Ceci est un bon article. Cliquez pour plus d'informations

Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Star Wars, épisode II :
L'Attaque des clones

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film L'Attaque des clones.

Titre original Star Wars Episode II:
Attack of the Clones
Réalisation George Lucas
Scénario Adaptation :
George Lucas
Jonathan Hales
Histoire :
George Lucas
Acteurs principaux
Sociétés de production Lucasfilm
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 2002
Durée 136 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones (Star Wars Episode II: Attack of the Clones) est un film américain de science-fiction de type space opera sorti en 2002 écrit et réalisé par George Lucas.

C'est le cinquième opus de la saga Star Wars par sa date de sortie, mais le deuxième dans l'ordre chronologique de l'histoire. Sorti trois ans après La Menace fantôme, il est le deuxième volet de la trilogie de préquelle, la « prélogie ». Le film est également la cinquième réalisation de Lucas.

Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones se déroule dix ans après les événements de La Menace fantôme alors que la galaxie est au bord de la guerre civile. Influencés par le maléfique Comte Dooku, des milliers de systèmes planétaires menacent de faire sécession de la République Galactique. La principale opposante à ce projet, la sénatrice et ancienne reine Padmé Amidala est visée par une tentative d’assassinat et se voit affecter l'apprenti Jedi Anakin Skywalker comme protecteur. Le mentor de ce dernier, Obi-Wan Kenobi est quant à lui chargé de démasquer les responsables de l'attentat.

S'inspirant de nombreux films américains, L'Attaque des clones reçoit un accueil critique plus favorable que La Menace fantôme et est un succès au box-office. Le film est nommé pour un Oscar du cinéma, remporte deux Saturn Awards mais également deux Razzie Awards.

George Lucas commence l’écriture du scénario en 1999. La préproduction du film dure un an. Le tournage en lui-même se déroule de juin à septembre 2000 principalement aux studios de la Fox à Sydney Australie mais aussi en Tunisie, en Italie, en Espagne et en Angleterre. L'Attaque des clones est l'un des premiers films à être tourné entièrement en numérique. Comme dans les films Star Wars précédents, la musique est composée et réalisée par John Williams.

L'Attaque des clones est sorti en VHS et en DVD en novembre 2002 et a également engendré un nombre important de produits dérivés.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Toile de fond[modifier | modifier le code]

Vision depuis l'espace d'une planète noire avec beaucoup de points lumineux.
Vision d'artiste de la planète Coruscant.

L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi et les Seigneurs Noirs des Sith, personnes sensibles à la Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté Lumineux de la Force, pouvoirs bénéfiques et défensifs, pour maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté Obscur, pouvoirs nuisibles et destructeurs, pour leurs usages personnels et pour dominer la galaxie[1].

Pour amener la paix, une République galactique a été fondée, avec pour capitale la planète Coruscant. Mais, tout au long de son existence, la République est secouée par des sécessions et des guerres. Ce fut le cas en 32 av. BY[Note 1] lors des événements narrés dans le film La Menace fantôme[1]. Dix ans plus tard, en 22 av. BY, la République est une nouvelle fois menacée[2].

Menés par l'ancien Jedi Dooku, des milliers de systèmes solaires menacent de faire sécession. Les chevaliers Jedi s'avèrent alors trop peu nombreux pour assurer le maintien de la paix dans l'ensemble de la galaxie[2]. Sur la planète Ansion, le Jedi Obi-Wan Kenobi et son apprenti Anakin Skywalker parviennent à convaincre les autorités locales de ne pas quitter la République[a 1]. Mais, à Coruscant, de nombreux sénateurs souhaitent qu'une armée soit mise sur pied au cas où une guerre de sécession éclaterait[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

La sénatrice Padmé Amidala, ancienne reine de la planète Naboo, se rend sur Coruscant afin de discuter au Sénat la nécessité de créer une armée de la République. À peine arrivée sur place, elle échappe à un attentat. Le jeune Jedi Anakin Skywalker est alors chargé de la protéger tandis que son maître Jedi Obi-Wan Kenobi est missionné pour enquêter sur la tentative d'assassinat[2].

Le soir suivant, une tueuse à gages du nom de Zam Wesell tente une nouvelle fois d'assassiner la sénatrice. Prise en chasse par Anakin et son maître, elle est capturée. Mais avant qu'elle ne puisse leur parler, elle est tuée par un dard empoisonné lancé par un autre assassin. Tandis qu'Anakin reconduit Padmé sur la planète Naboo, Obi-Wan se rend sur la mystérieuse planète Kamino, lieu de fabrication supposé du fameux dard[2].

Sur Kamino, Obi-Wan découvre qu'une armée de clones est en production pour le compte de la République. Les cloneurs lui annoncent que l'armée a été commandée il y a dix ans par un Jedi nommé Sifo-Dyas. Jango Fett, un chasseur de primes, a été payé pour être le modèle génétique de tous les clones. Obi-Wan rencontre alors Jango et l'identifie comme étant le tueur qui a éliminé Wesell. Après avoir essayé de le capturer sans succès, Obi-Wan place un émetteur sur son vaisseau et le suit jusqu’à la planète Géonosis[2].

Photo d'une riche villa arborée près d'un lac.
Villa de Padmé sur Naboo[Note 2].

Sur Géonosis, Obi-Wan surprend des conversations entre Dooku et Nute Gunray, vice-roi de la puissante Fédération du commerce. Il découvre que la Fédération est à l’origine du mouvement Séparatiste et qu'elle construit en secret une grande armée de droïdes. Il apprend également que c'est Gunray qui a commandité l'assassinat d'Amidala, pour se venger de sa défaite à la bataille de Naboo[Note 3]. Obi-Wan envoie donc un message enregistré à Anakin pour qu'il transmette au Conseil Jedi sur Coruscant ses récentes découvertes. Malheureusement, il se fait capturer avant d'avoir fini son rapport[2].

Pendant ce temps, Anakin Skywalker et Padmé Amidala passent beaucoup de temps ensemble sur Naboo. Anakin révèle son amour profond pour la jeune sénatrice. Cependant, Padmé résiste, expliquant que leur amour est impossible, puisqu'en tant que Jedi, il n'a pas le droit de se marier. Anakin est irrité par cela et éprouve un conflit intérieur entre ses désirs pour elle et son devoir de Jedi. Tous les deux finissent quand même par s’embrasser, incapables de résister à leur attirance mutuelle[2].

Anakin est également préoccupé car il ressent que Shmi, sa mère, est en grave danger. Il s’arrange donc pour que Padmé l'accompagne jusqu’à Tatooine, sa planète natale. Sur place, il apprend de son ancien maître Watto que sa mère n'est plus une esclave, qu'elle s'est mariée et vit dans une nouvelle famille, les Lars. Mais il découvre également qu'elle a été enlevée un mois plus tôt par des Hommes des Sables. Anakin part alors à sa recherche et la trouve mourante, prisonnière d’un campement d'Hommes des Sables. Incapable de la sauver, le Jedi ne peut que regarder sa mère mourir dans ses bras. Dans un accès de fureur, il massacre alors les Hommes des Sables sans épargner ni les femmes, ni les enfants[2].

Photo d'une maison taillée dans la roche avec des soubassements blancs.
Maison de la famille Lars[Note 4].

Anakin ramène le corps de sa mère chez les Lars et avoue à Padmé qu'il est troublé par ce qu'il a fait : il est rongé par la culpabilité, mais considère également que ses actes étaient justifiés. Après l'enterrement de Shmi, Anakin reçoit le message d'Obi-Wan de Géonosis. Il le retransmet à Coruscant et apprend les découvertes de son maître ainsi que sa capture. Padmé le convainc d'aller sur Géonosis porter secours à son maître[2].

Averti du danger, le Conseil Jedi décide d'agir contre l'armée de Dooku. Le maître Jedi Mace Windu prend sous son commandement tous les Jedi disponibles et se rend sur Géonosis. Le maître Jedi Yoda lui, va sur Kamino pour y recruter la fameuse armée de clones. Pendant ce temps, le Chancelier Suprême de la République Palpatine se voit attribuer les pleins pouvoirs pour légitimer le recours à l'armée de clones[2].

Sur Géonosis, le comte Dooku essaye de persuader Obi-Wan de rejoindre les Séparatistes, l'avertissant qu'un seigneur Sith, Dark Sidious, a un contrôle grandissant sur le Sénat galactique. Obi-Wan refuse de le croire, rétorquant que les Jedi l’auraient su si cela avait été le cas. Devant ce refus, Dooku le condamne à mort[2].

Anakin et Padmé arrivent sur la planète, mais sont rapidement capturés et eux aussi condamnés à mort. Ils se retrouvent alors attachés avec Obi-Wan dans une arène où trois monstrueuses créatures sont lâchées sur eux, pour le plus grand plaisir des autochtones. Pendant leur lutte, Mace Windu arrive avec de nombreux Jedi et ils affrontent les droïdes des Séparatistes dans l’arène. Même si Windu réussit à tuer Jango Fett, la défaite face aux droïdes, en surnombre, semble imminente. L'arrivée de Yoda à la tête de la nouvelle armée de clones de la République leur permet cependant de fuir l'arène[2].

Une grande bataille s'ensuit entre l'armée de clones et celle des droïdes. Le comte Dooku essaye de s'échapper, mais Obi-Wan et Anakin le rattrapent dans un hangar secret, où ils entament un nouveau combat. Mais ils ne sont pas de taille face à la grande maîtrise de la Force et du sabre laser que possède Dooku : Obi-Wan est blessé et Anakin se fait trancher le bras droit. Yoda apparaît juste au moment où Dooku s’apprête à les achever. Il défie alors Dooku qui fut autrefois l'un de ses apprentis. Dooku sous-estime le maître Jedi et le défie au sabre laser. Il se rend vite compte qu'il ne fait pas le poids face au maître Jedi et s'échappe dans son vaisseau jusqu'à Coruscant. Il y retrouve son maître, Dark Sidious. Celui-ci est heureux que la guerre ait commencé, « comme il l'avait prévu »[2].

De retour à Coruscant, Obi-Wan informe le Conseil Jedi des révélations de Dooku, à savoir que Dark Sidious a pris le contrôle du Sénat. Yoda et Mace Windu conviennent alors qu'il faudra à l'avenir surveiller le Sénat de près. Rétabli et disposant d'une prothèse mécanique pour son bras, Anakin retourne sur Naboo où il se marie dans le plus grand secret avec Padmé[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette fiche technique est établie à partir d'Internet Movie Database[3].

Distribution[modifier | modifier le code]

Comme pour le premier film, c'est Robin Gurland qui est choisie pour être la directrice de casting. Elle a fait passer des essais à plusieurs acteurs célèbres pour le rôle d'Anakin Skywalker. Parmi eux, Paul Walker (né en 1973)[6] et Ryan Phillippe (né en 1974) n'ont pas été retenus car George Lucas les a trouvés trop vieux. C'est finalement le jeune Hayden Christensen (né en 1981) qui est retenu[7]. Le tournage principal se déroulant en Australie, beaucoup d'acteurs d'origine australienne ou néo-zélandaise sont engagés pour le film. Parmi eux se trouve Leeanna Walsman, Rose Byrne, Daniel Logan, Jay Laga'aia, Temuera Morrison, Jack Thompson, Ron Falk, Bonnie Piesse et Joel Edgerton[8].

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Anakin Skywalker : il est dix ans plus âgé que lors des évènements de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme. Il est désormais l'apprenti Jedi d'Obi-Wan Kenobi. Très sûr de lui, Anakin est un pilote émérite et un Jedi intrépide. Il va rencontrer l'amour en la personne de Padmé Amidala. Cette idylle bouleversera sa destinée mais aussi celle de la galaxie[11].
  • Obi-Wan Kenobi : c'est un chevalier Jedi sage et aguerri. Il se fait du souci pour son apprenti Anakin Skywalker qu'il juge irrespectueux et imprévisible. Il va se trouver mêler à un conflit majeur de la République galactique[11].
  • Padmé Amidala : ancienne reine de la planète Naboo, elle est désormais la représentante de la planète au Sénat galactique. Sa vie étant menacée, elle se voit affecter comme garde du corps, le jeune Jedi Anakin Skywalker. Elle en tombe rapidement amoureuse[11].
  • Mace Windu : il est l'un des membres du Conseil Jedi. Il pense qu'Anakin pourrait être l'élu qui apportera la paix dans la galaxie. Pour défendre la République, Windu doit mener ses Jedi aux combats[11].
  • Comte Dooku : c'est un ancien chevalier Jedi qui quitte l'ordre pour une raison inconnue. Il abandonne l'ordre peu après la mort de son ancien apprenti Qui-Gon Jinn. Il devient ensuite le chef des systèmes séparatistes. Il prépare en secret un régime alternatif à la République galactique[11].
  • Zam Wesell : elle est un chasseur de primes qui travaille avec Jango Fett. Elle est chargée d'éliminer la sénatrice Amidala. Elle est vite confrontée aux deux gardes du corps Jedi de cette dernière : Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi[11].
  • Poggle le Bref : c'est l'archiduc de la planète Géonosis. Allié de Dooku, il supervise la création de l'armée de droïdes des forces séparatistes. Il promet à Nute Gunray, le vice-roi de la Fédération du commerce la création d'une arme ultime qui mettra au pas toute la galaxie[11].
  • Boba Fett : il s'agit du futur chasseur de prime le plus connu de la galaxie. Le jeune Boba est le fils de Jango Fett, l'homme qui donne naissance à l'armée des clones[11].
  • Jango Fett : il est un guerrier redouté et un chasseur de prime de premier plan. Il travaille pour le mystérieux Tyranus comme matrice pour la fabrication de l'armée des clones. Il porte une armure intégrale et un réacteur dorsal[11].
  • Taun We : elle est l'aide de camp du premier ministre de Kamino. Elle accueille Obi-Wan lors de sa venue sur la planète. Elle lui fait visiter la chaîne de fabrication des clones et le présente à Jango Fett[11].
  • Chancelier suprême Palpatine : il est le chef suprême de la République. Manipulateur et séducteur, il joue avec les crédules sénateurs pour obtenir les pleins pouvoirs[11].
  • Dexter Jettster : c'est le patron d'un petit restaurant des faubourgs de Coruscant. Veille connaissance d'Obi-Wan Kenobi, il a effectué de nombreux voyages aux quatre coins de la galaxie[11].
  • Capitaine Typho : il est le chef de la sécurité de la sénatrice Padmé Amidala. C'est le neveu du Capitaine Panaka, le responsable de la sécurité de la planète Naboo. Il a perdu l'usage d'un œil pendant l'une de ses missions de protection[11].

