Thomas Ngijol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Thomas N'Gijol)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thomas Ngijol
Description de cette image, également commentée ci-après
Thomas Ngijol en 2014.
Naissance (41 ans)
Paris (France)
Nationalité Français
Profession Humoriste, acteur
Films notables Case départ
Le Crocodile du Botswanga
Fastlife
Black Snake

Thomas Ngijol, né le à Paris, est un humoriste, acteur et réalisateur français d'origine camerounaise.

Spécialiste du stand-up, il s'est fait connaître du grand public au sein du Jamel Comedy Club.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et révélation comique[modifier | modifier le code]

Fils de Gilbert Ngijol, sociologue camerounais, et de Crescence Ngijol, infirmière, il est né à Paris et a grandi à Maisons-Alfort, dans le Val-de-Marne en banlieue parisienne[1] ; il a quatre frères[2]. Dans les années 2000, il travaille à l'école primaire du groupe scolaire Aimé et Eugénie Cotton de Bonneuil-sur-Marne, dans le Val-de-Marne comme animateur. Il rencontre ensuite Dieudonné en participant aux cours de café-théâtre donnés au théâtre de la Main d'Or à Paris[3].

Il est remarqué pendant le festival Juste pour rire de Nantes[4] avec un hommage particulier à Richard Pryor. Il joue ensuite quelque temps au Moloko à Paris. Il a écrit un one-man-show intitulé Bienvenue qu'il a joué dans de petites salles parisiennes avant de se faire remarquer par Kader Aoun[3]. Ce dernier lui ouvrira les portes du Jamel Comedy Club, dont il est l'un des membres fondateurs, durant trois ans.

Parallèlement, il est à l'affiche d'une comédie produite et réalisée par Alex Alabaz du collectif Kourtrajmé, Les Abyssiens. Et côté télévision, il se fait connaître sur Canal+, dans l'émission Le Grand Journal, avec une rubrique quotidienne pendant deux saisons (2006-2008)[5]. Ses sketches les plus connus sont Un Superman noir !, Les jeux olympiques d'hiver ?, Le Bac et Mon retour du Cameroun !.

En , il rejoint l'émission de Stéphane Bern Le Fou du roi sur France Inter[1],[6]. Ses apparitions lui permettent de booster son premier spectacle de stand-up post-Jamel Comedy Club, qui débute en 2009, A block[7].

Fin 2008, il quitte le Jamel Comedy Club, en jouant et co-écrivant avec ses camarades Blanche Gardin et Fabrice Éboué une série de 8 épisodes intitulée Inside Jamel Comedy Club[8]. Celle-ci, aussi créée et produite par Jamel Debbouze, imagine les coulisses de leur troupe comique en tournée en France, et est diffusée sur Canal+ Family début 2008[9], puis sur Canal+ à l'été 2009[10].

Lors de la Coupe du monde de football 2010, il présente en compagnie de Darren Tulett l'émission Ils se foot du monde, sur la chaîne Comédie ![11]. Peu avant la compétition, il est invité par le sélectionneur Paul Le Guen à passer une dizaine de jours avec l'équipe du Cameroun de football, pour faire le « lien entre la Bretagne et le Cameroun, entre un staff de Caucasiens et des Noirs », durant la préparation des Lions indomptables[12].

Passage au cinéma[modifier | modifier le code]

En , il passe au cinéma en co-écrivant et co-réalisant son premier film avec son confrère et complice Fabrice Éboué, intitulé Case départ, une comédie populaire sur l'esclavage, thème rarement traité ainsi dans le cinéma français, dont l'action se passe aux Antilles, à la fin du XVIIIe siècle. Il en est également l'un des acteurs principaux[13]. Ce film, un succès en salles, est « une bonne surprise » d'après les médias français.

Parallèlement, il tient des rôles secondaires dans d'autres comédies : en 2008, la satire Vilaine, de Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit[14] ; puis en 2011, la romance La Chance de ma vie, de Nicolas Cuche[15].

À l'occasion du festival de Cannes 2012, il est nommé parrain du prix de la jeunesse[16].

L'année 2014 est chargée : en février, sort d'abord dans les salles françaises sa seconde collaboration avec Fabrice Éboué : il se contente de jouer dans la satire Le Crocodile du Botswanga tandis que son camarade officie toujours au scénario et à la mise en scène[17]. Le film fonctionne bien au box-office.

Durant l'été, il dévoile ensuite la comédie Fastlife, son premier film en tant qu'unique scénariste, réalisateur et tête d'affiche. Le nom du personnage principal, Ebagué, est une référence à son nom au Cameroun. Cette satire du milieu sportif lui permet de s'entourer de Karole Rocher, Julien Boisselier, Olivier Marchal et Kaaris. Le film déçoit la critique et au box-office[18].

Il peut néanmoins compter sur son retour sur les planches, pour son second one-man-show, Thomas Ngijol 2 : le spectacle est un succès à travers la France, qu'il vient défendre dans de multiples salles, et durant les années suivantes. En 2016, il poursuit ainsi les représentations au théâtre du Châtelet, à Paris.

En mai 2018, il revient sur Canal+ pour animer Selon Thomas, quatre émissions-évènement de 26 minutes chacune où il parodie l'actualité et reçoit différents artistes de son choix[19].

Le 20 février 2019, son long-métrage Black Snake, co-réalisé avec sa femme Karole Rocher, sort dans 259 salles. Il termine sa carrière en salles après seulement 5 semaines, avec 174 422 entrées[20]. C'est l'un des plus gros échecs pour un film français en 2019[21].

Polémique[modifier | modifier le code]

En , le youtuber CopyComic publie une vidéo où il révèle des similitudes des sketchs de Thomas Ngijol et ceux de divers humoristes américains dont Eddie Murphy et Chris Rock[22]. L'humoriste répond dans la foulée au youtubeur anonyme sur son compte Instagram où il compare notamment le comportement de CopyComic à celui des collaborateurs antisémites lors de la Seconde Guerre mondiale[23],[24], ce qui est comparé à un point Godwin[25].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sa compagne, l'actrice Karole Rocher, donne naissance à une fille, Angelina, en [26], juste avant la sortie du film Fastlife. Le , elle accouche d'une seconde fille, Carmen[27]. En , Thomas Ngijol annonce son mariage avec Karole Rocher[28].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Bienvenue
  • 2007 : Le Jamel Comedy Club Envahit Le Casino De Paris
  • 2009 : A block
  • 2014 : 2

Télévision[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • 2011 : featuring sur le titre La Crise de l'album Action ou vérité du groupe FRER 200
  • 2007 : featuring sur le titre S-Ketulassan, de l'album Val 2 Marne Rider de Aelpéacha
  • 2011 : featuring sur le titre Tu vas marcher de l'album Le Lubrifiant de Aelpéacha
  • 2010 : featuring sur l'introduction de l'album L'Architecte de Driver
  • 2009 : featuring sur le titre Finis le fond de l'album Celibatape de MSJ
  • 2009 : featuring sur le titre Fallait me prévenir de l'album Chargé de Aelpéacha
  • 2019 : apparition sur le clip de White snake freestyle d'Orelsan (BO du film Black Snake)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Léa Iribarnegaray, « Thomas NGijol : comme hic », sur Libération,
  2. Christophe Payet et Pierre Siankowski, « Thomas Ngijol : "J’avais envie d'être comme Seinfeld ou Eddie Murphy" », sur Les Inrockuptibles,
  3. a et b Corinne Calmet, « Thomas Ngijol : tout ce que vous ne savez peut être pas sur l'humoriste », sur Télé-Loisirs,
  4. « Humour à l'africaine : Thomas Ngijol », sur afroculture.net,
  5. « Thomas Ngijol, le roi du stand-up », sur Le Dauphiné libéré,
  6. Nadia Benleulmi, « Thomas N'Gijol prêt à prendre la place de... Jamel Debbouze ? », sur purepeople.com,
  7. Valérie Denise, « Thomas Ngijol est A Block ! », sur shunrize.com,
  8. Maël Dancette, « Inside Jamel Comedy Club », sur Le Monde,
  9. « Série : Inside Jamel Comedy Club sur Canal+ Family », sur jeanmarcmorandini.com,
  10. Marion Festraëts, « Inside Jamel Comedy Club, sur Canal + », sur L'Express,
  11. Guillaume Leroy, « L'humoriste Thomas NGijol, présentateur sur la chaîne Comedie! », sur Télé 2 semaines,
  12. Joachim Barbier, « "Je faisais le lien entre la Bretagne et le Cameroun" », sur Libération,
  13. Guillaume Martin, « Retour à la "Case départ" pour Thomas Ngijol et Fabrice Éboué », Allociné,
  14. « Thomas Ngijol : l'humour toujours... mais au cinéma », sur purepeople.com,
  15. « La Chance de ma vie : une comédie pas romantique du tout », sur La Dépêche du Midi,
  16. Alexandre Boussageon, « Cannes 2012 : Thomas Ngijol, parrain du Prix de la Jeunesse », sur L'Obs,
  17. Susie Bourquin et Matthieu Charrier, « Le Crocodile du Botswanga : une dictature africaine (presque) vraie », Europe 1,
  18. Fastlife sur Allociné
  19. Florian Guadalupe, « "Selon Thomas" : Thomas Ngijol aux commandes d'une nouvelle émission ce soir sur Canal+ », sur Ozap.com, Puremédias, .
  20. « Black Snake, la légende du serpent noir (2019) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le 17 juillet 2019)
  21. « Le top 10 des flops du cinéma français en 2019 », sur lepoint.fr, (consulté le 6 février 2020)
  22. Benjamin Pierret, « Soupçons de plagiats chez les humoristes : Thomas Ngijol épinglé à son tour par CopyComic », BFM TV,
  23. « Plagiat dans l’humour : Thomas Ngijol répond violemment à la mise en cause du youtubeur CopyComic », sur Franceinfo, (consulté le 21 novembre 2019)
  24. « Épinglé par CopyComic, Thomas Ngijol se défend de manière virulente », sur Le Huffington Post, (consulté le 21 novembre 2019)
  25. Akhillé Aercke, « CopyComic insulté par Thomas Ngijol, l'avocat du youtubeur réagit : "C'est pitoyable, ça le décrédibilise !" », sur Télé-Loisirs,
  26. « Toute l'actualité : bébé - enfant - grossesse - accouchement », sur PARENTS.fr (consulté le 4 juin 2020).
  27. « PHOTO Thomas Ngijol  : sa compagne, Karole Rocher, a donné naissance à leur deuxième enfant - Voici », sur Voici.fr (consulté le 4 juin 2020).
  28. « Thomas Ngijol parle pour la première fois de son mariage avec Karole Rocher », sur Gala, (consulté le 23 mars 2019)
  29. Telestar.fr, « Thomas NGgijol débarque sur Canal + : l'humoriste anime une émission consacrée à l'actualité », Telestar.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]