Les Aventuriers de l'arche perdue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Aventuriers de l'arche perdue

Description de l'image  Ark of the Covenant.jpg.
Titre original Raiders of the Lost Ark
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Lawrence Kasdan
Acteurs principaux
Sociétés de production Lucasfilm Ltd.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Fantastique
Sortie 1981
Durée 115 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Aventuriers de l'arche perdue ou Indiana Jones et les Aventuriers de l'arche perdue[1] (Raiders of the Lost Ark), est un film d'aventure fantastique américain, réalisé par Steven Spielberg et co-produit par George Lucas, sorti en 1981.

Premier volet de la saga Indiana Jones (deuxième chronologiquement), Raiders of the Lost Ark a été nommé neuf fois aux Oscars 1982 et en a remporté cinq (dont un spécial pour les effets sonores).

Succès critique et commercial (c'est le film le plus rentable de l'année 1981 et un des plus rentables de tous les temps[réf. nécessaire]), il mène à la réalisation de trois suites : Indiana Jones et le Temple maudit (1984), Indiana Jones et la Dernière Croisade (1989), Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008), à une série télévisée, Les Aventures du jeune Indiana Jones (1992-1996) et à quinze jeux vidéo depuis le début de la franchise.

En 1999, le film est sélectionné par le National Film Registry pour être conservé à la Bibliothèque du Congrès pour son « importance culturelle, historique ou esthétique ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bullwhip and IJ hat.jpg

Pérou, 1936. Le professeur Henry Walton Jones Jr (dit « Indiana », ou « Indy »), éminent archéologue et expert en occulte, est sur le point de mettre la main sur une idole Chachapoyan. Après avoir échappé à une série de pièges mortels dans un ancien temple, il se fait dérober la relique de façon déloyale par son principal concurrent, le Français René Belloq, qui manipule les guerriers Hovitos. Indy parvient à semer les indiens à bord d'un hydravion et rentre bredouille aux États-Unis.

Connecticut. De retour de son voyage, Jones est mandaté par des agents des services secrets américains cherchant à décrypter un câble des partisans du IIIe Reich. Les nazis semblent être sur les traces de l'Arche d'alliance, contenant les Tables de la Loi, sur le site de Tanis en Égypte. L'Arche étant censée conférer le pouvoir de mener n'importe quelle armée à la victoire, elle ne doit en aucun cas tomber entre les mains d'Adolf Hitler. Dans leurs quêtes de pouvoir occulte, les nazis recherchent Abner Ravenwood, ancien mentor de Jones et expert sur la question. Ravenwood possède le Médaillon de , un artefact permettant selon la légende de localiser précisément la relique sainte dans le « Puits des âmes ».

Indiana Jones s'envole pour le Népal pour retrouver Ravenwood, auquel il n'a plus parlé depuis des années. Il apprend de Marion, la fille de son mentor et ancien amour au caractère bien trempé, que le vieil homme est décédé. Marion possède le médaillon tant convoité qu'Indy propose d'acheter 3 000 dollars, plus 2 000 pour lui permettre de rentrer aux États-Unis. Marion accepte la vente mais la taverne est prise d'assaut par des brigands menés par l'officier de la Gestapo Arnold Toht. Au cours de l'altercation, l’établissement prend feu et Toht se brûle la main en voulant s'emparer du médaillon. Indy et Marion s'échappent avec l'artefact et partent pour l'Égypte.

Arrivés au Caire, le couple retrouve Sallah, figure emblématique de la ville et vieil ami de Jones. Ce dernier renseigne Indy que le français Belloq s'est allié aux nazis, sous les ordres du colonel Dietrich, pour fouiller le site de Tanis grâce aux inscriptions du médaillon incrustées dans la paume brûlée de la main de Toht. Dans le souk de la ville, Marion est kidnappée et est emmenée de force dans un camion que Jones fait accidentellement exploser. L'aventurier est bouleversé par la mort de son ancien amour, mais décide avec l'aide de Sallah de continuer les recherches. Ils se rendent compte que les nazis ne creusent pas au bon endroit car l'autre face du médaillon fournit une précision cruciale que Toht n'a pas. Indiana s'infiltre sur le site des fouilles et découvre que Marion n'est pas morte mais retenue captive par Belloq. L'Arche d'alliance est bientôt découverte au cœur du « Puits des âmes » grouillant de serpents. Les nazis s'emparent de l'artefact sacré et scellent le puits en y laissant Indy et Marion. Le couple s'échappe et découvre que l'Arche est sur le point d'être transportée à Berlin à bord d'une aile volante, un avion expérimental. Indy tente de saboter l'opération en détruisant l'appareil après un duel aux poings avec l'un des mécaniciens qui se solde par la mort de celui-ci, déchiqueté par une hélice. Dietrich, Toht et Belloq embarquent avec l'Arche et leur troupe à bord d'un convoi de camions. Après une course-poursuite haletante dans le désert, Jones réussit à récupérer l'artefact.

Indiana et Marion quittent l'Égypte à bord d'un navire commandé par le capitaine Katanga. Mais alors qu'ils se croient en sécurité hors des eaux territoriales, ils sont rattrapés par un sous-marin allemand. Dietrich reprend une nouvelle fois possession de l'Arche et Belloq kidnappe Marion. Jones parvient à s'enfuir et les suit jusqu'à une île de la mer Égée où le français prévoit d'ouvrir le coffre doré. L'archéologue stoppe la marche des nazis en les menaçant de tout détruire avec un bazooka. Mais il est raisonné par Belloq qui le pense incapable de détruire un tel témoignage de l'Histoire. Il est capturé et ficelé à un poteau avec Marion. Le français procède à une antique cérémonie pour ouvrir l'Arche et il s’avère qu'elle ne contient que du sable... Mais soudain, des esprits ressemblant à des séraphins de l'ancien testament émergent du coffre. Indiana, connaissant le danger pour avoir étudié la relique avec son mentor, Ravenwood, ordonne à Marion de fermer les yeux. Les esprits prennent l'apparence terrifiante d'anges de la mort et des rayons aveuglants se mettent à frapper les nazis. Belloq, Dietrich et Toht connaissent une terrible mort.

Lors de l'épilogue, situé à Washington, des agents du gouvernement certifient à Indy que l'Arche est étudiée en lieu sûr par des experts et qu'elle ne sera pas accessible au public. L'archéologue est furieux. L'Arche est en réalité étiquetée et vulgairement entreposée dans un gigantesque hangar poussiéreux rempli de centaines de caisses au contenu incertain...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

John Williams enregistrant la musique des Aventuriers de l'arche perdue.

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[6].

Le film a été sélectionné par le National Film Preservation Board pour figurer dans le National Film Registry en 1999. Il fait aussi partie de la liste des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le British Film Institute.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

La création d'Indiana Jones a lieu sur une plage d'Hawaï. George Lucas avait alors pour habitude, lorsqu'un de ses films s'apprêtait à sortir, de passer quelques jours au soleil de Hawaï. Il est rejoint cette année-là par Steven Spielberg. Certains du succès de leurs prochains films (Star Wars et Rencontres du troisième type), ils envisagent d'autres projets. Spielberg révèle à Lucas qu'il avait contacté le producteur des James Bond, Albert R. Broccoli, afin de pouvoir réaliser un épisode de la saga, mais que ce dernier avait refusé, sous prétexte qu'il fallait être obligatoirement, tout comme l'acteur incarnant l'espion, originaire d'un pays du Commonwealth. Lucas indique alors qu'il a une bien meilleure idée et il raconte les grandes lignes de ce que sera Les Aventuriers de l'arche perdue. Ils se promettent également que si le film devenait un succès, une trilogie naîtrait. Après leurs vacances, Lucas et Spielberg appellent Lawrence Kasdan, afin qu'il développe le scénario avec Lucas et, plus tard, Philip Kaufman.

Lors de la mise en chantier du scénario, Spielberg se rappelle L'Homme de Rio avec Jean-Paul Belmondo qui avait eu un certain retentissement aux États-Unis en 1964 et le revoit plusieurs fois. Ce film français de Philippe de Broca devient une source d'inspiration pour le réalisateur[7],[8] à tel point que Spielberg écrit une lettre à de Broca pour lui exprimer sa passion et sa reconnaissance. L'ironie veut que ce film soit lui-même inspiré des Aventures de Tintin[9] que Spielberg découvrira aux cours d'interviews à l’occasion de la promotion européenne de son film en 1981[10],[11].

Distribution[modifier | modifier le code]

Tom Selleck fut contacté par la production pour incarner Indiana Jones mais le contrat le liant à la série Magnum le contraint à renoncer au rôle[12]. Nick Nolte fut également contacté mais il refusa, tout comme Jeff Bridges. Steven Spielberg persuada alors George Lucas de donner le rôle à Harrison Ford, impressionné par sa performance dans le rôle d'Han Solo, dans L'Empire contre-attaque[13].

Les actrices Amy Irving (future femme de Spielberg) et Debra Winger ont été pressenties pour jouer le rôle de Marion. C'est finalement Karen Allen remarquée dans American College qui a été choisie.

Originellement, Spielberg voulait Danny DeVito dans le rôle de Sallah mais celui-ci refusa, car il devait honorer son contrat pour la série Taxi[13]. Quant au rôle de Belloq, l'italien Giancarlo Giannini et l’acteur-chanteur français Jacques Dutronc furent les premiers choix de Steven Spielberg. Mais comme aucun des deux ne parlait un mot d'anglais, le réalisateur jeta finalement son dévolu sur le Britannique Paul Freeman.

Tournage[modifier | modifier le code]

Fedora et fouet d'Indy

Le tournage débute le 23 juin 1980 en Charente-Maritime, à la Rochelle, en France dans la base sous-marine de La Rochelle pour les scènes dans les cavernes souterraines impliquant le sous-marin nazi[14]. Le sous-marin est un authentique vestige de la Seconde Guerre mondiale qui fut loué à Wolfgang Petersen qui l'utilisait pour son film, Das Boot[15]. L'équipe de tournage s'installa ensuite en Angleterre, aux studios d'Elstree à Borehamwood[14] pour les scènes impliquant le « Puits des âmes », l'intérieur du temple de la séquence d'ouverture et le bar de Marion Ravenwood au Népal[16].

Toutes les scènes censées se situer en Égypte ont été filmées à Kairouan et Tataouine, en Tunisie. Le canyon où Indiana menace de faire sauter l'Arche d'alliance est situé à Sidi Bouhlel, juste en dehors de Tozeur. C'est au même endroit que furent tournées en 1977 les scènes de la planète TatooïneR2-D2 est attaqué par les Jawas dans La Guerre des étoiles (l'équipe de tournage était du reste quasiment la même). Les scènes de Tanis ont été filmées dans la ville voisine de Sedala. Ce fut une expérience difficile pour l'équipe de tournage à cause de la chaleur et des maladies. Spielberg décida d'écourter les prises de vues en ramenant le temps de tournage sur place de six semaines à quatre et demi[13].

La scène de dialogue des escaliers intérieurs de Washington D.C. a été en réalité tournée à l'hôtel de ville de San Francisco[17]. L'université du Pacifique à Stockton (Californie) a servi de décor pour les extérieurs de l'université où Jones travaille[17], tandis que sa classe et le hall où il reçoit les services secrets américains ont été filmés à la Royal Masonic School à Rickmansworth dans le Hertfordshire (Angleterre). Les extérieurs de sa maison ont été filmés à San Rafael en Californie. Les extérieurs de la scène d'ouverture du film ont été filmés à Kauai le long de la rivière Huleia à (Hawaii)[17] en septembre, finissant ainsi le tournage sous la barre des 73 jours initialement prévus, à l'inverse de son film précédent, 1941.

La scène de poursuite du camion a été entièrement tournée par la seconde équipe d'après le storyboard de Spielberg, bien qu'ils décident d'y ajouter la séquence où Indiana est trainé par le camion, une Mercedes type 320 noire de 1936, prêtée par un collectionneur en hommage au célèbre cascadeur Yakima Canutt. En revanche, le camion utilisé par Indiana lors de cette même poursuite est un GMC auquel le logo Mercedes a été ajouté sur la calandre. Spielberg tourne tous les plans rapprochés de Ford par la suite [15]

Le tournage des scènes du Douglas DC-3 dans laquelle Jones vole vers le Népal furent empruntées au film de Frank Capra Horizons perdus (1937), tandis qu'une scène de rue fut reprise de L'Odyssée du Hindenburg (1975) de Robert Wise[18]. Le tournage de la scène où Indy débarque d'un hydravion Boeing China Clipper fut compliqué parce que plus aucun exemplaire n'existait. La production dut se contenter d'un hydravion Short Solent anglais d'après guerre ayant appartenu auparavant à Howard Hugues et qui se trouvait en Californie.

La scène du « Puits des âmes » a requis plus de 7000 serpents, dont certains très venimeux comme des cobras. Un membre de l'équipe de tournage fut mordu par un python[15]. Certains ne bougent pas beaucoup : en effet, même après avoir dévalisé les animaleries des alentours, il n'y en avait pas assez ; ils ont donc été remplacés par des bouts de tuyaux d'arrosage. Pour la scène où Indiana se retrouve nez à nez avec un cobra, on peut apercevoir sur l'écran son reflet et celui d'un projecteur car une vitre avait été posée entre l'acteur et le reptile pour éviter que Harrison Ford ne se fasse mordre[15]. Cette erreur a été gommée lors de la restauration numérique du film pour l'édition DVD.

Une boule en fibre de verre de 7 mètres de diamètre a été créée pour la scène où Indiana s'échappe du temple. Spielberg fut tellement impressionné par la création du décorateur Norman Reynolds, qu'il décida d'augmenter la longueur de la course du rocher de 15 mètres pour mieux en profiter[19].

Beaucoup de scènes furent improvisées comme la scène où Marion met sa robe et tente de s'échapper de la tente de Belloq, ainsi que la scène du combat autour de l'avion. Durant le tournage de cette scène, Ford se lésa un ligament croisé de la jambe gauche à cause de la roue de l'avion qui lui passa sur le genou[15].

La scène culte, tourné à Kairouan, où le sabreur confirmé se fait descendre d'une seule balle par Indiana Jones n'était pas dans le scénario qui prévoyait un combat au fouet et au sabre. Mais Harrison Ford, atteint de dysenterie comme la plupart des autres membres de l'équipe, se sentait incapable de tourner une scène entière de combat à l'épée. Il demanda donc à Spielberg que la scène soit raccourcie. Steven Spielberg suggéra alors qu'Indy dégaine son arme et tue son adversaire. Dans le livre The Harrison Ford Story, Ford affirme être à l'origine de la modification et avoir suggéré « Et si je descendais juste ce crétin ? » à Spielberg qui lui aurait alors répondu avoir eu la même idée[20].

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a réalisé les plus grosses recettes en 1981 aux États-Unis[22].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Il a reçu un accueil critique très positif, recueillant 94 % de critiques favorables, avec un score moyen de 8,9/10 et sur la base de 50 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[23]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 90/100, sur la base de 11 critiques collectées[24].

En 1999, le film a été sélectionné par le National Film Preservation Board pour être ajouté au National Film Registry conservé à la Bibliothèque du Congrès en raison de son apport culturel, historique et esthétique à la culture américaine.

L'American Film Institute l'a classé en 2011 à la 66e place dans sa liste des « 100 meilleurs films américains »[25].

En 2008, le magazine Empire l'a classé à la 2e place dans sa liste des « 500 meilleurs films de tous les temps »[26].

Le film figure à la 23e place du Top 250 du classement des films de l'Internet Movie Database, basé sur les votes du public, avec une note moyenne de 8,7/10[27].

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

Le film est sorti en VHS, Betamax et Videodisc en version recadrée seulement et pour la version en Laserdisc, le film est sortie en version recadrée et en écran large. Pour la resortie de la version VHS de 1999, le film est remasterisé en THX et disponible en version écran large. La packaging extérieur est nommé, pour l'occasion, Indiana Jones et les aventuriers de l'Arche perdue par souci d'harmonisation avec le reste de la saga.

La sortie suivante du DVD en 2003 garde toujours ce titre sur la jaquette extérieure mais le titre dans le film reste Les Aventuriers de l'arche perdue même dans la version restauré en DVD. Dans le DVD, deux modifications numériques ont été effectué. La première, un câble qui reliait la boule géante à un poste de commande invisible à l'écran dans la scène d'ouverture a été enlevé lors de la fuite de Harrison Ford. La deuxième, la glace de verre qui séparait Ford du cobra dans la scène du puit des âmes, et qui se remarquait à l'écran, a été aussi enlevé[28].

, La trilogie est resortie en DVD l e 13 mai 2008 avec des bonus (entretiens, analyses...) qui n'étaient pas présents dans les versions précédentes, puis en septembre 2012 en Blu-Ray.

Analyse[modifier | modifier le code]

Références à d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

De nombreux clins d'œil aux bandes dessinées de Carl Barks mettant en scène Picsou nourrissent ce premier Indiana Jones. La scène du boulet est certainement la plus célèbre chez les fans du canard. C'est un hommage de Spielberg à Barks dont il est fan depuis son enfance.

Des références à Star Wars se retrouvent dans le film. Par exemple : dans le Puits des Âmes, on peut voir des hiéroglyphes à l'effigie de R2-D2 et C-3PO ; l'immatriculation de l'avion de Jock est « OB-CPO », une référence à Obi-Wan Kenobi et C-3PO.

Incohérences scénaristiques et chronologiques[modifier | modifier le code]

Quand Indy va au Népal, on peut voir en pays la Thaïlande, alors qu'elle s'appelait encore Siam en 1936.

Le Deutsches Afrikakorps (DAK) dont on voit les soldats dans le film, fut formé le 19 février 1941 après la décision d'envoyer un corps expéditionnaire en Libye italienne pour soutenir les troupes de Mussolini. Il était donc inexistant en 1936.

Quand Indy se saoule au marché du Caire, pensant que Marion est morte, il boit dans un verre Duralex. Or cette marque n’a été fondée qu’en 1945.

Vers la fin du film, on peut voir Indiana Jones menacer les nazis avec un lance-roquette, or ce genre d'arme ne fut inventé que vers 1942, avec le bazooka M1 puis le Panzerschreck. De même, les Allemands utilisent des pistolets mitrailleurs MP40/MP38 qui n'étaient pas encore produits à cette époque. Quant à l'aile volante utilisée par les Allemands, il s'agirait d'un Northrop N-1M, dont le développement ne date que de 1939 (et qui plus est, est un avion américain)[29].

Impacts dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans le jeu World of Warcraft de Blizzard Entertainment, le donjon Uldaman comporte une salle et un mécanisme fortement inspirés de la salle de la maquette sur le site fouillé par les Nazi.

Toujours dans World of Warcraft, une suite de quête de la zone d'Uldum est consacrée entièrement au film. On peut notamment y voir la bagarre près de l'avion (qui est transformé en hélicoptère dans le jeu), mais aussi le personnage d'Harrison Ford couplé à celui d'Indiana Jones (Harrison Jones dans le jeu).

La série South Park a parodié quelques scènes du film dans l'épisode 609, Bérets gratos, dans le but de critiquer les modifications des films comme E.T., Star Wars ou Les Aventuriers de l'arche perdue. Les scènes sont alors refaites avec les personnages de la série, mais par exemple avec des talkie-walkies à la place des armes présentes dans le film.

Dans la série Community, le décor de la scène avec l'énorme rocher se situe en version miniature, dans l'appartement de Troy et Abed.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Titre de la ressortie en vidéo en 2000, par une volonté d'homogénéisation avec le reste de la saga.
  2. a, b et c (en) « Raiders of the Lost Ark », sur Box Office Mojo (consulté le 18 septembre 2011)
  3. (en) « Business » sur l'Internet Movie Database.
  4. (en) « Dates de sortie » sur l'Internet Movie Database.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Fiche de doublage français », VoxoFilm (consulté le 18 septembre 2011)
  6. « Awards », Internet Movie Database
  7. Zug, L'Homme de Rio, louvreuse.net, 26 octobre 2011.
  8. Philippe Lombard, « Tintin, Hergé et le Cinéma », revueversus.com, 12 octobre 2011.
  9. « Les Aventures de Tintin, Le Secret de la Licorne : Tintin le reporter, « égérie » de Spielberg », revueversus.com, 25 octobre 2011.
  10. Gemini, « Les Mystères de Tintin (4) : Steven Spielberg et Tintin », 6 octobre 2011.
  11. Daniel Couvreur, « L'innocence perdue des premiers Tintin », lesoir.be, 21 octobre 2011.
  12. Selleck a d'ailleurs parodié dans l'épisode « Les Aventuriers… » le célèbre archéologue, avec tout son attirail.
  13. a, b et c « Secrets de tournage », AlloCiné
  14. a et b Hearn, op. cit., pp. 127-134
  15. a, b, c, d et e Indiana Jones: Making the Trilogy, bonus DVD, Paramount Pictures, 2003.
  16. Marco Fromter, Around the World with Indiana Jones, Lucasfilm, 7 février 2007.[réf. nécessaire]
  17. a, b et c Site officiel
  18. (en) Richard Schickel, « Cinema: Slam! Bang! A Movie Movie », 15 juin 1981.
  19. « Steven said : “Why don't we make it another 50ft longer?” Which of course we did ». Témoignage de Norman Reynolds (Production Designer) dans Making the Trilogy, bonus du DVD.
  20. (en) « The Urban Legends of Indiana Jones »
  21. « Les Aventuriers de l'arche perdue », sur JP's Box-Office (consulté le 18 septembre 2011)
  22. (en) « 1981 Domestic Grosses », sur 'Box Office Mojo' (consulté le 18 septembre 2011)
  23. (en) « Raiders of the Lost Ark », sur Rotten Tomatoes (consulté le 18 septembre 2011)
  24. (en) « Raiders of the Lost Ark », sur Metacritic (consulté le 18 septembre 2011)
  25. (en) « AFI's 100 Years… 100 Movies », sur American Film Institute (consulté le 18 septembre 2011)
  26. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le 18 septembre 2011)
  27. « Les Aventuriers de l'arche perdue », Internet Movie Database (consulté le 18 septembre 2011)
  28. (en) « 10 Awesome Indiana Jones Facts », http://mentalfloss.com, 21 mai 2008.
  29. « Les Aventuriers de l'Arche perdue : Les véhicules [1/3] », jones-jr.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]