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Homme avec une barbe et des cheveux blancs qui porte des petites lunettes rondes.
George Lucas en 2009.

Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones est la suite directe de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme et le deuxième film de la nouvelle trilogie préquelle à la première trilogie Star Wars réalisée de 1977 à 1983. C'est à partir du premier novembre 1994 que George Lucas commence l’écriture de la nouvelle trilogie qui a pour protagoniste principal le jeune Anakin Skywalker avant qu'il devienne le sinistre et cruel Dark Vador des premiers films[12]. Pour Lucas « L'histoire d'Anakin Skywalker entre dans la tradition des aventures mythologiques classiques. Comme tous les héros de cette mythologie, ses défauts sont ceux que chacun porte en soi, et c'est ce qui le rend humain »[13]. Dans son nouveau film, George Lucas veut aborder une nouvelle phase du parcours d'Anakin. Il lui fait découvrir « les émotions les plus intenses : la colère, la haine, les sentiments de perte, de possession, de jalousie»[13].

Lucas s'attelle à l'écriture du second film en 1999, peu après la sortie américaine de La Menace fantôme. Mais alors qu'il avait écrit seul le premier film, il décide cette fois de s'adjoindre un co-scénariste. Il choisit pour ce travail le dramaturge britannique Jonathan Hales avec qui, il avait précédemment travailler sur la série Les Aventures du jeune Indiana Jones de 1992 à 1993. Hales n'est pas un familier du cinéma et s'est surtout illustré en écrivant pour le théâtre[13]. Pour rebondir sur la réception négative des fans au personnage de Jar Jar Binks dans le premier film, George Lucas donne comme titre de travail à son nouveau scénario Jar Jar's Big Adventure[Note 5],[14].

Dans les premières versions du scénario, Lucas développe essentiellement l'intrigue et la structure narrative. Il retravaille ensuite de nombreux passage avec Jonathan Hales. Une troisième version est alors rédigée. Comme il ne s'agit pas de la version définitive du script, Jonathan Hales doit suivre Lucas sur le plateau du tournage du film en Australie. Certaines scènes sont alors réécrites en plein tournage par les deux hommes, notamment celles sur la relation amoureuse entre Anakin et Padmé[13].

Préproduction[modifier | modifier le code]

Doug Chiang le responsable du design du premier film supervise également le département artistique du nouveau film. Il débute son travail début mai 1999, soit une semaine et demi avant la sortie de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme. Il s'entoure de nombreux dessinateurs comme Marc Gabbana, Kurt Kaufman, Dermot Power ou Jay Shuster. Iain McCaig, avec qui Chiang avait travaillé sur Terminator 2 en 1990, se charge tout particulièrement de concevoir les costumes et les personnages. Ed Natividad est lui chargé de donner naissance aux décors rocheux de la planète Géonosis que George Lucas souhaite être entre l'art nouveau et l'art gothique[15].

Homme qui porte un masque d'alien vert, une tunique crème et un manteau marron.
Cosplay de Kit Fisto. Le masque est conçu par l'équipe de Jason Baird spécialement pour le film.

Des équipes de sculpteurs et de maquettistes se chargent ensuite de réaliser des modèles réduits en trois dimensions à partir des dessins préparatoires. Parfois, à partir d'un simple croquis d'engin approuvé par Lucas, ils doivent calculer les proportions et extrapoler les formes pour obtenir une maquette réaliste de trente à quarante centimètres. Le maquettiste John Goodson indique que « certains superviseurs des effets visuels, comme John Knoll, adorent les maquettes. Même s'il s'apprête à réaliser la séquence entièrement en image de synthèse, il se sert de la maquette pour les références d'ombre et lumière ». Ensuite, de janvier à juin 2000, alors que George Lucas finalise le scénario, le département artistique se réunit autour du réalisateur tous les vendredis pour imaginer en détail les décors que le chef décorateur Gavin Bocquet doit construire avant le début du tournage[15].

Un storyboard est aussi réalisé par le département artistique afin de définir les différents axes de caméra nécessaire pour faciliter le tournage le jour venu. Les dessins du storyboard sont ensuite transformés en image animées par l'équipe de David Dozoretz et Daniel Gregoire. Ces animatiques sont surtout nécessaires pour les scènes d'action. Tout au long du tournage les animatiques sont en permanence améliorées par l'ajout de décors produits par les artistes Ryan Church et Erik Tiemens. Les deux dessinateurs sont également présents lors du tournage pour fournir régulièrement des dessins de décors pour des scènes tournées par George Lucas sur fond bleu. L'ajout de ces décors aux scènes facilite ensuite le travail des animateurs des effets spéciaux durant la phase de postproduction[16],[17].

Le dessinateur Iain McCaig chargé des costumes travaille en étroite collaboration avec la chef costumière Trisha Biggar dès la phase de création artistique. Le département costume doit en effet fournir encore plus de costumes que pour le précédent film, notamment pour les scènes sur la planète Coruscant. La garde-robe du personnage de Padmé Amidala a par ailleurs beaucoup changé entre les deux films. Elle laisse donc les robes officielles de reine pour des tenues plus « sexy » et plus « romantiques ». Le costume d'Anakin Skywalker a lui aussi beaucoup évolué. Bien que devenu Jedi, il ne porte pas la tenue traditionnelle de ceux-ci. Pour figurer la noirceur de son destin, Trisha Biggar a ajouté des réminiscences du costume de Dark Vador dans celui d'Anakin[18].

C'est l'artiste australien Jason Baird qui est choisi pour réaliser les masques et prothèses des créatures. Malgré le stock important de masques réalisés pour La Menace fantôme, Jason Baird doit créer avec son équipe ceux des nouveaux personnages. Il réalise notamment les masques de Kit Fisto et Shaak Ti. Les personnages comme les Jedi Luminara Unduli, Barriss Offee ou Sly Moore, l'assistant personnel du Chancelier Palpatine, sont, quant à eux, maquillés de manière traditionnelle et sans prothèse faciale par l'équipe de Lesley Vanderwalt, la chef maquilleuse[19].

Tournage[modifier | modifier le code]

L'Attaque des clones est l'occasion pour George Lucas de tourner un film entièrement en numérique. Lors du tournage de La Menace fantôme, il n'avait pu le faire que sur une seule scène car la technologie adaptée n'était pas encore au point. Les ingénieurs des sociétés Sony et Panavision ont travaillé avec les techniciens de Lucasfilm et d'ILM pour optimiser le déroulement du tournage du film. Ainsi, Sony développe la technologie vidéo haute définition en créant la caméra HDW-F900[20], Panavision s'occupe de créer des objectifs spécifiques pour les caméras numériques et ILM conçoit le système d'enregistrement. Cette nouvelle technologie permet d'économiser à la production le coût du négatif, le développement, les transferts images et son et le télécinéma. Le tournage en numérique permet également d'incruster en direct la version provisoire des décors numériques. De plus, les techniciens des effets spéciaux peuvent désormais travailler sur des images du film tournées la veille[21].

Contrairement aux précédents films Star Wars, L'Attaque des clones n'est pas filmé en Angleterre mais en Australie aux studios de la Fox à Sydney[22]. À l'intérieur de ceux-ci, le directeur artistique Gavin Bocquet construit soixante-neuf décors dont l'ensemble des décors de la planète Coruscant comme le bar des bas-fonds, le bureau de Palpatine, le temple Jedi, la bibliothèque Jedi et le sénat galactique. Pour la planète Kamino, ce sont les appartements de Jango Fett, les salles de vie des clones, certains corridors mais également la plate-forme sur laquelle est posé le vaisseau spatial de Jango. Pour la planète Géonosis, sont construit les décors pour l'arène, la salle du conseil séparatiste et le hangar secret du Comte Dooku. Enfin pour la planète Tatooine ce sont la cuisine et le garage de la famille Lars ainsi que le campement des Hommes des Sables[8].

Photo d'une grande place entourée d'un immense palais.
La place d'Espagne à Séville sert de lieu de tournage le 13 septembre 2000.

Pour tourner les scènes de la romance entre Anakin et Padmé, Lucas choisit d'aller début septembre 2000 en Italie. Pour la résidence de Padmé c'est une villa du Lac de Côme qui est choisie et pour le palais de la reine de Naboo c'est comme pour La Menace fantôme, le palais de Caserte qui est retenu[23],[24]. Pour les scènes en extérieur représentant la planète Tatooine, c'est à Nefta[25] près de Tozeur que sont tournées du 7 au 11 septembre les scènes de la ville de Mos Espa et c'est à Matmata que sont prises les images de la ferme des Lars[26],[27]. Enfin, le 13 septembre, est tournée dans l'immense place d'Espagne à Séville en Espagne, la scène d'arrivée d'Anakin et Padmé sur Naboo. Cette scène clôture le tournage principal[26],[28]. De nouvelles prises sont effectuées plusieurs mois après en Angleterre aux Ealing Studios, du 24 mars au 8 avril 2001. Il s'agit des scènes se déroulant à l'intérieur de l'usine de construction de l'armée de droïdes[29],[30].

Postproduction[modifier | modifier le code]

Dans La Menace fantôme, dix à quinze minutes du film étaient dépourvues d'effets spéciaux. Pour L'Attaque des clones, l'ensemble des deux mille deux cents plans contiennent au moins un effet visuel que ce soit une incrustation, une animation en images de synthèse ou un effet numérique. John Knoll, Dennis Muren et Rob Coleman, déjà superviseurs de l'animation et des effets spéciaux du premier film reprennent leurs postes. Ils sont rejoints par deux nouveaux superviseurs : Pablo Helman, responsable des effets spéciaux du DVD de La Menace fantôme et Ben Snow ancien superviseur des films Pearl Harbor en 2001 et La momie en 1999. Au plus fort de la postproduction, la société Industrial Light & Magic compte plus de six cents techniciens[31].

Grâce à l'arrivée de l'image numérique haute définition, les effets spéciaux bénéficient d'un meilleur rendu. Cela permet par exemple aux techniciens d'améliorer le réalisme des vêtements et de leurs mouvements. L'équipe de John Knoll s’attelle en premier aux scènes sur la planète de Coruscant. Parmi elle celle qui nécessite le plus de travail est la course-poursuite en speeder entre les gratte-ciels de Coruscant. L'équipe de Rob Coleman débute, elle son travail avec les scènes des personnages entièrement en image de synthèse Watto[Note 6] et Dexter Jettster[31].

Pour la première fois, la marionnette de Yoda est remplacée par un personnage en images de synthèse. Dans La Menace fantôme, deux plans larges du personnage avaient déjà été réalisés en image de synthèse. Comme Rob Coleman souhaite « amener ce personnage dans le XXIe siècle », il demande à trois de ses meilleurs animateurs de modéliser un Yoda en synthèse. Pour cela il refond numériquement trois plans où apparait le personnage dans le film L'Empire Contre-Attaque. Ils s'appliquent alors à faire coïncider la marionnette au modèle informatique. Puis, en avril 2000, Coleman présente le résultat et obtient l'aval de George Lucas. Une des raisons de cet accord est que pour la première fois, Yoda combat dans une scène du film. Une telle scène aurait été difficilement réalisable avec une marionnette[31],[32].

L'Attaque des clones comporte deux nouvelles planètes : Kamino et Géonosis. La première est submergée par un immense océan qui subit des orages permanents. Toutes les scènes montrant l'extérieur de la planète sont donc crées en images de synthèse. Les équipes d'ILM avaient déjà travaillé sur des éléments aquatiques pour le film En pleine tempête en 2000. Les plans de la planète sont en conséquence conçus assez facilement. La bataille finale sur Géonosis constitue en revanche la séquence la plus complexe du film. C'est Denis Murren, déjà responsable de la bataille de Naboo dans La Menace fantôme qui la supervise. Il est associé à Ben Snow qui a déjà réalisé une séquence similaire dans le film Pearl Harbor. Dans la séquence de Géonosis interviennent des vaisseaux, des blindés, des transports de troupes et de nombreuses troupes au sol tel que les soldats clones ou les droïdes de combat. Pour créer les gorges rocailleuses de la planète, Murren et Snow ont pris pour base de départ des photographies de canyons et de formations rocheuses du sud-ouest des États-Unis[31].

Le montage et la conception sonore du film est assurée par Ben Burtt, un fidèle collaborateur de George Lucas depuis le film La Guerre des étoiles. Présent lors du tournage en Australie, Burtt s'est chargé de l’incrustation des animatiques réalisés par David Dozoretz et Dan Gregoire sur les fonds bleus du tournage. Profitant de sa présence en Australie, Burtt a enregistré beaucoup de nouveaux sons caractéristiques du pays pour alimenter sa bibliothèque sonore. Le montage final lui, a lieu au Skywalker Ranch en Californie[33].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Comme dans les films Star Wars précédents, la musique est composée et réalisée par John Williams. Il a commencé à y travailler en octobre 2001. Il débute l'enregistrement de la musique avec l'Orchestre symphonique de Londres aux studios Abbey Road à la fin du mois de janvier 2002. L'orchestre est composé de cent dix musiciens accompagnés par une chorale de quatre-vingts chanteurs. Pour ce film, Williams reprend quelques thèmes de la saga comme celui de la Force, ceux de Yoda et de Dark Maul. « The Imperial March », le thème le plus célèbre de Star Wars est également présent. « Across the Stars », l'un des nouveaux thèmes décrit la romance entre Anakin et Padmé. Il est répété tout au long du film. Chose assez rare chez John Williams, il glisse dans la poursuite en speeder plusieurs riffs de guitare[34].

La bande originale du film sort le 23 avril 2002 sous le label Sony Classical Records et sous quatre pochettes différentes[34].

No Titre Durée
1. Star Wars Main Title and Ambush on Coruscant[Note 7] 3:46
2. Across the Stars (Love Theme)[Note 8] 5:33
3. Zam the Assassin and The Chase Through Coruscant[Note 9] 11:07
4. Yoda and the Younglings[Note 10] 3:55
5. Departing Coruscant[Note 11] 1:44
6. Anakin and Padme[Note 12] 3:57
7. Jango's Escape[Note 13] 3:48
8. The Meadow Picnic[Note 14] 4:14
9. Bounty Hunter's Pursuit[Note 15] 3:23
10. Return to Tatooine[Note 16] 6:57
11. The Tusken Camp and the Homestead[Note 17] 5:54
12. Love Pledge and the Arena[Note 18] 8:29
13. Confrontation with Count Dooku and Finale[Note 19] 10:45
14. On the Conveyor Belt[Note 20] 3:02
73:43

Sortie[modifier | modifier le code]

Après un teaser dévoilé avant le film Monstres et Cie en novembre 2001, la première bande-annonce du film est diffusée sur le réseau de télévision Fox le 10 mars 2002 entre les séries Malcolm et X-Files[35] et a été mis en ligne sur le site officiel de Star Wars, le même jour. Le cabinet de conseil Challenger, Gray & Christmas estime que les entreprises américaines pourraient perdre plus de cent millions de dollars en raison des nombreuses demandes de congés de leurs employés pour aller voir le film[36].

La première mondiale du film se déroule le dimanche 12 mai 2002 lors du premier Festival du film de Tribeca à New York au profit de la Société d'aide à l'enfance, un organisme de bienfaisance soutenu par George Lucas[37]. Le film est ensuite projeté le jour de sa sortie mondiale hors compétition au Festival de Cannes[38]. Malgré les efforts de Lucas pour convaincre les propriétaires de cinémas d'acheter des projecteurs numériques pour la sortie du film, seuls quelques salles s'équipent effectivement[39].

Femme en veste et pantalon blancs devant un stand d'exposition.
Cosplay de Padmé Amidala. L'histoire d'amour entre Padmé et Anakin n'a pas fait l'unanimité chez les critiques.

Une copie pirate du film est enregistrée lors d'une projection privée à l'aide d'un caméscope numérique monté sur trépied. Selon l'expert en piratage Bruce Forest, L'Attaque des clones a été vu par un million de personnes avant sa sortie en salle[40].

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit un accueil plutôt favorable de la part des critiques de cinéma. Sur le site Rotten Tomatoes, il obtient le score de 67 % pour un total de deux cent dix-neuf critiques[41]. Il dispose d'une note plus basse, à 53 % basée sur trente-neuf avis, sur le site Metacritic[42]. En France, le film reçoit également des critiques globalement bonnes, notamment sur le site Allociné, avec une note de 3,5 étoiles sur 5 par la presse et de 3,9 sur 5 par les spectateurs[43].

Roger Ebert du Chicago Sun-Times, qui avait fait l'éloge de tous les autres films Star Wars a donné seulement deux étoiles sur quatre à L'Attaque des clones. Notant que « pour quelqu'un qui admire la fraîcheur et l'énergie des premiers films, j'ai été étonné, qu'à la fin de l'épisode II, je réalise que je n'ai pas entendu une seule ligne de dialogue mémorable ». À propos de la relation entre Anakin et Padmé, Ebert déclare qu'il « n'y a pas un mot romantique, ils n'échangent que des poncifs »[44]. Leonard Maltin qui lui aussi aimait les précédents Star Wars donne seulement deux étoiles sur quatre pour le nouveau film dans son livre 2002 Movie & Video Guide. Maltin trouve l'« histoire trop longue » et ajoute que « les personnages et dialogues idiots n'aident pas »[45].

En revanche dans Ciné Live, Philippe Paumier déclare que « Lucas reprend du poil de la bête en signant un épisode II dont la dextérité visuelle et l'intensité dramatique font enfin honneur à la trilogie originelle » et donne un 4/5 au film[46].

Box-office[modifier | modifier le code]

L’Attaque des clones est un succès commercial même s’il n’atteint pas le niveau de La Menace fantôme, trois ans plus tôt. Il se hisse cependant à la troisième place annuelle en Amérique du Nord et à la quatrième place au niveau mondial. En Amérique du Nord, il est battu par Spider-Man et Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours. Au niveau mondial, il est également derrière Harry Potter et la Chambre des Secrets. Le film rapporte presque 649 400 000 $ au box-office mondial, dont 310 676 000 $ en Amérique du Nord[47].

En France, le film se classe en cinquième position du box-office de l’année 2002 derrière les trois films déjà cités ci-dessus et Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre[48].

Résultats au box-office par région/pays
Pays Box-office
(2002)
Classement de l'année
(2002)
Monde Monde 649 400 000 US$ 4e
Drapeau des États-Unis États-Unis 310 676 000 US$ 3e
Drapeau de la France France 5 713 593 entrées 5e

Ressortie en 3D[modifier | modifier le code]

Le 28 septembre 2010, Lucasfilm annonce que les six films de la série Star Wars seront convertis en trois dimensions. Les films devaient ainsi être présentés à nouveau dans les salles de cinéma dans l'ordre chronologique de la saga[49]. Le film La Menace fantôme ressort donc le premier au cinéma en février 2012[49]. Et ce sera finalement le seul à être présenté au grand public. Les rééditions 3D de L'Attaque des clones et La Revanche des Sith sont reportées après le rachat de Lucasfilm par The Walt Disney Company en octobre 2012. La raison invoquée est la mise en chantier du septième épisode de la saga[50]. L'Attaque des clones était initialement prévu pour être ressorti en 3D le 20 septembre 2013 aux États-Unis[51]. Le film a toutefois bien été reconverti pour la 3D, et a ainsi été projeté lors de la convention Star Wars Celebration Europe II le 26 juillet 2013[52].

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'Attaque des clones est nommé pour l'Oscar des meilleurs effets visuels mais perd face au film Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours[53]. Le film remporte cependant les Saturn Awards des meilleurs costumes et meilleurs effets visuels[54] et d'autres récompenses comme le MTV Movie Awards du meilleur combat[55]. Le film a également été nominé aux Saturn Awards du meilleur film de science-fiction, meilleure réalisation, meilleure actrice, meilleur jeune acteur, et meilleure musique. Parallèlement, le film reçoit sept nominations pour les Razzie Awards : pire film, pire réalisateur, pire scénario, pire second rôle masculin, pire second rôle féminin, pire couple de cinéma[56].

Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la page Awards du film sur l'Internet Movie Database[57]. Ici sont listés les principaux prix.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le film obtient les récompenses suivantes :

Principales récompenses du film
Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2002 Teen Choice Awards Meilleure actrice dans un film dramatique Natalie Portman
2003 Saturn Awards Meilleurs costumes Trisha Biggar
Meilleurs effets visuels Dennis Muren, Pablo Helman, John Knoll et Ben Snow
BMI Film and TV Awards Meilleure musique de film John Williams
Empire Awards Meilleure scène Le duel de Yoda contre Dooku
MTV Movie Awards Meilleur combat Le duel de Yoda contre Dooku
Razzie Awards Pire second rôle masculin Hayden Christensen
Pire scénario George Lucas et Jonathan Hales

Nominations[modifier | modifier le code]

Le film obtient les nominations suivantes :

Principales nominations du film
Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2002 Teen Choice Awards Meilleur film dramatique
Meilleur acteur dans un film dramatique Hayden Christensen
Meilleure alchimie Hayden Christensen et Natalie Portman
2003 Oscar Meilleurs effets visuels John Knoll, Rob Coleman, Pablo Helman et Ben Snow
Saturn Award Meilleur film de science-fiction
Meilleure réalisation George Lucas
Meilleure actrice Natalie Portman
Meilleur(e) jeune acteur ou actrice Hayden Christensen
Meilleure musique John Williams
MTV Movie Awards Meilleure prestation virtuelle Yoda
Meilleure séquence d'action L'affrontement dans l'arène
Phoenix Film Critics Society Awards Meilleurs effets visuels John Knoll, Rob Coleman, Pablo Helman et Ben Snow
Razzie Awards Pire film
Pire couple de cinéma Hayden Christensen et Natalie Portman
Pire second rôle féminin Natalie Portman
Pire réalisateur George Lucas
Pire suite
Satellite Awards Meilleurs costumes Trisha Biggar
World Soundtrack Awards Meilleure bande originale John Williams
Young Artist Awards Meilleur film fantastique familial
Meilleure prestation dans un film - Second rôle masculin Daniel Logan

Analyse[modifier | modifier le code]

Comme les précédents films Star Wars, L'Attaque des clones fait plusieurs fois références aux précédents films de George Lucas. Le film s'inspire également de différents films américains mais aussi de plusieurs événements politiques.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Dans la version commentée du film, George Lucas indique que la montée en puissance de Palpatine est inspirée de celle d'Adolf Hitler dans l'Allemagne d’après première guerre mondiale. En effet, alors qu’il est Chancelier du Reich en 1933, Hitler fait voter une loi lui accordant les pleins pouvoirs tout comme Palpatine à la fin du film[58]. Certains critiques mettent également en parallèle l’ascension de Palpatine avec celles de Napoléon Bonaparte et de Jules César[59].

La Guerre des clones fait quant à elle clairement référence à la Guerre de Sécession notamment par son origine et par la terminologie utilisée (Guerre civile, sécession, confédération, Grande Armée de la République, etc.). Le professeur de littérature anglaise Anne Lancashire indique également que si la première trilogie Star Wars était bien ancrée dans l’histoire politique du début du XXe siècle, la nouvelle trilogie développe des thèmes plus proches du monde politique et économique du début du XXIe siècle. La première trilogie traite de la démocratie luttant contre la dictature. La seconde s’inspire des dérives de la mondialisation économique. En effet, si l’Empire galactique de Palpatine est une structure autoritaire proche de Troisième Reich allemand, son accession au pouvoir est rendu possible grâce à l’action des groupes bancaires et des multinationales du commerce[59].

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Le film s’inspire où rend hommage à plusieurs films américains. Le plan où Anakin surveille le camp des Hommes des Sables est inspiré d'un plan du film La Prisonnière du désert (1956). Une partie de la scène à Naboo tournée dans la place d'Espagne à Séville est filmée au même endroit qu'un plan du film Lawrence d’Arabie (1962). Le plan d'ouverture reprend un plan identique du film 2001, l'Odyssée de l'espace (1968)[60]. La séquence de poursuite à travers les rues de Coruscant semble inspirée par le film Blade Runner (1982). La séquence dans les chaînes de montage de l'usine de Géonosis trouve, elle, sa source dans le film Metropolis (1927)[59].

Lucas glisse également deux références à son film American Graffiti (1973). Le restaurant où se rend Obi-Wan Kenobi et le speeder jaune qu’Anakin Skywalker emprunte pour la poursuite dans Coruscant sont en effet inspirés du restaurant et de la voiture jaune présent dans ce film[60].

Éditions en vidéo[modifier | modifier le code]

Le film est sorti dans le monde entier en VHS et en DVD le 20 novembre 2002. En plus des nombreux bonus (version commentée, documentaires, documents, clip musical, galerie de photos, affiches de cinéma, etc.), huit scènes coupées terminées spécifiquement pour le DVD et un documentaire parodique sur le personnage de R2-D2 : Sous le dôme, ont été ajoutés[61]. Le film ressort ensuite en novembre 2008 avec La Menace fantôme et La Revanche des Sith dans un coffret DVD « prélogie »[62].

Les films Star Wars sont sortis en format disque Blu-ray en septembre 2011[63]. L'Attaque des clones est ainsi restauré pour améliorer la qualité d'image par rapport à la précédente version DVD[64]. En 2013, L'Attaque des clones ressort dans un coffret DVD « prélogie » avec les modifications apportées lors de la sortie Blu-ray[65].

Promotion commerciale et produits dérivés[modifier | modifier le code]

Homme aux cheveux bruns et souriant qui se tient derrière une table d’interview.
L'auteur de fantasy Robert Anthony Salvatore signe la novélisation du film.

Beaucoup de produits dérivés sont créés pour accompagner la sortie du film. Il y a notamment le jeu vidéo Star Wars Jedi Starfighter, cent quatre-vingt cartes d'un jeu de cartes à collectionner édités par Wizards of the Coast[66], la novélisation junior par Patricia C. Wrede, le roman Apprenti mercenaire qui reprend l'intrigue du film vu par les yeux du jeune Boba Fett, la bande dessinée Épisode II - L'Attaque des clones, un Monopoly, une gamme de Lego, des tapis de souris, des coques de téléphones mobiles Nokia, costumes[67] et un jeu de société Ravensburger[68].

L'Attaque des clones révolutionne également le monde des jouets, car, pour la première fois, les figurines sont des reproductions fidèles des personnages du film. En effet, la société Gentle Giant a amené toute une batterie de scanners lors du tournage pour numériser le moindre personnage. Les techniciens de la société peuvent ensuite reproduire en trois dimensions une miniature parfaite du modèle original[69]. Le fabricant de jouet Hasbro produit lui, de 2002 à 2004, une gamme exclusivement consacrée au film avec cent trente-deux figurines, vingt-et-un figurines de luxe, deux monstres, seize véhicules et treize ensembles d'accessoires[70].

La novélisation officielle du film Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones est écrite par le romancier de fantasy Robert Anthony Salvatore qui peut en discuter longuement avec George Lucas[67].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le point de référence (point zéro de la chronologie Star Wars) est la bataille de Yavin dans l'épisode IV de la saga.
  2. La Villa Balbianello en Italie sert de lieu de tournage à des scènes se déroulant sur Naboo.
  3. Voir dans le film Star Wars, épisode I : La Menace fantôme.
  4. L' hôtel Sidi Driss à Matmata en Tunisie sert de lieu de tournage à des scènes se déroulant sur Tatooine.
  5. « La grande aventure de Jar Jar » en français.
  6. Coleman avait déjà beaucoup travaillé sur Watto pour La Menace fantôme. Il est alors son personnage préféré.
  7. « Prologue de Star Wars et Embuscade sur Coruscant » en français.
  8. « À travers les étoiles » en français.
  9. « Zam l'assassin et Poursuite à travers Coruscant » en français.
  10. « Yoda et les jeunes garçons » en français.
  11. « Départ pour Coruscant » en français.
  12. « Anakin et Padmé » en français.
  13. « La fuite de Jango » en français.
  14. « Pique-nique dans la prairie » en français.
  15. « La poursuite du chasseur de primes » en français.
  16. « Retour à Tatooine » en français.
  17. « Le Camp des hommes des Sables et La propriété » en français.
  18. « Le Pacte d'amour et L'arène » en français.
  19. « Confrontation avec le Comte Dooku et Finale » en français.
  20. « Sur le tapis roulant » en français.

