Soule (sport)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soule.
Soule en Normandie en 1852

La soule (ou chôle en picard) est un jeu traditionnel pratiqué sous l'ancien régime principalement en France. Ancêtre présumé du football et du rugby, il se rapproche de ce dernier, si ce n'est que les deux équipes ont souvent un même en but (un lieu-dit, une mare), que leur composition n'a pas de limites définies (à l'origine les équipes étaient constituées de tous les hommes valides de deux ou plusieurs villages/ mariés contre non mariés quand la choule était jetée par la dernière mariée de l'année). Le manque de règle définie et l'exode rural ont contribué à son déclin avant une résurrection récente soit dans un cadre purement traditionnel en Picardie, soit avec des règles précises avec compétitions scolaires ou non en Normandie.

Ce jeu est le sujet d'un film homonyme, La Soule, de Michel Sibra (1989), avec Richard Bohringer et Christophe Malavoy.

Le jeu de nos jours est joué par les scouts, mais nommé « Sioul » avec deux équipes et deux bases.

Étymologie et Description[modifier | modifier le code]

D'un mot bas francique de la famille du germ. *keula- « cavité, voûte; objet rond »[1], se prononçant choule en Normandie septentrionale[2] (sur la base de règles modernisées) et en Picardie (pratique traditionnelle), la soule est de nouveau pratiquée très régulièrement dans ces deux régions, y compris avec des crosses surtout en Normandie, où les derniers témoignages antérieurs à une résurrection depuis 2001, remontaient à la Seconde Guerre mondiale dans le Cotentin.

Des liens importants existent avec des sports anciens romains (harpastum, puis calcio florentin en Italie du Quattrocento), scandinaves (knattleikr, cf. les sagas) ou avec le hurling et le football gaélique irlandais (il vit une renaissance depuis le début du XXe siècle), le shinty écossais, mais aussi avec des sports plus modernes ou moins traditionnels : les footballs américain et australien, la crosse canadienne (jouée à l'origine par les Amérindiens mélangeant sans doute leur jeu avec celui des colons), et même un jeu traditionnel avec les crosses au Chili, mais aussi en Tunisie et en Croatie.

Sport essentiellement joué lors des fêtes des saints patrons et à l'époque de carnaval[3],[4],[5].

Historique[modifier | modifier le code]

  • À l'origine, la soule est jouée par les classes basses (voir chronologie du sport au Haut Moyen Âge (Ve-XIIe siècles)). C'est le pendant pour la piétaille du tournoi des chevaliers.
  • 1066. Guillaume le Conquérant prend pied en Angleterre. Introduction probable de la soule normando-picarde outre-Manche.
  • 1174-1177[1]. Première mention écrite de la soule ou choule en France. Le jeu oppose deux équipes (hommes de la ville à ceux de la campagne, mariés du village contre célibataires, paysans contre marchands, deux corporations), qui se disputent un ballon (boule de bois, vessie de porcs remplie d'air, de paille, de son ou d'autres ingrédients) qu’il faut déposer dans un but (porche d'une église, ruine, mur, arbre, trou, poteau, entrée d'un bois)[6]. C’était certes viril, très viril même, mais tous les coups n’étaient pas permis, comme on le croit trop souvent. La soule, qui passe aujourd’hui pour brouillonne et violente, était en fait très codifiée et pas si barbare que les fameuses « lettres de rémission » le laissent entendre. Les cas évoqués par ces sources sont tous, par définition, des affaires judiciaires, avec leurs cohortes de blessés et même de morts donnant, à tort, l’image d’une mêlée ultra violente. Comme le signalent ainsi nombre de plaignants, « ce n’est comme cela qu’on pratique la Soule ».
  • Le jeu est évoqué dans le roman de Renart[7] : Li vilein qui sont à la çoule...
  • 1174. Publication en Angleterre de La Vie de saint Thomas Becket de William Fitzstephen qui mentionne la pratique courante des jeux de ballons outre-Manche (soule / football).
  • Activité souvent violente, car dénuée de règles, elle est à maintes reprises, sur ordres d'autorités locales, voire par édits royaux, compromise, puis interdite par Philippe V en 1319 et Charles V en 1369, qui menacent son succès[8].
  • Très populaire à la Renaissance[9]. La pratique semble diminuer ensuite régulièrement jusqu'au XIXe siècle.
  • Beaucoup de témoignages au XIXe siècle (fêtes patronales, mariages, départ de la dernière mariée de l'année, carnaval). Malgré les interdictions au milieu du XIXe, le jeu perdurera assez fortement, en cachette, essentiellement en Picardie, Normandie, Bretagne jusqu'en 1913, puis dans une moindre mesure ensuite pour s'éteindre à de rares exceptions près, dans le courant de la seconde guerre mondiale.
  • On assiste à une renaissance actuelle, essentiellement en Normandie et plus particulièrement dans le Cotentin, dans le Bessin, le Pays de Caux et dans l'Eure (2008 : 80 parties environ, avec ou sans crosses).
  • Aujourd'hui il est toujours pratiqué de façon assez importante en Normandie (avec des règles précises et une ligue veillant à leur respect que ce soit avec ou sans crosse), un peu en Picardie et très sporadiquement ailleurs, c'est aussi un jeu répandu chez les Scouts lors de grands rassemblements. Il est parfois nommé sioule.

La règle du jeu[modifier | modifier le code]

En territoire normand[modifier | modifier le code]

En Normandie des règles ont été écrites depuis 2001 et sont suivies actuellement que ce soit pour le jeu avec ou sans crosses (environ 70 parties par an avec ou sans crosses). La balle est à présent en mousse entourée de cuir avec une anse pour le lancer et pour ramasser la balle à terre.

Grande Choule (sans crosse) :

le jeu se déroule en 2 phases.

  1. Une au pied exclusivement, où deux joueurs de chaque équipe (de 5 à 10 joueurs) doivent ramener la choule dans leur camp pour démarrer la seconde phase.
  2. Une à la main et au pied : L'équipe qui a récupéré la choule peut avancer jusqu'à la moitié du terrain et aller "noyer" la choule dans la "mare" adverse symbolisée par un rectangle de 2 mètres sur 1,50 mètre environ, surmontée d'un piquet de 1,5 m minimum avec un drapeau. Il suffit que la balle touche la mare une fois pour compter un point, elle peut donc également être lancée au pied si besoin.
  • L'arbitre est juge des sorties de terrain, des "tenues " de balle, de la correction des oppositions et des points marqués ou non. Il peut exclure un joueur. La partie se joue soit sur 5 "mares" soit sur deux mi-temps de 15 minutes.
  • L'autre équipe l'en empêche et tente de récupérer la balle. Les placages ne sont pas permis. Le joueur bloqué avec la balle doit s'en débarrasser dans les 3 secondes. Les passes en avant sont autorisées et même nécessaires, notamment sur les longues distances, grâce à une anse en corde cousue dans la choule. On peut également bloquer un joueur sans la balle.

Choule à la crosse :

  • Deux équipes (3 joueurs à 4 joueurs + 1 ou 2 remplaçants) doivent passer la choule avec une crosse à l'intérieur d'un but appelé "viquet" par devant ou par derrière ou encore faire tomber la barre transversale (2 points au lieu d'un, si la barre est touchée directement et tombe). La progression de la balle se fait au pied et à la crosse. La mise en jeu se fait par le lancer de la balle en l'air entre les deux capitaines. La balle sera jouée par eux en premier une fois à terre.
  • Si l'on joue au pied le coup suivant doit être joué à la crosse quelle que soit l'équipe qui joue le coup. Un joueur peut prendre la balle à la main (s'il n'y a personne à moins d'un mètre) et frapper la balle en l'air avec la crosse. On peut progresser en jonglant avec la balle sur la crosse. Les joueurs peuvent se "chouler" ou se "locher" c'est-à-dire se bousculer, et même se faire tomber. L'arbitre doit rappeler avant la rencontre les conditions de ce droit. Si la balle passe au pied dans le viquet le point n'est pas gagné mais un joueur peut la frapper pour marquer.
  • Quand la balle sort du terrain la remise en jeu s'effectue au pied ou à la main. Si la défense fait tomber le viquet (hors choulage) cela donne un point à l'adversaire ou le choix de tirer à une distance de 3 mètres pour faire tomber la barre du haut avec la balle et obtenir ainsi 2 points (tir sans gardien).
  • Après un but la remise en jeu s'effectue à un mètre devant le viquet au pied ou en frappant avec la crosse à terre ou en l'air.

