Stampe & Vertongen SV-4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Stampe & Vertongen SV-4 Su-27 silhouette.svg
Stampeiledere01.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : Belgique Stampe et Vertongen puis Drapeau : France SNCAN
Rôle Avion d'entraînement
Mise en service 1937
Équipage
1 pilote et son élève
Motorisation
Moteur Renault 4P
Nombre 1
Type 4 cylindres en ligne inversés refroidi par air
Puissance unitaire 140 ch
Dimensions
Stampe SV-4b 3 vues 02.jpg
Envergure 8,40 m
Longueur 6,90 m
Masses
Maximale 750 kg
Performances
Vitesse maximale 230 km/h
Vitesse de décrochage 55 km/h
Vitesse ascensionnelle 270 m/min

Le Stampe SV-4 est un biplan conçu pour l'entraînement qui fut plus tard utilisé pour la voltige aérienne. Les lettres « SV » de son nom viennent des ingénieurs belges Jean Stampe et Maurice Vertongen, concepteurs de cet avion. C'est aussi le sigle de l'entreprise belge Stampe et Vertongen, créée le 17 octobre 1923[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Stampe & Vertongen SV-4A OO-GWC

Produit à environ soixante exemplaires par les ingénieurs belges, il aura près d'un millier de petits frères, en versions SV-4a et SV-4c, dont 701 construits en France par la SNCAN (Société nationale de constructions aéronautiques du Nord), numérotés de 1 à 701, et 150 construits par l'AIA (Atelier industriel de l'aéronautique) d'Alger, numérotés 1001 à 1150[1].

Entré en service en 1937, cet avion connut une très grande diffusion dès l'immédiat après-guerre. Il a équipé de nombreuses écoles en Europe et, en France, il a volé sous les cocardes de l'Armée de l'air, l'Aéronavale et l'Aviation Légère de l'Armée de Terre comme avion de début. La fameuse Patrouille d'Etampes, qui représentait l'Armée de l'Air à la fin des années 1940, en a été équipée.

L'équipe acrobatique belge du commandant aviateur Jean Feyten et du lieutenant Paul Christiaens s'illustra dans les meetings internationaux de 1965 à 1970. Ces deux pilotes, moniteurs à l'école de pilotage de la Force aérienne belge, enchaînaient 8 changements de formation et 24 figures acrobatiques en formation serrée, la distance moyenne entre les avions étant de 30 à 35 centimètres.

Stampe & Vertongen SV-4B V4


En France,le Service de la Formation Aéronautique de la Direction générale de l'Aviation civile en dota jusqu'au début des années 1960 les Centre Nationaux de Vol à Moteur à Carcassonne, Challes-les-Eaux, Saint-Yan... Les formations dispensées allaient de la formation initiale à la voltige et à la qualification de moniteur. Des années 1950 au début des années 1960, le SV4 brillera dans des compétitions internationales de voltige aérienne, aux mains de champions, comme les Français Léon Biancotto, Marcel Charollais, Louis Notteghem ou Jean d'Orgeix.


À partir des 1951, le SALS (Service de l’Aviation Légère et Sportive) propose le SV-4 aux aéroclubs régis par la loi 1901 sur les associations à but non lucratif, moyennant un prix de vente symbolique de 1.000 francs[1]. Le "Stampe", comme on l'appelle familièrement, devient un avion d'école de début jusqu'à la fin des années 1960 pour la formation des pilotes privés. Il se fait ensuite de plus en plus discret sur les aérodromes, quand les aéroclubs et les instructeurs lui préfèrent des avions plus modernes et plus confortables.


Stampe & Vertongen SV-4C OO-SPM
Stampe & Vertongen SV-4E OO-KAT


Mais le Stampe n'est pas mort. Depuis les années 1980, il attire des pilotes privés amateurs d'avions anciens. En Belgique et en France, mais aussi dans bien d'autres pays, les SV-4 continuent de voler. Tous les ans, à la fin du mois de juillet, une compétition, la Coupe d'Anjou, réunit des Stampe sur l'aérodrome d'Angers-Marcé pour une amicale compétition de voltige.

Variantes[modifier | modifier le code]

Stampe & Vertongen SV-4C numero 263 F-BCGQ en vol aux alentours de Saint-Cyr L'Ecole (LFPZ), France
  • Stampe SV-4 : Prototype
  • Stampe SV-4a : Avion d'acrobatie équipé du Renault 4PO5 de 140 ch.
  • Stampe SV-4b : Version améliorée équipé du de Havilland Gipsy Major de 130 ch/97 kW. Certains avions d'entraînement de la Force Aérienne Belge sont équipés d'une verrière et de moteurs plus puissants, comme le Cirrus Major ou le Gipsy Major X de 145 ch.
  • Stampe SV-4c : Appareil construit sous licence, équipé du Renault 4PO3 de 140 ch/104 kW.
  • Stampe SV-4d : Appareil motorisé par un Mathis de 175 ch/130 kW.
  • Quelques Stampe sont équipés de moteurs différents comme le Lycoming O-320, le Ranger 6 ou le LOM 332b. Un appareil belge (OO-KAT) équipé d'un moteur Lycoming a été référencé par son propriétaire comme étant la version SV-4e du Stampe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Les avions Stampe, Réginald Jouhaud, Amsterdam : Wimpel, 1993

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :