Glenn L. Martin Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le B-26 Marauder, un bombardier produit par Martin durant la Seconde Guerre mondiale.
La fusée Vanguard, conçue et construite par Martin pour le Programme Vanguard, préparation du lancement de la Vanguard 1.

La Glenn L. Martin Company est un ancien constructeur aéronautique américain créé par le pionnier de l'aviation Glenn Luther Martin (1886-1955). La société est passée au travers de nombreuses fusions et existe aujourd'hui en tant que Lockheed Martin[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Glenn L. Martin Company fut créée par Glenn Luther Martin le 16 août 1912[2]. Martin commença à construire des avions militaire pour l'entrainement à Santa Ana en Californie et en 1916 accepta une offre de fusion avec la Wright Company, créant la Wright-Martin Aircraft Company en septembre de cette année-là[1]. Mais cela ne fonctionna apparemment pas bien et Martin quitta la société pour créer une seconde Glenn L. Martin Company le 10 septembre 1917, basée cette fois à Cleveland dans l'Ohio[2].

Le premier grand succès de Martin arriva durant la Première Guerre mondiale avec le bombardier MB-1[3], un grand biplan commandé par l'US Army le 17 janvier 1918. Le MB-1 n'entra en service qu'après la fin des hostilités mais le modèle suivant, le MB-2, connu aussi le succès[3] et 20 furent commandés par l'Air Service, les cinq premiers sous la désignation de la compagnie, les 15 suivants comme NBS-1 (Night Bomber, Short range). Cependant le Département de la Guerre en commanda 110 de plus, il garda les droits de propriété du modèle et lança une offre publique pour la construction. Malheureusement pour Martin, la production fut confiée à d'autres constructeurs moins chers, Curtiss (50), L.W.F. Engineering (35) et Aeromarine (25)[4]. Ce modèle fut le seul bombardier de série utilisé par l'Air Service jusqu'en 1930 et fut utilisé par 7 escadrons de l'Air Service/Air Corps: 4 en Virginie, 2 à Hawaii et 1 aux Philippines.

En 1924, Martin fit une offre moins chère que Curtiss pour la production d'un modèle Curtiss bombardier et avion de reconnaissance SC-1, et en produisit finalement 404. En 1929, Martin vendit l'usine de Cleveland et en construisit une nouvelle à Middle River dans le Maryland, au nord-est de Baltimore.

Durant les années 1930, Martin construisit des hydravions pour l'U.S. Navy et l'innovant bombardier B-10 pour l'armée américaine. Il produisit aussi le célèbre hydravion China Clipper utilisé par la Pan American Airways pour sa ligne San Francisco-Manille.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les plus grands succès de Martin furent les bombardiers B-26 Marauder et A-22 Maryland, les hydravions PBM Mariner et le Martin JRM Mars (en)[5], largement utilisés pour le secours en mer, la guerre anti-sous-marine et le transport.

La société construisit 531 B-29 superforteresse et 1 585 B-26 Marauder dans son usine d'Omaha dans le Nebraska, à Offutt Field (plus tard connu comme Offutt Air Force Base. Parmi les B-29 construits par Martin, Enola Gay et Bockscar qui larguèrent les bombes atomiques sur le Japon.

Juste après guerre, les efforts de Martin ne furent pas couronnés de succès avec ses prototypes de bombardiers XB-48 et XB-51.

L'hydravion P5M Marlin fut construit à partir de 1948 à 285 exemplaires et le bombardier de nuit Martin B-57 construit sous silence à 403 unités entre 1953 et 1957.

Les avions à passagers Martin 2-0-2 furent réalisé à 57 exemplaires à partir de 1946 et le Martin 4-0-4 dont le 1er vol eu lieu en 1950 à 103 unités..

Le programme d'hydravion à réaction P6M SeaMaster dont le 1er vola 1955 s'arrêta après 12 exemplaires et fut le dernier modèle d'avions réalisa par la compagnie.

À la fin des années 1940, le premier programme de missile de croisière de conception américaine est lancé qui donnera naissance au MGM-1 Matador. En 1955 démarra le programme d'un des premiers missile balistique intercontinental, le SM-68 Titan qui en fut en service de 1962 à 1965.

Martin produisit également la fusée Vanguard, qui fut utilisée par le programme spatiale américain comme l'un des premiers véhicules de lancement du Programme Vanguard. La Vanguard fut la première fusée américaine conçue dès le départ pour être un lanceur orbital et non une fusée sonde modifiée (Juno I) ou un missile balistique intercontinental (fusée Redstone). Cette expérience aida les futurs Martin Marietta et Lockheed Martin à devenir le premier fabricant d'engins spatiaux pour la NASA, produisant des éléments aussi bien pour Apollo que la navette spatiale et l'intégralité du futur véhicule spatial Orion.

Martin fusionna avec American-Marietta Corporation en 1961 pour former la Martin Marietta Corporation, qui fusionna avec Lockheed Corporation en 1995 pour former Lockheed Martin.

La Martin Company employa beaucoup des fondateurs et des ingénieurs en chef de l'industrie aérospatiale américaine, dont Dandridge M. Cole, Donald Douglas, Lawrence Bell, James S. McDonnell, J.H. "Dutch" Kindleberger (North American Aviation), Hans Multhopp, et C.A. Van Dusen (Brewster Aeronautical Corporation). Martin appris également à William Boeing à voler et lui vendit son premier avion.

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]