Zootopie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Zookeeper.
Zootopie
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo français du film.

Titre québécois Zootopia
Titre original Zootopia
Réalisation Byron Howard
Rich Moore
Jared Bush
Scénario Jared Bush
Phil Johnston
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Walt Disney Animation Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation, policier, buddy movie, comédie
Durée 108 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Zootopie (Zootopia) est le 135e long-métrage d'animation et le 55e « Classique d'animation » des studios Disney réalisé par Byron Howard et Rich Moore. Entièrement réalisé en images de synthèse, le film est une comédie policière et un buddy movie sorti en salles en 2016. Il raconte l'histoire de l'optimiste et intrépide lapine Judy Hopps, lieutenant et nouvelle recrue de la police de Zootopie, ville exclusivement peuplée de mammifères anthropomorphes, et qui cherche à faire ses preuves en enquêtant sur la disparition d'une loutre avec l'aide du renard escroc Nick Wilde.

Aux États-Unis, son pays de production, le film est acclamé par la critique, élogieuse sur l'animation, le jeu des acteurs donnant leurs voix aux personnages ainsi que sur le scénario ; elle souligne l'actualité des thèmes abordés par le film comme les préjugés et les stéréotypes[1],[2],[3].

Zootopie est également le quatrième film d'animation de l'histoire du cinéma à passer le milliard de dollars de recettes au box-office mondial[4].

Il remporte l'Oscar du meilleur film d'animation en 2017.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Zootopie est une ville cosmopolite où ne vivent que des mammifères et où chaque espèce cohabite avec les autres ; qu’on soit un prédateur ou une proie, tout le monde est accepté à Zootopie. Judy Hopps est une lapine de 9 ans qui vit à la campagne avec ses parents. Alors que tous les membres de sa famille sont cultivateurs, Judy annonce pendant son spectacle d'école qu'elle veut vivre à Zootopie la grande métropole et devenir officier de police, ce qui affole ses parents qui estiment ce métier trop dangereux pour un lapin. En sortant du spectacle, Judy intervient en voyant Gideon Grey, un renard voyou, en train de racketter ses camarades. Gideon réagit violemment, griffant Judy à la joue, et se moque de son rêve de devenir lapin flic avant de s'en aller. Judy en sort traumatisée, mais encore plus déterminée à combattre le crime.

Quinze ans après, Judy est entrée à l'académie de police grâce à un programme de discrimination positive mis en place par le maire de Zootopie, mais a du mal face aux épreuves imposées. Malgré ses difficultés, elle persévère et finit par triompher en utilisant sa ruse et son agilité. Sortie major de sa promotion, elle est nommée lieutenant au commissariat central de Zootopie par le maire Leodore Lionheart (un lion) et son adjointe, Miss Bellwether (une brebis). Après avoir fait ses adieux à sa famille, elle prend le train pour Zootopie. Elle emménage dans un appartement minable du centre-ville, et commence son service le lendemain. Dès son arrivée, le chef Bogo (un buffle) la méprise ouvertement et l'affecte au stationnement comme contractuelle, alors que les gros bras (éléphants, rhinocéros, lions, tigres, ours, etc.) ont le droit d'enquêter sur l'affaire du moment : quatorze citoyens, tous des animaux prédateurs, ont mystérieusement disparu.

Pendant sa tournée, Judy suit chez un glacier un renard suspect, Nick Wilde. Elle le voit voulant acheter une immense glace pour l'anniversaire de son fils à des éléphants qui refusent de servir un renard. Indignée par ce traitement discriminatoire, Judy intervient et offre elle-même la glace au petit avant de reprendre son service. Plus tard, elle recroise les deux individus et se rend compte qu'elle a été roulée : Wilde et son pseudo-fils qui est en fait un fennec ont fait fondre l'énorme glace pour éléphant et l'ont transformée en dizaines de petites glaces qu'ils ont revendues, faisant ainsi une énorme marge de bénéfice. Après le départ du fennec, Judy accuse Wilde de lui avoir menti et menace de l'arrêter ; mais ce dernier, rusé, lui montre que son opération, quoique malhonnête, reste dans le cadre de la loi, et se moque de sa naïveté en lui révélant qu'en dépit des apparences, les préjugés et la discrimination sont bel et bien présents à Zootopie. Après lui avoir asséné qu'elle ne sera jamais un vrai flic, Wilde s'en va, laissant derrière lui une Judy démoralisée. Une fois rentrée chez elle, elle reçoit un appel de ses parents qui laissent éclater leur soulagement en apprenant qu'elle n'est que contractuelle, le poste le moins dangereux, ce qui achève de l'abattre.

Le lendemain, elle reprend sa tournée, les plaintes de conducteurs verbalisés n'améliorant pas son humeur, mais retrouve son enthousiasme lorsqu'elle surprend une belette en train de s'enfuir après avoir volé des fleurs. Après une course-poursuite à travers le quartier miniature de Little Rodentia, elle finit par l'arrêter, sauvant au passage une musaraigne que le voleur avait failli écraser. Elle est en revanche réprimandée par Bogo pour avoir abandonné son poste de contractuelle et mis en danger les petits habitants de Little Rodentia. Judy lui demande de lui confier une vraie mission, mais Bogo refuse abruptement. C'est là que débarque Mrs. Otterton (une loutre), l'épouse d'un des quatorze animaux portés disparus, venue implorer Bogo de retrouver son mari. Alors que Bogo déplore que tous ses enquêteurs soient occupés, Judy saute sur l'occasion et annonce à Mrs. Otterton qu'elle se charge de l'affaire. Bogo menace de renvoyer Judy pour insubordination, mais en est empêché par l'arrivée de l'adjointe au maire Bellwether, enthousiaste d'apprendre que leur nouvelle recrue s'occupe de l'enquête. Une fois Bellwether et Mrs. Otterton parties, Bogo, furieux, lance un ultimatum à Judy : si elle n'a pas résolu l'affaire d'ici 48 heures, elle devra démissionner.

En examinant le dossier et les photos prises par les caméras de la ville, Judy découvre qu'Otterton avait acheté une de ses glaces à Nick Wilde juste avant de disparaître. Judy va voir Wilde pour lui demander dans quelle direction est parti Otterton après avoir acheté sa glace. Wilde refuse d'aider la lapine jusqu'à ce qu'elle menace de l'arrêter pour fraude fiscale, l'ayant enregistré avec son stylo-dictaphone alors qu'il se vantait des bénéfices engrangés par ses magouilles : elle ne lui rendra sa liberté que s'il l'aide à résoudre son enquête. Wilde avoue qu'il a vu Otterton entrer dans un club naturiste. Le propriétaire du club confirme qu'Otterton est venu ce jour-là suivre un cours de yoga et qu'une limousine blanche est venue le chercher à la sortie. Après un passage au service des immatriculations tenu par des paresseux, Judy et Nick retrouvent la limousine qui s'avère appartenir à Mr. Big, le parrain de la mafia de Toundraville, dont Nick s'est fait l'ennemi en le trompant sur une marchandise qu'il lui avait vendue.

En inspectant la limousine, dans laquelle ils retrouvent le portefeuille d'Otterton au milieu de multiples marques de griffes, Judy et Nick sont capturés par les ours polaires de Mr. Big et conduits dans sa villa. Le parrain (qui s'avère être une musaraigne), mécontent de revoir Nick accompagné d'une policière, envisage d'abord de les tuer jusqu'à ce que sa fille intervienne : c'est la jeune musaraigne dont Judy avait sauvé la vie. Reconnaissant, Mr. Big les épargne et accepte de répondre à leurs questions : il admet avoir envoyé une limousine à Otterton, qui était son fleuriste et qui avait quelque chose d'important à lui dire, mais Otterton n'est jamais venu au rendez-vous. Mr. Big leur donne l'adresse du jaguar chauffeur qui conduisait la limousine : Manchas, le seul à pouvoir leur dire ce qui est arrivé à Otterton sur le trajet.

Judy et Nick se rendent dans le quartier de la forêt tropicale, où habite Manchas. Ils le trouvent chez lui, balafré à l’œil et terrorisé. Manchas leur annonce que c'est Otterton qui l'a mis dans cet état : pendant le trajet dans la limousine, Otterton est soudain devenu fou furieux et l'a sauvagement attaqué sans raison. Manchas leur annonce aussi qu'Otterton s'est mis à délirer et à parler de « hurleurs nocturnes ». Alors que Judy et Nick se demandent ce que sont les « hurleurs nocturnes », Manchas est pris à son tour de convulsions, devient lui aussi sauvage et pourchasse Judy et Nick à quatre pattes. Judy réussit à menotter le jaguar fou à un réverbère, sauvant la vie de Nick au passage, et prévient les renforts. Mais lorsque le chef Bogo et la brigade arrivent, le jaguar a disparu, à la surprise de Judy. Croyant qu'elle se paie sa tête et refusant de considérer Nick comme un témoin digne de foi, Bogo, à bout de patience, exige que Judy rende son badge sur-le-champ mais Nick, qui a fini par sympathiser avec elle, intervient et rappelle à Bogo qu'elle a encore dix heures pour conclure l'enquête.

