Kuzco, l'empereur mégalo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kuzco, l'empereur mégalo
Description de l'image Kuzco.png.
Titre québécois Un empereur nouveau genre
Titre original The Emperor's New Groove
Réalisation Mark Dindal
Scénario David Reynolds
Mark Dindal
Chris Williams
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 75 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Kuzco, l'empereur mégalo ou Un empereur nouveau genre au Québec (The Emperor's New Groove), est le 68e long-métrage d'animation et le 40e « Classique d'animation » des studios Disney, sorti en 2000.

Une suite, sortie directement en vidéo, a été donnée au film en 2005 : Kuzco 2 : King Kronk ainsi qu'une série d'animation, Kuzco, un empereur à l'école.

Le film est qualifié comme étant celui qui achève l'âge d'or des années 1990 chez Disney[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Kuzco (du quechua « qusqu », qui signifie nombril) est un jeune empereur très égoïste et capricieux. Pour ses dix-huit ans, il décide de raser un village afin de se faire construire une résidence, « Kuzcotopia ».

Après avoir renvoyé sa conseillère Yzma, il reçoit Pacha, le chef de ce village concerné pour lui demander son avis sur le meilleur emplacement pour sa future piscine. Yzma, avide de pouvoir, ne veut pas en rester là. Elle invite donc Kuzco à un dîner, afin de l'empoisonner. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et Kuzco se retrouve transformé en lama. Elle ordonne à Kronk, son serviteur, de sortir le lama de la ville, et de le tuer. Kronk hésite à tuer Kuzco, qui se retrouve par accident sur la charrette de Pacha qui retourne à son village. Kronk le perd de vue, et cache à Yzma que Kuzco est encore en vie.

Ce n'est qu'une fois arrivé à sa maison que Pacha découvre le lama. Après avoir compris que ce lama est l'empereur transformé, Pacha tente de passer un marché : il guide Kuzco jusqu'au palais en échange de l'abandon du projet Kuzcotopia. Kuzco refuse, et repart seul, mais se retrouve rapidement perdu dans la jungle, en proie à des jaguars. Pacha vient néanmoins sauver Kuzco.

L'empereur, qui sait maintenant qu'il a besoin de Pacha, accepte le marché. Alors qu'ils ne sont plus qu'a une heure de marche du palais, le pont de singe qu'ils traversent rompt, et ils doivent s'entraider pour éviter de tomber dans cours d'eau où se trouvent des crocodiles. Le pont maintenant détruit, ils font un détour de plusieurs jours et s'arrêtent dans un restaurant.

Entre temps, en l'absence d'héritier, Yzma obtient le pouvoir. Mais elle découvre que Kuzco est encore en vie. Accompagnée par Kronk, elle se met à sa recherche. La recherche est infructueuse, et ils se rendent au même restaurant, au même moment. Yzma ne reconnait pas Kuzco. L'empereur, qui ignorait qu'elle était responsable de sa transformation, l'apprend à cette occasion.

De retour au palais, Kuzco et Pacha se rendent dans le laboratoire d'Yzma pour trouver une potion pouvant redonner forme humaine. Yzma arrivée avant, se présente alors à eux avec la potion, et ordonne aux gardes de les arrêter pour le meurtre de l'empereur. Une course poursuite s'ensuit, au cours de laquelle Yzma se retrouve transformée en chat, et Kuzco retrouve sa forme humaine.

Kuzco retrouve sa place d'empereur, et, devenu plus raisonnable, fait construire une petite maison sur une colline voisine de celle de Pacha.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Kuzco : malgré sa transformation en lama, le jeune empereur capricieux garde son caractère enfantin et égocentrique.
  • Pacha : chef de village et père de deux enfants. Généreux, il aide Kuzco à rejoindre son palais bien que celui-ci agisse contre ses intérêts.
  • Yzma : renvoyée par Kuzco, elle était la conseillère de l'empereur. Cette femme d'un âge respectable possède un caractère exécrable.
  • Kronk : assistant d'Yzma. Ce jeune homme sympathique mais un peu idiot a tendance à comprendre tout de travers. C'est le héros de la suite du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Un monde parfait (Perfect World) par Chanteur (Tom Jones en version originale)
  • My Funny Friend and Me - Sting
  • Snuff Out the Light (Yzma's Song) par Eartha Kitt
  • Walk the Llama Llama par Rascal Flatts
  • Un monde parfait (reprise) par Chanteur (Tom Jones en version originale)
  • One Day She'll Love Me par Sting et Shawn Colvin

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : Québec Québec : 1er mai 2001 (VHS et DVD)
  • Drapeau de la France France : 9 octobre 2001

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Le production du film commence en 1994, avec en sa direction Roger Allers. Son idée était une adaptation du conte de Mark Twain, Le Prince et le Pauvre. Le titre originalement prévu pour le film était Le Royaume du Soleil (Kingdom of Sun)[1].

Dans le scénario original, l'empereur Kuzco s'appelle Manco. Ce dernier fait la connaissance de Pacha qui lui ressemble, et ils décident d'échanger leur rôle pour découvrir la vie de l'autre. La sorcière Yzma profite de cette situation pour changer Manco en lama et utiliser Pacha pour réaliser son plan : supprimer le soleil, dont les rayons lui auraient subtilisé sa jeunesse et sa beauté[1].

Les animateurs ont alors fait une voyage au Pérou pour s'imprégner des décors de sites Incas. Mais arrivé à une impasse, le réalisateur se voit imposer de nouveaux délais et un co-réalisateur, Mark Dindal, qui a travaillé sur d'autres Disney comme Le Noël de Mickey (1983), Taram et le Chaudron magique (1985) ou encore La Petite Sirène (1989). Incapable de s'entendre avec Dindal, Allers quitte le projet. Dindal se retrouve seul à la production du film et remanie le scénario avec sa propre vision des choses, menant ainsi au changement de nom du film en Kuzco, l'empereur mégalo (The Emperor's New Groove)[1].

Chansons[modifier | modifier le code]

Comme tous les films Disney de l'époque, Le Royaume du Soleil devait comporter des chansons. Comme pour Le Roi lion, dont les chansons étaient signées Elton John, il fallait faire appel à un compositeur. C'était donc le chanteur-compositeur Sting qui avait été choisi pour l'écriture des chansons[1]. Ce dernier avait alors écrit 6 chansons pour le film, dont l'une, Snuff Out The Light devait initialement accompagner Yzma dans une séquence comme à l'habitude des films Disney et la traditionnelle chanson du méchant[1],[2].

À la suite du changement procédé par Dindal après le départ d'Allers, les chansons de Sting deviennent obsolètes. Le chanteur se voit alors contraint d'écrire deux nouvelles chansons. Les 6 autres sont reléguées à l'état de bonus dans le DVD[1].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Thomas Imbert, « Kuzco a 15 ans : comment l’empereur mégalo a bouleversé les studios Disney », sur allocine.fr,‎ (consulté le 10 avril 2016)
  2. Morigane90, « Snuff Out The Light (Yzma's Song) - Ertha Kitt », sur YouTube.com,‎ (consulté le 10 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :