Jangle pop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jangle pop

Origines stylistiques Pop
Rock
Origines culturelles États-Unis
Royaume-Uni
Australie
Nouvelle-Zélande
Instruments typiques Chants
Guitare
Basse
Batterie
Popularité 1980-1990

Genres associés

Rock indépendant
Power pop

La jangle pop est un courant important du rock indépendant né dans les années 1980, influencé par des formations comme The Byrds et Big Star. C'est un style musical se rapprochant de la power pop et du folk-rock (influences communes) mais avec un état d'esprit proche du punk et post-punk, notamment dans ce souci d'une production à l'économie. Depuis les années 1980, le genre est devenu très discret, mais on en perçoit les influences dans de nombreux groupes actuels[Lesquels ?].

Caractéristique[modifier | modifier le code]

Le terme jangle fait référence à un son de guitare créé par les Beatles et perfectionné par les Byrds. Son origine étymologique n'est pas claire : il pourrait s'agir d'une référence à une expression utilisée dans la chanson "Mr. Tambourine Man" ("In the jingle jangle morning, I'll come following you"). On obtient généralement un son jangly à partir d'une guitare Rickenbacker, souvent une douze cordes.

Historique[modifier | modifier le code]

Bien que n'étant pas considérées comme faisant de la jangle pop, de nombreuses formations des années soixante ont contribué à poser les bases de ce genre musical. En plus des Beatles et des Byrds déjà mentionnés, soulignons l'apport de groupes tels que les Merry-Go-Round, Paul Revere & the Raiders, The Searchers ou The Hollies.

Dans les années soixante-dix, peu de formations explorent cette sonorité, cependant c'est à cette époque que le groupe le plus influent pour la jangle pop est apparue : Big Star. La redécouverte de la formation d'Alex Chilton et Chris Bell au début de la décennie suivante sera déterminante pour toute une génération de groupes indie.

Évolution du genre[modifier | modifier le code]

1983 est l'année de référence avec la sortie du premier album de R.E.M.. Ces deux formations[Lesquelles ?] vont en entrainer de nombreuses autres dans leurs sillons.

Il est intéressant de constater qu'à l'époque du mirage tout synthé en vogue dans la variété,[non neutre] ces groupes underground aient choisi d'effectuer un retour au source vers l'essence de la pop à guitare. Cependant la jangle pop n'a rien d'un courant revivaliste : les groupes s'inscrivent dans le contemporain et s'inspirent tout autant de la démarche punk que des glorieux ainés.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Les Etats-Unis sont la place forte de la jangle pop dans les années 1980. On peut considérer R.E.M. comme le vrai catalyseur pour le rock indie nord-américain. La plupart des groupes n'auront cependant pas le succès de la formation d'Athens, mis à part les Bangles. Tous cependant jouent un rôle clef dans l'émergence d'une alternative crédible et viable à la musique mainstream de l'époque diffusée par la toute jeune MTV. De nombreux courants du rock underground US peuvent être affilié la jangle pop: le Paisley Underground californien (Bangles, 3 o Clock, Dream Syndicate, Rain Parade) ou le mouvement New Sincerity au Texas (the Reivers).

Royaume Uni[modifier | modifier le code]

Bien que plus américaine, la jangle pop n'en a pas moins été un courant essentiel de la musique rock underground des années 1980 en Angleterre. Les Smiths et quelques autres formations (Orange Juice, Monochrome Set) assurent la transition entre post-punk et indie rock. Ils inspirent à leur tour de nombreux autres groupes parmi lesquels les Housemartins ou toute la scène C86 / Twee Pop. Bien que distinct, ce courant musical partage beaucoup de point commun avec la jangle pop américaine. D'autres groupes peuvent quant à eux être directement considéré comme de la jangle pop, c'est le cas de formations telles que les 1000 Violins ou les Billiant Corners. La fin des années 1980 en Angleterre est marquée par l'émergence du son Madchester - Baggy, si la rythmique est fortement inspirée du funk ou de la house, les sonorités de guitares vont souvent chercher du côté de la ligne claire des Byrds ou Smiths notamment chez les Stone Roses, les Mock Turtles ou encore the High.

Pacifique[modifier | modifier le code]

Une scène importante en Australie et Nouvelle-Zélande existait dans les années 1980, autour de formations comme the Bats, the Church, the Clean, the Verlaines, the Chills, the Go-Beetweens. Il existe même un sous-genre spécifique pour certains de ces groupes: le Dunedin Sound autour du label Flying Nun Records.

Chronologie des albums[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Crazy Rhythms des Feelies
  • 1981 : Of Skins and Hearts de the Church, Stands for Decibels des dB's
  • 1982 : Drums along the Hudson des Bongos, the Days of Wine and Roses de Dream Syndicate, You can't Hide your Love forever d'Orange Juice
  • 1983 : Murmur de R.E.M., Emergency Third Rail Power Trip de Rain Parade
  • 1984 : The Smiths de The Smiths, All over the Place des Bangles, Cypress de Let's Active, Walking in the Shadow of the Big Man de Guadalcanal Diary, Let it Be des Replacements
  • 1985 : Translate Slowly de the Reivers
  • 1986 : London 0 Hull 4 des Housemartins
  • 1987 : Sonic Flower Groove de Primal Scream
  • 1988 : Hey Man that's Beautiful des 1000 Violins
  • 1989 : the Stone Roses de the Stone Roses
  • 1990 : the La's de the La's, Somewhere Soon de the High

Principaux Groupes[modifier | modifier le code]