Lorsque Judy remercie Nick de l'avoir défendue, ce dernier lui explique que lui-même a été persécuté depuis son enfance parce qu'il est un renard, stéréotypé comme indigne de confiance, ce qui l'a poussé à devenir un arnaqueur. Nick a soudain l'idée d'examiner les vidéos des caméras de surveillance pour découvrir ce qui est arrivé au jaguar menotté au réverbère et Judy le conduit à la mairie où l'adjointe au maire Bellwether, méprisée et traitée comme une secrétaire par son patron, leur donne accès aux vidéos. Les caméras révèlent que ce sont des loups qui ont capturé le jaguar fou et l'ont emmené en camionnette à l'hôpital désaffecté de Cliffside, à l'extérieur de la ville. Judy et Nick se disent que ces loups doivent être les fameux « hurleurs nocturnes » et se rendent à Cliffside, où ils entrent par effraction en distrayant les gardes. À l'intérieur, Judy et Nick trouvent, enfermés dans des cellules en plexiglas, non seulement Otterton et Manchas, mais aussi les treize autres prédateurs qui avaient disparu, tous devenus sauvages. Ils découvrent aussi que le maire était au courant et qu'il harcèle le médecin pour trouver un traitement ; le maire étant un lion, il craint que cette épidémie ne provoque un mouvement de panique chez les citoyens à l'encontre des prédateurs de la ville et ne lui coûte son poste. L'alerte est donnée, mais Judy et Nick parviennent à s'échapper du bâtiment et contactent le chef Bogo pour lui annoncer qu'ils ont retrouvé tous les disparus. La brigade prend d'assaut l'hôpital et arrête le maire et ses complices, celui-ci insistant n'avoir agi que pour protéger la ville.

Après ce coup de filet, Bellwether remplace Lionheart comme maire et Judy fait la une et devient une héroïne pour toute la ville. Devenue amie avec Nick, elle l'invite à s'engager dans la police à ses côtés avant de se rendre à la conférence de presse donnée dans le hall du commissariat. Cependant, interrogée sur la raison de la folie soudaine des prédateurs disparus, Judy annonce à la presse ce qu'elle a entendu entre le maire et le médecin la veille : ces prédateurs sont victimes de leurs gènes, qui ont fait remonter leur nature agressive profonde à la surface et les ont rendus aussi sauvages et vicieux qu'autrefois. Nick accueille très mal les commentaires de Judy sur les prédateurs, qui lui rappellent la méfiance dont il a été victime depuis sa jeunesse, et lui reproche ses propos irresponsables lorsqu'elle revient le voir. Judy lui explique qu'elle ne pensait pas à lui en disant ça, mais Nick l'accuse de toujours le considérer comme un ennemi, montrant comme exemple le spray anti-renard offert par ses parents qu'elle porte à sa ceinture. Judy, alarmée par le comportement de plus en plus agité de Nick, pose sa main sur son arme par réflexe, prête à se défendre. Nick voit dans ce geste la confirmation de ses propos et part, déçu et amer.

Durant les semaines qui suivent, les incidents causés par des prédateurs devenus sauvages se multiplient. La panique et la haine raciale s'emparent de la ville, les prédateurs sont de plus en plus craints ou persécutés et des émeutes éclatent. S'estimant responsable de la situation, Judy quitte la police et retourne vivre chez ses parents à la campagne.

Alors qu'elle est en train de vendre des carottes au stand de ses parents, elle a la surprise de voir arriver Gideon Grey, devenu pâtissier. Ses parents lui expliquent qu'inspirés par son ouverture d'esprit, ils se sont associés à Gideon. Celui-ci, en voyant Judy, s'excuse immédiatement auprès d'elle de s'être conduit comme un voyou durant sa jeunesse. Judy, touchée, accepte ses excuses. Durant la conversation qui suit, elle apprend que les « hurleurs nocturnes » sont une variété de crocus très toxiques et qu'un frère de sa mère est autrefois devenu fou furieux après en avoir mangé un. Elle comprend alors que c'est la toxine de ces fleurs qui a rendu les prédateurs sauvages et retourne immédiatement à Zootopie.

Une fois de retour en ville, elle retrouve Nick et le supplie de lui pardonner et de l'aider une dernière fois. Devant ses larmes, il finit par accepter et les deux amis se réconcilient. Ils remontent la piste grâce à Duke Weaselton, le voleur de fleurs que Judy avait arrêté et, avec l'aide de Mr. Big, lui font avouer à qui il devait livrer les « hurleurs nocturnes » qu'il avait essayé de voler. Weaselton révèle qu'ils étaient destinés à Doug, un bélier peu sympathique qui vit dans une ancienne station de métro abandonnée.

Nick et Judy s'y rendent et découvrent un laboratoire clandestin installé dans une vieille rame de métro, dans laquelle Doug, aidé par deux autres béliers, cultive et raffine les « hurleurs nocturnes » en un sérum qui, injecté dans des capsules tirées par un fusil ou un pistolet à air comprimé, rend instantanément les victimes sauvages. Doug reçoit un appel d'un mystérieux commanditaire, révélant qu'il est responsable de tous les cas de prédateurs sauvages. Judy prend le contrôle de la rame, avec l'intention d'amener le laboratoire entier à la police comme preuve. Les chimistes se lancent à leur poursuite, après avoir prévenu leur patron. Judy et Nick parviennent à les semer, mais le train déraille, les obligeant à sauter en marche avant qu'il n'explose, détruisant la quasi-totalité des preuves. Heureusement, Nick a sauvé l'étui contenant le pistolet à air comprimé chargé d'une capsule de sérum. Alors qu'ils coupent par le musée d'histoire naturelle fermé pour rénovations, Bellwether apparaît, accompagnée de plusieurs moutons policiers, mais Judy, méfiante, la reconnaît comme étant le véritable cerveau de l'opération. En tentant de fuir avec Nick, elle se blesse à la jambe, l'empêchant de courir, ce qui les oblige à se cacher lorsque Nick refuse de l'abandonner. Bellwether, tout en tâchant de les débusquer, explique qu'elle a orchestré ces attaques pour créer un climat de haine raciale envers les prédateurs (trop avantagés dans leur société et bénéficiant de trop de privilèges), afin d'unir les 90% d'animaux-proies vivant à Zootopie contre un ennemi commun. Après les avoir piégés dans une fosse d'exposition, Bellwether récupère le pistolet et décide d'en finir en tirant sur Nick, avant de prévenir la police qu'un renard sauvage a tué le lieutenant Hopps dans le musée. Mais c'était sans compter sans la ruse de Nick qui, prévoyant le coup, avait substitué des myrtilles à la capsule de sérum et feint de chasser Judy sous son emprise, tandis que cette dernière enregistrait les aveux de Bellwether sur son stylo. Bellwether tente de fuir, mais voit sa retraite coupée par Bogo et sa brigade qui l'arrêtent, ainsi que ses moutons.

Bellwether se retrouve en prison, un antidote aux « hurleurs nocturnes » est trouvé et toutes les victimes redeviennent normales. Le calme revient en ville. Judy réussit à convaincre Nick de rentrer dans la police, tous deux finissent coéquipiers et patrouillent ensemble dans les rues pour faire régner la loi.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Directeur artistique : Emmanuel Jacomy[6]

Adaptateur : Bruno Chevillard

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[8]

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Directrice Artistique : Marie-Andrée Corneille[9]

Adaptation : Fannie-Amélie Morin

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Source : IMDb[12] (liste non exhaustive).

Origine et production[modifier | modifier le code]

Les réalisateurs Byron Howard et Rich Moore ont présenté des séquences du film au Festival international du film d'animation d'Annecy de 2015[13].

Le , les studios Disney annoncent lors de l'exposition D23 que le réalisateur Byron Howard travaille sur une comédie d'aventure animalière nommée Zootopia[14]. Jared Bush est annoncé au scénario. Selon les dires de son réalisateur, le film serait très différent des autres productions d'animaux anthropomorphes dans lesquels les animaux vivent dans un monde sauvage ou avec les humains[14]. Le concept selon lequel les animaux vivent dans leur propre monde moderne conçu par eux-mêmes a été bien accueilli par John Lasseter, directeur créatif du studio, qui aurait même rappelé au réalisateur Byron Howard, l'image de Rafiki soulevant Simba dans Le Roi lion, lorsque le projet lui a été soumis[14].

Les deux réalisateurs ont déjà des « Classiques Disney » à leur actif : Byron Howard a coréalisé Volt, star malgré lui (2008) et Raiponce (2010) tandis que Rich Moore a réalisé Les Mondes de Ralph (2012).

Le film n'a pas été produit dans les locaux historiques de la firme à Burbank, alors en travaux, mais à 8 km de là, dans une ancienne usine située à Tujunga Avenue, près de l'aéroport Bob Hope. D'après les réalisateurs, l'« ambiance de start-up » qui y régnait a favorisé le développement du film[15].

Genèse et premiers essais[modifier | modifier le code]

Après que Byron Howard et Nathan Greno, réalisateurs de Raiponce, eurent achevé le film, le producteur John Lasseter leur demanda de lui soumettre au moins trois idées de films. Parmi les six idées environ qui furent soumises, presque toutes avaient en commun d'avoir comme personnages des animaux anthropomorphes[16],[17]. D'après Byron Howard, « l'un était un film spatial. Il s'appelait Pug, The Bounty Hunter » (littéralement en français : « Chien, le chasseur de prime »). « [Il y] avait un lapin de l'espace [...] en combinaison spatiale. » Un autre s'intitulait The Island Of Dr. Meow (« L'Île du Docteur Miaou ») et était « une sorte de version de film de série B ringard — comme un film de Roger Corman[...] des années 1960. » Des adolescents se rendaient sur cette île et un chat de plus de 1,80 m de haut transformait ces gens en animaux[Note 1],[17].

Développement du scénario[modifier | modifier le code]

Une fois le projet lancé, Zootopie est d'abord conçu comme un film d'espionnage centré sur un personnage nommé « Jack Savage » ressemblant en quelque sorte à James Bond[18]. Avec l'aide du Disney Story Trust, un groupe composé du haut personnel créatif du studio qui se réunissait régulièrement pour discuter de tous les projets en développement, le film devient une procédure policière où Wilde a le rôle principal et Hopps principalement celui de faire-valoir[18],[19].

Parmi les films qui les ont inspirés pour créer cette histoire, les deux réalisateurs citent notamment 48 heures (1982), Le Roi Lion (1994) ou bien encore Un fauteuil pour deux (1983)[15].

Évolution et personnages[modifier | modifier le code]

À l’origine, le film était structuré pour que Nick soit le personnage principal et Hopps son faire-valoir[20]. En novembre 2014, les cinéastes ont réalisé que l’intrigue du film serait plus engageante s'ils échangeaient les rôles[20]. Ils ont ainsi réécrit le scénario pour se concentrer sur la description de Judy Hopps comme nouvelle arrivante en ville, naïve mais héroïque, et dont les idéaux égalitaires doivent faire face aux préjugés de Zootopie, contrairement à Nick Wilde, autochtone aigri qui subit cyniquement ces préjugés[20].

Judy Hopps[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Judy Hopps.
Portrait d'une jeune femme souriante au teint clair, le cheveux bruns et courts, habillée d'une robe rouge.
Ginnifer Goodwin est la voix originale de Judy Hopps. Les vidéos de ses séances d'enregistrement ont servi aux animateur pour travailler les posture de son personnage[réf. souhaitée].

Alors que le scénario évoluait, la personnalité de Judy Hopps est devenue plus optimiste et naïve, influençant par là même son apparence. Selon le directeur artistique des personnages, Cory Loftis, le plus gros défi a été de la rendre robuste alors que les lapins sont « mignons, doux et adorables », ce qui s'est principalement traduit par des bras et des cuisses plus massifs que pour un lapin réel. Mais contrairement à d'autres personnages, son processus de conception a été relativement facile car sa personnalité a été trouvée assez tôt et n'a nécessité que quelques retouches par la suite[a 1].

Nick Wilde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nick Wilde.

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

Dans le monde de l'animation, rendre correctement la fourrure et les cheveux est une tâche considérée comme très ardue. Ici, non seulement les studios Disney doivent animer un personnage principal entièrement couvert de fourrure, ce qui n'était pas arrivé depuis Volt (sorti en 2008), mais l'intégralité des personnages de Zootopie sont dans le même cas. Alors qu'Elsa, héroïne de la Reine des Neiges, compte 400 000 cheveux, une souris et une girafe de Zootopie ont respectivement 480 000 et 9 millions de poils[21].

Progrès technologiques[modifier | modifier le code]

Photographie détaillée d'une fourrure blanche.
Le studio a développé son propre logiciel pour créer une fourrure la plus réaliste possible.

Le travail le plus récent que Disney avait entrepris en matière d'animation de la fourrure datait alors de son film Volt et de son personnage principal, mais le logiciel utilisé à l'époque n'était pas prêt pour créer la fourrure réaliste des animaux de Zootopie[22]. Du coup, les ingénieurs en informatique du studio ont développé le logiciel de contrôle de fourrure iGroom, ce qui donna aux concepteurs de personnage un contrôle précis sur le brossage, la forme et l'ombrage de la fourrure et rendit possible la création d'une variété de styles excentriques pour chaque animal[22]. Le logiciel était aussi capable de contrôler une sous-couche virtuelle pour donner à la fourrure une impression de moelleux à un degré sans précédent[22]. Cette fonction a été utilisée pour créer des personnages comme l'Officier Clawhauser, lequel possède une grosse tête faite de fourrure tachetée. Parmi les personnages avec un nombre remarquable de poils ou de cheveux se trouvent les deux personnages principaux, Judy Hopps et Nick Wilde, avec environ 2,5 millions de poils ; une girafe avec neuf millions ; une gerbille avec 480 000 et un rongeur avec plus de poils que les 400 000 cheveux de la tête d'Elsa dans La Reine des Neiges[22].

Zootopie est le deuxième Disney, après Les Nouveaux Héros à utiliser le moteur de rendu Hyperion[22]. Un nouveau modèle de fourrure y a été ajouté pour faciliter la création d'images réalistes de la fourrure dense des animaux[22]. Nitro, une application d'affichage en temps réel développée depuis la réalisation des Mondes de Ralph, est utilisée pour rendre bien plus vite la fourrure plus consistante, intacte et subtile, contrairement à la pratique précédente de prédire le fonctionnement de la fourrure en réalisant et en observant la silhouette ou les poses du personnage[22]. Le générateur d'arbres et de plantes Bonsai, d'abord utilisé dans La Reine des neiges, est réutilisé pour réaliser de nombreuses variations des arbres avec un feuillage très détaillé[22].

Inspirations et recherches sur le style[modifier | modifier le code]

Entrée du Disney's Animal Kingdom, où a eu lieu une partie des recherches du film.

Les recherches sur le film eurent lieu au Disney's Animal Kingdom, au Kenya et au San Diego Zoo Safari Park, où les animateurs passèrent huit mois à étudier les différents cycles de marche des animaux ainsi que la couleur des fourrures[23],[22]. 800 000 formes de mammifères ont été créées pour et placées dans le film[22]. Afin de rendre les personnages encore plus réalistes, ils se rendirent aussi au musée d'histoire naturelle pour observer de près l'apparence de la fourrure au microscope sous des éclairages variés[22].

Pour la conception urbaine de la ville de Zootopie, la réalisation s'inspira de villes importantes dont New York, San Francisco, Las Vegas, Paris, Shanghai, Hong Kong, et Brasilia[24]. Pour développer une cité qui pourrait être véritablement habitée par des animaux hauts de deux pouces (5 cm) à 27 pieds (8,23 m) et venant de climats extrêmement différents, les cinéastes ont consulté des spécialistes de l'Americans with Disabilities Act et des concepteurs de systèmes de climatisation[25].

Références à Disney[modifier | modifier le code]

Le film est réputé pour ses références foisonnantes au monde réel et aux fictions passées et à venir des studios Disney, en particulier sous forme de jeux de mots animaliers[26]. Il est ainsi possible d'identifier sur des jaquettes de DVD piratés des parodies de films d'animation des studios Disney[26].

Parmi les anciens classiques Disney, Judy Hopps tapant du pied contre le sol fait référence à Panpan de Bambi tandis que le faux faon du muséum est une référence directe au personnage principal[27].

La scène de la vente de glace contient des références à Dumbo. Ainsi, Finnick est déguisé en éléphanteau et la boutique a pour nom « Jerry Jumbeaux Jr. », Jumbo Jr. étant le véritable nom de Dumbo[27].

Outre les liens possibles entre Nick Wilde et le personnage principal de Robin des Bois[28],[29],[27], le nom de famille du maire de Zootopie, Lionheart (en français : « Cœur de lion »), est aussi le surnom du roi Richard[27].

La scène de revente des DVD piratés montre des jaquettes rappelant plusieurs films Disney : Big Hero 6 (en français : « Les Nouveaux Héros ») devient Pig Hero 6 (en français : « Cochon héros 6 »), Tangled (en français : « Raiponce ») devient Wrangled (en français : « Chamaillés »), et Wreck-It Ralph (en français : « Les Mondes de Ralph ») devient Wreck-It Rhino[26].

Plusieurs Hidden Mickey sont visibles dans le film. L'un est une tache sur la tête du guépard Clawhauser, tandis qu'un autre est une poupée à l'effigie de la souris rangée dans une poussette que croise Nick pendant une de ses combines[26].