Champion de Normandie 2014 et 2015 de Choule à la Crosse: VALLEE DE LA RISLE-LA CHOUQUE Vainqueur de la coupe de Normandie 2014: EXO NourMaundie Choule (expatriés et joueurs sans équipe) Le Championnat 2014 s'est déroulé de mi-mars à mi-juin / Tournois d'Hiver en salle (de novembre à fin mars) Novembre 2014 Le Havre/ mars 2015 Sandouville) / Tournoi d'automne 2015 = BERNAY 29 / 11 après midi au plateau sportif et gymnase MArie Curie. La Coupe de Normandie se déroule un dimanche entre mi avril et le 2e dimanche de mai (La Haye de Routot, Eure, terrains de choule) l'après midi (en même temps sur le site : autres jeux régionaux, collation et grande choule finale). En 2016 ce sera le ⇒ DIMANCHE 17 AVRIL La Haye de Routot En 2016 se tiendront les cousinades Gilles de Gouberville(grand chouleur de la Renaissance) les 11 et 12 JUIN au château des Ravalet à Tourlaville (Manche)et des parties de choules seront organisées, notamment certaines en costume d'époque.

Équipes 2015 engagées: Bessin choule Klub, Choule Hâot Cotentin, Vallée de la Risle, Exo Normaundie Choule (expatriés), Bernay, Pointe de Caux...

Tournoi du jumelage Jersey/ Manche 2016 24 juillet à Avranches:

1er Montmartin/ Paroisse de St Martin

2e Granville/ Ste Brelade

Les équipes normandes en 2013[modifier | modifier le code]

Équipes actuelles :

  • Bayeux (Bessin choule Klub)
  • Vallée de la Risle (la Chouque)
  • Bocage Villedieu/ Vire (LBY)
  • choule Hâot Cotentin
  • Expatriés (Exo Nourmaundie choule)
  • Bernay Choule
  • Choule en Caux
  • les ar'moqueus da Rouen
  • CAEN CHOULE

Hors territoire normand[modifier | modifier le code]

Hors territoire normand, la règle, avec de nombreuses variantes est établie ainsi:

  • Se joue sur un terrain de superficie et de limites indéterminées. De chaque extrémité du terrain, deux buts/bases sont marquées par un objet fixe. La durée du jeu n’est également pas définie. Les joueurs peuvent se mettre d’accord au préalable pour restreindre le terrain et la durée du jeu. Ils peuvent se concerter aussi pour désigner un arbitre dont le seul but est de donner le coup d’envoi et d’arrêter le jeu en cas d’accident sur le terrain.
  • Les deux équipes s’affrontent pour se saisir du ballon, plus généralement d’une pelote de chiffon ou vêtement de la grosseur d’un ballon de rugby. Le but est de marquer le but en touchant avec le ballon la base de la partie adverse. Le reste du jeu est libre et permet tous les coups bas, à moins qu’ils ne soient prohibés.
  • Le point délicat de ce jeu éprouvant est de contenir sa violence afin de limiter la casse.

Le Calcio florentin (ou Calcio Storico), sport d'équipe et de combat encore pratiqué de nos jours à Florence en Italie, est une variante de la soule/Choule.

Formes modernes[modifier | modifier le code]

On assiste à sa renaissance actuelle en Normandie, sous le terme de "Grande Choule" et de "Choule crosse" sur la base de règles évitant la violence et mélangeant un jeu au pied et un jeu à la main. On joue également dans cette région à la "choule à la crosse". C'est un sport spectaculaire également, mélangeant le jeu à la crosse (balle à terre, balle soulevée ou balle frappée en l'air) et au pied. La balle doit passer dans le but ou "viquet", par n'importe quel côté ou bien renverser celui-ci. Les joueurs peuvent se bousculer (se chouler). La Coupe de Normandie a lieu le 1er dimanche de mai à La Haye de Routot dans l'Eure). Il existe également des compétitions scolaires (UNSS, et intra collèges), et une ligue officielle se met en place en 2013[10].

Palmarès récent :

  • Tournoi automne 2012 :
    • Vainqueurs Exo Nourmaundie Choule (expatriés)
  • Coupe de Normandie 2013 :
    • Vainqueurs Vallée de la Risle
    • 2e Exo Nourmaundie Choule" (expatriés)
  • Coupe de Normandie 2014
    • Vainqueurs "Exo Nourmaundie Choule (expatriés)
    • 2e Vallée de la Risle
  • Coupe de Normandie 2015 et 2016
    • vainqueur Vallée de la Risle/ La Chouque
    • 2 eme "Exo Nourmaundie Choule (expatriés)
  • Championnat de Normandie 2013 :
    • Vainqueurs Choule Hâot Cotentin
    • 2e Vallée de la Risle
    • 3e Exo Nourmaundie Choule (expatriés)
    • 4e Bocage Vire/Villedieu-les-Poêles
    • 5e Bessin choule klub.
  • championnat de Normandie 2016 vainqueur Vallée de la Risle/ La Chouque

Mais la survie de ce jeu ancestral est aussi due au scoutisme. Les différents mouvements du scoutisme français en ont fait leur sport quasi officiel. Il n'y a pas de règles officielles, mais l'esprit scout impose une non-violence et un respect de l'équipe adverse. Au son de la corne, les deux équipes (plus ou moins équilibrées) se disputent la balle (un ballon de rugby) afin de la loger, comme au rugby, dans les buts adverses (plus ou moins définis).

Dérivés[modifier | modifier le code]

La Soule normande, devenue Soule Royale, est un jeu pratiqué par les joueurs du jeu en ligne Les Royaumes Renaissants. Elle fait s'affronter, sur forum, deux équipes de 11 joueurs devant pousser la soule dans le but adverse, avec possibilité de mettre K.O. les adversaires[11].

Littérature[modifier | modifier le code]

"Pierrot Bourrasch nous emmenait dans des terrains vagues et on faisait du sport avec lui et un de ses copains. Il nous avait appris la "soule" un ancêtre du rugby, on pouvait accrocher le type qui avait le ballon par où on voulait, par les cheveux même, ça nous allait bien à nous, bastonneurs comme on était. " Nan Aurousseau, Quartier charogne, 2012 Stock p. 162

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.cnrtl.fr/definition/soule
  2. sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/
  3. Madeleine Foisil, Le Sire de Gouberville : un gentilhomme normand au XVIe siècle, Paris, Flammarion 1986.
  4. J. F. Mehl, Les jeux au royaume de France, Doctorat d'État, Paris, Université de Nanterre.
  5. Christian Pociello, Sports et sciences sociales : histoire, sociologie et prospective, éditions Vigot, 1999.
  6. Paul Dietschy, Histoire du football, Perrin, , p. 22
  7. le roman de Renart, tome I, Branche II, Renart et Chantecler le coq, Garnier-Flammarion (1985), p. 226
  8. Joseph Mercier, « Le football », Que sais-je ? No 1195, Presses universitaires de France, 1966, p. 9
  9. journal du sire de Gouberville
  10. L'avenir de la Soule sur le site de La Soule Normande
  11. La Soule Normande