 31 juillet 2012)
  2. a et b « Marc Madiot a ramené le sourire dans le monde du vélo en France », sur lesoir.be,‎ 15 avril 1991 (consulté le 31 juillet 2012)
  3. « Les projets de Madiot », sur lesoir.be,‎ 5 juillet 1990 (consulté le 1er août 2012)
  4. « Les Madiot chez Subaru », sur lesoir.be,‎ 9 novembre 1992 (consulté le 31 juillet 2012)
  5. « Madiot forfait », sur lesoir.be,‎ 7 avril 1993 (consulté le 31 juillet 2012)
  6. « Tour de France: l'équipe Chazal partira au grand complet », sur lesoir.be,‎ 19 juin 1993 (consulté le 31 juillet 2012)
  7. « Au bord de l'asphyxie la France se creuse les méninges », sur lesoir.be,‎ 22 février 1994
  8. « Jan Nevens en France », sur lesoir.be,‎ 7 janvier 1994 (consulté le 1er août 2012)
  9. « Sean Kelly à Corbeil », sur lesoir.be,‎ 2 mars 1994 (consulté le 1er août 2012)
  10. « La direction du Tour de France délivre aujourd'hui ses cinq dernières invitations », sur lesoir.be,‎ 14 juin 1994 (consulté le 1er août 2012)
  11. « Un compromis à la belge qui profite à une quatrième équipe française », sur lesoir.be,‎ 15 juin 1994 (consulté le 1er août 2012)
  12. « Catavana continue! », sur lesoir.be,‎ 22 juin 1994 (consulté le 31 juillet 2012)
  13. Cyclisme & Dopage - Portrait de Marc Madiot

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :