Taxi Driver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taxi Driver

Titre québécois Chauffeur de taxi
Réalisation Martin Scorsese
Scénario Paul Schrader
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Bill/Phillips
Italo/Judeo Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame psychologique
Sortie 1976
Durée 109 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Taxi Driver est un drame psychologique américain de 1976, écrit par Paul Schrader et réalisé par Martin Scorsese. Le rôle principal, un chauffeur de taxi new-yorkais, est tenu par Robert De Niro. Le film est régulièrement cité par les critiques, les réalisateurs et les spectateurs comme un des plus grands films de tous les temps. Taxi Driver remporte la Palme d'or du Festival de Cannes 1976. Il est nommé pour quatre Oscars, dont notamment celui de meilleur film.

En 1994, Taxi Driver est sélectionné pour le National Film Registry par le National Film Preservation Board pour la conservation à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour son « importance culturelle, historique ou esthétique »[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'emblématique taxi de New York, semblable à celui de Travis.

Travis Bickle, un jeune homme du Middle West récemment démobilisé des marines, est chauffeur de taxi de nuit à New-York. Pour échapper à l'ennui et à la solitude, il décide de faire quelque chose de sa vie. Il commence à faire la cour à Betsy, l’assistante du sénateur Charles Palantine, candidat aux présidentielles, mais elle le repousse après qu'il l'a emmenée voir un film pornographique. Confronté à la violence et à la perversion de la nuit new-yorkaise, il devient fou et commence à s’entraîner au maniement des armes...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : 28 millions de dollars[3]
Drapeau de la France France : 2.701.755 entrées[3]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du film[modifier | modifier le code]

C'est tout d'abord Robert Mulligan, réalisateur de Du silence et des ombres, qui fut pressenti à la réalisation, ainsi que Jeff Bridges pour le rôle de Travis Bickle. Brian De Palma fut également intéressé par la réalisation de ce film. Mais le scénariste Paul Schrader insista pour que Martin Scorsese et Robert De Niro se retrouvent derrière et devant la caméra[4].

Paul Schrader a écrit le scénario de Taxi Driver en cinq jours. L'histoire est en partie autobiographique. Vivant à Los Angeles, il avait été rejeté par sa copine. Pendant des semaines, il a fréquenté des cinémas pornos et développé une obsession morbide pour les armes à feu. À la sortie du film en 1976, New York est une des villes au taux de criminalité le plus élevé au monde.

Choix de la distribution[modifier | modifier le code]

Lorsque l'un des producteurs, Tony Bill, envisage de produire le film, il envoye le script à Al Pacino dans l'espoir qu'il accepte le rôle principal, mais ce dernier refuse la proposition.

Jodie Foster n'est pas le premier choix pour jouer le rôle d'Iris. Scorsese a d'abord considéré Melanie Griffith, Linda Blair, Bo Derek et Carrie Fisher pour le rôle. Une nouvelle auditonnée, Mariel Hemingway, est pressentie pour le rôle mais elle abandonne suite aux pressions de sa famille. Après que d'autres actrices aient abandonné les auditions, c'est Jodie Foster, une enfant actrice, qui est finalement retenue.

L'acteur Rock Hudson devait jouer le rôle du sénateur Charles Palantine, mais refusa à cause de son engagement sur la série McMillan.

Martin Scorsese apparaît dans le film, une première fois furtivement, lors d'un plan panoramique, puis une seconde fois comme client de Travis Bickle[5].

On peut voir aussi apparaître la compagne de De Niro, Diahnne Abbott, comme ouvreuse d'un cinéma porno. De même pour Catherine Scorsese, mère du réalisateur, où elle apparaît sur la photo, découpée d'un journal, des parents d'Iris[5].

La production voulait d'abord Farrah Fawcett dans le rôle de Betsy.

Tournage[modifier | modifier le code]

Afin d'alléger le budget du film, le réalisateur et Robert De Niro acceptèrent de diminuer leur salaire. Celui de l'acteur descendit à 35 000 dollars, alors qu'on lui proposait cinq fois plus pour jouer dans le film Un pont trop loin réalisé par Richard Attenborough[4].

C'est Robert De Niro qui a improvisé la fameuse réplique « You talkin' to me? ».

À l'époque du tournage du film, la scène de la tuerie était considérée comme excessivement forte. Même aujourd'hui, elle conserve une puissance émotionnelle indiscutable. Afin d'obtenir un classement acceptable du film par la censure, Scorsese atténue les couleurs dans cette scène, pour rendre le sang moins visible.

Avant le tournage, Robert De Niro a travaillé douze heures par jour dans un taxi afin de se préparer pour son rôle. Il a aussi étudié la maladie mentale. La coiffure mohawk de De Niro n'est pas réelle car il lui restait des scènes à jouer avec ses cheveux. Le maquilleur Dick Smith lui a collé un capuchon approprié sur la tête.

La scène où Jodie Foster et Harvey Keitel dansent dans l'appartement est improvisée et n'apparaît pas dans le script. Âgée seulement de 12 ans (puisqu'elle est née en novembre 1962 et que le tournage a eu lieu de juin à septembre 1975), Jodie Foster ne put faire certaines scènes explicites. C'est sa sœur de 21 ans Connie, qui la doubla.

Lorsque Travis regarde la télévision et lui donne un coup de pied, c'est une scène des Feux de l'amour qui y passe. Il s'agit d'une conversation entre Brock Reynolds et Jill Foster à propos de l'amour que Brock porte à Jill et de l'amour de celle-ci pour le beau-père de Brock.

La fille avec qui Jodie Foster a préparé son rôle apparaît dans le film comme son amie dans la rue.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Le restaurant où les chauffeurs de taxi se réunissent était un véritable restaurant où les cabbies se donnaient rendez-vous. Appelé Belmore Cafeteria, il était situé au coin de la 28e Rue et de Park Avenue South. Il a été démoli depuis.

La maison où habite Iris est le 226 dans la 13e Rue à Manhattan. Les quartiers de Times Square, Broadway, Central Park ou Columbus Circle ont également été des lieux de tournage du film[6].

Bande-son[modifier | modifier le code]

Le compositeur Bernard Herrmann, compositeur réputé pour son travail avec Alfred Hitchcock, est mort avant la sortie du film. Celui-ci lui est dédié. La plupart des musiques semblent relativement longues, en fait c'est la même chanson reprise au même endroit qui revient de manière régulière dans beaucoup de scènes du film.

  1. Main Title
  2. Thank God for the Rain
  3. Cleaning the Cab
  4. I Still Can't Sleep/They Cannot Touch Her (Betsy's Theme)
  5. Phone Call/I Realise how much She is Like the Others/A Strange Customer/Watching Palantine on TV/You're Gonna Die in Hell/Betsy's Theme/Hitting the Girl
  6. The .44 Magnum is a Monster
  7. Getting into Shape/Listen you Screwheads/Gun Play/Dear Father & Mother/The Card/Soap Opera
  8. Sport and Iris
  9. The $20 Bill/Target Practice
  10. Assassination Attempt/After the Carnage
  11. A Reluctant Hero/Betsy/End Credits
  12. Diary of a Taxi Driver
  13. God's Lonely Man
  14. Theme from Taxi Driver
  15. I Work the Whole City
  16. Betsy in a White Dress
  17. The Days do not End
  18. Theme from Taxi Driver (reprise)

Controverse[modifier | modifier le code]

Le film fut très critiqué pour sa violence. Pourtant, seuls quatre personnages sont tués : l'homme qui fait une attaque à main armée dans le magasin, le proxénète, le mafioso et le portier.

Réception[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Taxi Driver fut un succès commercial, et gagna la palme d'or au Festival de Cannes 1976. Il fut nommé pour quatre Oscars, y compris pour celui du meilleur film et de meilleur acteur (De Niro). En 1994, le film est sélectionné pour le National Film Registry par le National Film Preservation Board pour la conservation à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis[7]. Le Time le sélectionne comme un des 100 meilleurs films de tous les temps[8].

Quelques critiques ont déclaré que ce film a été le premier à mentionner les conséquences psychologique de la guerre du Viêt Nam sur les soldats qui y ont combattu, mais pour les vétérans de WWII et de la Corée, aucun traumatisme ne semble avoir été décelé.

Box-office[modifier | modifier le code]

Tourné avec un budget de 1,3 millions $, Taxi Driver est un succés financier rapportant 28 262 574 $ aux États-Unis[9], faisant de ce dernier le 17 e film le plus rentable de l'année 1976.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes 1976[10]
Palme d'or
Hochi Film Awards 1976
Meilleur film étranger
Los Angeles Film Critics Association Awards 1976
Meilleur acteur pour Robert De Niro
Meilleure musique pour Bernard Herrmann
Oscars 1977
Nomination à l'Oscar du meilleur film
Nomination à l'Oscar du meilleur acteur pour Robert De Niro
Nomination à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Jodie Foster
Nomination à l'Oscar de la meilleure musique de film pour Bernard Herrmann
BAFTA Awards 1977
British Academy Film Award de la meilleure musique de film pour Bernard Herrmann
British Academy Film Award de la meilleure actrice dans un second rôle pour Jodie Foster, également pour Bugsy Malone
British Academy Film Award de la meilleure révélation pour Jodie Foster, également pour Bugsy Malone
Nomination au British Academy Film Award du meilleur film
Nomination au British Academy Film Award du meilleur acteur dans un rôle principal pour Robert De Niro
Nomination au British Academy Film Award du meilleur réalisateur pour Martin Scorsese
Nomination au British Academy Film Award du meilleur montage pour Marcia Lucas, Tom Rolf et Melvin Shapiro
Golden Globes 1977
Nomination au Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour Robert De Niro
Nomination au Golden Globe du meilleur scénario pour Paul Schrader
Blue Ribbon Awards 1977
Meilleur film étranger
Grammy Awards 1977
Nomination au Grammy Award du meilleur album écrit pour le cinéma ou un programme télévisé spécial pour Bernard Herrmann
Kansas City Film Critics Circle Awards 1977
Meilleur actrice dans un second rôle pour Jodie Foster
Kinema Junpo Awards 1977
Meilleur réalisateur d'un film en langue étrangère pour Martin Scorsese
National Society of Film Critics Awards 1977
Meilleur acteur pour Robert De Niro
Meilleur réalisateur pour Martin Scorsese
Meilleur actrice dans un second rôle pour Jodie Foster
New York Film Critics Circle Awards 1977
Meilleur acteur pour Robert De Niro
Prix David di Donatello 1977
Prix spécial pour la performance de Jodie Foster
Prix spécial pour Martin Scorsese
Prix Sant Jordi du cinéma 1978
Meilleur acteur dans des films étrangers pour Robert De Niro, également récompensé pour Mean Streets (1973), Le Dernier Nabab (1976), New York, New York (1977) et 1900 (1976)
Fotogramas de Plata 1978
Meilleur acteur d'un film étranger pour Robert De Niro
National Film Preservation Board 1994
entrée au National Film Registry[11]

Impacts dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • On peut y voir une référence dans Le Roi lion de Walt Disney Pictures. Dans la scène où Banzai qualifie Pumbaa de « porc » après avoir remarqué sa présence, ce dernier lui demande trois fois de suite : « C'est à moi que tu parles ? ». Ceci est une reprise d'une scène du film. Il y a également une référence à cette scène du film dans Retour vers le futur 3 lorsque Marty McFly joue avec son revolver devant un miroir en répétant cette même réplique.
  • Dans la sitcom française Nerdz, Régis-Robert reprend cette réplique en se mettant devant un miroir.
  • Au début de la musique The Badge du groupe de metal Pantera, on peut entendre le cri de Sport quand il se fait tirer dessus ainsi que les bruits d'éclats de verre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.loc.gov/film/titles.html
  2. a et b Titres et dates de sortie - Internet Movie Database
  3. a, b et c Secrets de tournage, les dessous des films cultes américains par la rédaction d'AlloCiné p.181 - Absolum - 2006 - (ISBN 2916186069)
  4. a et b Secrets de tournage, les dessous des films cultes américains par la rédaction d'Allociné p.182 - Absolum - 2006 - (ISBN 2916186069)
  5. a et b Secrets de tournage, les dessous des films cultes américains par la rédaction d'Allociné p.183 - Absolum - 2006 - (ISBN 2916186069)
  6. http://frenchdistrict.com/new-york/articles/new-york-films-cinema/
  7. http://www.loc.gov/film/titles.html
  8. http://entertainment.time.com/2005/02/12/all-time-100-movies/
  9. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=taxidriver.htm
  10. (en) Distinctions - Internet Movie Database
  11. http://www.loc.gov/film/titles.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]