Base aérienne 102 Dijon-Longvic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base aérienne 102 Dijon-Longvic
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 47° 15′ 59″ N 5° 05′ 42″ E / 47.266359, 5.09499547° 15′ 59″ Nord 5° 05′ 42″ Est / 47.266359, 5.094995  
Altitude 221 m (726 ft)

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Base aérienne 102 Dijon-Longvic

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base aérienne 102 Dijon-Longvic
Pistes
Direction Longueur Surface
17/35 2 400 m (7 874 ft) béton
01/19 1 800 m (5 906 ft) béton
Informations aéronautiques
Code AITA DIJ
Code OACI LFSD
Type d'aéroport Militaire et civil
Gestionnaire Armée de l'air
Cartes SIA VAC - IAC - ARR/DEP

La base aérienne 102 Dijon-Longvic de l'Armée de l'air française est située au sud de Dijon dans le département de la Côte-d'Or. Son commandant actuel est le colonel Pierre Réal. Sa dissolution est programmée en 2015. Avec plus d'un siècle d'exploitation, elle figure parmi les records de durée des bases aériennes françaises.

Mission[modifier | modifier le code]

La base aérienne 102 Capitaine-Guynemer est avant tout un outil de combat. La sécurité de l'espace aérien français et de ses abords constitue le cœur de ses activités. Ses escadrons de chasse tenaient la permanence opérationnelle H24 depuis le 11 septembre 2001, Noël et Nouvel An compris, et ce, jusqu'au départ de l'escadron 1/2 en juillet 2011. Le personnel de la BA 102 participe régulièrement à la sécurisation des installations aéroportuaires parisiennes dans le cadre des missions intérieures. Il est également engagé en opération extérieure (OPEX), que ce soit en Afrique ou en Asie centrale.

Historique[modifier | modifier le code]

Le patrimoine historique de la BA 102 est considérable, parmi les doyennes des bases de l'Armée de l'air, elle accueille en 1914 le premier groupe d'aviation. C'est là également qu'est remis le premier drapeau de l'aviation militaire au capitaine Guynemer devant le front des troupes, le 13 mai 1916.

Son emprise importante lui permet d'être dotée de plusieurs escadres de chasse et d'observation dans les années 1930. Elle devient une base allemande essentielle sous l'occupation. Bien que considérablement détruite par des années de guerre, elle prend sa part dans la reconquête en accueillant simultanément deux groupes de bombardement américains sur B-26 Marauder.

En 1949, chargé de la défense aérienne de la France, elle accueille la 2e escadre de chasse et est la première base aérienne à être dotée d'avions à réaction Vampire. La base est par la suite affectée en priorité de plusieurs générations d'avions d'armes Dassault : Ouragan en 1953, Mystère IV A en 1956, Mirage III en 1961 puis Mirage III E en 1968 - elle a d'ailleurs servi de décor à la fameuse série TV Les Chevaliers du ciel.

Devenue « Académie de la chasse », elle entre dans l'ère moderne de l'aviation de combat avec les premiers Mirage 2000 C en 1984. En 1999, dotée de la version la plus aboutie du 2000-5F à radar RDY, la BA 102 est la première base européenne à disposer d'un intercepteur multi-cibles et d'un système d'armes d'une telle technologie.

La plate-forme aéronautique sera fermée fin 2014 et la base aérienne, centenaire, sera dissoute en 2015.

Organisation[modifier | modifier le code]

Autrefois, la BA 102 accueillait l'escadron de transmission « ET 801 » qui formait les opérateurs télex de l'Armée de l'air pour la région Est.

La base supporte aujourd'hui les unités suivantes :

La réorganisation de la carte militaire effectuée en 2008 par le gouvernement devait entraîner la fermeture de la base[1]. Début août 2011 intervient la migration prévue de l'escadron de chasse 1/2 Cigognes, avec ses Mirage 2000-5 ainsi que les techniciens et mécaniciens qui assurent leur maintenance. Ceux-ci sont partis vers la base aérienne de Luxeuil[2]. Ce départ sera concomitant avec l'arrivée des escadrons d'avions TBM du Commandement des Forces aériennes[2].

Depuis l'été 2012, la base accueille l'état-major du Commandement des Forces aériennes, anciennement stationné à Metz[2].

Manifestations grand public[3][modifier | modifier le code]

  • 1961 - Journée portes ouvertes

Le 2 juillet 1961.


  • 1963 - Journée portes ouvertes

Le 23 juin 1963.


  • 1965 - Journée portes ouvertes

Le 27 juin 1965, journées « portes ouvertes », plus exactement « journée des bases » à la BA 102, exposition statiques de T-33, Fouga Magister, Ms 760"Paris", Mirage IIIR de Strasbourg, H 34 et démonstrations en vol de Mirage IIIC (CNE Fille-Lambie) &, de F-100 et de RF 84F, lâchés de parachutistes depuis des avions Broussard & Dakota.


  • 1968 - Journées portes ouvertes

Les 4 et 5 mai 1968, portes ouvertes à la BA 102 portes ouvertes particulières à la BA 102 les 4 et 5 mai, fort du succès du circuit de vitesse de Bourgogne de 1967, elles seront placées sous le signe de l'Aviation et de l'Automobile, on dénombrera près de 35 000 spectateurs. On notera la participation de quatre Lightning du 111e squadron de la RAF, et la présentation au sol d'un Mirage IIIR camouflé.


  • 1978 - Journée portes ouvertes

Le 11 juin 1978.


  • 1980 - Journée portes ouvertes

Le 8 juin 1980.


  • 1982 - meeting national de l'Air

Le jeudi 20 mai 1982, la base de Dijon accueille le meeting national de l'Air, le thème retenu sera : Dijon 1912-1982, 70 ans d'aviation. Malgré une météo très peu favorable, la manifestation attirera quelque 35 000 visiteurs. On notera la présence du D.520 du musée de l'Air.


  • 1989 - Journée portes ouvertes

Le 11 juin 1989.


  • 1992 - Meeting de l'Air

Le 28 juin 1992, un meeting au profit de la Fédération des œuvres sociales de l'Air est organisé sur la base, pour la première fois seront présents des appareils venant des pays de l'Est, en particulier des MiG-29 tchécoslovaques, parmi un plateau impressionnant de 110 avions de 9 nationalités différentes. On notera une participation record avec plus de 33 000 entrées payantes.


  • 1994 - Journée portes ouvertes

Le 10 juillet 1994. On notera la présence massive de près de 60 000 visiteurs[4] !


  • 1997 - Meeting de l'Air

Le 29 juin 1997. On notera la présence de MiG-29 polonais.


  • 2000 - Mondiale des patrouilles

Les 15 et 16 juillet 2000.


  • 2004 - Meeting de l'Air

Le 27 juin 2004. Parmi un plateau particulièrement riche, on assistera à la première présentation dijonnaise des Albatros à réaction de la Breitling Jet Time, à un superbe vol en formation de Mirage 2000-5 conduit par un avion spécialement peint pour l'occasion au couleurs des « Cigognes ». Le public pu assister à la dernière évolution à Dijon d'un biréacteur Mirage IV.


  • 2008 - Meeting de l'Air

Le 29 juin 2008. Le meeting de l'Air Entrez dans la légende organisé sur la base de Dijon le 29 juin 2008 fera date en Bourgogne. Plus de 50 000 visiteurs répondront à l'invitation du colonel Erschens et de l'Armée de l'air. Ce succès et ce remarquable plébiscite observé et souligné par la presse régionale constitue une indéniable preuve d'attachement de la population à la base aérienne de Dijon, ainsi qu'un véritable hommage rendu à l'Armée de l'air et à ses personnels.

Commandants de la base[modifier | modifier le code]

  • 1978/1979 Général Esnault
  • [...]
  • 30 août 2005 : colonel Emmanuel de Romémont
  • 1er septembre 2005 - août 2008 : colonel Olivier Erschens
  • Septembre 2008 - 27 août 2010 : colonel Bruno Paccagnini
  • 27 août 2010 - 10 juillet 2012 : colonel Jean-Marc Vigilant
  • 10 juillet 2012 - 31 août 2014 : colonel Jean-Christophe Boëri
  • 1er septembre 2014 - aujourd'hui : colonel Pierre Réal

Personnalités ayant servi au sein de la base[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pétition pour soutenir la BA 102 sur dijon.fr, consulté le 12 janvier 2009.
  2. a, b et c Mach 2,2 - Journal de la base aérienne 102 GUYNEMER, no 434, 1er semestre 2010
  3. http://www.ba102.fr/ BA102 histoire de la base aérienne
  4. le site http://www.ba102.fr/ et le journal le Bien Public du lundi 11 juillet 1994

Lien externe[modifier | modifier le code]