Trygve Lie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trygve Lie
Image illustrative de l'article Trygve Lie

1er Secrétaire général des Nations unies
Mandat 2 février 1946 -
10 novembre 1952
Prédécesseur Sir Gladwyn Jebb (par intérim)
Successeur Dag Hammarskjöld
Naissance 16 juillet 1896
à Oslo (Norvège)
Décès 30 décembre 1968 (à 72 ans)
à Geilo (Norvège)

Trygve Halvdan Lie (1896 - 1968) était un diplomate et un homme politique norvégien. Il fut le premier secrétaire général des Nations unies.

Membre du Parlement norvégien (le Storting) dès 1935, il dirigea divers ministères de 1936 jusqu'à l'invasion de la Norvège par les Allemands. Il partit en exil avec le gouvernement à Londres et devint Ministre des Affaires étrangères du Gouvernement norvégien en exil en 1941. À ce titre, il présida la Délégation norvégienne à la Conférence de San Francisco (avril - juin 1945), où fut signée la Charte des Nations unies. Il y présida la commission chargée de rédiger le chapitre de la Charte traitant du Conseil de sécurité.

Après la libération de son pays, il redevint Ministre des Affaires étrangères en octobre 1945. C'est en cette qualité qu'il présida la Délégation norvégienne à la première session de l'Assemblée générale des Nations unies à Londres en 1946.

Le 1er février 1946, il fut élu premier secrétaire général des Nations unies pour une période de 5 ans.

Le 1er novembre 1950, l'Assemblée générale décida de prolonger de 3 ans le mandat de Trygve Lie. Mais, le 10 novembre 1952, il démissionna sous la pression soviétique du fait de son attitude pendant la guerre de Corée. Le suicide de son conseiller juridique, à la suite d'investigations auprès du personnel de siège de l'ONU à New York, influença également sa décision.

C'est le 10 avril 1953 que le diplomate suédois Dag Hammarskjöld prit sa succession.

Rentré en Norvège, Trygve Lie y occupa différents postes ministériels et mena plusieurs missions diplomatiques.

Lie était ministre de la justice lors de l'exil norvégien de Léon Trotsky. À ce titre, c'est lui qui a autorisé l'enfermement sans jugement du révolutionnaire et son expulsion vers le Mexique.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Lien externe[modifier | modifier le code]