Robin DR-400

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robin DR400-180 Régent
Image illustrative de l'article Robin DR-400

Constructeur aéronautique Drapeau : France Robin Aircraft
Type Avion léger
Premier vol 1972
Nombre construit + 1000
Motorisation
Moteur Lycoming O-360-A3A de 180 ch
Dimensions
Envergure 8,72 m
Longueur 6,96 m
Hauteur 2,23 m
Surface alaire 14,2 m2
Nombre de places 4
Réservoirs 190 l
Masses
Masse à vide 610 kg
Masse maximum 1 100 kg
Performances
Décollage 515 m
Atterrissage 530 m
Vitesse de croisière 257 km/h
à 75 % et 8 500 pieds
Vitesse maximale (VNE) 278 km/h
au niveau de la mer
Vitesse de décrochage 95 km/h
Plafond 15 000 ft à la masse maximale
Vitesse ascensionnelle 4,5 m/s
Distance franchissable 1 278 km

Le Robin DR-400 est un avion de tourisme monomoteur très utilisé dans les aéroclubs, produit par la société Avions Pierre Robin, aujourd'hui appelée Robin Aircraft.

Description[modifier | modifier le code]

Il est apparu en 1972 par évolution de la gamme des DR-300 (DR sont les initiales de Jean Délémontez et Pierre Robin). Par rapport à ces derniers, les deux différences majeures sont une cabine plus large aux épaules et une verrière qui coulisse vers l'avant au lieu de portes, nouveau concept appliqué en premier lieu sur le HR-1 en 1969[1]. La cambrure de l'aile rend le pilotage plus facile et un meilleur décrochage. La planche de bord est plus haute et plus claire.

On retrouve d'ailleurs les mêmes puissances disponibles à peu près, les différents modèles variant surtout par la motorisation, la cabine étant identique. Les modèles peu puissants, jusqu'au 120 ch, sont dits « 2+2 », c'est-à-dire pour deux adultes et deux enfants (ou trois adultes), les autres sont tous quadriplaces, le 180 ch emmenant sans problème 4 passagers, le plein d'essence et quelques bagages.

La conception de l'avion est ancienne, c'est une structure en bois entoilée à aile basse à dièdre en bout d'aile. L'aile basse permet d'avoir une excellente visibilité. Elle est de type Jodel, très caractéristique. Il possède un train tricycle, plus facile à poser qu'un train classique.

Il est très présent encore actuellement dans la plupart des aéro-clubs français (il représente 50 % du parc aéronautique français en aéro-club), et plus largement en Europe. Cet avion jouit d'une bonne réputation tant pour l'école que pour les voyages.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier prototype de DR-400 vole pour la première fois à Darois au début de l'année 1972. C'est un Régent de 180 ch. La production démarre le 10 mai[1]. Très rapidement, Pierre Robin propose d'introduire une gamme assez similaire à celle des 300.

Les 6 versions initiales sont le DR400-180 Régent dont le prototype F-WSQO vole pour la première fois le 27 mars 1972, le DR400-125 Petit-Prince dont le prototype, F-WSQT vole pour la première fois le 15 mai de la même année puis le DR400-160 Chevalier qui prend son envol le 29 juin, une déclinaison du DR400-180 (le DR400-180R Remorqueur) destiné au remorquage de planeur le 6 novembre et enfin ce même mois, le 16, le DR400-140 Major puis le 24, le DR400-108 Dauphin 2+2.

On peut remarquer que les noms des différents appareils sont similaires à ceux de la gamme des 300 et ce pour plus de clarté dans l'indication des puissances offertes[1]. Le DR400-180 Régent ne respecte cependant pas cette règle et l'appellation Prince reste réservée au DR-253.

Les verrières de ces nouveaux appareils sont majoritairement peintes en partie supérieure sauf pour le 180R pour des raisons techniques (visibilité) et pour le 108 Petit Prince dont la verrière en plexiglas est teintée à cet endroit comme sur le DR330 L'Acrobat.

Les DR-400 présentent dès leur introduction sur le marché des avions légers le meilleur compromis entre sécurité, vitesse, confort et prix de revient[1].

En 1974, le 180R est doté d'une vitre arrière supplémentaire et bien plus tard, en 1987, toutes les versions de DR-400 s'en trouvent dotées. Si l'esthétique de l'appareil s'en trouve grandement améliorée, le poids supplémentaire est tout de même un gros inconvénient. Ainsi, l'ajout de renforts et d'une cloison pare-feu n'ajoutent pas moins de 25 kg. Pour cette raison, en 1993, cette modification est retirée des versions les moins puissantes (Dauphin 2+2 et Dauphin 4).

En 1975, le DR400-108 2+2 est rebaptisé DR400-100 et le DR400-125 Petit-Prince devient le DR400-120 (112 ch), plus tard il est doté d'une nouvelle hélice et renommé Dauphin alors que la production du DR400-100 est stoppée en 1979. Le DR400 B Major de 160 ch est introduit en 1976 en remplacement du DR400-160 Chevalier sur le marché et achève le DR400-140 Major dont la production s'arrête trois ans plus tard.

C'est au tour du DR400 B Major de céder la place en 1980 lorsque apparaît le DR400 Major 80 (toujours de 160 ch) qui fait un avion de voyage très attrayant avec un rayon d'action de 1 375 km.

Au début des années 1990, le DR400 Major 80 devient le DR400-140B Dauphin 4 et le DR400-120 Dauphin devient Dauphin 2+2 afin d'éviter la confusion avec le Dauphin 4. À la fin des années 1990, le DR400-180 Régent était toujours produit et portait toujours le même nom.

C'est le Dauphin 2+2, en raison de ses performances raisonnables et de son prix attractif, qui est le plus vendu de la série des DR-400 encore au XXIe siècle[1].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Cockpit de DR-400

D'après[1].

Dauphin 2+2 Dauphin 4 Major Régent Remo 180 Remo 200
Motorisation Lycoming O-235 Lycoming O-320 Lycoming O-320 Lycoming O-360 Lycoming O-360 Lycoming IO-360
Puissance (ch) 118 160 160 180 180 200
Hélice Bipale pas fixe Bipale pas fixe Bipale pas fixe Bipale pas fixe Bipale pas fixe Bipale pas variable
Places 2+2 4 4 4 4 4
Envergure (m) 8,72 8,72 8,72 8,72 8,72 8,72
Longueur (m) 6,96 6,96 6,96 6,96 6,96 7,22
Hauteur (m) 2,23 2,23 2,23 2,23 2,23 2,23
Surface alaire (m2) 13,60 13,60 14,20 14,20 13,60 13,60
Masse à vide (kg) 550 580 598 610 592 650
Masse maximale (kg) 900 1 000 1 050 1 100 1 000 1 100
Charge utile (kg) 350 420 452 490 408 450
Vitesse maximale (km/h) 241 265 271 278 270 270
Vitesse de croisière (km/h) 215 215 245 260 230 250
Vitesse de décrochage (km/h) 82 87 93 95 87 91
Rayon d'action (km) 928 860 1 530 1 278

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Xavier Massé, Avions Robin, Nouvelles Éditions Latines, 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]