Florent Brard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brard.
Florent Brard
Image illustrative de l'article Florent Brard
Informations
Nom Brard
Prénom Florent
Date de naissance 7 février 1976 (38 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe professionnelle
1999-2001
2002
2003
2004
2005
2006-2007
2008-2009
Festina
Crédit agricole
Marlux
Chocolat Jacques
Agritubel
Caisse d'Épargne
Cofidis
Principales victoires
2 championnats
MaillotFra.PNG Champion de France sur route 2006
MaillotFra.PNG Champion de France du contre-la-montre 2001
Florent Brard au Tour de Romandie 2007

Florent Brard, né le 7 février 1976 à Chambray-lès-Tours, est un coureur cycliste français des années 2000. Il a notamment remporté le championnat de France sur route en 2006 et le championnat de France du contre-la-montre en 2001. Il a aussi terminé septième de Paris-Roubaix en 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Florent Brard est né dans une famille cycliste. Son père est un grand fan de vélo et il lui arrive d'acheter deux exemplaires de magazines de cyclismes, un pour lire et l'autre pour le conserver, intacte[1]. Florent Brard gagne chez les juniors, le Trophée Centre Morbihan, sa première grande victoire.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après de nombreux succès chez les espoirs et amateurs - dont deux titres de champion de France du contre-la-montre espoirs - il passe professionnel en 1999, au sein de l'équipe Festina.

Brard montre dès ses débuts qu'il les aptitudes pour encaisser les longs et intenses efforts et pour maintenir une grande vitesse pendant de longues périodes[2]. Il raconte : « J'ai beaucoup pratiqué la piste au cours de ma carrière. La poursuite est une excellente école pour progresser sur la route. Donc, je suis un assez bon « rouleur »[3] et c'est donc le talent que je cherche à exploiter pour faire une impression »[2]. Cette aptitude lui apporte sa première victoire en tant que professionnel, le dernière étape de l'Étoile de Bessèges. Le 11 février 2001, il gagne en solitaire après avoir été dans un groupe d'échappés tout près d'être rattrapé le peloton après 120 kilomètres. Il déclare : « Cela aurait été trop bête de rater une chance de victoire à un kilomètre de l'arrivée. J'avais mal aux jambes, j'étais cuit, mais je serrais les dents et j'ai jeté mes dernières forces dans la bataille »[2]. Il remporte la même année, à 25 ans, le championnat de France du contre-la-montre, ainsi que Cholet-Pays de Loire et Paris-Bourges[4]. Il termine également deuxième du Tour de l'Avenir derrière le Russe Denis Menchov. Alors qu'il est leader lors de la dernière étape, Florent Brard cède sa place de leader au russe Menchov pour une seconde lors de l'ultime étape[5][6].

L'équipe Festina s'arrête en 2002. Sa bonne année 2001, lui permet de rejoindre le Crédit agricole[7], où il gagne 30 500 € par saison. Il se fait licencié au cours de sa première saison[6]. Après un mauvais début de saison, il est victime d'une chute lors du Grand Prix du Midi libre et il se casse les vertèbres[8], le privant de Tour de France. Par la suite, lors du Tour de l'Ain, il est contrôlé positif au bétaméthasone et suspendu six mois[7]. Seule la petite équipe Marlux en Belgique lui offre une place pour 2003[8]. Il confie dans une interview : « Quand j'ai signé pour eux, je n'étais pas du tout content parce que, quand vous venez de grandes équipes comme Festina et Crédit Agricole, qui ont une image de premier plan, c'est étrange, j'ai eu l'impression de revenir en arrière dans ma carrière. je suis allé sur la pointe des pieds, ne sachant pas ce que j'allais trouver, et puis je me suis senti très bien. »[8].

En 2004, il reste en Belgique chez Chocolat Jacques. Il avait essayé de prendre un nouveau départ avec des équipes françaises, « mais leur sponsor ne voulait pas d'un coureur dopé »[8]. Il remporté la dernière étape du Tour de la province de Lucques et la deuxième étape de Paris-Corrèze.

