René Vietto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Vietto
Image illustrative de l'article René Vietto
René Vietto lors du Prix Wolber en 1934
Informations
Nom René Vietto
Date de naissance 17 février 1914
Date de décès 14 octobre 1988 (à 74 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipes professionnelles
1935-1944
1946-1949
1947
1948
1950-1951
1952
1953
Helyett-Hutchinson
France Sport-Dunlop
Thomas-Rosset
Cilo
Helyett-Hutchinson
Vietto-Hutchinson
Vietto-D'Alessandro
Équipes dirigées
1953-1954
1955
Vietto-D'Alessandro
Fachleitner-Vietto
Principales victoires
1 classement annexe de grand tour

Mountains.svg Classement de la montagne du Tour de France 1934
10 étapes de grands tours
Tour de France (8 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)
1 course par étapes

Paris-Nice 1935
Stèle en hommage à René Vietto, au Col de Braus dans les Alpes-Maritimes.

René Vietto, né le 17 février 1914 dans le quartier de Rocheville au Cannet (Alpes-Maritimes) et mort le 14 octobre 1988 à Bollène (Vaucluse), est un coureur cycliste français.

Le don de sa roue avant puis de son vélo à Antonin Magne sur le Tour de France 1934, après son bris de roue dans la descente de Puymorens et après son bris de chaîne dans la descente du Portet-d'Aspet, sont restés célèbres et ont contribué à la légende de celui qu'on appelait « le roi René ». Il était le plus populaire des cyclistes français au sortir du second conflit mondial.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant le Tour de France 1934, René Vietto, ancien chasseur dans un casino de Cannes, se rendit célèbre aux yeux de la France entière. Il s'était préparé sur route dans les Alpes et avait franchi avec une certaine aisance les cols les plus difficiles. L'amour du public atteignit son apogée dans les Pyrénées où il accepta de s'arrêter et donna sa roue à Antonin Magne, son leader, qui avait une roue endommagée. Ce geste, émut la France entière. L'image de ce garçon de vingt ans, qui sacrifiait ses propres chances a redoublé sa popularité[1].

Le jeune Vietto n'a donc que vingt ans quand il commence à se faire connaître dès son premier Tour de France. Par rapport à des hommes comme Antonin Magne, Georges Speicher et Roger Lapébie, il pèse peu dans la balance. Il montre dans les cols ce dont il est capable, mais n'avait-il pas été sélectionné pour ses qualités de grimpeur ? Il venait de remporter le Grand Prix Wolber.

René Vietto fut le meilleur grimpeur d'avant-guerre.

Après ses victoires sur les 7e, 9e, 11e et 18e étapes du Tour de France 1934 et les 6e et 9e étapes du Tour de France 1935, il a dû attendre 12 ans pour ses 7e et 8e victoires d'étapes sur la Grande Boucle (2e et 7e étapes du Tour de France 1947). Ce qui constitue le plus grand écart entre 2 victoires d'étapes.

Néanmoins, il porta le maillot jaune pendant 11 jours dans le Tour de France 1939 après s'être glissé dans une échappée lors de la 4e étape entre Brest - Lorient[2]. Sachant qu'il grimpait moins bien qu'au Tour de France 1934, il se dépensa sans compter avant la montagne afin de se mettre hors d'atteinte des Belges. Il sauva son maillot dans les Pyrénées mais il fut vaincu dans l'Izoard suite à une brusque attaque du belge Sylvère Maes dans la 15e étape Digne-les-Bains - Briançon. Ce jour-là, il perdit 17 minutes. Il termina 2e au classement général à Paris.

Au Tour de France 1947, il s'empara du maillot jaune à Bruxelles après une échappée de 130 km, le perdit à Grenoble (8e étape), le reprit à Digne 2 jours après mais craqua dans le contre la montre de 139 kilomètres de la 19e étape entre Vannes et Saint-Brieuc. Il termina 5e au classement général à Paris. Il était écrit que René Vietto, homme du Tour, ne gagnerait jamais un Tour de France.

En 1951, alors qu'il s'était déjà retiré depuis quelque temps, il voulut participer au Milan-San Remo que, bien qu'épuisé, il réussit à terminer.

Après sa carrière de coureur, il fut directeur sportif, puis géra un élevage de porcins dans les Pyrénées.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

René Vietto fait partie des coureurs ayant remporté au moins deux étapes du Tour de France sur plus de dix années.

  • 1934 : 5e, vainqueur du Mountains.svg classement de la montagne et des 7e, 9e, 11e et 18e étapes
  • 1935 : 8e, vainqueur des 6e et 9e étapes
  • 1936 : abandon (6e étape)
  • 1938 : abandon (2e étape)
  • 1939 : 2e , Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 11 jours (dont deux jours à deux demies-étapes et un jour avec une étape divisée en trois tronçons)
  • 1947 : 5e, vainqueur des 2e et 9e étapes, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 15 jours
  • 1948 : 17e
  • 1949 : 28e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1942 : 14e, vainqueur des 8e et 16eb étapes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lagrue, Le Tour de France. Reflet de l'histoire et de la société, chapitre Le Choix de Vietto, L'Harmattan, Paris, 2004.
  • Louis Nucéra, Le Roi René, Éditions de la Table ronde, Paris, 2008.
  • Jean Roussel, Il était une fois le Tour de France, à l'époque tumultueuse de l'entre-deux-guerres, 1919-1939. L'Harmattan, Paris, 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]