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources primaires
  1. Alan Dean Foster, Tempête intergalactique, Paris, Fleuve noir,‎ 2007
  • Sources secondaires
  1. a et b Patrice Girod, « L'Histoire : Toutes les grandes étapes du film », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film La Menace fantôme, no hors série no 1,‎ automne 1999
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Patrice Girod, « L'Histoire : D'après le scénario de George Lucas et Jonathan Hales », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  3. (en) « Équipe complète du film », sur IMDB (consulté le 3 juillet 2014)
  4. (en) « Budget du film L'Attaque des clones », sur Box Office Mojo
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y « Doublage français de L'Attaque des clones », sur Voxofilm
  6. (en) « Paul Walker Remembered: Five Things You Didn’t Know Read more at http://guardianlv.com/2013/12/paul-walker-remembered-five-things-you-didnt-know/#fu5zU0T75TPm2q8L.99 », sur GuardianLV.com,‎ 3 décembre 2013 (consulté le 22 août 2014)
  7. « Ryan Phillippe voulait jouer dans Star Wars », sur ActuStar.com,‎ 6 décembre 2001 (consulté le 22 août 2014)
  8. a et b Patrice Girod, « Le Tournage : Australie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r « Les doubleurs Episode II - VFQ », sur Starwars-universe.com (consulté le 7 juillet 2014)
  10. « Les doubleurs Episode II - VFF », sur Starwars-universe.com (consulté le 2 août 2014)
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Patrice Girod, « Casting : Les personnages », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  12. All I Need Is An Idea, première partie du documentaire du DVD de 2001 du film La Menace fantôme.
  13. a, b, c et d Patrice Girod, « Pré-Production : Le Scénario », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  14. Kaminski 2008, p. 374
  15. a et b Patrice Girod, « Pré-Production : Le Design », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  16. Patrice Girod, « Pré-Production : Prévisualisation », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  17. State of the Art: The Previsualization of Episode II, documentaire du DVD de 2002 du film L'Attaque des clones.
  18. Patrice Girod, « Pré-Production : Les Costumes », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  19. Patrice Girod, « Pré-Production : Les Maquillages », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  20. Here We Go Again: The Digital Cinema Revolution Begins, documentaire du DVD de 2002 du film L'Attaque des clones.
  21. Patrice Girod, « Le Tournage : Tourner en numérique », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  22. « Australie », sur StarWars-Universe.com
  23. Patrice Girod, « Le Tournage : Italie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  24. « Italie », sur StarWars-Universe.com
  25. « Nefta, Chott el-Jerid (Ferme des Lars - Episodes II, III et IV) », sur StarWars-Universe.com
  26. a et b Patrice Girod, « Le Tournage : Tunisie », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  27. « Hôtel Sidi Driss, Matmata (Ferme des Lars - Episodes II et IV) », sur StarWars-Universe.com
  28. « Espagne », sur StarWars-Universe.com
  29. Patrice Girod, « Le Tournage : Angleterre », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  30. « Studios Ealing (Tournage additionnel Episode II) », sur StarWars-Universe.com
  31. a, b, c et d Patrice Girod, « La Postproduction : Les effets spéciaux », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  32. Des marionnettes aux pixels, documentaire du DVD de 2002 du film L'Attaque des clones.
  33. Patrice Girod, « La Postproduction : Montage & Son », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  34. a et b Patrice Girod, « La Postproduction : La Musique », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  35. (en) « World premiere of new "Star Wars: Episode II" trailer on Mar. 10 », sur Hollywood.com,‎ 1er mars 2002 (consulté le 3 septembre 2014)
  36. (en) « Will 'Star Wars' clobber business? », sur CNN.com,‎ 15 mai 2002 (consulté le 3 septembre 2014)
  37. (en) « The Children's Aid Society and The Tribeca Film Festival to Co-Host The New York City Premiere of 'Star Wars: Episode II Attack of The Clones' on May 12th », sur PRNewsWire.com (consulté le 4 septembre 2014)
  38. « La Croisette attaquée par les Clones », sur Festival-Cannes.com,‎ 16 mai 2002 (consulté le 4 septembre 2014)
  39. « Reel change », sur TheGuardian.com,‎ 16 mai 2002 (consulté le 4 septembre 2014)
  40. (en) « 'Clones' attacked by pirate clones », sur TheAge.com,‎ 11 mai 2002 (consulté en 4septembre 2014)
  41. (en) « Star Wars: Episode II - Attack of the Clones », sur Rotten Tomatoes (consulté le 5 septembre 2014)
  42. (en) « Star Wars: Episode II - Attack of the Clones », sur Metacritic (consulté le 5 septembre 2014)
  43. « Critiques de Star Wars : Episode II - L'Attaque des clones », sur Allociné (consulté le 5 septembre 2014)
  44. (en) « Star Wars: Episode II - Attack of the Clones », sur RogerEbert.com (consulté le 5 septembre 2014)
  45. (en) Leonard Maltin, 2002 Movie & Video Guide, New York, Signet,‎ 2002
  46. Philippe Paumier, « Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones », Ciné Live, no 57,‎ mai 2002
  47. (en) « Box Office Results », sur BoxOfficeMojo.com (consulté le 8 septembre 2014)
  48. « Box-Office France », sur CBO-BoxOffice.com (consulté le 8 septembre 2014)
  49. a et b (en) « Star Wars: Episode I 3D Gets Theatrical Release Date From Lucasfilm, Fox », sur The Hollywood Reporter,‎ 3 mars 2011 (consulté le 16 juin 2014)
  50. (en) « Focusing on Episode VII, Lucasfilm Postpones Episodes II and III 3D », sur StarWars.com,‎ 28 janvier 2013 (consulté le 16 juin 2014)
  51. « Star Wars II et III ressortiront en 3D le.. », sur Allocine.fr,‎ 27 août 2012 (consulté le 16 juin 2014)
  52. (en) « World-Exclusive Screening of Star Wars: Episode II Attack of the Clones in 3D at Star Wars Celebration Europe », sur Archive.today,‎ 3 août 2013 (consulté le 16 juin 2014)
  53. (en) « The 75nd Academy Awards », sur Oscars.org (consulté le 3 septembre 2014)
  54. (en) « Past Saturn Awards », sur Saturn Awards (consulté le 3 juin 2014)
  55. (en) « MTV Movie Awards 2002 », sur MTV.com (consulté le 3 juin 2014)
  56. (en) « 2002 RAZZIE Nominees & Winners », sur Razzies.com (consulté le 3 juin 2014)
  57. (en) « Distinctions de Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones », sur l'IMDb (consulté le 10 septembre 2014)
  58. Commentaires du DVD de L'Attaque des clones avec George Lucas, Rick McCallum, Rob Coleman, Ben Burtt, Pablo Helman, John Knoll et Ben Snow, DVD de 2002 du film L'Attaque des clones.
  59. a, b et c (en) « Attack of the Clones and the Politics of Star Wars », sur Homes.chass.utoronto.ca (consulté le 31 mai 2014)
  60. a et b « Le guide des secrets de la prelogie », sur Starwars-universe.com (consulté le 31 mai 2014)
  61. « Les DVD de la saga – Episode II », sur Starwars-universe.com (consulté le 31 mai 2014)
  62. (en) « Star Wars Saga Repacked in Trilogy Sets on DVD, sur StarWars.com, 28 août 2008 » (version du 26 octobre 2008 sur l'Internet Archive)
  63. (en) « The Star Wars Saga on Blu-Ray », sur StarWars.com (consulté le 11 juin 2014)
  64. (en) « The Best on Blu-ray: Restoring the Star Wars Saga for the HD Generation », sur StarWars.com (consulté le 11 juin 2014)
  65. « Star Wars - La Prélogie (Édition Simple) - DVD », sur DVDFr.com (consulté le 16 juin 2014)
  66. Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 2 : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, Paris, Courleciel,‎ printemps 2002, p. 61.
  67. a et b Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 2 : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, Paris, Courleciel,‎ printemps 2002
  68. « Star Wars (2002) », sur TricTrac.net (consulté le 13 septembre 2014)
  69. Patrice Girod, « Merchandising », Lucasfilm Magazine : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, no hors série no 2,‎ printemps 2002
  70. (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,‎ 2005 (ISBN 978-3935976329)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Lucasfilm Magazine, vol. hors série no 2 : Le Guide officiel du film L'Attaque des clones, Paris, Courleciel,‎ printemps 2002 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Simon Beecroft, L'attaque Des Clones : Les Lieux de l'action, Paris, Nathan,‎ 2003, 38 p. (ISBN 978-2-09-240483-6)
  • (en) Jody Duncan, Mythmaking : Behind the Scenes of Attack of the Clones, New York, LucasBooks / Del Rey Books,‎ 2002 (ISBN 0-345-45624-6)
  • (en+de) Fantasia-Team, Star Heroes Collector 2006 : Internationale Version, Dreieich, Fantasia Verlag GmbH,‎ 2005 (ISBN 978-3935976329) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marcus Hearn, L'Attaque des Clones : Le Guide Illustré, Paris, Hors Collection,‎ 2002 (ISBN 2-25-805343-9)
  • (en) Michael Kaminski, The Secret History of Star Wars, Kingston, Legacy Books Press,‎ 2008 (ISBN 0-978-46523-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • David West Reynold (trad. Alain Clément), Star Wars, épisode II : Tout sur l'Attaque des clones - Personnages, créatures et droïdes, Paris, Nathan,‎ 2002, 64 p. (ISBN 978-2092404713)
  • Curtis Saxton et Hans Jenssen, Star Wars, épisode II : Plans secrets des vaisseaux et engins, Paris, Nathan,‎ 2002 (ISBN 2-09-240470-9)
  • (en) Mark Vaz, The Art of Star Wars : Episode II - Attack of the Clones, New York, Del Rey Books,‎ 2002 (ISBN 0-345-43126-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 3 octobre 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.