Dans une scène du film à Toundraville, deux enfants d'une famille d'éléphants portent les costumes d'Elsa et d'Anna de la Reine des Neiges[30]. En français et français québecois, le chef Bogo fait aussi référence au film en prononçant « libérée, délivrée », titre de la chanson du même nom[31],[réf. incomplète]. Le personnage de Duke Weaselton, dont Judy écorche le nom en « Weselton », est également une référence au même film, dans lequel apparait le duc de Weselton ; les deux personnages sont doublés par Alan Tudyk dans la version originale[32].

Références extérieures à Disney[modifier | modifier le code]

Portrait du visage d'un homme brun et à la peu claire.
Le personnage de Mr. Big est directement inspiré de celui de Vito Corleone interprété par Marlon Brando dans Le Parrain[a 2].

Certaines références et clins d’œil à la trilogie du Parrain et à la série 21 Jump Street sont visibles dans le film. La deuxième meilleure réplique de l'histoire du cinéma américain selon le classement de l'American Film Institute, initialement prononcée par Marlon Brando dans le premier film de la trilogie Parrain, est notamment reprise et parodiée.

La scène du laboratoire avec les béliers en combinaison jaune fabricant un sérum à partir de fleurs bleues qui rendent les animaux sauvages est un hommage à Breaking Bad. Ainsi, les béliers participant à la fabrication du sérum s'appellent Jesse et Woolter (Jesse et Walter dans la série originale, ce dernier voit son nom changé pour un jeu de mot avec wool, « laine » en anglais), en hommage à des personnages de cette série. Selon les réalisateurs Byron Howard et Rich Moore, son origine vient de l'utilisation pendant des années de Breaking Bad comme exemple pour décrire cette scène. De nombreuses projections-test ont eu lieu, montrant que les adultes riaient devant la référence tandis que les enfants ne remarquaient rien[33].

Selon Byron Howard, le nom complet de Nick Wilde est Nicholas Piberius Wilde, jeu de mot avec le personnage de fiction James Tiberius Kirk[34].

Musique originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zootopie (bande originale).
Portrait d'un homme brun bouclé à la peau claire, se tenant en costume-cravate et souriant de face.
Michael Giacchino, compositeur principal de la bande originale du film.

La musique originale du film a été composée par Michael Giacchino[35]. Il s'agit de son premier projet pour un long-métrage des Studios d'animation Walt Disney [35], puisqu'il avait auparavant composé la musique du court-métrage de Dingo Comment brancher son home cinéma, les deux épisodes spéciaux et un court-métrage de Lutins d'élite, mission Noël, ainsi que le court-métrage La Ballade de Nessie. En plus de donner sa voix en version originale au personnage de Gazelle, la pop star Shakira a contribué à la chanson originale du film, nommée Try Everything (littéralement en français : « Essaie tout ») et écrite par Sia et Stargate[36],[37]. La bande originale du film a été enregistrée par un orchestre de 80 instruments en novembre 2015, avec Tim Simonec en chef d'orchestre[38].

Liste des titres

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, une série d'affiches parodiant les films populaires de l'année écoulée à la sauce de Zootopie est diffusée par les studios[39],[40]. Une opération marketing similaire a lieu fin février 2016 à l'approche des Oscars, où les personnages de Zootopie remplacent les acteurs principaux sur les affiches et où les noms des films sont changés. Ainsi, Bridge of Spies (en français : « Le Pont des espions ») devient Bridge of Sloths (en français : « Le Pont des paresseux »), The Revenant (en français : « Le Revenant ») devient The Hibernant (en français : « L'Hibernant »), et Mad Max: Fury Road (en français : « Max le Fou : Route en furie ») devient Mad Yax: Furry Road (en français : « Yax le Fou : Route en fourrure »), entre autres[41].

La première bande-annonce fut publiée en ligne le 11 juin 2015 sur la page Youtube en anglais de Walt Disney Animation Studios, et au cinéma avec le film Vice-versa de Pixar[42]. Une deuxième bande-annonce fut aussi publiée en ligne sur cette page Youtube le 23 novembre 2015 (et au cinéma avec Le Voyage d'Arlo de Pixar), présentant une séquence du film où les personnages principaux se rendent dans une préfecture (basée sur le DMV américain) opérée entièrement par des paresseux[43],[44]. La bande-annonce officielle du film est sortie en ligne sur la même page Youtube pour le Réveillon de la Saint-Sylvestre 2015[45]. Des figurines de judy Hopps et Nick Wilde furent mises en vente aux États-Unis pour Disney Infinity 3.0 le 1er mars 2016[46].

Une entreprise de marketing numérique, Allied Integrated Media, est engagée par Disney pour atteindre les membres du fandom furry sur Meetup. Elle les encourage alors à poster des photos d'eux dans leurs costumes sur les réseaux sociaux avec le mot-dièse du film ; une forme de marketing viral[47],[40].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Réception dans le pays producteur[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, Zootopie a été acclamé par la critique[48],[49]. Sur Rotten Tomatoes, la note du film est de 98% sur les 205 critiques prises en compte, avec une note moyenne de 8,1/10. La déclaration de consensus du site déclare que « le très complet Zootopie transmet un message réfléchi tout en étant compréhensible, aussi riche et équilibré que son animation très moderne – tout cela en restant suffisamment rapide et drôle pour divertir les jeunes spectateurs »[50],[Note 2]. Sur Metacritic, le film a un score de 78/100 basé sur 39 critiques, indiquant des « critiques généralement favorables »[51]. Sur CinemaScore, les audiences ont donné au film une note moyenne de « A+ » sur une échelle allant de A+ à F[52].

Dans la presse spécialisée, Chris Nashawaty indique pour Entertainment Weekly que Zootopie « fournira suffisamment de matière à réflexion en ce qui concerne les préjugés et la tolérance » pour les amateurs de films qui « approchent les films d'animation pour enfants à la recherche de métaphores socio-politiques profondes », tandis que ceux après un « slapstick loufoque, des bons mots énergiques, et de petits rires légers » seront « des lapins beaucoup plus heureux » en sortant du film[53]. Peter Travers (en) de Rolling Stone écrit qu'il se pourrait que Zootopie soit « le film le plus subversif de 2016 », acclamant son message opportun sur les dégâts causés par les préjugés face à la rhétorique politique xénophobe en vigueur au moment de sa sortie, ainsi son humour[2]. Peter Debruge de Variety opina que Zootopie « joue directement sur les points forts du studio »[54]. Le critique d'IGN, Eric Goldman, donne au film une note de 9,0/10 'Amazing' (en français : « Incroyable ») et déclare que « Zootopie est un merveilleux exemple de comment Disney peut, à son meilleur, mélanger son passé et son présent ensemble d'une façon très attractive et convaincante. Il reprend le trope d'animation classique des animaux qui marchent, parlent et agissent comme des humains, mais y donne une touche de modernité en termes d'humour et de style d'animation [...] ainsi que dans ses thèmes, lesquels sont porteurs de sens et étrangement d'actualité »[55].

Du côté de la presse généraliste, Neil Genzlinger (en) du The New York Times considère le film « drôle, intelligent, et donne à réfléchir »[56].

Ailleurs dans le monde[modifier | modifier le code]

En Europe[modifier | modifier le code]
Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, la cote globale de Zootopie est de 20/20 selon Cinenews[57].

Dans les médias spécialisés, Ruben Nollet de Cinenews donne 16/20 au film, où il salue les « clins d’yeux et autres jeux de mots », l'humour, les couleurs, l'expérience des réalisateurs qui « parviennent à faire passer la morale de l’histoire sans faire usage d’un mégaphone », et déplore « l'insupportable chanson de Shakira »[58].

France[modifier | modifier le code]

Selon le barème d'Allociné, le film obtient une moyenne de 4/5 pour 28 critiques presses postées (dont 22 d'au moins 4/5)[59].

Dans la presse cinéma française, Sylvestre Picard de Première, pour qui « la créativité semble avoir délaissé Pixar pour Disney », décrit Zootopie comme une « fable », le « récit d'un empowerment » à travers le personnage de Judy qui explique « avec force et clarté aux jeunes spectateurs pourquoi le racisme c'est mal, pourquoi le sexisme, c'est mal », où « les vannes, les répliques, l'enquête, tout fonce, pas un temps mort, les personnages secondaires sont à crever de rire et utilisent le talent le plus pur des designers Disney », souligne les détails de la ville « hallucinant d'humour, de justesse et de poésie », et conclut que « sans atteindre le niveau des chefs-d'œuvre monumentaux (Le Roi Lion) ou psychos (Kuzco) du studio d'oncle Walt, on peut dire que Zootopie, pur Disney, est un futur classique »[60]. Pour Nicolas Didier de Télérama, « les studios Disney confirment qu'ils sont en forme », et considère le film comme « une initiation au polar, une version junior du Grand Sommeil », où « le scénario, d'une intelligence remarquable, nous rappelle que l'habit ne fait pas le moine, que la peur est une arme redoutable pour gouverner, et s'amuse avec pas mal de clichés que la firme Disney a elle-même forgés »[61]. Selon Théo Ribeton des inRocks, Zootopie est « un vivier prodigieusement fertile, s’amusant avec brio des variétés de tailles et de tempéraments des espèces, constituant in fine une sorte de recueil de fables de La Fontaine taillé sur mesure pour le melting-pot urbain », faisant « jaillir à l’écran un stade d’expressivité des animations faciales totalement inédit » et qui, « en plus d’installer un univers foisonnant et réjouissant, met aussi le linge sale sur la table »[62].

L'Obs croit déceler de nombreuses ressemblances entre le film Zootopie de Walt Disney et l'album Chaminou et le Khrompire[63].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Dans la presse spécialisée, John Nugent du magazine Empire qualifie Zootopie de « dessin animé pour tous les âges » et indique que « la dernière renaissance créative de la maison construite par Walt [Disney] (mais revigorée par Pixar) ne montre aucun signe de ralentissement ». Il lui donne une note de 4/5[64].

Suisse[modifier | modifier le code]

Pour la presse généraliste en Suisse francophone, Antoine Duplan du Temps affirme que le « 55e « Classique d’animation » des studios Disney témoigne de l’esprit Pixar : vivacité de l’animation, insolence des personnages et touche satirique », où « le scénario ménage un twist souscrivant à la paranoïa ambiante et à la culture du complot selon lequel le lion doit apprendre à se méfier de l’agneau » et « la terreur ontologique des bêtes pacifiées retournant à la sauvagerie renvoie à L’Île du Dr. Moreau » en concluant qu'« après La Reine des neiges et Les Nouveaux Héros, Disney perpétue avec Zootopie une routine de la perfection graphique et scénaristique »[65].

En Amérique[modifier | modifier le code]
En Afrique[modifier | modifier le code]
En Asie[modifier | modifier le code]

En Chine, un journal de l'Armée populaire de libération publia un éditorial accusant le film de promouvoir les morales occidentales et la propagande américaine, critiquant le rôle inversé des prédateurs et des proies du film[66],[67].

En Océanie[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Box-office de Zootopie.

En 2016, Zootopie rapporta 341,3 millions de dollars aux États-Unis et au Canada, et 682,5 millions de dollars dans le reste du monde pour un total de 1,024 milliards de dollars sur un budget initial de 150 millions[68],[69]. Le 18 mars 2016, le film dépassa le palier des 500 millions de dollars de recettes et devient le troisième film consécutif de Walt Disney Animation Studios à atteindre ce palier après La Reine des neiges (2013) et Les Nouveaux Héros (2014)[70],[71]. Le 5 avril, il devient le premier film de 2016 à rapporter plus de 800 millions de dollars en vente de tickets[72], puis devient aussi le 24 avril le premier de l'année à passer la barre des 900 millions[73]. La limite du milliard de dollars est franchie le 5 juin, faisant de Zootopie le deuxième film de 2016 (après Captain America: Civil War, produit par le même groupe), le quatrième film d'animation (après Toy Story 3, La Reine des neige et Les Minions), le onzième film Disney (troisième film d'animation Disney), et le vingt-sixième film tout court à franchir cette étape[74].

Au niveau mondial, en termes de recettes, Zootopie est le quatrième film de 2016 (derrière Civil War, Rogue One et Le Monde de Dory)[75], le quatrième d'animation de cette année-là[75], le deuxième film à sa sortie originelle de Walt Disney Animation Studios depuis leur création (après la Reine des Neiges)[72], le deuxième film original (derrière Avatar)[76], le cinquième film d'animation le plus rentable de tous les temps, et le 28e plus gros succès du box office mondial. Il a été un temps le 25e film le plus rentable de tous les temps et le 26e à franchir le seuil du milliard de dollars de recettes dans le monde[77]. Il est le huitième film original en tenant compte de l'inflation[78]. Deadline.com a calculé un profit net de 294,9 millions de dollars pour Zootopie en tenant compte de toutes les dépenses et revenus autour de lui, faisant du film la cinquième sortie la plus rentable de 2016[79].

Supports et diffusions aux particuliers[modifier | modifier le code]

Tête de gondole présentant le DVD du film Zootopie, le jour de sa sortie en France, le 29 juin 2016.

Aux États-Unis, Walt Disney Home Entertainment a sortie Zootopie sur Blu-ray, Blu-ray 3D, DVD, et les plateformes de distribution numérique le 7 juin 2016. Il y a inclus du contenu bonus tel que « Scoretopia », une scène d'ouverture alternative et la vidéo musicale de Try Everything par Shakira[80]. Le film a démarré au sommet des classements de ventes de home media pour la semaine finissant le 12 juin 2016[81].

En Inde, les droits satellites ont été vendus à Star Movies (en).

Réception du public[modifier | modifier le code]

Sur de nombreux sites web à travers le monde, Zootopie obtient un accueil du public bon voire très bon dans l'ensemble puisque les moyennes sont situées entre 8,2 et 9,3 sur 10 (ou équivalents).

Liste de sites notables où Zootopie a été noté par ses utilisateurs
Site web Pays d'origine
du site
Note moyenne Nombre de votes Date de mise à jour
(UTC)
Douban (en)[82] Chine 9,3/10
9.3/10 étoiles
284 089 7 mai 2016
KinoPoisk[83] Russie 8,624/10[Note 3]
8.5/10 étoiles
67 779 7 mai 2016
IMDb[84] États-Unis 8,3/10 [Note 4]
8.5/10 étoiles
70 718 7 mai 2016
Rotten Tomatoes[85] États-Unis 4,5/5[Note 5]
4.5 étoiles sur 5
66 626 7 mai 2016
Filmweb[86] Pologne 8,2/10
8/10 étoiles
23 097 7 mai 2016
Mtime[87] Chine 8,6/10
8.5/10 étoiles
11 489 7 mai 2016
Naver[88] Corée du Sud 9,32/10[Note 6]
9.5/10 étoiles
8493 7 mai 2016
AlloCiné[89] France 4,5/5
4.5 étoiles sur 5
5 749 7 mai 2016
FilmAffinity[90] Espagne[Note 7] 7,4/10
7.5/10 étoiles
4 103 7 mai 2016
Filmarks[91] Japon 4,2/5
4 étoiles sur 5
6 662 7 mai 2016
Yahoo! Japan[92] Japon 4,41/5
4.5 étoiles sur 5
1 481 7 mai 2016
Moviepilot[93] Allemagne 7,8/10
8/10 étoiles
14 579 7 mai 2016
Aficha[94] Russie 4,6/5[Note 8]
4.6 étoiles sur 5
955 7 mai 2016
Daum[95] Corée du Sud 8,70/10
9/10 étoiles
545 7 mai 2016
MUBI[96],[Note 9] Royaume-Uni 3,7/5
4 étoiles sur 5
362 7 mai 2016
MovieMeter[97] Pays-Bas 3,79/5
4 étoiles sur 5
166 7 mai 2016

Distinctions[modifier | modifier le code]

Zootopie a remporté l'Oscar du meilleur film d'animation lors de la 89e cérémonie des Oscars en 2017.

Adaptations, suites et réutilisations[modifier | modifier le code]

Produits dérivés et parcs à thème[modifier | modifier le code]

Un jeu de société basé sur le film et nommé Zootopia: Suspect Search a été publié[98],[99], ainsi qu'un jeu vidéo pour Android, iOS et Windows 10 intitulé Zootopie Scènes de Crimes[100],[101].

Suite possible[modifier | modifier le code]

Dès le , avec le succès en salle de Zootopie (600 millions d'USD à l'international dont 173 en Chine) selon Forbes, le studio Disney pourrait produire une suite[102]. Selon Marc Snetiker d'Entertainment Weekly, bien que rien n'ait encore été annoncé, les adaptations et suites des précédents films à succès du studio sembleraient indiquer que « Zootopie est en position pour faire quelques bonds après sa course dans les salles. ». Il cite le réalisateur Byron Howard qui indique que beaucoup a été coupé pendant l'élaboration du film, tels que des quartiers évoqués et des personnages éliminés. Il indique aussi que le film a résolu la tâche difficile de construire un univers détaillé, ce qui offre maintenant un avantage pour une adaptation télévisée et qu'« un certain nombre de scénarios futurs pourrait être tirés de décors que les cinéastes ont peiné à créer », comme l'hôtel en forme de palmier et les « maison-dunes » de Sahara Square. Enfin, Rich Moore pointe la nécessité de résoudre des points d'intrigues restants, la plus grande interrogation des fans étant si la relation entre Judy Hopps et Nick Wilde est amoureuse ou amicale[103].

Peter Sciretta de Slashfilm suppose quant à lui que les réalisateurs s'inspireront des séries télévisées, joueront probablement avec cette question de la relation entre les deux personnages jusqu'à Zootopie 3 et que les idées de suite sont encore en cours d'exploration par les créateurs et pourraient aussi bien concerner les parties qui n'ont pas fini dans le premier film qu'un retour aux sources du film (un film d'espionnage à la James Bond)[104].

Après le passage du milliard de dollars de recettes au box office par le film, Erwan Lafleuriel d'IGN France rapporte que bien qu'« une suite à Zootopie n'est pas encore dans les projets de Disney pour l'instant », Byron Howard pense qu'elle est « tout à fait possible »[105].

Polémiques et plainte[modifier | modifier le code]

En avril 2016, le journaliste Arnaud Gonzague du Nouvel Observateur a affirmé que Disney a emprunté de façon « manifeste » pour Zootopie des éléments de l'album de bande dessinée Chaminou et le Khrompire. Selon lui, « chez Chaminou comme dans «Zootopie», certains animaux ne respectent plus ce pacte [de non agression entre prédateurs et proies] et redeviennent «sauvages»- même si les raisons qui expliquent cette rupture sont bien différentes dans les deux scripts. Et [...] dans les deux cas, l’affaire n’est pas celle que l’on croit »[63]. Suite à cet article, un journaliste de Konbini,  Arthur Cios, a comparé point par point le film et la BD où il indique les différences et nuance l'aspect le plus proche entre les deux œuvres. Il souligne que « dans la bande dessinée, pas de question de "redevenir sauvage". Il y a juste quelques personnages qui veulent pouvoir manger de la viande. ». Il en conclut que « le plagiat ne nous paraît ni évident ni répétitif. Parler de "pompage" quand seulement un élément est clairement très, très proche, cela nous paraît quelque peu excessif. »[106].

À l'inverse, en Chine, le film d'animation La Folle ville des jouets (疯狂玩具城) produit par MSI Imaging Media et Wuhan Digital Media a été critiqué à sa sortie le 29 avril 2016 sur les sites de vidéo à la demande en continu pour son titre et son affiche similaires à ceux de Zootopie, puisque le titre en chinois de Zootopie est 動物方城市, soit La Folle ville des animaux en français. L'histoire est cependant différente du film de Disney et concerne un petit garçon transporté dans un monde de jouets[107].

Le 21 mars 2017, une action en justice a été déposée contre Disney par Esplanade Productions, une entreprise appartenant à Gary L. Goldman, le scénariste de Total Recall. La plainte affirme que Goldman présenté par deux fois un concept de film hybride live-action/animation nommé Looney (qui contenait un élément animé appelé Zootopia) à Disney en 2000 et 2009 qui a été rejeté à chaque fois, et prétend que Disney a alors copié le concept et l'a commercialisé en son nom propre. La plainte contenait un ensemble d'illustrations conceptuelles précoces de personnages qui ressembleraient à des personnages majeurs du film, y compris Nick Wilde, Judy Hopps, Flash et Chef Bogo. Un porte-parole de Disney avait alors qualifié que la plainte était « montée avec des allégations manifestement fausses »[108]. Dans leur défense, Disney a déposé une demande pour renvoyer le procès au 23 mai 2017[109]. Le 26 juin 2017, le juge a décidé que Goldman n'avait pas fourni assez de preuves pour justifier une poursuite de l'affaire devant le tribunal, notamment en déposant les droits de son histoire après la sortie du film. Goldman a cependant eu la permission de déposer une autre plainte s'il venait à rassembler davantage d'informations[110],[111],[112].

Analyse[modifier | modifier le code]

Style du film[modifier | modifier le code]

Le film est un buddy movie et un cop movie[réf. nécessaire].

Thèmes, symboles et messages[modifier | modifier le code]

Le film explore les thèmes des discriminations et des préjugés[113].

Importance et postérité[modifier | modifier le code]

Engouement inattendu en Chine[modifier | modifier le code]

Le succès commercial de Zootopie en Chine continentale est considéré comme un « gigantesque coup de chance » par Rob Cain de Forbes, car le film fit l'objet de peu de promotion de la part des studios[114] et devait faire face au moment de sa sortie à la suite d'une franchise très populaire, Ip Man 3. Dix jours après sa sortie en salles du 4 mars 2016, le film franchit la barre des 100 millions de dollars de recettes avec 112 millions de dollars. Les 9e et 10e jours d'exploitation dépassèrent consécutivement le record de revenu journalier de 129 millions de yuans (19,5 millions de dollars de l'époque) établi le mois précédent par Kung Fu Panda 3[115].

Parmi les raisons avancées pour expliquer ce succès inattendu, Zootopie bénéficia d'abord de très bonnes notes des spectateurs, du bouche à oreille, et d'une sortie simultanée sur plusieurs supports de diffusion (« day-and-date release »)[115]. Selon Miranda Xu de NY China Style, Zootopie devint « du jour au lendemain » après sa sortie un sujet tendance sur « toutes les plateformes de réseau social » chinoises et « un phénomène Internet instantané »[116]. Julie Makinen pour le Los Angeles Times indique que le film a aussi bénéficié d'une augmentation des projections à la place d'Ip Man 3, lequel a été touché par un scandale de manipulation de chiffres de ventes de tickets en ligne[117].

Selon Xinhua, le personnage de Flash est devenu une célébrité sur l'Internet chinois et a provoqué un intérêt pour les paresseux[118]. Quant à Nick Wilde, il est devenu selon Wei Xi du Global Times le modèle du petit ami ou du mari idéal pour un grand nombre de spectatrices[119].

La popularité du film dans le pays a entrainé une hausse des ventes illégales de fennec auprès des particuliers voulant en faire leur animal de compagnie[120]. Cette espèce en danger est interdite à la vente en Chine[121], n'a pas un comportement adapté à la vie d'intérieur, et peut aussi bien tomber malade que transmettre des maladies à l'être humain[120],[122].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « ...one was a space movie. It was called Pug, The Bounty Hunter, that had a space rabbit. Rabbit in a space suit. One was called The Island Of Dr. Meow. Which was a sort of cheesy B movie version — like a Roger Korman film, if you know what those are, from the 1960s. Where there kind of teenagers went to this island and there was this six-foot tall cat that was turning these people into animals. ».
  2. (en) « The brilliantly well-rounded Zootopia offers a thoughtful, inclusive message that's as rich and timely as its sumptuously state-of-the-art animation – all while remaining fast and funny enough to keep younger viewers entertained. ».
  3. Le site indique aussi que la note moyenne oscille entre 8,601 et 8,685 [83].
  4. IMDb utilise un système de moyenne qui lui est propre. Le site indique néanmoins la moyenne arithmétique et la note médiane, respectivement 8.5 et 9 pour ce film. D'autre part, 24,7 % des votants ont attribué la note maximale et IMDb indique qu'au moins 22 704 votants ne sont pas américains[84].
  5. Rotten Tomatoes propose aussi un indice d'appréciation avec le pourcentage de notes égales ou supérieures à 3,5/5, qui est de 94% pour Zootopia[85].
  6. Sur le site Naver, la note moyenne n'est visible que si le curseur passe au-dessus des étoiles.
  7. Site bilingue en anglais et en espagnol.
  8. Sur le site Afisha, la note moyenne n'est visible que si le curseur passe au-dessus des étoiles.
  9. Site de vidéo à la demande.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Jessica Julius (préf. John Lasseter, Byron Howard et Rich Moore), The Art of Zootopia [« L'Art de Zootopie »], San Francisco, Chronicle Books LLC, , 160 p. (ISBN 9781452122236, présentation en ligne), p. 30
  1. (en) Jessica Julius The Art of Zootopia, p. 30.
  2. (en) Jessica Julius The Art of Zootopia, p. 112.
  • Autres sources
  1. (en) « Zootopia », sur Rotten Tomatoes (consulté le 6 mars 2016).
  2. a et b (en) Peter Travers, « Zootopia », Rolling Stone,‎ (lire en ligne).
  3. (en) Matt Pressberg, « Anti-Racist ‘Zootopia’ Is Crushing It In Countries Where Diversity Often Doesn’t Play », International Business Times.
  4. (en) Bryan Alexander, « 'Zootopia' directors on passing $1 billion: 'We hope there's cake' », sur USA TODAY, (consulté le 5 juin 2016).
  5. (en) Brooks Barnes, « ‘Zootopia’ Tops the Box Office », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  6. http://www.allodoublage.com/glossaire/definition.php?val=2430_zootopie
  7. « ZOOTOPIE - Des voix françaises hautes en couleurs ! »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur The Walt Disney Company France | Disney Corporate (consulté le 16 janvier 2016).
  8. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, .
  9. http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=162&idmovie=4460
  10. a et b « Martin Matte et Julie LeBreton prêteront leurs voix au film Zootopia » sur Cinoche.com (consulté le 1er février 2016).
  11. Isabelle Hontebeyrie, «Zootopia»: Coloré, drôle et entraînant, sur TVA Nouvelles, (consulté le 10 avril 2016).
  12. (en) « Zootopia (2016) - Release info », sur IMDb (consulté le 2 avril 2016).
  13. (en) Darryn King, « Annecy Will Host Genndy Tartakovsky, Masaaki Yuasa, ‘Zootopia’ Directors, Richard Williams », Cartoon Brew, (consulté le 19 juin 2015).
  14. a, b et c (en) Lindsey Bahr, « Disney Animation preview: Frozen, Big Hero 6 at Disney's D23; Plus Zootopia announced », sur Entertainment Weekly, (consulté le 20 mars 2015).
  15. a et b Sylvestre Picard, « Scalpel - Zootopie », Première, no 468,‎ , p. 26 et 27
  16. (en) « ‘Zootopia’ Directors Explain How The Movie Evolved From A ‘James Bond’ Parody [Exclusive Interview] », sur slashfilm.com, (consulté le 5 avril 2016).
  17. a et b (en) « Secrets About Zootopia #ZootopiaEvent: Exclusive Interview With Directors Byron Howard And Rich Moore », sur ladyandtheblog.com, (consulté le 5 avril 2016).
  18. a et b (en) Beth Deitchman, « The Start of Zootopia: The filmmakers behind Walt Disney Animation Studios' latest film take us on a wonderful journey through Zootopia », Walt Disney Company, Burbank, vol. 8, no 1,‎ , p. 26–28 (ISSN 2162-5492, OCLC 698366817)
  19. (en) Germain Lussier, « How Disney Fixed a Huge Mistake With Zootopia, Just One Year Before Release », sur io9, Gawker Media, (consulté le 20 janvier 2016)
  20. a, b et c (en) Germain Lussier, « How Disney Fixed a Huge Mistake With Zootopia, Just One Year Before Release », sur io9, Gawker Media, (consulté le 20 janvier 2016).
  21. (en) Elise Jost, « Elsa's Hair Was A Piece Of Cake: What It Takes To Animate The Furry Heroes Of 'Zootopia' », sur moviepilot.com (consulté le 9 avril 2016).
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Mona Lalwani, « Fur technology makes Zootopia's bunnies believable », Engadget. America Online, (consulté le 14 avril 2016).
  23. (en) Mike Celestino, « With next year’s "Zootopia", Walt Disney Animation Studios promises a different kind of talking animal movie », sur Inside the Magic, (consulté le 12 décembre 2015).
  24. (en) « Disney’s ‘Zootopia’: Making A Movie That’s Never Been Seen "Be-Fur" », sur Geeks of Doom, (consulté le 15 mars 2016).
  25. (en) Rebecca Keegan, « Did a Disney animated film really say that? If it's 'Zootopia,' prepare to be shocked », Los Angeles Times, Tribune Publishing,‎ (lire en ligne).
  26. a, b, c et d (en) Marc Snetiker, « 7 'Zootopia' easter eggs you might have missed », sur Entertainment Weekly's EW.com, (consulté le 20 mai 2016).
  27. a, b, c et d (en) Elise Jost, « Every Zootopia Easter Egg Revealed », sur moviepilot.com (consulté le 14 juin 2016)
  28. (en) Silas Lesnick, « Byron Howard and Rich Moore on Building Zootopia », sur ComingSoon.net, (consulté le 14 juin 2016)
  29. (en) Karly Rayner, « The directors agree Robin Hood and Zootopia could share a universe... », sur moviepilot.com, (consulté le 14 juin 2016)
  30. (en) Nick Romano, « New photo from Disney's 'Zootopia' includes a 'Frozen' Easter egg », sur Entertainment Weekly's EW.com, (consulté le 20 mai 2016).
  31. « Zootopie de Jared Bush, Byron Howard », sur www.critikat.com (consulté le 2 juillet 2016)
  32. « Les personnages et le casting du film Zootopie », sur radiodisneyclub.fr (consulté le 16 mars 2017)
  33. (en) Marc Snetiker, « ‘Zootopia’ directors explain that genius ‘Breaking Bad’ spoof — exclusive », sur Entertainment Weekly's EW.com, (consulté le 29 mai 2016).
  34. (en) « Byron Howard on Twitter », sur twitter.com, (consulté le 5 avril 2016).
  35. a et b (en) Brian Truitt, « Michael Giacchino to score Disney's 'Zootopia' », USA Today,‎ (lire en ligne).
  36. (en) Borys Kit, « Shakira Joins Voice Cast of Disney Animation's 'Zootopia' », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne).
  37. (en) « This News Don't Lie: Shakira is Coming to a Disney Movie Near You », Disney Playlist, (consulté le 15 août 2015).
  38. (en) Max Evry, « Disney’s Zootopia Lands Composer Michael Giacchino », ComingSoon.net, .
  39. (en) Jessica Derschowitz, « New 'Zootopia' posters give 2015’s movies a wild twist », sur Entertainment Weekly's EW.com (consulté le 19 mai 2016).
  40. a et b (en) Alisha Grauso, « In Hindsight: How The Marketing Of 'Zootopia' Won Big By Getting Weird » [archive du ], sur Forbes, Forbes.com LLC, (consulté le 18 mars 2016)
  41. (en) Nick Romano, « See the 'Zootopia' posters that spoof this year's Oscar nominees », sur Entertainment Weekly's EW.com (consulté le 19 mai 2016).
  42. (en) Robert Dougherty, « 'Zootopia' Introduced In 1st Teaser Trailer », sur The Movie Network, (consulté le 2 mars 2017)
  43. (en) Isabella Biedenharn, « In new 'Zootopia' trailer, sloths run the DMV », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  44. (en) Andrew Sims, « Sloths are hilariously slow in Disney's latest 'Zootopia' trailer », Hypable,‎ (lire en ligne)
  45. Walt Disney Animation Studio, "Zootopia Official US Trailer #2"
  46. (en) Kyle Hilliard, « Good Dinosaur, Zootopia, And Peter Pan On The Way », Game Informer,
  47. (en) Katie Notopoulos, « Proof Disney Is Actually Marketing "Zootopia" To Furries » [archive du ], sur BuzzFeed, BuzzFeed, Inc, (consulté le 4 mars 2016)
  48. (en) Mark Hughes, « Review: 'Zootopia' Is The Best Disney Film Since 'Beauty And The Beast' », sur Forbes, (consulté le 31 mai 2016).
  49. (en) Jonathon Dornbush, « Critical Mass: Is 'Zootopia' another paradise for animation lovers? », sur Entertainment Weekly's EW.com, (consulté le 31 mai 2016).
  50. (en) « Zootopia (2016) », sur www.rottentomatoes.com, (consulté le 31 mai 2016).
  51. (en) « Zootopia Reviews », sur Metacritic (consulté le 31 mai 2016).
  52. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Zootopia’ $75.1M Opening Is A Record For Original Disney Toon; Pushes 2016 Past $2 Billion Mark – Monday B.O. », sur Deadline, (consulté le 31 mai 2016).
  53. (en) « 'Zootopia': EW Review », sur Entertainment Weekly's EW.com (consulté le 14 mai 2016).
  54. (en) Peter Debruge, « Film Review: ‘Zootopia’ », sur Variety, (consulté le 31 mai 2016).
  55. (en) Eric Goldman, « Zootopia Review », sur IGN, (consulté le 31 mai 2016).
  56. (en) Neil Genzlinger, « Review: In ‘Zootopia,’ an Intrepid Bunny Chases Her Dreams », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  57. Cinenews.be, « Avis du Public & Presse : Zootopie (2016) - Byron Howard, Rich Moore, Jared Bush »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Cinenews.be (consulté le 17 mai 2016).
  58. Ruben Nollet, « Zootopia: super bestioles »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Cinenews.be, (consulté le 17 mai 2016).
  59. AlloCiné, « Zootopie: Les critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 9 juin 2016)
  60. Sylvestre Picard, « Zootopie est un futur classique | News | Premiere.fr », sur www.premiere.fr, (consulté le 15 mai 2016).
  61. Nicolas Didier, « Zootopie », sur www.telerama.fr, (consulté le 16 mai 2016).
  62. Théo Ribeton, « "Zootopie" : foisonnant et drôle - Critique et avis par Les Inrocks », sur Les Inrocks, (consulté le 16 mai 2016).
  63. a et b Arnaud Gonzague, « “Zootopie”, le dernier Disney, a-t-il pompé une vieille BD parue dans “Spirou”? », sur Bibliobs, (consulté le 16 mai 2016).
  64. (en) John Nugent, « Zootropolis », sur Empire (consulté le 14 mai 2016).
  65. Antoine Duplan, « Selon «Zootopie», l’animal est un animal sociable », sur www.letemps.ch, (consulté le 16 mai 2016).
  66. (en) Scott Cendrowski, « China Newspaper Calls ‘Zootopia’ American Propaganda », Fortune, .
  67. (en) 王传宝, « 疯狂动物城:看不见的手"搞"看不见的宣传 », People's Liberation Army Daily,‎ .
  68. (en) « ‘Zootopia’ Tops the Box Office », The New York Times, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  69. (en) « Zootopia (2016) » [archive du ], sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 3 octobre 2016)
  70. (en) Anita Busch, « ‘Zootopia’ To Cross $500M Globally Today » [archive du ], Deadline.com, (consulté le 19 mars 2016)
  71. (en) Scott Mendelson, « Box Office: Disney's 'Zootopia' Tops $500M Worldwide » [archive du ], Forbes, (consulté le 19 mars 2016)
  72. a et b (en) Nancy Tartaglione and Anita Busch, « ‘Zootopia’ Hops To $800M+ Global; Top 2016 Grosser Still Has Play To Come » [archive du ], Deadline.com, (consulté le 6 avril 2016)
  73. (en) Nancy Tartaglione, « ‘Jungle Book’ A $337M Offshore Beast As ‘Huntsman’ Musters $80M; ‘Zootopia’ Tops $900M Global – Intl B.O. Update » [archive du ], Deadline.com, (consulté le 25 avril 2016)
  74. (en) Nancy Tartaglione, « ‘Zootopia’ Hops Past $1B Global Box Office; Disney’s 11th Time Over The Mark » [archive du ], Deadline.com, (consulté le 5 juin 2016)
  75. a et b (en) « 2016 WORLDWIDE GROSSES » [archive du ], Box Office Mojo, IMDb (consulté le 29 janvier 2017)
  76. (en) Scott Mendelson, « Box Office: Disney's 'Zootopia' Is Now The Second-Biggest Original Movie Ever » [archive du ], Forbes, (consulté le 30 mai 2016)
  77. (en) Brad Brevet, « 'X-Men' & 'Alice' Lead Soft Memorial Day Weekend; Disney Tops $4 Billion Worldwide - Box Office Mojo », sur Box Office Mojo, (consulté le 31 mai 2016).
  78. (en) Peter Sciretta, « Zootopia 2 Talk Begins As Movie Becomes Second Biggest Original Movie », sur Slashfilm, (consulté le 8 juin 2016)
  79. (en) Mike Fleming Jr, « No. 5 'Zootopia' Box Office Profits – 2016 Most Valuable Movie Blockbuster Tournament » [archive du ], Deadline.com, (consulté le 29 mars 2017)
  80. Modèle:Official website
  81. (en) Thomas K. Arnold, « ‘Zootopia,’ ’13 Hours’ Take Two Top Spots on DVD, Blu-ray Disc Charts », Variety,‎ (lire en ligne)
  82. (zh) « 疯狂动物城 Zootopia (2016) », sur movie.douban.com (consulté le 7 mai 2016).
  83. a et b (ru) « Все оценки - Зверополис », sur kinopoisk.ru (consulté le 7 mai 2016).
  84. a et b (en) « User ratings for Zootopia (2016) », sur imdb.com (consulté le 7 mai 2016).
  85. a et b (en) « Zootopia (2016) - Audience reviews », sur rottentomatoes.com (consulté le 7 mai 2016).
  86. (pl) « Zwierzogród (2016) », sur filmweb.pl (consulté le 7 mai 2016).
  87. (zh) « 疯狂动物城 Zootopia (2016) », sur movie.mtime.com (consulté le 7 mai 2016).
  88. (ko) « 주토피아 », sur movie.naver.com (consulté le 7 mai 2016).
  89. « Zootopie - Critiques Spectateurs », sur AlloCiné.fr (consulté le 7 mai 2016).
  90. (en) « Zootrópolis (2016) », sur FilmAffinity.com (consulté le 7 mai 2016).
  91. (ja) 株式会社つみき, « 映画『ズートピア』の感想・レビュー[1644件] | Filmarks », sur filmarks.com (consulté le 7 mai 2016).
  92. (ja) « ズートピア - 作品 - Yahoo!映画 », sur Yahoo!映画 (consulté le 7 mai 2016).
  93. (de) « Zoomania », sur moviepilot.de (consulté le 7 mai 2016).
  94. (ru) « Зверополис Zootopia 2016 », sur afisha.ru (consulté le 7 mai 2016).
  95. (ko) « 우리 영화볼래? <주토피아> », sur Daum 영화 (consulté le 7 mai 2016).
  96. (en) « Zootopia (2016) », sur mubi.com (consulté le 7 mai 2016).
  97. (nl) « Zootopia (2016) », sur moviemeter.nl (consulté le 7 mai 2016).
  98. (en) Stephanie Grassullo, « Top Toys for Kids That Are Wild for Zootopia » [archive du ], The Toy Insider, (consulté le 25 avril 2017)
  99. « Zootopia: Suspect Search », sur BoardGameGeek (consulté le 3 août 2017)
  100. (en) Brandy Shaul, « Disney Launches Zootopia Crime Files: Hidden Object on Mobile », Adweek,‎ (lire en ligne)
  101. « Zootopie Scènes de Crimes : Objets Cachés (2016) - Jeu vidéo », sur www.senscritique.com (consulté le 3 août 2017)
  102. (en) Scott Mendelson, « Will Disney Make 'Zootopia 2'? », sur Forbes, (consulté le 17 février 2017)
  103. (en) Marc Snetiker, « 'Zootopia' directors talk sequel, TV potential », sur Entertainment Weekly's EW.com, (consulté le 8 juin 2016)
  104. (en) Peter Sciretta, « Zootopia 2 Talk Begins As Movie Becomes Second Biggest Original Movie », sur Slashfilm, (consulté le 8 juin 2016), p. 2
  105. Erwan Lafleuriel, « Zootopie rapporte un milliard de dollars au box office », sur IGN France, (consulté le 8 juin 2016)
  106. Arthur Cios, « Zootopie "pompé" sur une BD belge de 1964 ? On a vérifié », Konbini France,‎ (lire en ligne)
  107. (en) Fergus Ryan et Congzhe Zhang, « Netizens Slam Animated ‘Knock-Off’ of Disney’s ‘Zootopia’ | China Film Insider », China Film Insider,‎ (lire en ligne)
  108. (en) Dominic Patten, « Disney Slams "False" ‘Zootopia’ Big $$$ Copyright Suit From ‘Total Recall’ Scribe », Deadline.com,‎ (lire en ligne)
  109. (en) Eriq Gardner, « Disney Seeks Dismissal of 'Zootopia' Copyright Lawsuit », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  110. (en) Eriq Gardner, « Disney Wins Dismissal of 'Zootopia' Copyright Lawsuit (for Now) », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  111. (en) Erik Pedersen, « Judge Throws Out ‘Zootopia’ Copyright Suit Against Disney », Deadline,‎ (lire en ligne)
  112. (en) « Disney Ducks 'Zootopia' Copyright Case, For Now - Law360 », sur www.law360.com (consulté le 3 août 2017)
  113. (en) Charles Pulliam-Moore, « What 'Zootopia' Has to Say About the Police, Race Relations, and Diversity », Fusion,‎ (lire en ligne)
  114. (en) 米欣刚 Zhang Rui, « 'Zootopia' makes dark horse turnaround in China - China.org.cn », sur www.china.org.cn,‎ (consulté le 20 février 2017)
  115. a et b (en) Rob Cain, « 'Zootopia' Tramples China's Animation Record With $60 Million Weekend », sur Forbes, (consulté le 6 août 2016)
  116. (en) Miranda Xu, « Why is Zootopia Such a Big Success in China? », sur NY China Style, (consulté le 6 août 2016)
  117. (en) Julie Makinen, « Chinese regulators smell a rat over 'Ip Man 3' ticket sales », sur latimes.com, (consulté le 4 septembre 2016)
  118. (en) Xinhua, « Sloth in ‘Zootopia’ rises to fame in China », sur Shanghai Daily, (consulté le 4 septembre 2016)
  119. (en) Wei Xi, « Is China’s newest heartthrob the fox from ‘Zootopia?’ - Global Times », sur www.globaltimes.cn, (consulté le 4 septembre 2016)
  120. a et b (en) Parent Herald, « 'Zootopia' Increases Fox Sales in China, Reports Reveal », Parent Herald,‎ (lire en ligne)
  121. (en) GBTIMES BEIJING, « Disney's Zootopia prompts increase in illegal Chinese fox trading », gbtimes.com,‎ (lire en ligne)
  122. (zh) Zhang Hui, 北京晨报, « 电影炒热“萌帝”耳廓狐 网售叫价竟高达10万元-新华网 », sur news.xinhuanet.com,‎ (consulté le 20 février 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage de référence[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Albums[modifier | modifier le code]

  • (en) Suzanne Francis, Zootopia: The Official Handbook (Disney Zootopia) (Official Guide), RH/Disney, , 64 p. (ISBN 0736433953 et 978-0736433952)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]