Espiritu Santo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Espíritu Santo (homonymie).
Espiritu Santo
Carte d’Espiritu Santo.
Carte d’Espiritu Santo.
Géographie
Pays Drapeau du Vanuatu Vanuatu
Archipel Vanuatu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 15° 23′ S 166° 51′ E / -15.39, 166.8515° 23′ S 166° 51′ E / -15.39, 166.85  
Superficie 3 955,5 km2
Côtes 455,5 km
Point culminant Mont Tabwemasana (1 879 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Province Sanma
Démographie
Population 39 601 hab. (2009)
Densité 10,01 hab./km2
Plus grande ville Luganville
Autres informations
Fuseau horaire UTC+11

Géolocalisation sur la carte : Vanuatu

(Voir situation sur carte : Vanuatu)
Espiritu Santo
Espiritu Santo
Îles du Vanuatu

Espiritu Santo (de l’espagnol Espíritu Santo signifiant « Saint-Esprit », souvent appelée Santo) est une île de l’archipel du Vanuatu dans le Pacifique Sud, la plus importante par sa taille et par sa diversité.

Avec une superficie de 3 955,5 km2[1] et une population de 39 601 habitants en 2009[2], c’est la plus grande île du pays et la deuxième plus peuplée (après Éfaté). Sa capitale est Luganville.

Géographie[modifier | modifier le code]

L’île vue de l’espace en 1994.

Espiritu Santo se situe au nord-ouest du Vanuatu, dans la province de Sanma, au nord de Malekula et à l’ouest d’Ambae. Elle mesure environ 50×60 km avec deux grandes péninsules au nord, mesurant respectivement 60 et 25 km de long. Son point culminant a une altitude de 1 879 m[1].

L’île est entourée d’îles plus petites telles que Malo, Sakao, Araki, Tutuba et Aore.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat à Luganville entre 1974 et 2001
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 22,8 22,8 22,9 22,8 22,3 21,6 21,3 20,9 21 21,6 22,3 22,3 22,1
Température maximale moyenne (°C) 30,2 30,2 30,2 29,5 28,5 27,7 27,3 27,3 27,9 28,6 29,4 30 28,9
Précipitations (mm) 287,7 302,1 260,5 259,7 169,7 165,4 92,3 87,1 99,6 148,6 180,2 202,6 2 255,5
Nombre de jours avec précipitations 16 19 20 19 16 14 13 12 10 11 14 16 180
Source : Organisation météorologique mondiale[3]


Histoire[modifier | modifier le code]

Dock flottant de la marine des États-Unis durant la guerre du Pacifique à Espiritu Santo

Elle a été baptisée Austrialia del Espíritu Santo par le navigateur portugais Pedro Fernández de Quirós en 1606 en l’honneur de la dynastie régnante en Espagne et au Portugal, les Habsbourg, d’origine autrichienne (Austria en espagnol).

C’est la première île qu’a découvert Quirós lors de son expédition organisée depuis le Pérou à destination de la Terra australis, dont il comptait prendre possession au nom de la couronne d’Espagne. Le navigateur tenta d’y fonder une colonie, baptisée Nouvelle Jérusalem, au bord d’une rivière nommée « le Jourdain » mais renonça peu après en raison de l’hostilité des autochtones et des conflits entre les membres de l’expédition.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’île d’Espiritu Santo a été une importante base militaire des États-Unis.

Majoritairement francophones, les habitants de l’île ont plusieurs fois tenté de faire sécession. L’indépendance est unilatéralement prononcée le 27 décembre 1957 par Jimmy Stevens (1922–1994), chef du mouvement Nagrimael. À l’approche de l’indépendance du Vanuatu en novembre 1980, Stevens mène une nouvelle tentative de partition. Stevens se déclare Premier ministre et forme un gouvernement à Luganville le 5 juin 1980. Mais les négociations avec Port-Vila échouent et du 27 juillet au 18 août 1980 les forces armée franco-britanniques rétablissent l’ordre.

Le 31 août 1980, lendemain de l’indépendance du Vanuatu, la sécession de Santo est réprimée et 760 personnes arrêtées, dont Stevens qui est condamné à 15 ans de prison. Il ne sera libéré que le 19 août 1991. L’ambassadeur de France est expulsé de Port-Vila le 2 février 1981. Les relations diplomatiques entre le Vanuatu et la France reprennent au mois d’octobre.

Langues[modifier | modifier le code]

Espiritu Santo présente une grande diversité linguistique. On y parle en effet 26 langues indigènes : akei, amblong, butmas-tur, fortsenal, lorediakarkar, mafea, merei, morouas, narango, navut, nokuku, piamatsina, polonombauk, roria, sakao, shark-bay, tambotalo, tangoa, tasmate, tiale, tolomako, tutuba, valpei, vunapu, wailapa, wusi[4].

En plus de ces langues, certains habitants parlent les langues officielles du pays (français, anglais, bislama) et des immigrants venus des autres îles parlent d’autres langues du Vanuatu.

Expédition Santo 2006[modifier | modifier le code]

Une plage du nord de l’île.

Depuis 2006, l’île est l’objet d’un programme de recherche par une expédition française d’étude de la biodiversité, l’Expédition Santo 2006, menée par le professeur Hervé Le Guyader de l’Université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI), dont le but est de répertorier sur plusieurs années l’ensemble exhaustif des milieux terrestre et marin.

Sur les dix mille premières espèces recensées, il s’avère qu’environ deux mille étaient inconnues jusqu’à présent. De nombreuses autres déjà connues sont exclusivement endémiques.

Dans leurs travaux, les quelque cent soixante « savanturiers » de vingt-cinq nationalités différentes sont aidés par l’Alis, un bateau laboratoire flottant et par l’arboglisseur, une sorte de montgolfière capable de glisser juste au-dessus de la cime des arbres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Îles du Vanuatu » (consulté le 22 septembre 2011)
  2. (en) « 2009 National Population and Housing Census », Vanuatu National Statistics Office,‎ 2009 (consulté le 22 septembre 2011), p. 12
  3. (fr) « Prévisions pour Luganville », Organisation météorologique mondiale (consulté le 21 septembre 2011)
  4. (en) « Languages of Vanuatu », SIL International (consulté le 22 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]