Vergéal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vergéal
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Denis Chevrollier
2014-2020
Code postal 35680
Code commune 35350
Démographie
Gentilé Vergéalais
Population
municipale
791 hab. (2014 en augmentation de 8,95 % par rapport à 2009)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 09″ nord, 1° 15′ 57″ ouest
Altitude Min. 62 m
Max. 108 m
Superficie 11,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Vergéal

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Vergéal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vergéal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vergéal

Vergéal est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne, peuplée de 791 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Rose des vents Torcé Rose des vents
N Etrelles
O    Vergéal    E
S
Bais Domalain

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Verial[1] et Verjal en 1240 [2], parochia de Viridi Gallo en 1340 et en 1516, Vregeal en 1473[2].

Gwerial en breton[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Vergeal dépendait autrefois de la châtellenie du Désert, qui appartint aux barons de Châteaubriant, puis à ceux de Vitré à partir de 1542, et disposait du droit de haute justice. Le chef-lieu de la châtellenie du Désert se trouvait au manoir de la Rivière du Désert, en Visseiche, et s’étendait sur le territoire des paroisses d'Availles, Bais, Brielles, Chancé, Domalain, Gennes, Moulins, Moutiers, Le Pertre, Saint-Germain-du-Pinel, Vergéal et Visseiche[4].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le , des gardes nationales de Bais et de La Guerche font irruption dans les communes de Vergeal et Cornillé pour les débarrasser de leurs prêtres réfractaires[5].

Dans la seconde quinzaine de novembre 1793, des rassemblements suspects sont signalés à Argentré, Balazé, Champeaux, Châtillon, Cornillé, Étrelles, Montautour, Le Pertre, Taillis et Vergeal[6].

Vergeal fait partie des communes déclarées totalement insurgées en 1793-1794[7]. Le 4 floréal an II (), le général Kléber donne ordre aux troupes stationnées à Vitré, en « laissant les routes garnies [ = surveillées] », de se porter « sur Vergeal, en passant par Cornillé et Torcé »[8].

Article détaillé : Combat de Toucheneau (1796).

Pierre Bouthemy, chapelain de Fouesnel (en Louvigné-de-Bais), recteur de La Valette en 1783, de Piré en 1787, fut prêtre insermenté en 1791, incarcéré à la prison Saint-Melaine de Rennes en 1792, s'exila à Jersey, puis fut nommé en 1803 recteur de Vergeal[9].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En mai 1832, lors de l'insurrection légitimiste de 1832, une révolte chouanne, soutenant les légitimistes, considérant Henri V comme roi légitime, contre la Monarchie de Juillet (le roi Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur), nécessita la présence de détachements de troupes du 46e de ligne et de la Garde nationale à Châteaubourg, Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Aubin-des-Landes, Pocé-les-Bois, etc. ; le , un combat oppose les chouans commandés par Alexandre Courson de la Villevalio et Jean-François Le Nepvou de Carfort d'une part, et les forces de l'ordre commandées par le général de Castres sur la lande de Toucheneau, près de la ferme de la Gaudinière en Vergeal[10].

Article détaillé : Combat de Toucheneau (1832).

Selon Henri de Kerbeuzec, saint Aignan était traditionnellement très honoré à Vergéal : « on l'invoque contre la râche, sorte de lèpre ou d'eczéma, qui atteint les enfants. On porte à la statue un bouquet que l'on a fait baiser à l'enfant et que l'on fait baiser ensuite au saint. Le bouquet reste aux pieds de la statue »[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1965[12] 2001 Albert Templon   Agriculteur
mars 2001[13] en cours Denis Chevrollier[14] SE Postier retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2014, la commune comptait 791 habitants[Note 2], en augmentation de 8,95 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : +5,61 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 744 773 871 845 834 808 751 794
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
806 740 712 693 727 705 698 716 673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
659 678 640 556 565 598 623 583 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
531 515 470 464 535 590 699 750 791
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Visitation, des XVe et XIXe siècles.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014, légale en 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Yves Le Moing : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop-Breizh. 1990.
  2. a et b Erwan Vallerie : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995
  3. Ofis Publik ar Brezhoneg / Office Public de la langue bretonne : Roll kumunioù Breizh / Liste des communes de Bretagne. 2011.
  4. http://www.infobretagne.com/visseiche.htm
  5. De la Révolution à la chouannerie paysans en Bretagne 1788-1794, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle bibliothèque scientifique. », , 363 p. (ISBN 978-2-082-11173-7, OCLC 708297244)
  6. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, cité par De la Révolution à la chouannerie paysans en Bretagne 1788-1794, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle bibliothèque scientifique. », , 363 p. (ISBN 978-2-082-11173-7, OCLC 708297244)
  7. Jean-Baptiste Kléber et Henri Baguenier-Desormeaux, "Kléber en Vendée (1793-1794) / documents publiés, pour la Société d'histoire contemporaine", 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111939x/f461.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  8. Jean-Baptiste Kléber, "Kléber en Vendée (1793-1794) / documents publiés, pour la Société d'histoire contemporaine", 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111939x/f453.image.r=Cornill%C3%A9?rk=2060096;0
  9. René Kerliver, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", ivre premier, Les Bretons, 6, 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816057v/f95.image.r=louvign%C3%A9-de-bais?rk=107296;4
  10. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 5 juin 1832, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4377044/f2.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=729617;2 et J. Crétineau-Joly, "Histoire de la Vendée militaire", tome 4, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=vNNgAAAAcAAJ&pg=PA497&lpg=PA497&dq=lande+de+Touchenaux&source=bl&ots=zUkChGKJBB&sig=4Nzz4UtimpFDeeQiWyYt9uTGXiY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiKk4jwrePPAhVG1RoKHfa2DWcQ6AEIJTAA#v=onepage&q=lande%20de%20Touchenaux&f=false
  11. Henri de Kerbeuzec, Cultes populaires dans l'arrondissement de Vitré, "Revue des traditions populaires", juillet 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6139945r/f37.image.r=Balaz%C3%A9?rk=64378;0
  12. « Albert Templon, un homme engagé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 décembre 2014)
  13. « Denis Chevrollier mènera la liste Gardons la dynamique », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 décembre 2014)
  14. Réélection 2014 : « Denis Chevrollier repart pour un troisième mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 décembre 2014)
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.