Fantasia 2000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fantasia 2000
Description de l'image Fantasia2000.jpg.
Réalisation Hendel Butoy
Scénario Don Hahn, Irene Mecchi
et David Reynolds
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 75 minutes
Sortie 1999

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fantasia 2000 est le 62e long-métrage d'animation et le 38e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1999, il est la suite de Fantasia (1940), produite par Roy Edward Disney selon le souhait de son oncle Walt.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cinquante-huit ans après Fantasia, ce film est composé de huit séquences illustrant huit morceaux de musique classique, réorchestrés et dirigés par le chef d'orchestre James Levine à la tête de l'Orchestre symphonique de Chicago. Chaque séquence est précédée d'une courte présentation par des artistes ayant travaillé pour les studios Disney.

Dessin animé abstrait.
Des baleines nagent entre les icebergs puis volent au-dessus de l'océan glacial.
Graphisme inspiré du caricaturiste new-yorkais Al Hirschfeld, montrant les destins croisés d'un ouvrier noir passionné de jazz, d'un chômeur affamé, découragé et sans le moindre sou, d'un brave homme tyrannisé par son épouse méchante et d'une pauvre petite fille issue d'une famille aisée, à l'emploi du temps trop chargé, et qui se trouve être la plus mauvaise élève de la classe dans toutes ses activités. À noter que le voisin qui habite au-dessus de chez le professeur particulier de piano de la petite fille n'est autre que le compositeur lui-même.
Illustration de l'histoire du Petit Soldat de plomb de Hans Christian Andersen.
Un flamant rose s'amuse avec des yoyos créant des problèmes à ses congénères.
Article détaillé : L'Apprenti sorcier.
Donald et Daisy aident Noé à rassembler les animaux avant le Déluge.
Hymne à la force de la Nature, réalisé par Walt Disney Animation France[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Note: La liste des « crédités » au générique étant trop longue pour être citée in extenso ici, nous n'avons repris que les principaux contributeurs.

Introduction et intermèdes en prises de vues réelles[modifier | modifier le code]

Symphonie n° 5 (Ludwig van Beethoven)[modifier | modifier le code]

Les Pins de Rome (Ottorino Respighi)[modifier | modifier le code]

Rhapsody in Blue (George Gershwin)[modifier | modifier le code]

Concerto pour piano n°2 (Dmitri Chostakovitch)[modifier | modifier le code]

Le Carnaval des animaux (Camille Saint-Saëns)[modifier | modifier le code]

L'Apprenti sorcier (Paul Dukas)[modifier | modifier le code]

Pomp and Circumstance (Edward Elgar)[modifier | modifier le code]

L'Oiseau de feu (Igor Stravinski)[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution et voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Source : Voxofilm

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[2].

Avant-premières[modifier | modifier le code]

Le film est d'abord sorti en avant première dans plusieurs grandes salles en 1999 :

Sorties au format IMAX[modifier | modifier le code]

Ensuite le film est sorti dans plusieurs pays le mais uniquement dans des salles équipées du format IMAX tel le Dôme IMAX de la Défense. La programmation dans ces salles IMAX s'est interrompue avec les sorties nationales. Les pays ayant eu une sortie au format IMAX :sont : Allemagne, Belgique, Canada, Espagne, États-Unis, France, Hong Kong, Japon, Mexique, Pays-Bas, Royaume-Uni, Singapour, Thaïlande

Sorties nationales[modifier | modifier le code]

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

Le film est sorti en DVD en 2000 en :

  • coffret simple
  • coffret « Collector » comprenant Fantasia et Fantasia 2000
  • coffret « Anthologie » comprenant Fantasia, Fantasia 2000 et un troisième dvd de bonus.
  •  : réédition DVD et première sortie Blu-Ray. Le même jour sort également le premier Fantasia sur ces deux supports.

Origine et production[modifier | modifier le code]

Walt Disney désirait au début du développement de Fantasia en faire un spectacle cinématographico-musical évolutif. Le film devait être présenté à intervalles réguliers avec de nouvelles séquences, reprises ou non par la suite en fonction du succès obtenu.

Ce principe explique que la sortie initiale américaine du film eut lieu sous la forme d'un spectacle itinérant, le à New York, distribué par Walt Disney Productions. Cette forme déplut au public et la tournée fut stoppée[3],[4],[5]. Le film fut alors distribué sur tout le territoire américain par RKO Pictures, le [6],[7],[8].

Si le premier film fut bien mené à terme, l'idée de l'évolutivité fut en revanche abandonnée. À la fin des années 1960, le projet d'un second opus persiste mais le budget annoncé dépasse les 12 millions de dollars avec un faible retour sur investissement ce qui a freiné le projet[9].

Au milieu des années 1990, le neveu de Walt, Roy Edward Disney, reprit le concept et lança la production de Fantasia 2000 (1999).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel ROUDEVITCH, « Fantasia 2000», léger comme un ballet d'hippopotames. La nouvelle version du dessin animé mythique des studios Disney ne retrouve pas la féerie de sa devancière. », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 26 janvier 2010) : « On peut douter que Stravinsky, qui n'avait déjà pas ratifié l'interprétation disneyenne de son Sacre, aurait approuvé la récidive de l'Oiseau de feu, figurant ici en apothéose finale. Ce sont les épatants jumeaux Paul et Gaëtan Brizzi, créateurs de Brizzi Films devenu Walt Disney France, qui ont réussi cette gageure, sans doute la meilleure partie de l'ensemble »
  2. (en) Fantasia 2000 - Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 44.
  4. (en) Michael Barrier, Hollywood Cartoons, p. 274.
  5. (en) Eric Loren Smoodin, Disney discourse, p. 216.
  6. (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 170.
  7. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 45.
  8. (en) Robin Allan, Walt Disney and Europe, p. 105.
  9. (en) Jimmy Johnson, Inside the Whimsy Works, p. 17