Service historique de la Défense

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Service historique de la Défense
Logo de l'organisation
Carte de l'organisation
Le château de Vincennes, le siège du Service historique de la Défense.

Création 17 janvier 2005
Type Organisation gouvernementale d'archives de défense.
Siège Château de Vincennes, Drapeau de la France France
Chef du Service historique de la Défense Général de brigade Vincent LEROI (7 août 2013 - )
Personne(s) clé(s) Michèle Alliot-Marie
Affiliation(s) Ministère de la Défense
Site web servicehistorique.defense.gouv.fr

Le Service historique de la Défense (SHD) est le centre d'archives du ministère de la Défense et des forces armées françaises. Il a été créé par le décret no 2005-36 du 17 janvier 2005 modifié notamment par le décret no 2012-1232 du 5 novembre 2012[1]. Ce service à compétence nationale est rattaché à la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, l'une des directions du Secrétariat général pour l'administration (SGA) du ministère de la Défense.

Le SHD comprend le Centre historique des archives de Vincennes et le Centre des archives de l’armement et du personnel de Châtellerault. Au total, il conserve près de 300 kilomètres linéaires d'archives, dont 100 km à Vincennes et 70 km à Châtellerault, ce qui en fait, en taille, le deuxième service d'archives de France.

Le SHD possède également l’une des bibliothèques les plus prestigieuses de France, qui compte plus d’un million de volumes, du XVe au XXIe siècle. Spécialisée dans l’histoire militaire, elle conserve, outre des éditions rares et des reliures de luxe, de nombreux manuscrits - tel le cahier de géographie de Louis XVI enfant - ou encore des recueils originaux de cartes et de plans anciens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Services précédents[modifier | modifier le code]

Le service historique de la Défense est issu du regroupement, en 2005, de 4 services historiques relevant des différentes forces armées.

Service historique de l'armée de terre[modifier | modifier le code]

Le service historique de l'armée de terre (SHAT) est issu du dépôt de la Guerre, dont les attributions historiques ont été confiées en 1887 à un service historique de l'armée, rebaptisé service historique de l'armée de terre au moment de la création de l'armée de l'air.

Le SHAT était installé au château de Vincennes. Il conservait l'ensemble des archives de l'armée de terre française. Lors de la création du service historique de la Défense, le 17 janvier 2005, le SHAT en devient le département « Terre ».

Service historique de la Marine[modifier | modifier le code]

Héritier de la Direction des archives et bibliothèques du ministère de la Marine (créée au XVIIe siècle et située dans l'Hôtel de la Marine à Paris), le service historique de la Marine (SH/Mar ou SHM) est créé le 20 juillet 1919 et prend ses quartiers dans le tout nouveau bâtiment de l'avenue Octave-Gréard. L'accroissement signifiant des fonds d'archives oblige le déménagement de l'échelon central vers le pavillon de la Reine du château de Vincennes, en 1974. Le SHM possède des antennes portuaires à Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon.

Service historique de l'armée de l'air[modifier | modifier le code]

L'origine du service historique de l'armée de l’air (SHAA) remonte à décembre 1934 lorsqu'est créé le « service des études historiques et géographiques de l'Air », qui succède à la section aéronautique existant depuis 1930 au sein du Service historique de l'Armée. Trois missions lui sont alors imparties : recueillir et classer les archives de l'aéronautique militaire et de l'armée de l'air, rédiger l'histoire de l'aviation militaire, établir des cartes aériennes. Pour ce faire, le service reçoit les archives des unités de la Première Guerre mondiale et de l'ancienne direction de l'aéronautique du ministère de la Guerre. Marquant son identité, il s'installe dès 1935 dans les locaux du ministère de l'Air, boulevard Victor, à Paris.

Après une éclipse[pas clair] entre 1936 et 1939, le service se reconstitue sous le nom de Service historique de l'armée de l'Air (SHAA) et voit ses missions archivistique et historique renforcées, au détriment de sa mission géographique qui disparaît. Son activité ne cesse pas pendant la Seconde Guerre mondiale, malgré des pérégrinations[pas clair] par ailleurs fort dommageables pour ses fonds d'archives. Recréé en 1945, le SHAA s'installe à l'École militaire où il est rattaché au Centre d'enseignement supérieur aérien (CESA) à compter du 1er avril 1946, puis à Versailles en 1948, et enfin en 1968 au château de Vincennes, avec le Service historique de l'armée de Terre, rejoint en 1974 par celui de la Marine.

Une partie de ces archives a été détruite face à l'avance des troupes allemandes en 1940. Une autre, capturée intacte, fut transférée en Allemagne pour étude. Ensuite, c'est au tour des Russes de rassembler ces archives, et de les expédier à Moscou comme prise de guerre. Suite à un accord avec les autorités russes, ces archives sont en cours de réintégration au sein du service[réf. souhaitée].

Service historique de la Gendarmerie nationale[modifier | modifier le code]

Le Service historique de la Gendarmerie nationale (SHGN) a été créé en 1996 au Fort de Charenton à Maisons-Alfort. Rattaché au Service historique de la Défense lors de la création de celui-ci en janvier 2005, il est présent au château de Vincennes depuis la fin 2006, mais comprend également deux dépôts d'archives déconcentrés, à Fontainebleau (Seine-et-Marne) et au Blanc (Indre). Les documents de ces sites sont communiqués dans la salle de lecture Louis XIV, située à Vincennes.

Service actuel[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, des projets visant à réunir les différents services historiques ont été envisagés mais aucun n'a pu aboutir avant 2005. Ces échecs étaient dus notamment aux différences de culture entre le SHAT et le SHAA, le deuxième étant beaucoup plus ouvert au civil que le premier en raison de la proportion de civils employés.

De 2005 à 2012, l'organisation du SHD s'appuie essentiellement sur quatre départements d'armée (Terre, Marine, Air, Gendarmerie), issus des anciens services historiques respectifs des différentes armées, ainsi que sur trois départements transversaux (département interarmées, ministériel et interministériel, département de l'innovation technologique et des entrées par voie extraordinaire, département des publics et de la valorisation).

À compter de 2012, le SHD intègre le centre des archives du personnel militaire, qui relevait précédemment de la direction du service national.

Missions[modifier | modifier le code]

Le service historique de la Défense assure, selon les termes mêmes du décret le constituant :

  • Le contrôle scientifique et technique des archives courantes ;
  • Le contrôle scientifique et technique, la collecte, la conservation et la gestion des archives intermédiaires de la défense qui relèvent de sa compétence, selon des modalités fixées par arrêté ;
  • La collecte, la conservation et la gestion des archives définitives de la défense ;
  • La collecte, la conservation et la gestion des autres documents qui sont attribués ou remis au ministère de la Défense, à titre onéreux ou gratuit ;
  • La communication des archives de la Défense et leur mise en valeur ;
  • L’instruction des demandes de communication, par dérogation, des archives de la Défense (…) ;
  • La gestion des bibliothèques patrimoniales qui relèvent de sa compétence ;
  • La gestion de la symbolique militaire.

Ce service contribue également aux travaux relatifs à l’histoire de la Défense.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'organisation du SHD repose sur le décret du 17 janvier 2005 modifié et sur l'arrêté du 5 novembre 2012[2].

Le SHD comprend un pôle de pilotage scientifique et technique ainsi qu'un bureau de la coordination, directement rattachés au chef du service. Il comprend en outre le Centre historique des archives, le Centre des archives du personnel militaire et le Centre des archives de l'armement et du personnel civil, ainsi qu'un département de l'administration et du soutien.

Le centre historique des archives est organisé en départements :

  • département de la collecte et des recherches à caractère administratif ;
  • département du réseau territorial ;
  • département des archives définitives ;
  • département des entrées par voie extraordinaire ;
  • département des services au public ;
  • département de la bibliothèque ;
  • département des études et de l'enseignement ;
  • département de la symbolique de la défense.

Le centre historique des archives est notamment responsable des publications du SHD (ouvrages, site Internet, Revue historique des armées).

Le centre des archives du personnel militaire est organisé en départements et bureaux :

  • département de la collecte et de la conservation des archives ;
  • département de l'exploitation et de la valorisation des archives ;
  • bureau du pilotage, de la qualité et de la prévention ;
  • bureau expert métier.

Le centre des archives de l'armement et du personnel civil est organisé en départements et bureaux :

  • département des archives de l'armement ;
  • département des archives du personnel civil ;
  • bureau des publics et de la valorisation ;
  • bureau du pilotage, de la qualité et de la prévention.

Le département de l'administration et du soutien est organisé en bureaux :

  • bureau des finances ;
  • bureau des marchés ;
  • bureau de la gestion de proximité ;
  • bureau de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ;
  • bureau du soutien logistique.

Chefs récents des services historiques d'armées jusqu'en 2005 et chefs du service historique de la Défense.[modifier | modifier le code]

Service historique de l'armée de terre Service historique de la marine Service historique de l'armée de l'air Service historique de la gendarmerie nationale
Service historique de la Défense
Chef du service (militaire) Adjoint au chef du service (conservateur du patrimoine)
  • Catherine Oudin (2005-2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Agnès Chablat-Beylot, Les archives du service historique de l'armée de l’air, 1994
  • Collectif, Guide des archives de la bibliothèque (2e édition), SHAA, 2001
  • Le Point, juin 2013
  • Le Point, juillet 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]