Château de Challain-la-Potherie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Challain-la-Potherie
Image illustrative de l'article Château de Challain-la-Potherie
Façade du château de Challain
Nom local Château de Challain
Période ou style néogothique
Architecte René Hodé
Début construction XIXe siècle
Propriétaire initial Ida de la Rochefoucauld
Propriétaire actuel Nicholson
Protection  Inscrit MH (2004)
Site web www.chateauchallain.com/
Coordonnées 47° 38′ 06″ N 1° 02′ 39″ O / 47.634968, -1.044051 ()47° 38′ 06″ Nord 1° 02′ 39″ Ouest / 47.634968, -1.044051 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Commune Challain-la-Potherie

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Château de Challain-la-Potherie

Le château de Challain-la-Potherie est un château situé sur la commune de Challain-la-Potherie dans le Maine-et-Loire.

Historique[modifier | modifier le code]

Il est situé à 45 km d'Angers environ. C'est un château de style néogothique en tuffeau construit par François La Rochefoucauld-Bayers, 2ème et avant dernier Baron de Bayers (la branche de Bayers éteinte en 1950). La construction a débuté en 1847. Louis Visconti a fait les plans de ce château mais c'est René Hodé qui l'a construit. Il remplace à l'origine une bâtisse qui faisait une trentaine de pièces appartenant à Ida de la Potherie, épouse du Baron de La Rochefoucauld-Bayers.

Le château sera terminé en 1854 (soit 6 ans de construction, un record pour l'époque).

Le baron et la baronne eurent 2 enfants. Leur fille, Marie, mourra en 1868 de la tuberculose dans l'une des 4 tours du château. Leur fils Henri héritera du domaine à la mort de sa mère en 1886. Cependant, il meurt en 1893 sans héritier. Le château est alors mis en vente. C'est le Marquis Général de Cortes qui va l'acquérir. Il va faire quelques modifications : mise en place de ses armoiries, salle de bal aménagée, tableaux et meubles. Il sera habité par cette famille jusqu'à la mort du Général en 1931. La propriété est donc remise en vente. Durant la Seconde Guerre mondiale, le château sera réquisitionné par des officiers allemands. En 1948, la commune de Choisy-le-Roi rachète le château pour y envoyer des enfants en colonie de vacances jusqu'en 1970. Puis, il tombe dans l'oubli et l'abandon le plus complet. Il faudra attendre l'arrivée de 2 antiquaires anglais en 2000 pour que débutent les restaurations.

À ce jour et depuis 2002, c'est la famille Nicholson, du New Jersey aux États-Unis, qui en est propriétaire. Cette famille continue lentement les rénovations. Ainsi, des visites du rez-de-chaussée et du sous-sol sont organisées toute l'année. 4 chambres d'hôte peuvent être réservées.

Le château a été partiellement inscrit monument historique le 3 juillet 1980 puis toutes les façades et les toitures des communs, les façades et les toitures de la porterie, la douve en eau, l'ensemble du parc autour du château, avec son mur de clôture, les façades et les toitures du château d'eau dit "tour de Montplaisir", la glacière, les fabriques du parc, ruines artificielles, les façades et les toitures de la ferme dite "La Basse-Cour", le clos du potager et les logements de jardiniers du jardin potager inscrits par arrêté du 15 mars 2004[1][réf. insuffisante]

Architecture[modifier | modifier le code]

Cet ensemble néo-gothique construit de 1847 à 1851, terminé en 1854 est dû à René Hodé et Louis Visconti.

Il mesure plus de 60 m de long et 45 m de hauteur. Il comporte 6 étages et près de 4 000 m2 de parquet.

Les pièces remarquables sont le hall d'entrée haut de 10 mètres, avec un escalier en colimaçon et en faux marbre (stuc), et au rez-de-chaussée la salle de billard avec son banc d'origine, une salle de bal, le grand salon des hommes avec sa cheminée surmontée d'une statue équestre de François Ier, le petit salon des dames, leurs mobiliers massifs et leurs ouvertures cachées[2]. La décoration des murs et des plafonds présente les armoiries de la famille ainsi que les signes de deuils de la baronne.

Sont également remarquables la bibliothèque et la petite chapelle avec les saints de la famille sur les vitraux. Cette dernière garde encore aujourd'hui une peinture originale avec la croix de Lorraine et la croix de Jérusalem.

Parc et jardins[modifier | modifier le code]

Il était également agrémenté d'un salon sur l'eau, d'un moulin et d'une glacière (mais ils ont été détruits lors de la Seconde Guerre mondiale). Le jardin de devant est dessiné par Choulot, ami de François de La Rochefoucauld-Bayers, qui représente un peu les dessins de Versailles. À l'arrière, près de 600 hectares de forêt, de chemins et jardins accueillaient des ballades équestres.

Ce parc à l'anglaise est agrémenté de fabriques, ruines artificielles, de la ferme dite "La Basse-Cour" et des logements des jardiniers du jardin potager qui sont tous, ainsi que le jardin potager inscrits monuments historiques.

Peu avant d'emménager dans le château, le baron de La Rochefoucauld-Bayers meurt. C'est sa femme (Ida de la Rochefoucauld-Bayers) qui va terminer les travaux. Elle va notamment faire édifier la tour « C'est mon plaisir » qui était la devise de la famille. Des écuries, toujours présentes aujourd'hui, remplaceront les ateliers de R. Hodé. Une porte gigantesque et des remparts de 16 m de haut feront également leur apparitions pour rendre l'habitation plus discrète.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base mérimée
  2. Base Mérimée