Vaiana : La Légende du bout du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moana.
Vaiana,
la Légende du bout du monde
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo français du film.

Titre québécois Moana
Titre original Moana
Réalisation Ron Clements
John Musker
Scénario Ron Clements
John Musker
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Walt Disney Animation Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation, action, humour
Durée 107 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vaiana, la Légende du bout du monde, ou Moana au Québec, (Moana) est le 137e long-métrage d'animation et le 56e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 2016, il est réalisé par Ron Clements et John Musker. L'intrigue du film s'inspire librement des figures de la mythologie polynésienne.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La déesse Te Fiti possède le pouvoir de créer la vie grâce à son cœur. Cependant, le cœur est très convoité et un jour Maui, demi-dieu du vent et de la mer s'en empare et laisse le démon Te Ka répandre le chaos ! Pour finir, le cœur et l'hameçon magique de Maui se retrouvent perdus en mer à cause du démon, ce dernier convoitant également le cœur. Depuis le démon reste sur la barrière de l'île de Te Fiti.

Mille ans plus tard, l'océan choisit Vaiana, encore une enfant, pour restituer le cœur de la déesse. Vaiana grandit en étant coincée entre son désir de partir au large, au grand désespoir de son père, et celui de rester auprès des siens. Ce n'est que quand sa Grand-mère Tala décède et lui remet le cœur, qu'elle avait récupéré quand Vaiana enfant avait rencontré l'océan, que l’héroïne va partir retrouver Maui pour qu'il répare son crime. Elle le trouve mais ce dernier refuse d'aller à Te Fiti. Après s'être fait attaquer par les Kakamoras, prétendants au cœur de la déesse, Maui change d'avis. Mais le duo va devoir aller récupérer l'hameçon chez Tamatoa, un crabe géant qui collectionne les objets brillants. Bien que le crabe soit à deux doigts de tuer Maui, le demi-dieu s'en sort grâce à la ruse de Vaiana et parvient à récupérer son hameçon.

Les voyageurs se rendent à Te Fiti, où ils affrontent à deux reprises le démon Te Ka, qui parviendra à briser l'hameçon de Maui. Alors qu'elle s’apprête à remettre le cœur à sa place, Vaiana se rend compte que Te Fiti a disparu... Et que Te Ka et la déesse sont une même et unique personne ! La jeune fille remet le cœur à Te Ka qui retrouve ses couleurs naturelles, recréé l'hameçon de Maui et un nouveau bateau pour Vaiana. Une fois de retour sur son île, Vaiana peut enfin faire découvrir l'océan, qui était interdit jusqu'ici, à son peuple.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Source : Disney international dubbings[3] et selon le carton du doublage français situé après le générique de fin.

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Source : Disney international dubbings[4]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

Lin-Manuel Miranda, compositeur de la musique du film.
  • Tulou Tagaloa
  • An Innocent Warrior
  • Notre terre (Where You Are) - Chef Tiu, Vaiana, Sina, Tala et les villageois
  • Le Bleu Lumière (How Far I'll Go (en)) - Vaiana
  • L'Explorateur (We Know the Way) - soliste
  • Le Bleu lumière (How Far I'll Go) (reprise) - Vaiana
  • Pour les hommes (You're Welcome) - Maui
  • Bling-bling (Shiny) - Tamatoa
  • Logo Te Pate
  • Je suis Vaiana [Le Chant des ancêtres] ou Je suis Moana au Québec (I Am Moana [Song of the Ancestors]) - Tala et Vaiana
  • Te Fiti (Know Who You Are) - Vaiana
  • L'Explorateur (We Know the Way) (finale) - soliste
  • Le Bleu lumière (How Far I'll Go) (générique de fin) - soliste

Les chansons Tulou Tagaloa, An Innocent Warrior, L'Explorateur, Logo Te Pate et Te Fiti sont accompagnées de chants en langue polynésienne tokelau[5].

Production[modifier | modifier le code]

Le , Disney Animation annonce plusieurs films dont Moana et Gigantic[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12].

Il s'agit du 7e « Classique Disney » réalisé par Clements et Musker après Basil, détective privé (1986), La Petite Sirène (1989), Aladdin (1992), Hercule (1997), La Planète au trésor (2002) et La Princesse et la Grenouille (2009).

Scénario[modifier | modifier le code]

Le premier prénom choisi pour l'héroïne et utilisé dans la version originale américaine est Moana, qui signifie « océan, mer profonde ou grande étendue d'eau » en maori. Mais Disney annonce en octobre 2015 qu'en raison d'un conflit de copyrights, dû au fait que le mot « moana » est déjà déposé au registre du commerce par une entreprise de parfumerie dans plusieurs pays d'Europe, le titre du film et le nom de l'héroïne seront dans ces pays « Vaiana »[13]. Le prénom alternatif de l'héroïne, Vaiana, est un prénom d'origine tahitienne qui peut se traduire par « eau de roche » (diminutif de « Vai ana o te mato teitei » qui signifie « eau de la grotte du rocher haut »)[14]. Le personnage pourrait être originaire de Samoa ou de Futuna, de Tonga, Tokelau. Sa mère, Sina, porte un prénom qui se prononcé Hina en tahitien. En effet, la consonne fricative alvéolaire [s] ne se retrouve dans la sphère ouest de la Polynésie, à l'exception de Niue. En gilbertin, tina, prononcé sina, signifie également mère.

Ron Clements et John Musker revendiquent une tonalité à la fois féministe et écologiste[15].

Titres[modifier | modifier le code]

En anglais, le film se nomme Moana tout comme l'héroïne. Mais en France, à cause du copyright sur le nom Moana, le film, qui devait s'appeler dans un premier temps La Princesse du bout du monde, s'appellera Vaiana, la légende du bout du monde[16]. Quant à l'Italie, le film s'intitule Oceania en référence au continent où se déroule l'intrigue[17].

Personnages[modifier | modifier le code]

Les Kakamoras[modifier | modifier le code]

Chez Disney, les Kakamora sont des êtres minuscules, portant une armure faite de noix de coco. Ils vivent sur des navires faits de détritus. D'apparence plutôt mignonne, ils s'avèrent être de redoutables combattants. Vaiana et Maui vont être aux prises avec eux. En réalité, les Kakamora sont des êtres présents dans la littérature orale de l'île Makira, à l'est de Guadalcanal, aux Îles Salomon[18]. Ce sont des esprits, maléfiques, vivants dans les arbres et les grottes de l'île en terre Arosi. Prenant l'apparence humaine, ils sont hauts comme trois pommes, 15 cm environ. Ils attirent les villageois en imitant les pleurs d'un enfant. Intrigués, les hommes s'approchent et les Kakamora prennent un malin plaisir à se moquer d'eux. Parfois, ils attaquent les hommes, leur infligeant de mortelles blessures grâce à leurs ongles longs et aiguisés. Tués, ils finissent dévorés par ces créatures. En s'attaquant à leur point faible, leurs fesses, il est quand même possible de s'en sortir[18]. À Makira, une danse traditionnelle reprend leurs faits d'armes et l'équipe de foot de la province s'appelle le Real Kakamora Football Club[19].

Maui[modifier | modifier le code]

Maui est un humain qui a été abandonné à sa naissance. Les dieux, trouvant ce sort injuste, transforment Maui en demi-dieu et lui fabriquent un gigantesque hameçon doté de pouvoirs magiques. Son désir d'amour et de plaire aux humains le pousse à voler le cœur de la déesse de la nature Te Fiti afin d'offrir aux Hommes tout ce dont ils ont besoin (« le feu, les îles et les noix de coco »). Cependant, son action cause le malheur et la destruction des océans et des forêts. Maui est isolé sur une île déserte et privé de son hameçon magique. C'est quand Vaiana viendra à sa recherche qu'il est délivré.

Maui est têtu, fort, rusé et imbu de sa personne. Mais Vaiana voit en lui une personne en manque d'amour. Maui est représenté par un corps très imposant pour montrer sa puissance et son statut de demi-dieu. Son corps est recouvert de tatouages, qui apparaissent lorsqu'il accomplit un exploit.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le , le film domine les sorties américaines de Thanksgiving avec plus de 80 millions d'USD de recettes[20],[21].

Réactions sur la représentation des cultures polynésiennes[modifier | modifier le code]

La campagne de promotion de Vaiana par Disney a suscité des critiques et des inquiétudes en Polynésie dès avant la sortie du film, en raison de la façon dont les Polynésiens et leur culture sont représentés dans les images et extraits rendus publics par la firme américaine.

L'annonce du choix d'engager Dwayne Johnson pour doubler l'un des principaux personnages du film a suscité des critiques lorsque sa voix a été entendue : il prononce les mots samoans et maoris avec un accent américain si prononcé qu'il a suscité des critiques parlant de véritables fautes de prononciation. Cela a laissé le public polynésien d'autant plus insatisfait qu'il aurait été possible d'engager un acteur de doublage local capable de prononcer correctement ces mots, et que les acteurs polynésiens sont largement sous-représentés dans les productions hollywoodiennes[22].

L'un des principaux personnages du film, Maui, s'inspire directement d'une des grandes figures de la mythologie polynésienne. Lorsque les premières images du film sont diffusées en juin 2016, l'apparence de Maui, représenté comme obèse, suscite de nombreuses critiques de la part des Polynésiens qui considèrent ce choix graphique comme la reprise d'un cliché insultant et discriminatoire (assimilé à du « fat-shaming », du comique moqueur à l'encontre des personnes en surpoids), dans une région où les problèmes liés à l'obésité sont fréquents[23],[24]. Dans une tribune parue sur le site Spinoff, Leah Damm argumente en sens inverse, en reprochant aux critiques de perpétuer eux-mêmes des clichés négatifs et une conception européocentrée de la santé et de la beauté, car ils qualifient Maui d'obèse simplement sur la base de son apparence, alors que le personnage est par ailleurs présenté de façon positive comme une force de la nature et que son apparence correspond bel et bien à celle d'une partie des Polynésiens actuels[25].

En septembre 2016, quand des produits dérivés du film sont commercialisés avant sa sortie en salles aux États-Unis, un déguisement pour enfants à l'effigie de Maui sorti dans la perspective de Halloween suscite à nouveau des réactions indignées : il consiste en un costume qui reproduit la peau cuivrée du personnage avec ses tatouages ainsi que son pagne de feuilles et son collier de dents de requin et d'os. Marama Fox, co-dirigeante du Parti maori de Nouvelle-Zélande, accuse Disney, dans un entretien auprès de Fairfax Media, de « faire de l'argent sur le dos de l'histoire et des croyances des autres », et a considéré la commercialisation d'un tel costume comme étant « la même chose que d'imprimer l'image d'un de nos ancêtres sur un rideau de douche ou une bouteille de bière ». La Commission des droits de l'homme de Nouvelle-Zélande appelle Disney à « entendre les avis des communautés et peuples sur lesquels se fonde le film ». Des internautes parlent d'un procédé de « brownface », par référence au « blackface », procédé d'humour raciste utilisé au début du XXe siècle qui consistait à faire jouer des rôles comiques de Noirs par des Blancs à la peau peinte[23]. Les voix en faveur du costume sont rares : Madeleine Chapman, journaliste d'ascendance samoane, le juge[22] « peut-être OK » car « après des années et des années à voir des Spiderman samoans et des Batman marron aux fêtes d'anniversaires des enfants, ce serait incroyable de voir des enfants blancs désirant et voulant ressembler au héros polynésien des films ». Disney annonce finalement l'arrêt de la commercialisation du costume le 23 septembre 2016[23].

Le film reçoit un bon accueil lors de la première projection publique en Polynésie le 15 novembre 2016. Le ministre de la culture de la Polynésie française, Heremoana Maamaatuaiahutapu, apprécie publiquement les « marqueurs culturels importants » qui constituent un hommage à la culture polynésienne, mais il proteste contre le fait que Disney a déposé comme marques commerciales les mots Moana et Vaiana, dont il rappelle que ce sont des « termes communs à l’ensemble du monde polynésien »[26].

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Comme dans tous Disney, de nombreux clins d’œil sont visibles envers d'autres œuvres.

  • La Reine des neiges : Au début du film, lorsque Vaiana est encore enfant et que son père lui montre des tapisseries, l'une d'entre elles ressemble beaucoup à Marshmallow, le bonhomme de neige effrayant servant de garde du corps à Elsa. Également : quand Maui récupère son hameçon et qu'il veut se transformer, une des transformations est Sven le renne.
  • Le Monde de Nemo : Lorsque au début du film, Vaiana, encore enfant, s'approche de l'eau et trouve une tortue de mer et qu'elle la remet à l'eau, on remarque également le père de la tortue. Il s'agit de Crush et de son fils Squiz. Lors de la chanson Bling-Bling, Tamatoa remarque un banc de poisson tournant au-dessus de lui. Le Plan et le mouvement des poissons reprend celui du banc imitateur que croise Marin et Dory.
  • Les Mondes de Ralph : Comme pour Marshmallow, une des tapisseries représente Ralph. Il est également présent dans le générique de fin.
  • Aladdin : On peut apercevoir la lampe du génie parmi les trésors recouvrants la carapace de Tamatoa. Le tapis étalé par les vilageois lors de la chanson de Vaiana au début du film est le tapis volant du film modifié aux motifs Maori.
  • Les Nouveaux Héros : une des créatures Kakamoras attaquant Maui et Vaiana est déguisée en Baymax, le robot gonflable du film.
  • Lilo et Stitch : Le « chef » des Kakamoras est vu portant un casque à l'effigie de la tête de Stitch. Quand Vaiana aide une tortue à rejoindre la mer, la scène rappelle une image de la fin de Lilo et Stitch où Stitch aide deux tortues à arriver saines et sauves à l'océan.
  • Raiponce : Après que Te Fiti a retrouvé son cœur, elle restaure la nature sur l'île de Vaiana. Parmi les fleurs, on peut brièvement apercevoir la fleur d'Or que convoite mère Gothel au début du film.
  • La Petite Sirène : Durant la chanson Pour les Hommes, il est possible de voir apparaître furtivement Polochon, qui apparait dans un banc de poissons. Dans la scène post-générique du film, Tamatoa dit qu'il serait plus aimé s'il s'appelait Sébastien et qu'il avait un accent jamaïcain, en référence au crabe qui accompagne Ariel.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Annie Awards 2017 : Meilleurs effets animés dans une production animée ; Meilleure performance de doublage dans un long métrage d'animation (pour Auli'i Cravalho)

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Walt Disney Films Québec, « Moana : Bande-annonce » [vidéo], sur YouTube, (consulté le 19 septembre 2016)
  2. a et b « Vaiana : La Légende du bout du monde », sur disneypixar.fr (consulté le 16 août 2015).
  3. « Moana : French cast », sur Disneyinternationaldubbings.weebly.com (consulté le 17 novembre 2016).
  4. « Moana / Quebec cast », sur Charguigou (consulté le 23 mars 2017)
  5. (en) « Tokelau Pride: Te Vaka’s song for Disney’s Princess Moana », Government of Tokelau Bulletin, (consulté le 26 novembre 2016)
  6. (en) Rebecca Keegan, « Finding Dory, Moana, Toy Story 4 among projects discussed at Disney's D23 », sur Los Angeles Times, (consulté le 25 février 2016)
  7. (en) Brookes Barnes, « Disney Announces Its Coming Slate of Animated Films at D23 Expo », sur The New York Times, (consulté le 25 février 2016)
  8. (en) Mark Hughes, « Disney, Pixar Unveil New Animated Films At D23 », sur Forbes, (consulté le 25 février 2016)
  9. (en) Joe Reid, « Disney and Pixar Announce Toy Story 4 Plot, a New Jack and the Beanstalk Movie, and More at D23  », sur Vanity Fair, (consulté le 25 février 2016)
  10. (en) Maane Khatchatourian, « Disney Announces Jack and the Beanstalk Animated Movie Gigantic », sur Variety, (consulté le 25 février 2016)
  11. (en) Anthony Breznican, « Disney announces Jack and the Beanstalk animated film Gigantic », sur Entertainment Weekly, (consulté le 25 février 2016)
  12. (en) Eliana Dockterman, « Disney Announces Animated Jack and the Beanstalk Movie Gigantic », sur Time, (consulté le 25 février 2016)
  13. (es) « La princesa Moana en España se llamará Vaiana (y otros problemas de branding) », Verne, 11 octobre 2015 (consulté le 1er novembre 2016).
  14. (es) « Disney cambia el título de Moana a Vaiana », Cinemania, 8 octobre 2015 (consulté le 1er novembre 2016).
  15. « "Vaiana", un film d’animation féministe et écolo ? Ses réalisateurs assument ! », sur lci.fr, .
  16. En France, Moana s'appellera Vaiana Site Disney Pixar du 9 décembre 2015
  17. Pourquoi le prochain Disney "Vaiana" ne s'appelle pas "Moana" dans tous les pays Huffington Post du 18 novembre 2016
  18. a et b (en) Charles Fox, The Threshold of the Pacific,
  19. (en) « Real Kakamora F.C. », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Jason Guerrasio, « Disney's 'Moana' dominates the Thanksgiving weekend box office with $81 million opening », sur Business Insider, (consulté le 18 juillet 2017)
  21. (en) Scott Mendelson, « Box Office: Walt Disney's 'Moana' Sets Sail With $82M Thanksgiving Debut », sur Forbes, (consulté le 18 juillet 2017)
  22. a et b (en) Madeleine Chapman, « Hear us out: That “brown face” Maui costume is maybe okay », Spinoff, 20 septembre 2016 (consulté le 1er novembre 2016).
  23. a, b et c « Déferlante de critiques contre le dernier Disney »", Nouvelles Calédoniennes, 26 septembre 2016.[réf. insuffisante]
  24. (en) Jess Denham , « Disney under fire for “full body brownface” Moana Halloween costume », The Independent, 20 septembre 2016 (consulté le 31 octobre 2016).
  25. (en) Leah Damm, « The real life problem with body-shaming a cartoon Polynesian », Spinoff, 27 juin 2016 (consulté le 1er novembre 2016).
  26. Mike Leyral et Laure Philiber, « La courageuse Vaiana séduit la Polynésie », TNTV, 15 novembre 2016 (consulté le 19 novembre 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]