Famille du Pontavice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille du Pontavice
Image illustrative de l’article Famille du Pontavice
Armes

Blasonnement D'argent à un pont de trois arches de gueules, maçonné de sable.
Devise « Omnia per voluntatem »
« Certe »
Période XIVe siècle - XIXe siècle

La famille du Pontavice est une famille subsistante de la noblesse française d'extraction chevaleresque, sur preuve de l'an 1400, admise aux Honneurs de la cour[1].

Elle est originaire du Pontavice, situé dans la paroisse de Tremblay, dont la seigneurie avec juridiction dépendait de la Baronnie de Fougères[2] (actuel département d'Ille-et-Vilaine), dans le Duché de Bretagne[3]. Cette famille a adhéré à l'ANF en 1933[4].

Origine[modifier | modifier le code]

La famille du Pontavice tire son nom de la seigneurie du Pontavice, que Guillaume du Pontavice, possédait au XIIIe siècle[5].

Dès le XIe siècle, Roland du Pontavice fut chevalier croisé: son lien avec l'actuelle famille du Pontavice n'est pas établi. La famille du Pontavice prouve sa filiation depuis Guillaume, écuyer, seigneur du Pontavice et de Montbaudry, trouvé en 1415 et 1419, père de Jean du Pontavice, marié en 1400[6]. Cette famille appartient donc à la noblesse d'ancienne extraction. Elle figure comme noble d'extraction dans toutes les montres et revues et dans toutes les convocations des bans et arrière-bans de la noblesse de sa province. Ainsi, Guillaume du Pontavice, chevalier, figure dans le mandement du 23 août 1419, donné par le duc de Bretagne à son frère Richard, « pour mettre et bouter dehors aucun gens d'armes qui étaient venus piller le pays de Bretagne ». Dans la revue des hommes d'armes du sire de Lescure et de la compagnie du sire de La Hunaudaie, en 1464, figure parmi les hommes d'armes Jehan du Pontavice[5]. Plus tard, cette famille figure dans les réformations et les montres de 1478 à 1513 dans l'évêché de Rennes[7]. Elle est maintenue noble en 1599, 1624, en 1666 et 1670 lors de la Grande enquête sur la noblesse, puis par arrêté du Parlement en 1720. La famille du Pontavice fut reçue aux honneurs de la cour en 1771,1786 et 1788[6].

Seigneuries[modifier | modifier le code]

La famille du Pontavice a possédé les seigneuries suivantes: Le Pontavice, Montbaudry, La Hussonnais, La Lande, Les Préaux, Les Renardières, Saint-Pierre de Heussey, Saint-Laurent de Terregate, de Rouffigny, La Béchardière, La Chaudronneraie, Le Bas-Mesnil, La Mangeantière, La Bizolaye, La Cour-Henry, Le Vaugarny, Saint-Germain, etc.[5],[6]

Parmi les fiefs de la famille du Pontavice, existe encore de nos jours le site exceptionnel des Forges des Salles , situé dans la forêt de Quénécan, à la limite des départements des Côtes-d'Armor et du Morbihan, dans les communes de Perret et de Sainte-Brigitte. Les hauts-fourneaux de ces forges ont fonctionné pendant près de trois cents ans et se sont arrêtés en 1877[8].

Illustrations familiales[6][modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • Armes: D'argent à un pont de trois arches de gueules, maçonné de sable.[17].
  • Couronne: De comte
  • Supports: Deux lions (alias deux lévriers)
  • Devise: « Omnia per voluntatem »-« Certe »[18].

Alliances anciennes[modifier | modifier le code]

La famille du Pontavice s'est alliée aux familles suivantes: des Pins, de La Barre, de Poilley, d'Arconat, Vivien, Mariette, de Goué, Rogeroy, Taillefer, de Guitton, Larcher, Lusley, Fontaine, Lebasnier, Angot, Juin, de La Rocque, Poupin, Lasne, Pelet, Guitton, de Brégel, de Poilley, de Vallois de Villiers, d'Andigné, d'Héliand, Cazin d'Honincthun, de Malfilastre, de Coulanges, de Quenouart, Le Borgne de Coetivy, Guillard de Kersauzic, Romer, d'Ollone, Le Forestier, Tréhu de Monthierry, du Bourg du Bois Bide, de Malortie Campigny, de La Gorgue de Rosny, Falcon de Longevialle, du Verne, Baston de La Riboisière, de Lanreau, Le Chartier de Boisnay, de Brémond d'Ars, de Roquancourt-Keravel, etc.[6]

Alliances contemporaines[modifier | modifier le code]

Familles: Baconnière de Salverte, du Bouetiez de Kerorguen, de Bourgoing, de Cauvigny, de Chabot, de Chastellux, de Crozé de Clesmes, Descantons de Montblanc, Durant de Mareuil, Falcon de Longevialle, Férault de Falandre, de Fry, de Garempel de Bressieux, Hay des Nétumières, Henrys d'Aubigny d'Esmyards, Hutteau d'Origny, de Kermoisan, de La Haye Saint-Hilaire, de Lanöe des Salles, de Lantivy, de La Selle, Le Gras du Luart, Le Gualès de Mézaubran, de Jacquelin-Dulphé, Le Pays du Teilleul, de Maistre, Normant de Villehelleuc, Palluat de Besset, de Pardieu, de Robien, Rolland du Noday, de Saint-Exupéry, Teilhard de Chardin d'Anteroches, Thibaud de La Rochethulon, de Thy de Milly, de Trogoff du Boisguézénennec, du Verne, de Vallavieille, etc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Gabriel du Pontavice[modifier | modifier le code]

  • Chouans et patauds en Mayenne - 1792-1800 -, éditions régionales de l'Ouest, 1987.
  • Les Armées Catholiques et Royales au nord de la Loire - Petite Histoire des chouans- , Yves Salmon éditeur, 1989.
  • La Chouannerie, Presses Universitaires de France, 1991.

Ouvrages de Gilles du Pontavice et/ou Martine Bleuzen du Pontavice[modifier | modifier le code]

  • La cuisine des châteaux de Bretagne, éditions Ouest-France, 1979.
  • Meilleures recettes du Bordelais, éditions Ouest-France, 1996.
  • Cuisine- Vins du Bordelais, éditions Ouest-France, 1996.
  • La cuisine des châteaux de Normandie, éditions Ouest-France, 1996.
  • La cuisine des châteaux du Périgord, éditions Ouest-France, 2000.
  • La cuisine des châteaux du Bordelais, éditions Ouest -France, 2001.
  • La cuisine des châteaux de Provence, éditions Ouest-France, 2001.
  • La cuisine des châteaux de Savoie, éditions Ouest-France, 2002.
  • La cuisine des châteaux de la Loire, éditions Ouest-France, 2002.
  • La cuisine des œufs, éditions Ouest-France, 2002.
La cuisine des châteaux d'Auvergne, éditions Ouest-France, 2003
  • Margaux interdit, éditions La truite de Quénécan, 2007.
  • Confréries de Bretagne, Coop Breizh, 2008.
  • Tous les Châteaux de la Loire, éditions Ouest-France, 2014 (co-auteur: Richard Volange).
  • Je choisis mon vin et crée ma cave- Choisir, conserver, goûter et servir les vins. éditions Ouest-France, 2014.
  • Les Miscellanées de la vigne et du vin, éditions Ouest-France, 2015.
  • Le barrage de Guerléan, Coop Breizh, 2015.

Ouvrage de Théodore Courtaux[modifier | modifier le code]

  • Histoire généalogique de la Maison du Pontavice et de ses alliances Bretagne, Normandie et Maine, Cabinet de l'historiographe Paris 1901

Ouvrage du Vte Paul du Pontavice[modifier | modifier le code]

  • Maison du Pontavice Bretagne, Normandie et Maine Son histoire, sa généalogie et ses alliances, 1903 Imp Eugène Prost Rennes

Ouvrage du Vte Patrick du Pontavice[modifier | modifier le code]

  • Histoire généalogique de la Maison du Pontavice et de sa descendance 1360-2010 3 volumes chez l'auteur

Ouvrage du Vte G du Pontavice[modifier | modifier le code]

  • Chasses bien tenues* Librairie A Charles Paris

Ouvrage de Dominique Taillandier[modifier | modifier le code]

  • Manoir de La Carrée, 2011, chez l'auteur, la famille du Pontavice de Heussey en terre bretonne, en littérature, sous les drapeaux...


Ouvrage du vicomte Henri Frotier de La Messelière[modifier | modifier le code]

  • Filiations Bretonnes, 1922, Prudhomme, Saint-Brieuc, T.IV, p.416-430.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, 2007, p. 156
  2. « Un grand nombre de seigneuries avec juridiction relevaient en totalité ou en partie de la baronnie de Fougères: parmi les principales, signalons la seigneurie du Pontavice », (Histoire de la Terre ou Baronnies de Fougères, Archives Départementales d'Ille-et-Vilaine- 1V27- INFOBRETAGNE
  3. Henri de La Messelière, Filiation bretonnes, Prudhomme, 1922, tome IV, p. 416-433
  4. Annuaire de l'ANF, Albédia, Aurinnac, 2017, p. 60
  5. a b et c Ludovic de Magny, Le Nobiliaire universel (lire en ligne)
  6. a b c d et e Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 5
  7. Le Bulletin héraldique de France; ou, Revue historique de la noblesse
  8. Jean-Yves Andrieux, Forges et Hauts fourneaux en Bretagne du XVIIe siècle au XIXe siècle, Nantes, Cid éditions, 1987
  9. a b et c La Messelière, ibidem, p. 417
  10. « L'ancien couvent des Urbanistes est fondé en 1633 sur le" Clos aux Belles-Femmes". Presque toutes les familles nobles du pays, dont la famille du Pontavice, envoyèrent leurs filles prendre l'habit religieux dans le Monastère de Sainte Claire »- Histoire de la Terre ou Baronnies de Fougères- Infobretagne-ibidem
  11. a et b La Messelière, ibidem, p. 423
  12. L'actrice Clotilde Courau est la lointaine descendante en ligne féminine (par sa mère) de Jacques-René du Pontavice
  13. La Messelière, ibidem, p. 430
  14. La Messelière, ibidem, p. 419
  15. La Messelière, ibidem, p. 421
  16. voir Dominique Taillandier, Manoir de La Carrée, 2011, extraits consultables [1]
  17. Guy Le Borgne, Armorial de Bretagne, Rennes, 1681, p. 233
  18. La Messelière, ibidem, p. 416

Articles connexes[modifier | modifier le code]