Atterrissage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime ou aéronautique.

Boeing B737-800 à l'atterrissage sur la piste 35 de l'aéroport international de Corfou.

Domaine maritime[modifier | modifier le code]

À l'origine, l'atterrissage est, en navigation maritime, le moment où un navire venant du large, le navigateur aperçoit la terre (visuellement ou au radar) et identifie la côte qui se présente à lui grâce à des amers caractéristiques. Cette identification lui permet d'effectuer un point par relèvements optiques ou par distances radar, et donc de recaler son estime. L'adoption d'un premier point sûr manifeste l'atterrissage : on dit que le navire a atterri. L'atterrissage est facilité par le choix d'une route arrivant sur une côte facilement identifiable, relief caractéristique (sur les anciennes cartes marines, figuraient des profils de côtes vus du large sous une direction particulière), feu d'un phare, etc. Il va de soi que l'apparition des systèmes de positionnement par satellites a réduit l'importance et la signification de l'atterrissage.

L'atterrage est le terme décrivant l'abord des côtes, c'est-à-dire l'ensemble des points particuliers et des amers permettant de reconnaître une côte ou les approches d'un port depuis le large.

Domaine aéronautique[modifier | modifier le code]

Pente d'approche

Pour un aéronef (ou un animal d'ailleurs), l'atterrissage est la phase finale du vol, à l'issue de la procédure d'approche, et pendant laquelle il se pose sur le sol. Au début de l'aviation, le terme employé était la prise de terrain, il est toujours utilisé en parapente. Selon le type d'aéronef, il peut exister différentes sortes d'atterrissage.

Atterrissage traditionnel[modifier | modifier le code]

Atterrissage d'un avion de ligne. On note le nez relevé, posé uniquement sur le train principal et la fumée causée par la friction des pneus sur la piste

L'atterrissage est la phase finale de la procédure d'approche, qui se termine par la trajectoire appelée finale, dans l'axe de la piste, en descente avec une pente de 3°. C'est l'atterrissage classique d'un avion sur la terre ferme qui se déroule ensuite de la manière suivante:

  1. Dès que l'avion passe au-dessus du seuil de piste, le pilote exécute un arrondi en cabrant l'avion pour réduire la pente de sa trajectoire afin que cette dernière soit parallèle à la piste. En même temps, il réduit la puissance des moteurs et "relève le nez" de l'avion pour augmenter la portance et que le train principal prennent contact avec le sol en premier,
  2. Dès que la prise de contact avec le sol est effectuée, le pilote réduit complètement la puissance des moteurs et commence a freiner (il utilise les aérofreins si possible) pour réduire la vitesse ce qui diminue, doucement la portance,
  3. Dès que le train avant touche le sol, le pilote peut augmenter le freinage (il utilise les inverseurs si possible), jusqu’à l’arrêt quasi complet de l'avion ; il se dirige ensuite vers son point de parking.

Le train assure l'absorption de l'énergie lors du toucher des roues sur la piste, puis permet le déplacement de l'avion et son freinage lors du roulage au sol.

En écolage, avant d'atterrir, l'avion doit effectuer un tour de piste pour perdre de la vitesse et effectuer les contacts radio pour avoir les autorisations (clearance). Un tour de piste se compose des segments suivants (voir illustration)

Voilure d'un A319 à l'atterrissage
Français Anglais
1 aire de trafic traffic area
2 point d'arrêt holding point
3 aligné line up
4 montée initiale initial climb
5 vent traversier cross wind
6 vent arrière, travers mi-piste down wind
6bis fin de vent arrière end of down wind
7 entrée en base (à l'extérieur du circuit) base leg entry
7bis base base leg
8 dernier virage last turn
9 longue finale (à la hauteur du circuit) long final (at the traffic circuit height)
9bis finale final
10 piste dégagée runway vacated

Atterrissage court[modifier | modifier le code]

L'atterrissage court est un atterrissage classique mais en utilisant une distance de piste réduite. Suivant le type d'avion, elle peut se faire en utilisant des dispositifs de freinage spécifiques, une vitesse d'approche réduite (rognant la marge à la vitesse de décrochage Vs), ou les capacités naturelles de l'avion (voir ADAC).

Atterrissage vertical[modifier | modifier le code]

Les hélicoptères sont capables de se poser verticalement car ils peuvent ne pas avoir de vitesse horizontale. En cas de panne de moteur, ils peuvent également se poser en autorotation.

Les avions de type ADAV (avion à décollage et atterrissage vertical) sont conçus pour se déplacer verticalement comme leur nom l'indique.

Atterrissage tactique[modifier | modifier le code]

Un avion militaire dont le pilote voudra rester le plus longtemps possible hors de portée des armes légères, éventuellement menaçantes pour sa sécurité, aux abords d'un aérodrome plongera vers la piste suivant un angle de pente très prononcé et fera un arrondi brutal et donc très contraignant pour la voilure.

Un hélicoptère militaire dont la procédure de poser vertical est assez longue et le rend donc vulnérable fera un atterrissage tactique en se posant comme un avion avec une vitesse d'avancement élevée sur son train d'atterrissage ou sur ses patins si le terrain (prairie dégagée) le permet.

Atterrissage sur l'eau (amerrissage)[modifier | modifier le code]

Un PBY Catalina sur le point d'amerrir
Cas normal 
Un hydravion se pose sur l'eau à l'aide de ses flotteurs, de la même façon qu'un avion se pose sur terre en utilisant ses roues. On parle alors d'amerrissage.
Cas exceptionnel 
En cas de détresse, un avion ou un hélicoptère pourra aussi se poser sur un plan d'eau mais ceci constitue un cas limite (voir crash). Selon la force de la mer, cette tentative a souvent des conséquences aussi catastrophiques que sur terre.
Dans le cas de l'hélicoptère, certains sont équipés de flotteurs se gonflant automatiquement au contact de l'eau. Le dispositif déclencheur est un circuit électrique dont deux contacts sont isolés par une pastille de sel. Le courant est établi instantanément lorsque l'eau mouille le sel. La tension actionne alors des dispositifs pyrotechniques ouvrant les vannes de bouteilles d'air comprimé qui gonflent des boudins de flottaison pliés dans des logements. L'appareil peut ensuite repartir, soit par ses propres moyens, soit être remis en état après récupération.
Dans le cas d'un avion, la flottabilité doit être garantie pour une durée suffisante pour permettre l'évacuation des passagers (90 secondes). Ceux-ci quittent alors l'avion par des toboggans d'évacuation spécialement équipés pour servir de radeaux de sauvetage.

Appontage[modifier | modifier le code]

Appontage d'un F-18
Un F/A-18 Hornet à l'appontage

Lorsqu'un avion se pose sur un porte-avions, l'atterrissage est appelé appontage. Il s'agit d'un atterrissage court, vu la longueur réduite du pont, et qui met le plus souvent en œuvre une crosse d'appontage et des brins d'arrêt (voir l'article freinage lors d'un appontage).

L'appontage est une manœuvre délicate car :

  • le pont est une surface non stable, mobile dans toutes les directions en raison de la vitesse propre du porte-avions et du mouvement provoqué par la houle plus ou moins forte ;
  • le pont est une surface de taille réduite, que l'avion doit viser de façon très précise pour se poser au bon endroit.

Des systèmes de guidage permettent cependant d'assister le pilote dans sa manœuvre d'approche.

Domaine astronautique[modifier | modifier le code]

L'atterrissage, dans le domaine de l'astronautique, est l'action de poser un engin aérospatial sur le sol d'un astre (en anglais, landing). Un terme particulier est souvent employé de manière controversée[1] pour l'atterrissage sur la Lune : alunissage. Le terme « amarsissage » est parfois rencontré en 2012 pour ce qui concerne la planète Mars, mais ce néologisme est rejeté par l'Académie française et l'Académie des sciences[2]. En revanche, aucun terme spécifique n'est employé pour les autres corps du système solaire où l'homme a posé des sondes, comme par exemple Vénus.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Type d'atterrissage Terme employé
Traditionnel Atterrissage
Sur l'eau, pour un hydravion Amerrissage
Sur un porte-avions Appontage
Sur la Lune "Alunissage" ou atterrissage[N 1]
Sur n'importe quelle autre planète ou corps céleste (comète, astéroïde) Atterrissage
Dans les arbres Arbrissage[N 2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ce dernier terme étant préférable, la racine "terre" faisant référence à la "terre ferme" et pas au nom de la planète.
  2. jargon du parapente

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Appontage Adresse introuvable le 2 mai 2012

Vidéos[modifier | modifier le code]