En 2005, de retour en France avec l'équipe Agritubel, il s'adjuge Paris-Troyes, le Trophée Luc Leblanc et une étape du Circuit de la Sarthe.

En 2006, il rejoint l'équipe ProTour Caisse d'Épargne Illes Balears, avec qui il participe au Tour de France après avoir remporté une semaine avant le départ le Champion de France sur route à Chantonnay. Il révèle : Quand vous avez été au plus bas, vous appréciez encore plus les hauts[9]. Il passe le reste de l'année que ce soit en course ou pendant les entraînements avec son maillot bleu, blanc et rouge[1]. « Tu l'as seulement jusqu'au mois de juin de l'année prochaine », dit-il, alors il en profite dès qu'il en a la possibilité. Il ne termine pas le Tour de France 2006, à cause d'une chute au cours de l'avant dernière étape.

Après deux saisons chez Cofidis en 2008 et 2009, il met un terme à sa carrière en novembre 2009, n'ayant pas trouvé de place pour continuer dans une équipe[10]. Lors des Tours de France 2010 et 2011, il travaille pour l'équipe internet de France Télévisions. Il s'est ensuite associé avec Erwann Menthéour dans une société de coaching en ligne[6].

Dopage[modifier | modifier le code]

Courant 2002, Florent Brard se voit prescrire des corticoïdes pour récupérer d'un accident survenu lors du Grand Prix du Midi libre. Il raconte qu'il avait fait venir son médecin pour la énième fois et ni lui ni son médecin le voyait à ce moment-là comme un coureur cycliste, mais « seulement comme un homme brisé de partout qui ne pouvait rien faire à cause de toutes ses nuits blanches »[11]. Il est tiré au sort pour être contrôlé, lors du Tour de l'Ain, sa course de reprise[6] où il termine une heure derrière le vainqueur[9]. Il est suspendu pendant six mois par la Fédération française de cyclisme. Son sponsor, le Crédit Agricole, le licencie. Il déclare :

« Je pense qu'il est juste de dire que cette longue période m'a permis de changer la façon dont je voyais la vie. Jusque-là, pour moi, les professionnels étaient des dieux. Maintenant, quand je vois un sportif, je vois l'homme. Le statut de champion n'est pas suffisant. Un champion peut être autant un bon gars que mauvais. »

Il court alors pour des équipes belges parce que, selon lui, Roger Legeay, son ancien patron au Crédit Agricole, était président de AC 2000[12]. « Il savait que j'étais en contact avec Agritubel et lors d'une réunion de l'AC 2000, il a prévenu que « Si une équipe française prenait un ancien dopé, nous le mettrons hors de l'association ». »

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Florent Brard est marié à Nathalie, avec qui il a deux filles. En 2006, ils déménagent à Serres-Castet, près des Pyrénées, pour profiter de meilleures conditions météorologiques pour l'entrainement, par rapport à la vallée de la Loire près de Tours, et pour améliorer son niveau de grimpeur[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Florent Brard avec le maillot de champion de France sur le Tour 2006.

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

  • 2000 : abandon (11e étape)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Vélo, France, février 2007
  2. a, b et c Vélo, France, mars 2001
  3. Un coureur qui peut rouler rapidement sur des longues périodes.
  4. L'Équipe, France, 13 juillet 2001
  5. [PDF] Pages 105-107, Guide historique, sur tourdelavenir.com
  6. a, b, c et d Indre-et-Loire cyclisme - invité du mercredi : Florent Brard version net sur lanouvellerepublique.fr
  7. a et b À la loupe - Jeudi 23 juin - Florent Brard sur cyclismag.com
  8. a, b, c et d Vélo, France, novembre 2003, p45
  9. a et b Vélo, France, juillet 2006
  10. Florent Brard à la retraite sur lefigaro.fr
  11. Vélo, France, novembre 2003, p 45
  12. L'AC2000 est l'Association des groupes cyclistes professionnels. Elle était composée d'équipes cyclistes françaises avec une position très engagée contre l'usage des drogues dans le sport. La condition d'adhésion était de ne pas employer des coureurs ou du personnel impliqués dans des affaires de dopage.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :