Révolution chantante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument de l'indépendance (Lituania Restituta) restauré en 1989 à Ukmergė.

La révolution chantante (en estonien : laulev revolutsioon, en lituanien : Dainuojanti revoliucija, en letton : Dziesmotā revolūcija) est le nom des évènements qui ont, entre 1987 et 1990, mené à l'indépendance de l'Estonie, de la Lettonie, et de la Lituanie[1],[2]. L'expression provient d'un article écrit par Heinz Valk, artiste et activiste estonien, publié après les manifestations, spontanées, de nuit, des 10 et 11 juin 1988 au Lauluväljak, festival de chanson à Tallinn. Les manifestants chantaient alors des hymnes patriotiques[3].

L'indépendance des pays baltes fut acquise définitivement quelques semaines après le Putsch de Moscou en août 1991.

Sandra Kalniete, militante du mouvement de l'indépendance Lettone, leader politique, auteure, diplomate a écrit "Song to kille a giant"[4] pour raconter cette période entre 1987 et 1991 dans les Pays Baltes. Elle a servi comme ministre des Affaires étrangères de la Lettonie entre 2002 et 2004 et en tant que commissaire européen à l'Agriculture, au développement rural et la pêche en 2004. Depuis 2009, elle est membre du Parlement européen. "Song to kille a giant"[4] est un des premiers livres édité par une parlementaire européenne en anglais au format électronique.

Sandra Kalniete : "Je suis ravie que l’histoire de la troisième renaissance de notre nation et celle de l’indépendance lettonne sera disponible durablement pour tous les lecteurs anglophones, qu’ils soient historiens, politologues ou étudiants. Mémoire disponible, pour tous ceux qui explorent les luttes de libération nationale et les mouvements de résistances non-violentes. Les Lettons, peuvent être fiers de la liberté retrouvée, en supprimant toute trace de sang étranger..." [5]

La chanson star de cette révolution non violente [6], un chant politique écrit en plusieurs langues et plusieurs mains "Atmostas Baltija, Bunda Jau Baltija, Ärgake Baltimaad " est devenue naturellement l’hymne des Pays Baltes. C'est ce chant qui a ébranlé le monde chanté par trois sœurs devant la mer baltique : " Atmostas Baltija, atmostas Baltija, Lietuva, Latvija, Igaunija ! - Réveillez-vous les pays baltes , Lituanie, Lettonie , Estonie ! " Une chanson aux paroles poétiques gravées pour toujours dans les mémoires pour la force du message pacifique inspirant.

Les paroles multilingues [7] de l'hymne de la Baltique écrites par Viktors Zemgals, Žilvins Bubēlis et Tarmo Pihlap ont accompagné la formation de la "La Voie Balte"

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. *(en) Clare Thomson, The Singing Revolution: A Political Journey through the Baltic States, London, Joseph,‎ , 1e éd. (ISBN 978-0-7181-3459-4)
  2. (en) John Ginkel, « Identity Construction in Latvia's "Singing Revolution": Why inter-ethnic conflict failed to occur », Nationalities Papers, vol. 30, no 3,‎ , p. 403–433 (DOI 10.1080/0090599022000011697)
  3. (en) Between Utopia and Disillusionment By Henri Vogt; p 26 ISBN 1-57181-895-2
  4. a et b (en) Sandra Kalniete, Song To Kill A Giant, Latvija, Epp group,‎ (ISBN ISBN 978-9934-8426-2-7[à vérifier : ISBN invalide], lire en ligne), http://fr.feedbooks.com/item/602005/preview
    "Ce livre est un récit passionnant de la vie et des événements dans l’épicentre de la préparation de ce mouvement de masse. Il aide le lecteur à comprendre l’évolution d’un large mouvement de masse, comment poser les repères et les atteindre et comment avec l’utilisation paisible de méthodes non-violente le but ultime a été atteint - Rétablir l’indépendance de la Lettonie. " (Joseph Daul, Chairman of the Group of the European Peoples Party in thé European Parliament)
  5. « Chanson pour tuer un géant: la chute de l’empire soviétique. », sur www.lettonie-francija.fr,‎
  6. « Le jour où les cœurs et les mains jointes changèrent le monde d’une chanson écrite en plusieurs langues », sur http://www.lettonie-francija.fr,‎
  7. (fr+lt+lv+et) « Atmostas Baltija, Bunda jau Baltija, Ärgake Baltimaad », sur www.lettonie-francija.fr,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]