Raphaël Géminiani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raphaël Géminiani
Image illustrative de l'article Raphaël Géminiani
Raphaël Géminiani à Oyonnax lors du Tour de l'Ain 2004.
Informations
Nom Géminiani
Prénom Raphaël
Surnom Le grand fusil
Date de naissance 12 juin 1925 (1925-06-12) (88 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe professionnelle
1946-1952
1949
1950
1951
1952-1953
1953
1954
1954-1960
Metropole-Dunlop
Stucchi
Bottecchia-Pirelli
Bottecchia-Ursus
Bianchi-Pirelli
Rochet-Dunlop
Ideor
Saint-Raphael-R. Géminiani
Équipe dirigée
1962
1963-1964
1965-1966
1967-1969
1971
1973
1975
1976
1977
1978-1979
1984-1985
1986
Saint-Raphael-R. Géminiani
Saint-Raphael-Gitane
Ford France
Bic
Hoover-De Gribaldy
De Kova-Lejeune
Sporting-Sottomayor
Merlin Plage
Fiat France
Fiat
La Redoute
Café de Colombia
Principales victoires
3 maillots distinctifs sur un grand tour

Mountains.svg Classement de la montagne du Tour de France 1951
Mountains.svg Classement de la montagne du Tour d'Italie 1952 et 1957
7 étapes dans les grands tours
Tour de France (7 étapes)
1 championnat

MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1953

Raphaël Géminiani est un coureur cycliste français né le 12 juin 1925 à Clermont-Ferrand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surnommé « le grand fusil », il commença sa carrière professionnelle en 1946 et la termina en 1960. Il fut vainqueur du Grand Prix de la montagne du Tour de France en 1951. Meilleur classement final sur le Tour : 2e en 1951 derrière Hugo Koblet et 3e en 1958. Il gagne 7 étapes sur le Tour entre 1949 et 1955. Il porte pendant 4 jours le maillot jaune sur le Tour. Également champion de France 1953, il gagne le Grand prix de la montagne du Tour d'Italie en 1951 et décroche la 3e place au classement général du Tour d'Espagne 1955.

Sa carrière de coureur terminée, il devient directeur sportif. Il dirige notamment Jacques Anquetil avec lequel il connaît de nombreux succès, mais aussi Joaquim Agostinho avec son ami Jean de Gribaldy. En 1977, il déclare que les contrôles antidopage sont le cancer du cyclisme. Il a néanmoins reconnu avoir eu recours à des "stimulants" pendant sa carrière.

Il apparaît dans le film Le Chagrin et la Pitié.

Son destin fut lié à celui de son ami Fausto Coppi lors de leur voyage en Haute-Volta (aujourd'hui Burkina Faso) en décembre 1959, à l'occasion pour ce pays de la commémoration du premier anniversaire de l'acquisition de son autonomie. Coppi ne devait pas être du voyage mais la défection de dernière minute de Louison Bobet lui a valu un appel du grand "GEM" pour lui proposer la place vacante. Le séjour a été agrémenté de courses cyclistes et d'un safari pour terminer.

De retour en Europe, juste avant Noël, Fausto Coppi téléphone à Raphaël Géminiani et l'informe de la constitution d'une équipe cycliste sous l'égide du sponsor Tricofilina, équipe qu'il veut un peu internationale. Raphaël lui avance quatre ou cinq noms. La discussion devient plus personnelle et Géminiani dit à son ami qu'il ne se sent pas bien du tout. Coppi lui répond que lui non plus, qu'il a la grippe, les amis se souhaitent un joyeux Noël.

Noël se passe mal pour Géminiani, et en fin d'après midi le 25 décembre 1959, il est pris de tremblements suivis d'une très forte fièvre le lendemain. D'abord soigné pour une crise hépatique, puis la jaunisse et la typhoïde, sa température grimpe à 41.6°. Le docteur Mora qui s'occupait de Géminiani n'arrivait pas à établir un diagnostic, mais lors d'une rencontre avec le docteur Bruggière, médecin colonial de passage à Clermont-Ferrand, ce dernier demande si Géminiani n'a pas été en Afrique récemment. La prise de sang révèle la présence du parasite Plasmodium Falciparum, la forme mortelle de la malaria. Ce parasite s'attaque aux globules rouges et faute de traitement, conduit à une mort certaine en huit à dix jours. Grâce à l'administration massive de quinine, Raphaël Géminiani s'est remis, avec des conséquences certaines sur sa fin de carrière en 1960.

Fausto Coppi tombe malade en même temps que Géminiani. Dès que la maladie de Géminiani est identifiée, sa femme et son frère téléphonent chez Coppi. Malgré les nombreux efforts déployés pour expliquer que Coppi a vraisemblablement la même maladie que lui, les médecins italiens poursuivent d'autres traitements que ceux adaptés à la malaria. Fausto Coppi meurt le 2 janvier 1960.

Après sa carrière de coureur cycliste, Raphaël Géminiani devient directeur sportif puis consultant. Il a entre autres dirigé Jacques Anquetil, et est à l'origine de la tentative par ce coureur d'un doublé Dauphiné libéré / Bordeaux-Paris réussi en moins de 48 heures.

Raphaël Géminiani à la foire du livre 2010 de Brive la Gaillarde

Il va collaborer également pendant quelque temps avec un fabricant de pièces détachées et accessoires pour vélos en prêtant son nom en tant que marque.

Il tient une chronique mensuelle dans Le Sport Vélo.

Il vit aujourd'hui sa retraite dans sa région natale de Clermont-Ferrand.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1947 : abandon (5e étape)
  • 1948 : 15e
  • 1949 : 25e, vainqueur de la 19e étape
  • 1950 : 4e, vainqueur des 17e et 19e étapes
  • 1951 : 2e, vainqueur Mountains.svg du classement de la montagne et de la 9e étape
  • 1952 : 11e, vainqueur des 8e et 17e étapes
  • 1953 : 9e
  • 1954 : abandon (non-partant 18e étape)
  • 1955 : 6e, vainqueur de la 9e étape
  • 1956 : 49e
  • 1958 : 3e, Jersey yellow.svg leader durant 4 jours
  • 1959 : 28e

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1955 : 3e, Jersey yellow.svg leader durant 3 jours
  • 1957 : 5e
  • 1959 : abandon, vainqueur des 1rea (contre-la-montre par équipes) et 13e étapes (contre-la-montre par équipes) du Tour d'Espagne

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1952 : 9e, vainqueur Mountains.svg du classement de la montagne
  • 1953 : 30e
  • 1955 : 4e, Jersey pink.svg leader durant 3 jours
  • 1957 : 5e, vainqueur Mountains.svg du classement de la montagne
  • 1958 : 8e

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :