Touchstone Pictures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’univers de Disney image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant l’univers de Disney et une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Touchstone Pictures
Image illustrative de l'article Touchstone Pictures

Création
Fondateurs Ronald William MillerVoir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Ron Miller
Forme juridique société anonyme
Siège social BurbankVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Walt Disney Studios et The Walt Disney CompanyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité cinéma
Produits films
Société mère Walt Disney Studios Entertainment
Sociétés sœurs Hollywood Pictures
Miramax Films
Walt Disney Pictures
Filiales Touchstone Television
Site web www.touchstonepictures.com

Touchstone Pictures est une filiale de Walt Disney Company créée pour produire des films plus adultes, celle-ci réservant les productions associées à la famille et à la jeunesse au label Disney. Le label cinématographique a été créé en 1984 par Ron Miller et sa première production fut Splash. Les films de Touchstone, comme tous les films de Walt Disney Company, sont distribués par Buena Vista International.

Historique[modifier | modifier le code]

Le label a été créé le [1] par Ron Miller, gendre de Walt Disney et alors PDG de Disney, afin « de produire des films plus matures que les standards Disney »[2]. Le premier film produit est Splash. Ricardo Mestres est nommé vice-président des productions de Touchstone, puis devient le premier président d'Hollywood Pictures, à sa création en 1989[3].

Très vite, Touchstone est devenue une unité de Disney très rentable. Le premier film classé R (les moins de 17 ans doivent être accompagnés par un adulte) de la société a été Le Clochard de Beverly Hills (Down and Out in Beverly Hills) en 1986.

En 1988, David Hoberman est nommé président de Touchstone et de Walt Disney Pictures puis en 1994 de la division Motion Pictures avant de partir début 1995 pour devenir un producteur indépendant[4].

Le , Walt Disney Studios Entertainment décide de produire environ 10 films labellisés Disney, animation et prise de vue réelle par an et deux ou trois Touchstone par an[5].

En 2009, le studio signe un contrat de distribution et de financement pour trente films avec DreamWorks Pictures. Cette association est généralement vue comme une seconde vie pour le studio, qui sort, durant ce deal, cinq à six films par an. Mais le contrat est résilié en août 2016, lorsque DreamWorks décide de s'affilier avec Universal.

Le futur de Touchstone reste incertain, le studio ayant déjà évoqué une revente vers 2012. À dater de 2016, le seul projet annoncé du studio est The Light Between Oceans.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Touchstone Pictures produit des films plus adultes que ceux produits sous le label Disney, tels que Splash, premier long-métrage du studio, sorti en 1984.

Touchstone produit par la suite des films devenus cultes comme Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, Cocktail, Le Cercle des poètes disparus, Pretty Woman, Sister Act, etc.

À la fin des années 2000, Touchstone collabore avec DreamWorks, la société de Steven Spielberg en produisant une trentaine de films, jusqu'en 2016, avec le dernier film Une vie entre deux océans, à la suite du rachat de DreamWorks par Universal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ (consulté le 22 janvier 2010), p. 3
  2. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 566
  3. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 359
  4. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 265
  5. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates »,‎ (consulté le 28 janvier 2010), p. 31